Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 1er décembre 2010


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 1er décembre 2010

Désobéir (suite) – Au tour du Cned… - London Calling !-


Désobéir (suite)
L’inspecteur d’académie de Toulouse maintient la sanction disciplinaire à l’encontre du prof désobéisseur Alain Refalo, contre l’avis du Conseil supérieur de la Fonction publique de l’Etat.
Dans Libération, on trouvera une interview d’Alain Refalo. Ce professeur des écoles de Colommiers, leader des « désobéisseurs » vient de se voir confirmée par l’inspecteur d’académie (IA) de Toulouse sa sanction c’est-à-dire un abaissement d’échelon. Pour mémoire, outre le fait d’avoir transformé les deux heures d’enseignement personnalisé aux élèves en difficulté en atelier de théâtre pour l’ensemble de sa classe, il était reproché à l’instituteur de Colomiers de l’avoir assumé dans un courrier rendu public.

Suite à l’audition d’Alain Refalo le 14 octobre à Paris, le Conseil supérieur de la fonction publique de l’Etat (CSFPE) avait jugé « disproportionnée » cette sanction disciplinaire prise par l’IA. La dite commission de recours proposait de la remplacer par un simple blâme. Ce que refuse l’IA de Toulouse.
Dans cette interview à Libération , Alain Refalo déplore cet acharnement : “Il avait la possibilité de dénouer les nœuds du conflit en s’appuyant sur cette recommandation du CSFPE. Par sa décision, il relance l’affrontement. C’est sa responsabilité.. Selon l’enseignant, la “désobéissance pédagogique” est une “démarche profondément éthique et responsable qui ne pénalise aucunement les élèves, bien au contraire. ” Et il ajoute “Face aux fossoyeurs de l’Education nationale, nous n’avons pas d’autre choix que de résister ouvertement. ”.
Les “désobéisseurs” annoncent de nouvelles actions en janvier et d’ici là l’organisation samedi 4 décembre d’un forum des résistances dans les services publics avec pour objectif d’organiser une convergence des actions et une mutualisation des expériences.

Au tour du Cned…
Après le CNDP, après l’INRP, c’est au tour du CNED d’être menacé... Le Centre national d’enseignement à distance était en grève mardi 30 novembre pour dénoncer sa restructuration et dénoncer les «  restrictions budgétaires » et le « désengagement de l’État », qui menacent cet établissement public.
Au cœur de toutes les inquiétudes : le plan de «  modernisation  » engagé l’année dernière par le ministère de l’Éducation nationale. Sur fond de RGPP (révision générale des politiques publiques), cette restructuration radicale du Cned vise à transformer les huit instituts répartis sur l’ensemble du territoire en de simples «  unités de production  » (avec des gains de postes à la clé), mais aussi à «  rentabiliser  » au mieux les offres de formation, dont 80 % relèvent désormais du secteur concurrentiel. Dans cette perspective les tarifs de certaines formations ont augmenté très fortement. Les BTS du tertiaire sont passés de 600 à 800 euros, le CAP petite enfance de 399 à 695 euros… Quant aux quelque 200 formations jugées «  moins rentables  », elles sont menacées de disparaître. Le journaliste de L’Humanité qui rend compte de cette évolution note que plusieurs dirigeants nouvellement nommés au Cned viennent de France Télécom…

London calling…
Ils étaient plusieurs milliers de jeunes à manifester, mardi 30 novembre, contre le projet du gouvernement britannique de tripler les droits d’inscription dans les universités anglaises et galloises. Dans la foule, il y avait aussi des lycéens, voire des collégiens, furieux de la disparition programmée d’une allocation de 30 livres (35,8 euros) par semaine pour les élèves de terminale les plus pauvres.
Alors que les frais d’inscriptions se montent actuellement à 3 290 livres par an (3 900 euros), le gouvernement propose de les augmenter jusqu’à 6 000 livres et, dans certains cas, jusqu’à 9 000 livres par an (10 700 euros). Ils seraient couverts par un système de prêts, remboursables lorsque l’étudiant diplômé gagnera plus de 25 000 euros par an. Le gouvernement a défendu sa réforme, qui sera soumise au vote des députés avant Noël, en expliquant que les étudiants les plus pauvres ne devront pas rembourser ces montants. Sauf qu’aux frais d’inscriptions s’ajoutent les dépenses « de vie » (logement, nourriture), 8 300 euros par an en moyenne pour Oxford ou Londres, sachant que la plupart des étudiants britanniques étudient loin du domicile parental. « Ce qui signifie qu’à la fin de trois ans d’études, vous pouvez être endetté de 57 000 euros », détaille un responsable étudiant.
Après les dernières manifestations qui ont dégénéré en violence, le mouvement s’oriente vers des occupations d’universités. Comme le note Libération , pour la première fois depuis longtemps, des slogans sur la division des classes sociales sont réapparus dans les rues britanniques. « Evidemment que ces mesures vont accentuer les différences sociales. Qui, issu d’une classe moyenne ou pauvre, voudrait entamer ses études avec la perspective d’une dette pareille ? » s’interroge Julian, étudiant en français et espagnol.
Il y a très longtemps au siècle dernier, les Clash chantaient dans London Calling :
London calling to the faraway towns
Now war is declared - and battle come down
London calling to the underworld
Come out of the cupboard,you boys and girls
… ”.
Les étudiants britanniques vont-ils relancer la lutte des Clash… ?

Bonne Lecture...


