Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 24 septembre 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 24 septembre 2014

L’éducation en France — Le redoublement — Orientation


Le rapport de l’UNICEF a pointé sur l’éducation en France. Le projet de suppression du redoublement agite les médias, et pas seulement eux sans doute. Quelques infos sur l’orientation pour terminer cette revue. Les réactions à la rentrée "conférenceuse", pardon à la conférence de rentrée, ce sera sans doute pour demain.


L’éducation en France

1 232 enfants, répartis sur toute la France, ont participé à la consultation menée à l’échelle nationale par l’UNICEF France de mars à mai 2014. Ils ont répondu à plus de 150 questions portant sur les différents aspects de leur vie en famille, à l’école, dans leur quartier et dans leur ville.Comment ces enfants vivent-ils leurs droits au quotidien en France ? Voici les résultats !” Sur la page de l’UNICEF Consultation nationale des 6-18 ans : écoutons ce que les enfants ont à nous dire ! vous pourrez consulter le rapport ainsi que des infographies.
Najat Vallaud-Belkacem a publié un communiqué de presse hier. “Les difficultés, dont fait mention le rapport, confirment le constat réalisé par le ministère de l’Éducation nationale. Il conforte la nécessité de la poursuite et de l’approfondissement des actions menées par le ministère, dans la mesure où les établissements scolaires sont un lieu de vie quotidien des adolescents.

Le bien-être des enfants à l’école est fondamental. L’école est un lieu protecteur, d’apprentissage, d’émancipation, de construction de soi et d’épanouissement. La loi de refondation de l’Ecole de la République du 8 juillet 2013 fait ainsi de la lutte contre toutes les formes de harcèlement une priorité pour chaque établissement scolaire.” Elle y rappelle également la création de la délégation ministérielle de lutte contre les violences scolaires, confiée à Eric Debardieux et des équipes mobiles de sécurité dans toutes les académies.
Jacky Simon, inspecteur général et médiateur honoraire de l’éducation nationale déclare : Dialogue parent-enseignant ? il faut changer de méthode. “L’expérimentation tendant à donner le dernier mot aux parents en matière d’orientation suscite assez normalement (lire la tribune de Claude Obadia, La Croix du 10 septembre) la réticence des enseignants, mais si ces derniers peuvent avoir quelques lueurs sur le potentiel d’un élève, sauf les cas extrêmes, peut-on dire qu’ils ont une quelconque approche prédictive ? Que savent-ils de la vie active, eux qui sont « à l’école depuis leur première enfance » ?
Ce n’est pas leur faire injure que de dire que l’orientation n’a rien de scientifique, qu’ils sont bien mal armés en la matière. Il en est de même pour les conseillers d’orientation-psychologue dont la connaissance du milieu du travail est très variable et qui ont « psychologisé » leur métier, ce qui les a démonétisés aux yeux de nombreux parents.

Et Jacky Simon propose à nouveau sa charte : “Pour aller dans cette direction et pour rompre avec les formules habituelles, je propose à nouveau la charte du dialogue Parent/Enseignant (au singulier), document élaboré par mes soins en 2005 après une longue concertation avec des parents et des enseignants, tous « ordinaires », et un test dans plusieurs établissements. Il s’agit tout simplement de préciser les champs d’intervention/question de chaque partie sans que celle-ci se sente attaquée dans son identité. Jusqu’où aller en demandant des précisions sur le programme réalisé, la méthode utilisée par exemple, sans que le professeur considère qu’on veut lui apprendre son métier. Jusqu’où aller en interrogeant le parent sur le mode vie de l’élève, sa vie familiale sans que le parent considère qu’il s’agit d’une intrusion dans sa vie privée.
La formation des enseignants sur l’éducation aux médias est insuffisante. “Un obser­va­toire des liens éducation-médias vient d’être créé par le CSA. Explications avec Mémona Hintermann-Afféjee, pré­si­dente du groupe de tra­vail Audiovisuel et éduca­tion dédié.

« L’école reste un monde élitiste ». « La Journée du refus de l’échec scolaire, dont c’est la 7e édition aujourd’hui, est l’occasion de braquer les projecteurs sur les inégalités face à la réussite éducative. L’Afev (Association de la fondation étudiante en ville) en est à l’initiative. Cette année, elle s’alarme d’une enquête qu’elle a fait réaliser auprès d’un panel d’enfants de cours moyen scolarisés dans des écoles de quartiers d’éducation prioritaire et d‘autres de centre-ville. » Seulement 5 % des décrocheurs sont issus de milieux favorisés.  »
Et L’enseignement catholique veut travailler en réseaux
Au fait, La plateforme d’apprentissage « Khan Academy » est désormais disponible en français !Grâce au soutien de la Fondation Orange, plus de 2.000 vidéos de petits cours de maths, physiques et bio s’adressant aux élèves du CP à la Terminale…


