Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 22 février 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 22 février 2017

l’état du système —


L’état du système

Commençons par la formation des enseignants.
Un scandale tranquille : des enseignants toujours aussi mal formés dénoncé par Beatrice Mabilon-Bonfils, Sociologue, membre du Think Tank Different, Université de Cergy-Pontoise, Alain Jaillet, Professeur des Universités (spécialiste des technologies de l’éducation), Université de Cergy-Pontoise, et Line Numa-Bocage, Professeure des Université Science de l’éducation, Psychologue, Université de Cergy-Pontoise. “Avec une sorte de consensus tacite, l’ensemble des forces préoccupées par l’école et la formation des enseignants, a jeté un voile pudique sur ce qui pourrait bien constituer à y regarder de plus près, le scandale tranquille auquel le fonctionnement de notre société s’est habitué. Peu de propos syndicaux, peu de propos des mouvements d’éducation populaire, très peu d’universitaires qui devraient pourtant être au centre de ces questions, ne s’élèvent pour discuter la structure de la nouvelle institution et surtout ces effets invraisemblables.”

Et pour François Dubet : « Recruter les profs à bac+5, c’est une erreur ». “Comment en est-on arrivé à recruter des profs avec 4 de moyenne au concours ? Les réponses de François Dubet, sociologue de l’éducation, qui propose un recrutement à bac+1 puis une formation jusqu’à bac+5.”

Un deuxième thème s’impose dans l’actualité, celui des stéréotypes de genre, avec le rapport du Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes.
Le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (HCE) estime que le gouvernement n’est pas allé assez loin en matière de lutte contre les stéréotypes. “Le quinquennat Hollande n’a pas tenu ses promesses en matière d’égalité filles-garçons et de lutte contre les stéréotypes de genre à l’école. Beaucoup d’affichage, pour de maigres progrès... C’est le constat du Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (HCE)."

La lutte contre les stéréotypes sexistes, c’est à l’école que ça commence. C’est en tout en cas la conviction profonde des rapporteurs du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) qui publient ce mercredi 22 février un état des lieux de la formation des futurs enseignants à l’égalité filles-garçons. Sa conclusion : il y a encore du travail.

Education : à l’école, les stéréotypes sexistes encore bien présents. “L’école "joue un rôle central pour construire une culture et une société de l’égalité filles-garçons", note l’étude du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE). La mixité a pu laisser croire qu’elle allait amener l’égalité entre les sexes. A tort, selon le HCE, créé en 2013 pour succéder à l’Observatoire pour la parité.”

Et justement il y a une Nouvelle offensive de la Manif pour tous sur l’éducation sexuelle. “Le collectif d’associations s’inquiète d’un site, placé sous la tutelle du ministère de la Santé, qui répond aux questions que se posent les adolescents sur l’amour, la sexualité, la contraception, l’avortement, etc.”

Un livre : Orientation et parcours des filles et des garçons dans l’enseignement supérieur de Christine Fontanini, LISEC - Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Education et de la Communication. “Deux grands bouleversements ont traversé la deuxième moitié du XXe siècle en France : la massification des étudiant(e)s et l’évolution spectaculaire de la scolarité des filles, notamment dans l’enseignement supérieur.”

Ensuite il y a différents thèmes.
Décrochage : Le défi réussi du ministère. “Il y aura toujours trop de décrocheurs. A preuve le fait que la ministre veut étendre la scolarité à 18 ans. Mais le ministère publie des chiffres qui montrent une réelle décrue en quelques années. Si le nombre de décrocheurs n’a pas été divisé par deux comme l’avait promis F Hollande, on s’en rapproche…

Qu’est ce qu’apprendre ? "Qu’apprend-on exactement à l’école ? Comment apprend-on ?" Ce sont ces questions centrales pour l’éducation que la revue Administration & Education soulève à travers une mise en parallèle d’approches différentes qui rendent ce numéro (2016 n°4) particulièrement intéressant. A l’entrée par les sciences cognitives, privilégiée dans ce numéro, s’oppose presque une analyse toute en finesse des programmes de maternelle par Viviane Bouysse. André Tricot apporte un éclairage original et puissant en essayant d’expliquer pourquoi les élèves apprennent si peu avec le numérique à l’école. Un numéro qui fait date pour les enseignants qui sur le terrain essaient de faire apprendre."

Essai. L’enseignement de l’histoire est-il en péril ? par Jacques Girault Historien dans l’Humanité. “Joëlle Fontaine et Gisèle Jamet ont mené un travail sur l’analyse du fascisme dans les programmes scolaires et livrent un diagnostic inquiétant.”

Après un doctorat, une insertion professionnelle difficile mais finalement « très bonne ». “Si les cinq années suivant le diplôme sont marquées par les contrats courts et un taux de chômage de 14 %, sur le long terme, les docteurs se distinguent par un taux d’emploi et des salaires élevés.”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd’hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd’hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.