Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 25 novembre 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 25 novembre 2015

Regards sur l’École - Apprentissage - Supérieur - Violences faites aux femmes


Regards sur l’éducation

C’est hier que l’OCDE publiait l’édition 2015 de son rapport annuel "Regards sur l’éducation". La presse s’en est déjà fait largement l’écho. Les sujets sont classiques, quelques uns ont été mis en exergue.

Pour le Café pédagogique ce rapport met en évidence "Les succès de l’école française"
L’école française a ses problèmes. Mais elle a aussi ses réussites. Ce sont elles que met en avant l’édition 2015 de Regards sur l’éducation, publiée le 24 novembre. Cette publication annuelle de l’OCDE fait le point sur l’éducation dans le monde. Le niveau éducatif de la population a augmenté beaucoup plus vite en France qu’ailleurs. Pourtant les enseignants français restent moins bien payés que leurs homologues de l’OCDE et les classes plus chargées. L’OCDE demande un financement plus important de la maternelle et de l’école élémentaire.

Ce rapport nous apprend que, contrairement aux idées généralement véhiculées par certains, Les élèves français consacrent plus de temps que les autres aux fondamentaux. Libération et Le Huffington Post (à cette adresse)reprennent une dépêche de l’AFP et nous donnent des chiffres : "La France est même le pays qui réserve la plus forte proportion du temps de classe à la lecture, l’expression écrite et la littérature, qui occupent les élèves 37% du temps, contre une moyenne de 22% dans l’OCDE.(...) De même, les mathématiques représentent 21% du temps d’instruction obligatoire des écoliers français, contre 15% en moyenne dans l’OCDE."

Élément moins inattendu de ce rapport, on retrouve le faible niveau de rémunération des enseignants français par rapport à leurs collègues de l’OCDE et en particulier des enseignants du premier degré : En incluant les primes et allocations, la rémunération des enseignants français restait inférieure de 12% à la moyenne de l’OCDE pour les instituteurs et moindre de 2% pour les profs du secondaire.

France Soir a pris le temps de détailler un peu les différents éléments pris en compte dans le rapport de l’OCDE et relève les bons et mauvais points de la France évoquant les thèmes classiques mais également la meilleure formation de la population et l’attractivité de notre enseignement pour les étudiants étrangers.

Si La Croix, étudiant Le bulletin scolaire de la France, selon l’OCDE insiste sur les points forts de l’éducation à la française (la scolarisation précoce et le poids des enseignements fondamentaux) mais indique surtout les points de progression : « la quantité n’est pas un gage de qualité » ; "un déséquilibre dommageable de la dépense par élève suivant les niveaux : la France investit 12 % de moins que la moyenne de la zone pour un enfant du premier degré, 35 % de plus pour un lycéen".

RTL se penche plus précisément sur les débuts de la scolarisation et constate que la France dépense beaucoup en maternelle.
La France dépense beaucoup pour ses enfants en maternelle, bien plus que les autres pays car tous les enfants de 3 ans sont scolarisés. Cependant, la dépense par enfant est moindre, avec 6545 euros par tête. Les familles françaises mettent également moins la main au porte-monnaie.”

Le Monde, sous la plume de Mattea Battaglia sur ce même sujet souligne que l’école pré-élémentaire à la française reste une école plébiscitée
Selon un sondage Harris Interactive "85 % [des français] - et 79 % des enseignants - estiment qu’elle fonctionne plutôt bien aujourd’hui et mieux que par le passé (respectivement + 8 et + 12 points par rapport à 2014). Ce niveau de satisfaction est même « le plus haut enregistré sur cette question depuis 2007." "Le regard général des Français sur l’école maternelle et celui des enseignants est très proche, souligne le SNUipp-FSU : ils la décrivent comme une école essentielle, œuvrant pour les apprentissages mais aussi le vivre ensemble et l’épanouissement des élèves." Une conclusion à rebours des discours déclinistes sur notre système éducatif.