Le redoublement

Le Figaro nous annonce que Le redoublement dans le collimateur de l’Éducation nationale. « Le ministère de l’Éducation nationale a réagi mercredi afin de démentir « les informations selon lesquelles le redoublement serait abandonné à la rentrée prochaine ». Dans un communiqué, la ministre Najat Vallaud-Belkacem rappelle que l’objectif d’éviter le redoublement est présent dans la loi de refondation de l’école sans qu’il soit question de le supprimer totalement. Il s’agit effectivement de « le limiter à certaines circonstances particulières qui le justifient absolument ». Les modalités de cette mesure sont fixées par un projet de décret adopté en juillet « et actuellement devant le Conseil d’État », confirme-t-on rue de Grenelle.  »
Le ministère décrète la fin du redoublement. « Un projet de décret examiné en Conseil supérieur de l’éducation le 3 juillet prévoit la fin des redoublements. Ils ne seraient plus possible qu’avec l’accord des familles. Suite à une intervention du Snalc, le texte a été repris par le ministère pour non conformité avec le Code de l’éducation. Mais l’administration est déterminée à mettre fin à une pratique qui couterait 2 milliards d’euros par an. C’est bien la fin du redoublement. » Danger de l’argument économique…
Les élèves français continueront-ils à redoubler ? Maryline Baumard nous rappelle que “Le redoublement des classes de primaire aurait dû quasiment disparaître avec la loi d’orientation de Lionel Jospin, en 1989. La création des cycles qui défendent l’idée que chaque enfant doit prend le temps dont il a besoin pour atteindre des objectifs fixés sur trois années, aurait dû faire disparaître le redoublement du vocabulaire de l’école. Or, il est resté parce que les parents y sont attachés, pensant à tort que c’est une chance qu’on offre à leurs enfants. Les enseignants aussi y trouvent leur compte. Pour ces derniers – sans vouloir caricaturer, l’attachement est double : lorsqu’ils manquent de moyens pour prendre en charge la difficulté scolaire, ils n’ont que cette solution ; et puis l’arme du « si tu ne travailles pas bien tu vas redoubler » fait toujours ses preuves depuis des décennies.
Le redoublement, spécialité française, injustice nationale
Monique Dagnaud y rapelle les 5 arguments contre le redoublement.
L’émission Rue des écoles de Louise Tourret était consacrée aujourd’hui à la question Faut-il interdire le redoublement ?
Sur Valeurs actuelles, La fin du redoublement, c’est maintenant ?. Il faut admirer tout particulièrement le cadrage de l’article : “Après un combat acharné pour promouvoir la théorie du genre à l’école, Najat Vallaud-Belkacem souhaite laisser maintenant la liberté à un enfant de décider de son redoublement.

Mais peut-on supprimer le redoublement sans changer la forme pédagogique ???

JPEG - 75.5 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Orientation

Du nouveau du côté de l’orientation...
Jobwood est une plateforme internet multimédias dont l’objectif est d’accompagner la personne dans son choix d’orientation scolaire et professionnelle.
Vous y trouverez une présentation synthétique, par métier, afin de vous permettre d’avoir une idée plus précise de ces différents jobs pour lesquels il y a de l’embauche.
Pour consulter le site, rendez-vous sur http://jobwood.fr/accueil/
Et au Québec Academos lance le premier réseau social d’orientation scolaire et professionnelle pour les jeunes au Québec

Enseignement supérieur culture : les nouveautés de la rentrée 2014. « Transversalités, nouveaux cursus, développement international, projets pédagogiques innovants... A l’heure de la rentrée universitaire, les établissements d’enseignement supérieur « culture » ne manquent pas d’atouts pour séduire leurs étudiants. Tour d’horizon. »
Sabine Lepez élue vice-présidente en charge de l’orientation professionnelle
« Chef du service information, orientation et insertion professionnelle (SCUIO-IP) depuis 2010, elle rejoint l’équipe présidence afin de faire valoir l’orientation et l’insertion professionnelle de l’étudiant en l’accompagnant tout au long de son parcours universitaire. »

Et un beau sourire, celui de Mona Ozouf : reconnaissance à l’école et l’enseignement
« La cérémonie de dénomination de l’école élémentaire publique, a eu lieu vendredi après-midi, en présence de Mona Ozouf, dont l’établissement porte désormais. » Et pour savoir qui est Mona Ozouf...

Jeudi, ce sera Laurent Fillon qui vous concoctera vote revue.
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 515 Vers l’école du socle commun


Coordonné par Francis Blanquart, Céline Walkowiak et Jean-Michel Zakhartchouk
septembre 2014
La loi de la refondation a réaffirmé le socle commun. Ce dossier veut mutualiser les expériences et réflexions menées sur le terrain. Nous touchons là à un rôle fondamental de l’école : Que s’agit-il d’enseigner ? Dans quel objectif ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Dès maintenant, des réponses…
Enseignant : un métier qui bouge
N° 514 Coordonné par Michèle Amiel et Yannick Mével juin 2014

Tous les enseignants expérimentés le disent : ce n’est plus comme avant, le métier change. Allons voir de plus près ce qui évolue, comment le métier change, comment ces évolutions pourraient être accompagnées par l’institution, à toutes les échelles, en quoi elles vont dans le sens de l’essentiel : mieux faire apprendre les élèves.

École et territoires

Hors-série n°Cahiers d’Éducation & Devenir n° 21 - fevrier 2014

Publication disponible uniquement au format numérique (PDF), en téléchargement depuis notre site.
L’école doit devenir partie prenante des territoires afin que se bâtissent alliances et fédérations. Tous les temps et les lieux éducatifs dans le territoire peuvent contribuer à l’acquisition par tous d’un socle commun, à la réduction des inégalités.