Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 1er octobre 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 1er octobre 2014

Numérique — Le système — Enseignement supérieur — Un voyage à Moscou


Une actualité particulièrement chargée concernant le numérique. Un peu de place néanmoins pour des infos sur notre système scolaire et l’enseignement supérieur. Nous terminerons par l’annonce d’un voyage à Moscou.


Numérique

L’actualité du numérique est riche aujourd’hui.

Ce mardi, cinq villes bretonnes ont inauguré en simultané le campus numérique de Bretagne. À Lorient, Saint-Brieuc, Brest, Rennes et Lannion, élus, présidents des universités et acteurs du premier campus connecté multisites en Europe ont présenté cette nouveauté.” Campus numérique. La Bretagne à la pointe

PNG - 36.3 ko

Le manuel numérique gagne du terrain à l’école. “Près d’un tiers des enseignants du primaire, collège et lycée se sert d’un manuel numérique dans les cours, que ce soit au moyen d’un grand écran interactif (ou « tableau blanc »), de tablettes ou plus généralement d’ordinateurs disponibles dans les salles. Tel est le principal enseignement d’une enquête parue hier sur Les usages des ressources numériques en 2014, menée auprès de 15 283 professeurs par l’institut TNS-SOFRES, commandée par l’association Savoir Livre qui regroupe les principaux éditeurs de manuels scolaires (Belin, Bordas, Hachette, Hatier, Magnard, Nathan). Globalement, il s’agit d’une bonne nouvelle, puisque la proportion a doublé depuis 2011 : de 16% voici trois ans, ils sont aujourd’hui 29% a faire cours à l’aide de ces ressources numériques.” “Si l’usage des manuels numériques, fers de lance de la révolution de l’e-enseignement, n’est pas davantage enraciné à l’école et au lycée c’est principalement, selon l’enquête, « pour des raisons d’équipement et d’acquisition de ressources, jugés insuffisants par 70% des enseignants« . De plus, un enseignant sur deux manque de formation technique et pédagogique à ces nouveaux outils. Pourtant, point positif, les professeurs qui utilisent le manuel numérique jugent à 68% qu’il facilite la concentration des élèves, à 74% qu’il stimule la curiosité, à 83% qu’il capte l’attention et à 71% qu’il rend plus concret le contenu des cours.
Les TIC pour transformer l’éducation : exemples et mode d’emploi. Présentation du document : Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) : Transformer l’éducation : le pouvoir des politiques relatives aux TIC, 2013. Lien : http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002218/221860f.pdf
Le Labo de la BNF publie un interview de Michèle Drechsler, Inspecteur de l’Education Nationale, conseillère TICE du recteur pour l’Académie Orléans-Tours, La bibliothèque du futur : Interview n°1
Ailleurs, àa bouge aussi. Ainsi en Belgique, Ecole numérique : 300 expériences pilotes pour les élèves, et au Canada (sans doute au Québec, L’école de demain passe par une personnalisation de l’apprentissage. Un article à lire. “« Nous voulons amener l’élève à développer sa créativité et lui donner l’occasion de créer davantage. Les enseignants sont également des apprenants actifs, en contrôle de leur cheminement et sont autonomes quant à leur développement professionnel. Il est primordial de respecter le rythme de chacun, tout comme nous le faisons avec les élèves », ajoute M. Yvon pour bien faire comprendre que la formule est en évolution.”. On relève espaces différenciés de travail, classe inversée,et autres formes d’évaluation…
A Madagascar : Écoles publiques – L’éducation numérique débarque.
Savoirs & Connaissances, nouveau magazine sur l’enseignement
Un an après le rachat du site de littérature jeunesse, Les Histoires Sans Fin, ActuaLitté annonce la création d’une nouvelle plateforme, tournée vers le monde scolaire, l’éducation et la pédagogie : Savoirs & Connaissances.” “La France entre dans une phase de consultation nationale autour de différentes réformes menées tant sur le socle de connaissances, de compétences et de culture. En février prochain, ce seront les programmes scolaires. Savoirs et Connaissances souhaite accompagner ces nouvelles perspectives, avec un regard différent.” Et Le Nouvel Observateur en parle également : Lancement d’un nouveau magazine sur l’éducation, "Savoirs et Connaissances".