Apprentissage

La Croix se fait l’écho d’une expérimentation prometteuse : Un « Erasmus de l’apprentissage » s’esquisse entre la France et l’Allemagne. Il s’agit d’un projet pilote franco-allemand qui vise à renforcer la mobilité des jeunes apprentis en Europe. " Faire profiter des opportunités offertes par le système d’échange universitaire Erasmus à des jeunes qui ne sont pas étudiants. C’est l’objectif du projet pilote franco-allemand « pour un Erasmus des apprentis », lancé lundi 23 novembre.
« Il n’y a aucune raison qu’Erasmus, qui est un grand succès pour les étudiants, ne le soit pas aussi demain pour les jeunes en formation professionnelle et en apprentissage, a expliqué Harlem Désir, secrétaire d’État aux affaires européennes, pour présenter le projet. Il faut lever tous les obstacles. »

Cette expérimentation est également saluée par Le Figaro : La mobilité en Europe s’organise pour les apprentis

Enseignement supérieur

Les universités se sentent seules pour assurer la sécurité des campus peut-on lire dans Le Monde.
"Comment sécuriser les universités ? Le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur a, dès le samedi 14 novembre, au lendemain des attentats au Stade de France et à Paris, fait parvenir ses consignes aux établissements scolaires et universitaires, parmi lesquelles un filtrage de l’accès aux établissements limité aux étudiants, enseignants et personnels administratifs ainsi qu’un contrôle des sacs. Dès le lundi 15 novembre, plusieurs universités ont augmenté le nombre de personnes chargées du contrôle de l’accès à leurs établissements."
Mais "Quid des moyens que l’État est prêt à dégager pour la sécurisation de ses universités ? « Elles sont autonomes », rappelle le ministère de l’éducation nationale. Il n’est pas, aujourd’hui, question d’une aide financière. En clair, elles doivent trouver seules des solutions.

L’université Toulouse 1 Capitole connaît une notoriété mondiale après le prix Nobel d’économie qu’a reçu le professeur Jean Tirole. Elle fait désormais partie de ces universités qui attirent plus que d’autres. Son président, Bruno Sire, interviewé par Olivier Rollot pour le blog Orientation du Monde nous présente ses points forts "tout en portant un regard critique sur les dysfonctionnements qui nuisent à l’université française."

Autre interview à lire sur Educpro, celle d’Eric Cabourdin, recteur de l’académie de Caen : "Il faut garantir le choix d’orientation n°1 des bacheliers"
Sa priorité ? "Mieux accompagner les élèves et leurs familles pour favoriser la poursuite d’études supérieures".

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la publication d’outils pour aider à agir face aux violences intrafamiliales et sexistes. C’est à lire dans VousNousIls qui vous indique des liens vers les principaux outils proposés.

Bonnes lectures et bonne soirée.
À demain pour votre nouvelle revue de presse avec la parution officielle des programmes au BOEN !

Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les apprentissages fondamentaux à l’école primaire - L’école au Japon
Revue n°479 - février 2010
Le cycle 2 de l’école primaire est la période où « les choses sérieuses commencent », tellement sérieuses qu’il a été nommé « cycle des apprentissages fondamentaux », au risque de renvoyer trop simplement à « lire, écrire, compter ». Ce dossier interroge ces évidences, propose des pistes.

Tout commence en maternelle
Revue n°517 - décembre 2014
Ils ont entre 2 et 6 ans et ils interpellent la communauté éducative pour qu’elle pense leur école, redéfinisse ses missions, entre épanouissement de l’enfant et apprentissages. Que sait-on aujourd’hui de l’école maternelle ? Quelles sont les attentes ? Qu’y apprend-on et pour quoi ? Avec qui ?

Enseignant : quel métier !
Hors-série n°33 - décembre 2013
Publication disponible uniquement au format numérique (PDF - epub), en téléchargement depuis notre site.
Une compilation d’articles parus dans notre revue, pour alimenter les débats en cours, en prenant du recul sur ce qu’une revue pédagogique a pu dire des métiers enseignants au cours des dernières années.