Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 27 mai


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 27 mai

Panthéonisation - Autorité - Disciplines -


Cette journée de panthéonisation met évidemment l’éducateur Jean Zay à l’honneur. On évoque aussi l’autorité bienveillante, l’interdisciplinarité et en plus des brèves.

Jean Zay à l’honneur

A l’heure de sa panthéonisation, quelle image reste-t-il de Jean Zay dans la mémoire collective française ? En hommage à Jean Zay, on pourra écouter ce reportage très fouillé sur LCP Assemblée. On y entendra notamment des paroles d’élèves, d’enseignants, de sociologues, d’historiens, de ministres. « Nommé à seulement 31 ans au sein du Front Populaire à la tête du ministère de l’Education nationale, Jean Zay se lance malgré tout dans un grand chantier d’innovation et de rénovation du système scolaire français. Soucieux de faire entrer la culture dans tous les foyers, il est à l’origine du CROUS, du CNRS et des bibliobus. Instigateur du Festival de Cannes, il aurait du en organiser la première édition en septembre 1939 ; mais le début de la Seconde Guerre Mondiale allait mettre un frein à une carrière jusqu’ici fulgurante. » Jean Zay fut donc l’un des pères de la démocratisation de l’École. C’est ce dont témoigne sur son site, Madame Vallaud Belkacem « Un grand ministre réformateur, ouvert sur le monde et féru de déplacements internationaux, un soldat courageux de la Seconde guerre mondiale, un prisonnier stoïque victime d’un procès politique ; un homme aussi avec sa part d’intimité et sa famille : c’est l’ensemble de ces aspects de la vie de Jean Zay que retrace cet ouvrage, au moment où nous nous apprêtons à célébrer son entrée au Panthéon en même temps que trois autres grandes figures qui incarnent l’esprit de résistance comme autant de modèles pour les élèves d’aujourd’hui : Pierre Brossolette, Geneviève De Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion. » Démocratisation, modernité, ouverture, école nouvelle, Jean Zay, relayé également dans cet article des Cahiers pédagogiques, a permis d’expérimenter de nouvelles formes de projets éducatifs et d’organisations scolaires en lien avec l’idée d’un élève acteur, citoyen et capable d’émancipation dans un contexte particulier de pleine essor des régimes politiques totalitaire. Voilà qui nous mène à notre deuxième sujet.

Autorité

Il existe un maître mot dans l’éducation et qui fait l’unanimité, c’est celui d’autorité. Sans elle, point de limite, point de respect, point de sécurité, trois concepts fondamentaux lorsqu’on évoque les questions éducatives. L’autorité est cette posture qui autorise l’autre à grandir et à s’élever, elle est donc essentielle à l’acte éducatif. On peut alors questionner le type d’autorité qui sera le plus fécond dans le registre éducatif et pédagogique. Dans une chronique de Mathieu Quénée parue dans le Petit journal des profs du Web pédagogique, on trouvera des pistes et des arguments intéressants. Qu’est-ce que l’autorité bienveillante et comment l’incarner dans le cadre scolaire ? L’auteur explique : « elle nécessite patience, compréhension, écoute active, dialogue et une infinie souplesse dans sa manière notamment de pratiquer son autorité. Elle consiste à laisser se développer la parole de l’enfant, à le rassurer, à dédramatiser la peur de l’école, de l’échec ou de l’erreur. L’enfant doit pouvoir s’adresser à l’enseignant sans appréhension or nous savons tous que l’école est le milieu anxiogène par excellence pour un enfant.

JPEG - 197.6 ko
Le dessin de Jimo

L’enfant doit être reconnu comme une personne unique et maillon indispensable à la vie collective. L’enfant doit, certes, accepter les contraintes liées à la vie collective mais il doit pouvoir également s’épanouir dans ce cadre nouveau qui n’est pas celui de la maison. L’enseignant de son coté doit se montrer compréhensif, ouvert, juste dans ses décisions mais ferme à la fois. » Favoriser l’estime de soi, le sentiment d’appartenance collective tout en travaillant à développer les compétences liées à des apprentissages professionnels, tels sont les enjeux de ce projet culturel mené par les élèves du Lycée des Métiers de Saint Nazaire. On notera ainsi au passage que les jeunes enfants ne sont donc pas les seuls concernés par ce besoin de valorisation et de reconnaissance personnelle. « Ce projet artistique en partenariat avec les artistes et les acteurs culturels locaux s’inscrit dans un projet de développement d’actions culturelles accessibles à tous visant à valoriser l’élève dans ses apprentissages » On peut en prendre connaissance sur le site du Magazine de l’Education Artistique et Culturelle de l’Académie de Nantes. Tiens, un projet interdisciplinaire, voilà qui offre une parfaite transition avec le prochain thème.