Nouveau programme Éducation au cinéma. “ L’« Éducation au cinéma » fait sa rentrée à l’international ! Destiné aux enseignants du monde entier, ce programme propose des films accessibles à tous les niveaux – de l’école primaire au lycée et au-delà.”. A voir sur le site de L’Institut français de cinéma.
Et les grands groupes poursuivent leur positionnement.
Google Drive for Education : stockage gratuit et illimité. “Le programme Google Apps for Education vient de faire encore un petit bon avant. Dans les semaines à venir, les nouveaux utilisateurs comme ceux déjà existants auront accès à Drive for Education, une version de la solution de stockage en ligne du géant dédiée, comme son nom l’indique, au secteur de l’éducation. Drive for Education fait suite à Drive for Work et amène en fanfare le stockage illimité, offre un stockage individuel de fichiers jusqu’à 5 To, ainsi bien sûr que le chiffrement automatique, qui est maintenant monnaie courante chez le géant, l’option étant par ailleurs activée par défaut sur le futur Android L."
Et Numéra nous informe Comment Microsoft cherche à s’imposer dans les écoles françaises
Au début du mois, le magazine Spécial Investigation de Canal+ a diffusé un reportage réalisé par Pascale Labout consacré à "l’école du futur", en s’intéressant notamment au lobbying exercé par les multinationales, et en particulier par Microsoft, pour intégrer les salles de classe et écarter les logiciels libres.


Le système

Le Café pédagogique propose plusieurs articles à propos du décrochage. L’édito : Décrochage : La bataille sera gagnée dans la classe. Après avoir rappelé la spécificité du décrochage en France, le poids du diplôme et comme partout, le cout insupportable du décrochage, François Jarraud termine son édito par “Mais alors comment ont-il fait en Pologne ? La scolarité obligatoire a été prolongée jusqu’à 18 ans , avec un tronc commun sans sélection jusqu’à 16 ans. La notation a été revue et on note sur six. En même temps un socle commun a été mis en place. La solution au décrochage est bien dans la classe et dans ses pratiques quotidiennes. C’est là , dès le primaire, que les choses se jouent.
Décrochage : Mobilisation en Ile-de-France
Décrochage : La recherche pointe du doigt l’Ecole. Compte rendu du séminaire organisé par Denis Fougère et Agnès Van Zanten dans le cadre du Liepp Sciences Po le 30 septembre. A lire. “Qu’elle le fabrique ou qu’elle se montre efficace dans les dispositifs qu’elle met en oeuvre contre le décrochage, l’Ecole est au centre des motifs qui jettent chaque année 140 000 jeunes hors système sans diplôme. Si les politiques s’emparent vraiment de ce dossier, ils pousseront à la transformation de l’Ecole. Les décrocheurs pourraient bien sauver la refondation.”

A Pontault-Combault : Des amendes pour les parents retardataires. “Voilà qui encouragera encore plus les parents à courir jusqu’à l’école. La ville de Pontault-Combault en Seine-et-Marne a mis en place un système d’amendes pour les parents d’élèves retardataires. « Un enfant qui reste au-delà de 19 heures, cela nécessite de demander à nos animateurs de rester sur un temps supplémentaire, donc forcément, de payer des heures supplémentaires », justifie Sara Ferjule, maire adjointe de Pontault-Combault au micro de France TV Info ce mardi.
Lionel Jeanjeau, l’un de nos compères de la revue, fait une découverte en Archéologie : Les interros surprise existent encore. “Découverte archéologique majeure : les "interros surprise" existent encore ! Non, ne soyez pas sceptiques, je les ai rencontrées. Et comme dans le bon vieux temps (vous savez, quand tout était mieux, avant les dévastations des pédagogistes), elles jouent pleinement leurs rôles. Avec une efficacité et une précision que nul ne saurait remettre en question.

Libération s’interesse au Budget 2015 : éducation et enseignement supérieur préservés. “L’Education nationale et l’Enseignement supérieur restent préservés dans le projet de budget 2015, avec la poursuite de la création des 60.000 postes promis sur le quinquennat, et une aide aux communes « les plus fragiles » dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires.”. Et
Maryline Baumard sur le Monde détaille ce budget dans son article L’école, premier budget de la nation.


Enseignement supérieur

Camille Stromboni sur Educpros propose n long article bien documenté Les universités à l’heure de l’austérité qui se termine par une inquiétude : ”Un avenir inquiétant
"Cette tension sur les capacités d’enseignement mais aussi la détérioration des conditions de recherche engendrent une grande lassitude, ajoute Philippe Boutry (Paris 1). De plus, la course aux appels d’offres demande une énergie invraisemblable par rapport aux résultats.
"
"C’est là le plus inquiétant, souligne le président du Havre. On se dirige vers une rupture au niveau des équipes de recherche : les ’anciens’ vont partir, sans qu’on puisse les remplacer. On sera face un trou générationnel dans certaines spécialités, il n’y aura pas de passage de relais."
"Et lorsqu’on voit le budget 2015, il est clair que cela ne peut que s’aggraver, conclut William Martinet (Unef). Ce qui est totalement contradictoire avec l’objectif de réussite étudiante affiché par le ministère."

