Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 2 février 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 2 février 2005

Sauver les lettres a réussi, encore une fois, son coup médiatique. Leur dictée proposée à 2300 élèves de seconde fait le titre de beaucoup de quotidiens. Paradoxalement, c’est dans le Figaro, qu’on trouve l’avis le plus nuancé et une mise en perspective sur les raisons des mauvais résultats de ce test. Alors que Libération prête une oreille bien trop complaisante à ce groupuscule médiatique.
Y a t-il un lien avec la baisse du niveau de l’orthographe ? Non, c’est un sujet bien plus sérieux. Il faut lire aussi dans plusieurs journaux une reprise du lancement de la campagne d’information sur les dangers du Cannabis. "Au lycée, il y a une sorte de fatalité, tout le monde fait comme si ça n’existait pas"dit un professeur dans Le Monde. On estime qu’un garçon sur cinq expérimente l’usage du cannabis à partir de l’âge de 15 ans et qu’au moins un jeune sur trois à 18 ans a déjà fumé.
Et si la future loi sur l’école était inconstitutionnelle ? Ceux qui posent cette question ne sont rien moins que le Président de l’Assemblée Nationale, Jean-Louis Debré et le Président du Conseil Constitutionnel, Pierre Mazeaud. C’est à lire dans Le Monde, où on trouvera aussi des informations sur la mobilisation lycéenne.
Bonne Lecture...


Libération du 02/02/05

Un millier de lycéens font fi de la réforme Fillon
Quand les lycéens descendent dans la rue, difficile de savoir où donner de la tête. Hier, ils étaient plus d’un millier réunis à proximité du ministère de l’Education à Paris, courant sur les boulevards, certains en direction de l’Assemblée nationale, d’autres vers le jardin du Luxembourg, ou encore vers le lycée Louis-Le-Grand. Peu de banderoles, pas de mot d’ordre précis, juste une énergie à faire pâlir les grandes organisations syndicales, et le nom de Fillon en boucle dans leurs slogans.
Lire la suite de l’article

Des élèves de plus en plus nuls en dictée, à qui la faute ?
Le niveau baisse. C’est ce qu’entend prouver le collectif Sauver les lettres dans une évaluation inédite disponible sur le site de l’association. Des professeurs de lycée ont fait passer à 2 300 élèves de seconde générale ou technologique une dictée assortie de questions de grammaire, puis les ont corrigées à partir des barèmes et consignes en vigueur jusqu’en 1999 au brevet des collèges. Ils ont enfin comparé les résultats avec ceux d’une expérience comparable menée en 2000. Résultat sans appel, selon le collectif : « De 28 % d’élèves en 2000 qui ont eu zéro à la dictée du brevet de 1988, la proportion est passée à 56 % en 2004. » En grammaire, les réponses erronées s’échelonnent de 50 % à 90 % ! Les cracks seraient également moins nombreux : 9,27 % de 15/20 ou plus en 2000 ; 6,01 % en 2004.
Pas de piège majeur pourtant dans les exercices proposés. Un texte d’Alphonse Daudet, extrait des Contes du lundi et donné au brevet des collèges en 1988
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 02/02/05

Zéro pointé en orthographe
Absolument nuls en orthographe. Tel est le constat dressé par le collectif Sauver les lettres après avoir fait rédiger une dictée du brevet à quelque 2 300 élèves de classe de seconde. Le résultat s’est révélé « catastrophique. Plus d’un élève sur deux (56,4%) a obtenu un zéro », note ce collectif de professeurs de lettres.
Compte tenu de la longueur du texte, « plus d’un quart des élèves ne peut écrire sans commettre au moins deux fautes par ligne », ajoutent-ils. Dans le détail de l’enquête, un peu plus de 9% des élèves ont fait plus de trente fautes. A l’opposé, pas plus de 6% des élèves ont obtenu une note supérieure à 15.[...]
Sur les raisons du déclin et les moyens de l’enrayer, les avis sont partagés. « Annuellement, les horaires de français ont certes diminué, mais on reste les champions en Europe sur la quantité de cours », assure Roger Chudeau. En primaire, « le programme hebdomadaire d’apprentissage de la langue n’a jamais été aussi important. Les instituteurs doivent y consacrer douze heures par semaine en CP et CE1 et treize heures du CE2 au CM2 » depuis les nouveaux textes de 2002.
Pour Viviane Youx, le retour aux bonnes vieilles méthodes n’est pas la solution. « Je suis d’accord pour dire qu’il faut probablement revoir les horaires au collège et certaines priorités, mais ce n’est sûrement pas en remettant en 2005 les méthodes de 1950 que l’on va réussir. Je dirais même au contraire. »
Lire la suite de l’article

