Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 2 décembre 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 2 décembre 2015

Numérique — Décrochage — Laïcité


Le numérique est à l’honneur aujourd’hui avec les contrats de partenariat passés hier, mais aussi le décrochage avec les derniers résultats publiés. Et puis un débat surgit concernant la laïcité dans le Loiret.


Numérique

Plan numérique : l’Éducation nationale s’associe à Microsoft, rapporte Nextinpact.
« S’il est bien précisé que cette convention “ne présente aucun caractère d’exclusivité”, la pilule risque d’être dure à avaler pour certains... Les promoteurs du logiciel libre critiquent de longue date ce type d’accords, estimant qu’ils correspondent avant tout à des stratégies commerciales visant à provoquer la dépendance des utilisateurs. Ce n’est en effet pas une surprise : en prenant l’habitude d’utiliser des produits Microsoft à l’école, les enfants et adolescents auront ensuite plus facilement tendance à préférer les solutions du géant américain.
Le signal envoyé par le gouvernement semble d’autant plus surprenant que lors de la grande consultation relative au projet de loi numérique, les internautes se sont massivement prononcés en faveur du logiciel libre. La seconde proposition ayant recueilli le plus de soutiens (2 540) visait en effet à ce que les établissements scolaires et universitaires utilisent “au maximum les logiciels libres et GNU/Linux”. »

Microsoft et Éducation nationale : le gouvernement interpelle le logiciel libre (Numerama)
« L’annonce de l’accord n’a pas manqué de faire réagir les communautés du logiciel libre. “C’est comme cela qu’ils fonctionnent, la première dose est gratuite”, nous confiait hier un représentant de l’association Framasoft, qui n’hésite pas à faire l’analogie entre les produits Microsoft et la drogue.“ Ce que veut Microsoft en ce moment, […] c’est que vous utilisiez des logiciels Microsoft, pour vous y habituer.” »

Cisco, Microsoft : l’Éducation nationale multiplie les partenariats
Pour RTL, c’est positif : L’école accélère sa transition numérique

Du coup, Najat Vallaud-Belkacem déclare : « Nous avons aussi besoin que les entreprises s’impliquent à l’école » dans l’interview donnée à Marie-Christine Corbier pour les Échos.

Et le Café pédagogique insiste : Les stages de 3ème étalés sur l’année Stage en entreprise pour les chefs d’établissement.

Et la nouvelle du jour, reprise par Les Échos : Mark Zuckerberg fait don de 99% de ses actions Facebook à sa fondation caritative. « La fondation se consacrera, au moins au début, à “l’enseignement personnalisé, la recherche médicale, au fait de connecter les gens entre eux et à construire du lien social”. »

Le Monde, lui, nous informe que Wikipedia se dote d’une intelligence artificielle pour mieux repérer le vandalisme. « S’il est toujours possible pour tout internaute de modifier des articles de Wikipedia, les règles pour le faire sont devenues de plus en plus nombreuses et contraignantes au fil des années. De quoi décourager les nouveaux contributeurs, qui voient souvent leurs modifications sèchement supprimées, sans aucune explication. Résultat : une baisse significative du nombre de participants à la célèbre encyclopédie collaborative en ligne, quasi divisé par deux depuis 2007.
Pour remédier à ce problème, la Fondation Wikimedia, qui gère Wikipedia, vient de déployer une intelligence artificielle capable d’analyser les modifications introduites par des internautes pour y repérer d’éventuelles erreurs. Ce type d’algorithme existait déjà sur Wikipedia, mais le nouveau, baptisé ORES (Objective Revision Evaluation Service), est capable de distinguer deux types d’erreurs : les fautes non intentionnelles et les actes de vandalisme
. »

La Croix nous annonce un demi-million d’inscrits aux « moocs » à la française. « La plate-forme numérique Fun, qui rassemble plus de 150 cours en ligne proposés par des universités et des grandes écoles françaises, rencontre un succès croissant. »


