Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 21 mars 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 21 mars 2018

"Palmarès" - Grève - Divers

Deux faits marquants dans l’actualité du jour : la grève de demain et le "classement" des lycées.


« Palmarès »

C’est l’info du jour : le classement ou palmarès des lycées, comme le titrent bon nombre de médias. Mais c’est plus compliqué que ça...
Classement des lycées 2018 : ces établissements qui font réussir leurs élèves
« « Ce palmarès s’appuie sur des indicateurs publiés par l’Education nationale qui visent à mesurer la capacité des lycées publics et privés à faire mieux qu’attendu. » »
Comme l’expliquent Les Echos, « L’objectif n’est pas de savoir quels lycées ont les meilleurs taux de réussite au bac, mais quels établissements font mieux qu’attendu au vu du profil des élèves qu’ils ont accueilli dès la seconde. Car pour mesurer les résultats d’un établissement, les taux bruts observés ne suffisent pas : avoir sélectionné de très bons élèves à l’entrée en seconde peut expliquer d’excellents taux de réussite au bac trois ans plus tard. Les statisticiens calculent donc les taux « attendus », en fonction des profils des élèves accueillis.
Les « valeurs ajoutées » mesurent ainsi la différence entre les résultats obtenus et les résultats espérés compte tenu des caractéristiques scolaires et socioprofessionnelles des élèves. »

« Parce qu’il y a plus de mérite à faire réussir les jeunes des quartiers populaire que de sélectionner parmi les bons élèves pour remplir ses terminales, le Café pédagogique exploite les statistiques ministérielles pour mettre en avant les lycées qui font vraiment réussir les jeunes qui ont besoin de l’éducation nationale. »
Les chiffres sont disponibles sur le site de l’Education nationale.


Grève

L’autre fait marquant de l’actualité est la grève de la fonction publique de demain.

Pour le primaire on annonce un professeur sur quatre en grève dans les écoles
« Le premier syndicat des enseignants du primaire, le Snuipp-FSU, s’attend à un professeur sur quatre en grève dans les écoles maternelles et primaires, avec de fortes disparités d’un endroit à l’autre (par exemple 20 % de grévistes prévus en Dordogne et plus de 50 % à Paris et dans la Seine-Saint-Denis).
Parmi les raisons de la mobilisation, la carte scolaire (avec les baisses d’effectif dans les écoles rurales), mais, surtout, le statut des fonctionnaires et le pouvoir d’achat. »
Pour le secondaire il faudra attendre demain pour avoir les chiffres.

On peut trouver la source de la mobilisation dans le baromètre Unsa-éducation : un signal négatif envoyé à Blanquer
« Le mécontentement persiste chez les enseignants et personnels de l’éducation. Selon les résultats du sixième « baromètre » Unsa, dévoilés ce mardi, ces derniers « marquent leur désaccord avec la politique en cours », comme le note Frédéric Marchand, secrétaire général du syndicat Unsa-Education. Effectivement, seules 20,8% des personnes interrogées assurent être en accord avec les choix politiques faits concernant l’éducation. Selon ces mêmes données, le fossé n’avait (déjà) cessé de se creuser entre les personnels et le gouvernement de François Hollande. »

Autre source de la mobilisation :
Combien de classes vont fermer dans les zones rurales près de chez vous ?
« En s’appuyant sur les données collectées par le syndicat SNUipp-FSU dans 90 départements où les instances décisionnaires en matière de carte scolaire se sont déjà tenues, franceinfo a dressé une carte pointant les 1097 fermetures de classes en zones rurales. »


Divers

La dernière du ministre.
« "Si un établissement souhaite rétablir l’uniforme et qu’il y a un consensus autour de ça au sein de cet établissement, il n’y a pas de raison de ne pas être pour. (...) Mais je ne souhaite pas l’imposer", explique Jean-Michel Blanquer ». Sauf que l’on ne peut rétablir quelque chose qui n’a jamais existé.

Une très bonne tribune sur l’enseignement de l’histoire. Roman national : « Non, à l’histoire-autoroute », prévient Nicolas Offenstadt
« L’universitaire estime, dans une tribune au « Monde », que le roman national réduit la discipline à une trajectoire sans obstacle et favorise un récit unique qui appauvrit l’esprit citoyen. »

Parcoursup, les professeurs et les notes : Un exemple à Mende
"Incompréhension au lycée Chaptal de Mende", annonce le Midi Libre. Selon le quotidien, les notes du bac blanc mobilisent l’établissement. La proviseure a décidé de ne pas compter les notes du bac blanc dans le bulletin du second trimestre qui compte pour Parcoursup. "Je songe à un report des notes du bac blanc au 3ème trimestre", explique la proviseure , "cela ne comptera pas pour Parcoursup mais je le fais dans l’intérêt de l’élève. On est le meilleur lycée du département il faut préserver le niveau d’exigence". C’est justement la question de savoir qui note qui est posée par les enseignants. Selon un enseignant du lycée , la proviseure a imposé de façon autoritaire le retrait de ces notes, les retirant des bulletins et bloquant l’accès au bulletin. "On se retrouve avec des appréciations incohérentes avec nos notes", nous a dit un enseignant. En arrière plan, le classement des élèves dans Parcoursup et la concurrence entre établissements que la nouvelle procédure sélective introduit dès maintenant même en Lozère."

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.