Le rapport étant sorti ; le Monde pointe : Le mauvais bulletin de l’Ecole polytechnique et détaiille l’un des problèmes :
RÉFORME DE LA « PANTOUFLE »
M. Cornut-Gentille déplore que ni la direction générale des armées « ni le contrôle financier, pas plus que le Parlement, ne se sont émus au cours des années 2000 de cette situation ». Un exemple révélateur des « difficultés » de l’école ? La réforme de la « pantoufle », évoquée depuis plus de dix ans et annoncée depuis plusieurs mois, n’a toujours pas été publiée par décret.
Les élèves de Polytechnique, qui sont des officiers sous contrat, perçoivent une solde de 473 euros par mois, en contrepartie de laquelle ils s’engagent à travailler pendant dix ans dans un corps de l’Etat. A défaut, ils doivent rembourser une partie de cette solde, la « pantoufle ».
Or un polytechnicien « menant carrière dans des institutions bancaires américaines est exonéré de remboursement », et 23 % des diplômés de 2012 ont effectué leur premier emploi à l’étranger. A l’inverse, seulement 13 % ont rejoint un corps de l’Etat.

Pendant ce temps-là, à Toulon : l’antenne d’une université médicale privée portugaise condamnée à fermer. “Le tribunal de grande instance de Toulon (Var) a condamné mardi l’antenne française d’un centre universitaire portugais à fermer « immédiatement » ses sites de La Garde (Var) et Béziers (Hérault), qui comportent au total 300 étudiants environ. Le TGI a jugé que ce centre privé, qui forme notamment des chirurgiens dentistes, ne respecte pas la loi en ne précisant pas au rectorat ses conditions d’enseignement, les contenus des formations et les profils des enseignants.”. Le Monde précise L’université Fernando-Pessoa condamnée à fermer ses portes
Un modeste syndicat, l’Union des jeunes chirurgiens-dentistes (UJCD) Union Dentaire, a obtenu ce que le gouvernement n’a pas réussi à faire en deux ans. Saisi en référé, le tribunal de grande instance (TGI) de Toulon a prononcé, le 18 septembre, la fermeture de l’association Centre libre d’enseignement supérieur international (Clesi), nouveau nom de l’université française Fernando-Pessoa. Le jugement est exécutoire trente jours après sa notification. Il est assorti d’une sanction de 100 euros par jour de retard. C’est donc une vraie victoire malgré la modicité de la pénalité.

Le nouveau programme de mobilité Erasmus + s’adresse aussi aux jeunes moins favorisés. “La philosophie du programme se veut en outre globale, avec l’ambition d’impulser "un nouveau partenariat entre tous les acteurs de l’éducation, de la formation et de la jeunesse", mais aussi "un nouveau partenariat entre l’éducation et le monde du travail". Au niveau européen, "Erasmus+ financera de nouvelles alliances entre les instituts de formation et les entreprises pour moderniser l’apprentissage et booster sa qualité et sa quantité partout en Europe"”a précisé Androulla Vassiliou (commissaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse).


Un voyage à Moscou

Et l’Express nous apprend que En congé maladie, Farida Belghoul continue de voyager. Un billet aller seulement ?

Et très bonne soirée à toutes et à tous.

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Apprendre avec le numérique


Revue n°498 - juin 2012

Le dossier présente une grande variété de pratiques pédagogiques, de méthodes recourant à des outils numériques pour mieux faire apprendre, dans un cadre collectif comme dans l’accompagnement individuel. Ni révolution, ni scandale. L’enseignement est en mouvement, grâce au numérique aussi.

Quel cinéma !
Revue n°512 - mars 2014

Un dossier pour aborder le cinéma d’une part comme un objet culturel, support d’apprentissages, élément d’un patrimoine à partager, apprécié largement, mais abordé selon des modalités socialement différenciées ; d’autre part comme une pratique très accessible à l’ère du smartphone, occasion de développer des compétences.

École et territoires

Hors-série n°Cahiers d’Éducation & Devenir n° 21 - fevrier 2014

Publication disponible uniquement au format numérique (PDF), en téléchargement depuis notre site.
L’école doit devenir partie prenante des territoires afin que se bâtissent alliances et fédérations. Tous les temps et les lieux éducatifs dans le territoire peuvent contribuer à l’acquisition par tous d’un socle commun, à la réduction des inégalités.