Décrochage

Le décrochage scolaire en baisse de 20 % sur cinq ans (Le Monde)
« Pour étayer ses résultats, la ministre a utilisé deux indicateurs. Le premier mesure le nombre d’élèves qui quittent chaque année le système scolaire sans diplôme (ou seulement avec le brevet). En 2010, ils étaient 136 000 jeunes dans ce cas. En 2014, selon les derniers chiffres disponibles, ils étaient 110 000. Soit une baisse d’environ 20 %. »
« Autre indicateur, européen cette fois, le nombre de jeunes de 18 à 24 ans qui sont sans diplôme et qui ne sont pas en formation. En France, ces jeunes sont aujourd’hui 494 000, contre 620 000 il y a cinq ans. “Nous venons d’atteindre l’objectif que nous avait fixé l’Europe pour 2020, de passer sous la barre des 10 % de jeunes sans diplôme puisqu’on est désormais à 9 %”, s’est félicitée la ministre dans 20 Minutes. »

Et le Café pédagogique du jour, présente la note de la DEPP : (Les jeunes sans diplôme sont inégalement répartis sur le territoire), Décrochage : D’importantes fractures territoriales.
Décrochage scolaire : du mieux mais des efforts restent à faire.
« Éric Charbonnier, expert en charge de l’éducation à l’OCDE, pointe du doigt des problèmes persistants. »
« La précarité liée. "La France est le pays où le niveau socio-économique explique le plus le décrochage. Quand on vient d’un milieu défavorisé, on a plus de chances d’être en échec", constate l’expert en charge de l’éducation à l’OCDE. Il y a donc du mieux dans les chiffres mais il reste encore des batailles à gagner contre le décrochage scolaire. "Il faut davantage investir dans les zones sensibles, mieux former les enseignants et développer la formation continue", assure Éric Charbonnier. Et ce, quel que soit le gouvernement. "Ça doit être un sujet d’unité nationale", conclut-il. »

La province s’intéresse également à ce thème. Ainsi pour le Républicain Lorrain : De moins en moins d’élèves décrochent à l’école. Après avoir fait état de la situation, Philippe Rivet conclut son article par : « Des questions restent en suspens : l’articulation de la prévention du décrochage avec la réforme du collège. Et le redéploiement ou non de l’accompagnement éducatif de deux heures par jour en primaire et collège, dédié aujourd’hui uniquement à l’éducation prioritaire, pour des questions budgétaires. »

Éducation. Le décrochage scolaire recule en France, rapporte Ouest France. « Le décrochage scolaire recule en France, grâce à une politique de lutte contre ce fléau qui “doit faire l’objet d’un consensus national”, a déclaré mardi Najat Vallaud-Belkacem, lors d’une conférence de presse. Fin 2014, on recensait 110 000 décrocheurs, c’est-à-dire des jeunes ayant quitté cette année-là le système scolaire sans qualification, contre 136 000 en 2010, a indiqué la ministre de l’Éducation nationale. »

Et dans un autre article toujours de Ouest-France, Décrochage scolaire : un léger mieux à encourager.
« Oui mais...
Les syndicats d’enseignants observent le phénomène avec davantage de recul. Le Snes, premier syndicat dans les collèges et lycées, salue “cette diminution”. Il approuve “la pérennisation de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) qui a vu sa place mieux reconnue”.
Mais, prévient-il, “cette diminution provient également des modes précédents de chiffrage qui étaient jusqu’à ces dernières années entachés d’erreurs”. Il se félicite que “le ministère ait la volonté d’évaluer plus justement ce phénomène”. »

Enfin, Le Progrès publie un entretien : « L’école joue un rôle dans le processus de décrochage » déclare Bernard Gerde, qui dirige le Centre de ressources rhônalpin pour le raccrochage des jeunes en rupture scolaire (C4R).


Laïcité

Il y a sans doute un emballement avec la laïcité et l’état l’urgence Fiches dans les écoles : les syndicats craignent les amalgames de l’Éducation nationale dans le Loiret par Eric Normand, France Bleu Orléans.

Excès de zèle nous dit Libération : Dans le Loiret, l’Éducation nationale rêve d’un fichage des parents.

Votre revue de presse vous a été servie par Bernard Desclaux. Bonne soirée à toutes et à tous.


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Le pari du collectif

Revue n°524 - novembre 2015
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?

Les parents et l’école, trente ans de réflexion

Hors série numérique 41
Coordonné par Guy Lavrilleux
La question des relations entre les parents d’élèves et l’école n’est pas nouvelle. Les Cahiers pédagogiques en parlent et y réfléchissent depuis plus de quarante ans. Ce nouveau hors-série numérique est constitué d’articles tirés de nos archives des trente dernières années, pour mettre en perspective enjeux et débats d’hier et d’aujourd’hui, pointer les problématiques qui perdurent mais aussi des pistes pour aller vers plus de dialogue et de coéducation.