Cannabis, l’état d’alerte
Avec 850 000 fumeurs réguliers, dont 450 000 quotidiens, les jeunes Français sont parmi les plus gros consommateurs européens de cannabis. Pour la première fois en Europe, une campagne choc d’information sur les méfaits de cette drogue va tenter de les convaincre qu’en fumer peut avoir des effets néfastes sur leur vie : repli sur soi, déscolarisation... Mais le cannabis a aussi de graves conséquences pour la santé - hallucinations, bouffées délirantes, schizophrénie -, comme le montrent des études scientifiques récentes.
Lire la suite de l’article

Le « petit joint » du matin avant la classe
Ils ont entre 15 et 20 ans et sont scolarisés dans un lycée de l’Est parisien. Le cannabis fait partie de leur quotidien. Devant les portes de l’établissement, ils en parlent facilement, inconscients des dangers et totalement imperméables aux discours sur la prévention.[...]
Lire la suite de l’article

« Jean-Baptiste se noie »
Comme bon nombre de parents soudain confrontés à la toxicomanie de leur enfant, il explique aujourd’hui qu’il croyait sa famille à l’abri. Lui-même se pensait suffisamment informé, conscient, responsable pour être sûr de détecter les premiers signes, s’il devait y en avoir. Et puis c’est arrivé, et il était trop tard. Ce père qui témoigne aujourd’hui pour Le Figaro ne laissera plus jamais personne affirmer devant lui que « le hasch, ce n’est pas bien grave ».
Lire la suite de l’article

Philippe Douste-Blazy : « Il faut dire la vérité aux jeunes »
Le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, justifie la campagne par des arguments de santé publique.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 02/02/05

En France, l’école est obligatoire, pour tous
Richard Moyon est le coordonnateur d’Éducation sans frontières. Un réseau tout jeune qui manifeste publiquement, pour la première fois à travers la France, sa détermination.
La situation dramatique des élèves sans papiers est produite par un ensemble de lois et de textes qui s’accumulent depuis 1986 et créent une véritable usine à gaz, programmée pour fabriquer de jeunes sans-papiers. Ce n’est pas un accident, c’est une véritable volonté d’éviction d’un certain nombre de gens hors de la légalité. Pour nous, il s’agit donc de s’attaquer à la racine du mal, ces textes qui produisent des situations de plus en plus inacceptables avec arrestations dans les établissements et utilisation des enfants pour mettre la main sur les parents. Tout cela parce que l’actuel ministre de l’Intérieur veut surenchérir sur son prédécesseur et passer de 12 000 expulsions à 20 000. C’est un choix complètement politicien. Expulser une famille, c’est faire du chiffre : quatre, voire huit personnes d’un coup en une seule procédure est plus rentable que d’arrêter les sans-papiers un par un.
Lire la suite de l’article

Des mineurs et des jeunes majeurs en danger
Tour de France des cas récents ayant donné lieu à une mobilisation contre des expulsions.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 02/02/05

L’école veut garder ses sans-papiers
C’est une première. Un peu partout en France, jeunes, parents et professeurs se mobilisent aujourd’hui pour défendre des élèves sans papiers menacés d’expulsion. Au moins 10 000 écoliers, collégiens ou lycéens seraient concernés.
Lire la suite de l’article

« On m’a dit que j’avais un mois pour quitter le pays »
Il y a encore du courrier pour Eliane Tous les jours, trois ou quatre enveloppes atterrissent dans la boîte aux lettres du lycée Voltaire, dans le XI e arrondissement de Paris. Le personnel est habitué[...]
Lire la suite de l’article

La mobilisation, ça paie
Mama Diomandé, lycéenne sans papiers originaire de Côte d’Ivoire, a reçu hier une lettre de la préfecture de Seine-Saint-Denis l’informant qu’une carte de séjour étudiant venait de lui être accordée. Elève en BEP au lycée Bartholdi de Saint-Denis, elle se bat depuis plusieurs semaines pour obtenir sa régularisation. Autour d’elle, une solidarité sans faille de ses professeurs et ses camarades qui n’ont pas hésité à manifester devant la préfecture de Bobigny le 12 janvier et à faire circuler une pétition qui a recueilli 650 signatures.
Lire la suite de l’article


La Croix du 02/02/05

L’éducation risque zéro
À l’école comme dans les familles, les exigeances de sécurité des parents sont de plus en plus grandes, limitant le champ des activités des enfants. Dangers réels ou fantasmés ?
Lire la suite de l’article

La fin des travaux personnels encadrés sème la discorde
Cet article (dans lequel je suis interviewé) n’est pas mis en ligne et n’est lisible que sur la version papier du journal.
Lire le sommaire du journal


20 minutes du 02/02/05

Une campagne modérée sur le joint
Décrire les méfaits du cannabis sans en rajouter. Dénoncer son « usage problématique » par une frange de fumeurs, pas sa consommation occasionnelle. C’est le pari de la campagne de presse dévoilée aujourd’hui par le ministère de la Santé et lancée le 8 février en direction du grand public.
Lire la suite de l’article

Soutien à la prépa de Saint-Denis
Grève reconduite hier au lycée Paul-Eluard de Saint-Denis (93), où les enseignants protestent contre la décision de fermer une classe préparatoire scientifique en septembre prochain. C’est à ce jour la seule classe prépa située en zone d’éducation prioritaire (ZEP).
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 02/02/05

L’Éducation nationale face au défi européen
par Jean-Michel Djian,Professeur associé à l’université de Paris VIII.