JPEG - 66.2 ko
L’élève, cet humain par Geneviève Brassaud

Croiser les disciplines

Croiser ou pas les disciplines ? La question, maintes fois soulevée ces dernières semaines en lien avec les fameux enseignements pluridisciplinaires mis en avant dans la récente réforme du Collège est posée sous un angle intéressant dans La lettre de l’éduc, sortant du tout oui ou tout non et posant l’incontournable question de la formation des enseignants. « Une objection de taille doit être prise en compte. Elle est bien connue des équipes d’enseignants qui ont une expérience en pédagogie de projet : le danger est que ce type de travail puisse bénéficier d’abord aux élèves « leaders », de milieu cultivé, qui y trouvent de quoi briller pendant que les autres font de la figuration. Les études menées notamment par les chercheurs de l’équipe Escol de Paris-VIII ont mis en lumière cet écueil, qui réclame pour être déjoué beaucoup de savoir-faire, et donc de formation. » On voit bien ici, au travers de cet article, que la vraie question que toute réforme soulève et de manière récurrente, n’est pas celle du oui ou non faut-il réformer, mais devient celle de comment accompagner les transformations des pratiques impliquées par les nouveaux textes promulgués. Car c’est bien là que tout se joue. Décréter une réforme ne suffit pas, cela peut même se révéler contre-productif lorsque les acteurs concernés se sentent menacés dans leur capacité à faire face au changement. La peur ne produit jamais rien de bon. Et pour apaiser la peur, la formation demeure la pierre angulaire de toute transformation.


En plus et en bref

Sur le HuffingtonPost une vidéo : Réforme du collège : Najat Vallaud-Belkacem sous le feu des questions à l’Assemblée nationale.
Sur le site de 20 minutes Toulouse : Cinq profs du collège de Bellefontaine mutés de force après une grève.
Sur le site de l’Express Education : le long chemin de l’école musulmane
Sur Les Echos Le numérique pour enseigner autrement
Au journal La croix La création d’un lycée public divise les habitants de Ploërmel

Ainsi s’achève votre revue du mercredi et demain, jeudi, c’est sous l’oeil aiguisé d’Emilie Kochert que vous surferez au gré des vents et des courants de la toile éducative.

Ostiane Mathon

JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Réussir l’école du socle - En faisant dialoguer et coopérer les disciplines
Ouvrage - 2013
Francis Blanquart, Céline Walkowiak - ESF, 2013
Organisé de manière très concrète autour des pratiques scolaires de classe au collège et en 2de de lycée, cet ouvrage s’attache à tous les aspects de la pédagogie ouverte et innovante nécessaire à la réussite de « l’école du socle commun ».

L’autorité éducative, la construire et l’exercer
Ouvrage - janvier 2014
Bruno Robbes
Collection Repères pour agir, CRDP de l’académie d’Amiens - CRAP-Cahiers pédagogiques

Ce livre aborde sous un angle nouveau le thème de l’autorité, primordial à l’heure de la refondation de l’école.Un ouvrage en partenariat avec les Cahiers pédagogiques qui ouvre de nombreuses pistes pratiques pour exercer vraiment une « autorité éducative » en collège et lycée. Des témoignages, des exemples, y compris à l’étranger. Et une solide et indispensable réflexion sur ce qu’est ou doit être l’autorité. Pour l’auteur et les différents contributeurs du livre, l’autorité n’est pas innée, elle ne relève pas du charisme, elle s’élabore au jour le jour et reste, de façon permanente, « en construction ».


Portfolio

  • L'élève, cet humain, par Geneviève Brassaud