Comment concilier notre identité européenne avec le sentiment d’appartenance nationale qui reste fort dans notre culture et notre vie politique ? Telle est la contradiction à laquelle François Fillon, ministre de l’Éducation, est confronté, quelques mois avant la mise en oeuvre d’une loi d’orientation controversée et la tenue du référendum sur la Constitution européenne. Car, en dehors de réelles avancées communautaires qui ont permis, depuis une vingtaine d’années, de progresser sur les échanges, équivalences de diplômes et mobilité des enseignants, la formation proprement dite de l’élève est et reste nationale. Les différents traités sont, sur ce point, sans ambiguïté.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 03/02/05

M. Debré alerte le gouvernement sur le risque de censure de la loi sur l’école
L’opuscule à la main, il biffe d’un trait rageur les articles qui l’indisposent. Jean-Louis Debré, président (UMP) de l’Assemblée nationale, a décidé de partir en croisade contre les lois qu’il juge boursouflées, au risque de froisser la majorité."Il faut légiférer moins, mais mieux", a-t-il indiqué au Monde.
Il s’est déniché une victime toute désignée : la loi d’orientation pour l’avenir de l’école, qui doit être présentée aux députés par François Fillon, ministre de l’éducation nationale, les 15, 16 et 17 février. En décembre 2004, le Conseil d’Etat avait déjà rendu, en toute discrétion, un avis mitigé sur la loi Fillon. Le ministre avait revu sa copie, afin de présenter un projet de loi épuré au conseil des ministres du 12 janvier.
Reste que, sur les 62 articles qui composent la dernière mouture de ce texte, M. Debré estime encore que bon nombre d’entre eux ne relèvent pas de la loi.[...]
M. Debré s’en est entretenu avec le premier ministre, Jean- Pierre Raffarin, en fin de semaine dernière, puis avec M. Fillon. Il leur a rappelé le "risque politique" que laisserait peser une éventuelle censure du Conseil constitutionnel, concernant une loi importante pour le gouvernement.
Pierre Mazeaud, le président de la haute juridiction, avait déjà, le premier, mis en garde le gouvernement, lors de ses vœux au président de la République, le 4 janvier. Il avait dénoncé le "manque de clarté et d’intelligibilité" de la législation contemporaine, affirmant que "le législateur ne saurait reporter sur des autorités administratives et juridictionnelles le soin de fixer des règles dont la détermination n’a été confiée par la Constitution qu’à la loi".
M. Mazeaud avait aussi parlé de la "dégénérescence de la loi en instrument de la politique spectacle, la loi d’affichage" et avait averti que "le Conseil constitutionnel -était- prêt à censurer désormais" ce qu’il qualifiait de "neutrons législatifs".
Lire la suite de l’article

Cannabis et pédagogie
Selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 850 000 personnes fument régulièrement du cannabis, en France, et 450 000 d’entre elles en consomment quotidiennement. Les différentes études disponibles sur la population française permettent de considérer, plus largement, qu’une dizaine de millions de personnes ont consommé cette plante, aujourd’hui cultivée et vendue un peu partout dans le monde. L’usage du cannabis tend à se répandre davantage chez les jeunes, et, plus particulièrement, chez les adolescents, voire les préadolescents. Au point que l’on peut considérer qu’un garçon sur cinq expérimente l’usage du cannabis à partir de l’âge de 15 ans et que cela devient une habitude pour la même proportion de jeunes à l’âge de 18 ans.
Cet état des lieux est inquiétant à un double titre. D’abord, il est aujourd’hui établi que les adolescents qui fument régulièrement du cannabis sont victimes d’une désinsertion scolaire, parfois d’un repli social. Les problèmes de concentration et les pertes de mémoire sont les deux phénomènes les plus cités.
Lire la suite de l’article

Au lycée, "il y a une sorte de fatalité, tout le monde fait comme si ça n’existait pas"
Dans les témoignages qui suivent, la majorité des enseignants n’ont accepté de parler que sous couvert d’anonymat, expliquant qu’ils ne voulaient pas nuire à la réputation de leur lycée.
Lire la suite de l’article

Le mouvement lycéen prend de l’ampleur contre la loi Fillon
Alors que plusieurs centaines de lycéens manifestent depuis une quinzaine de jours un peu partout en France pour protester contre la politique de M. Fillon, mardi 1er février, quelques centaines d’entre eux se sont rassemblés autour du ministère de l’éducation nationale. Une délégation a été reçue par le ministère, mais les mouvements spontanés et comprenant une grande diversité de revendications continuent de se propager.
Lire la suite de l’article