Libération.fr du 01/12/10 (certains articles payants)

Ouvrir un internat d’excellence, c’est fermer un internat de réussite éducative
Hier on encourageait les internats de réussite éducative. Aujourd’hui on n’en a plus que pour l’excellence. L’internat de réussite éducative de Mériel (Val d’Oise) vient ainsi d’apprendre que l’Etat réduisait de 70% ses subventions en 2011. Et qu’il risquait donc de disparaître.
Lire la suite de l’article

« Face aux fossoyeurs de l’éducation, nous n’avons pas d’autre choix que de résister »
L’inspecteur d’académie de Toulouse maintient la sanction disciplinaire à l’encontre du prof désobéisseur Alain Refalo, contre l’avis du Conseil supérieur de la Fonction publique de l’Etat.
Lire la suite de l’article

Grand coup de frais sur les facs anglaises
Fait rarissime outre-Manche, les plus prestigieuses universités se mobilisent pour protester contre l’augmentation spectaculaire des coûts de scolarité.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 01/12/10

Bénévolat : des ambassadeurs dans les collèges et lycées
Pour fidéliser les jeunes, les associations doivent apprendre à travailler différemment.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 01/12/10

Faire de l’autisme la "grande cause nationale 2011"
Depuis trop longtemps, la situation des personnes autistes en France est qualifiée de "dramatique" par les observateurs. Déjà, en 2003, la France est condamnée, à ce sujet, par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). En décembre 2007, le Comité consultatif national d’éthique parle quant à lui de"maltraitance".
Lire la suite de l’article

Une association alerte sur les substances chimiques contenues dans les repas des enfants
Plus de quatre-vingts substances chimiques, dont certaines susceptibles d’être cancérigènes, sont ingérées en une seule journée par un enfant de 10 ans à travers ses repas composés suivant les recommandations du ministère de la santé, selon une étude du mouvement Générations futures – qui milite notamment pour une agriculture sans pesticides et sans OGM – et du réseau Health and Environnement Alliance, en partenariat avec WWF-France et le Réseau environnement santé.
Lire la suite de l’article

Universités, évasion fiscale : les jeunes Britanniques renouent avec la contestation
Ils étaient quelques milliers - 8 000 à Londres, 2 000 à Bristol, 1 000 à Cambridge et à Manchester... - à manifester, mardi 30 novembre, contre le projet du gouvernement britannique de tripler les droits d’inscription dans les universités anglaises et galloises (l’Ecosse est autonome en matière d’éducation). Dans la foule, il y avait aussi des lycéens, voire des collégiens, furieux de la disparition programmée d’une allocation de 30 livres (35,8 euros) par semaine pour les élèves de terminale les plus pauvres.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 01/12/10

Le Cned lutte pour sa survie
Les personnels du Centre national d’enseignement à distance étaient en grève, hier, pour dénoncer sa restructuration et des méthodes de management venues de France Télécom.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 01/12/10

Rien vu...


France Soir du 01/12/10

Rien vu...


La Croix du 01/12/10

Frères et sœurs, un lien pour la vie
Relation affective imposée entre enfants d’une même famille, le lien fraternel se tisse tout au long de la vie. Entre complicité et rivalité, comment se transforme-t-il à l’épreuve du temps et au temps des épreuves ?
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 01/12/10

Rien vu...


20 minutes du 01/12/10

Des cancérogènes dans les menus des enfants
Durant une journée, un enfant absorberait près de 50 substances cancérogènes simplement en mangeant …
Lire la suite de l’article

Près de Saint-Etienne, l’apprentissage de la lecture devient un jeu
Enseigner la lecture par petits groupes de six pour mieux s’adapter aux besoins des élèves : à l’école Arthur-Rimbaud, dans une banlieue difficile de Saint-Etienne, cet apprentissage semé d’écueils est désormais vécu comme un jeu.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 01/12/10

Rien vu...


Ouest-France du 01/12/10

Rien vu...


Le Journal du Dimanche du 01/12/10

Rien vu...


Le Nouvel Obs Permanent du 01/12/10

Rien vu...


L’Express.fr du 01/12/10

Fracture, la guerre des mondes
Ce soir, à 20 h 35 France 2 diffuse Fracture, un excellent téléfilm d’Alain Tasma (lire son interview ici). Sur le principe des destins qui se croisent façon film chorale, il met en scène une prof débutante, un gamin aux rêves brisés, un jeune médecin qui a commis une erreur médicale, un père veuf débordé. Tous s’acheminent vers une destination commune : la mouise, la vraie, celle qui pue et qui arrache des larmes. Je ne vais pas vous dévoiler l’histoire, et vous invite plutôt à le regarder.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 01/12/10

Le Cned menacé du syndrome France Telecom
Mardi 30 novembre le personnel du Centre national d’enseignement à distance (CNED) était en grève. Le conseil d’administration prévu ce même jour n’a pu se tenir faute de quorum. Le personnel est inquiet sur son avenir et celui du Centre. Entre suppressions de postes et management commercial, le Cned est traversé d’une crise grave, "modernisation" pour les uns, "marchandisation" pour les autres.
Lire la suite de l’article

Point d’étape et Journée de la formation des maîtres
Alors que le ministre reçoit la presse pour "un point d’étape" de l’année scolaire, la FSU a décidé de faire du 1er décembre une Journée de la formation des maîtres.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 01/12/10

Rien vu...


Slate.fr du 01/12/10

Rien vu...


ÉducPros du 01/12/10

Diversité dans les écoles de commerce : pourquoi ça coince
Peu de chance d’intégrer les toutes meilleures écoles de commerce sans un bac S mention très bien et une prépa dans l’un des 10 meilleurs lycées de France. C’est ce que révèle notre enquête sur la diversité dans les ESC, publiée ce mercredi 1er décembre 2010 sur letudiant.fr.
Lire la suite de l’article

Colloque des IUFM : leur avenir est dans la recherche
Le moral laminé par deux années de lutte contre la mastérisation, les directeurs d’IUFM se sont réunis en colloque, les 25 et 26 novembre 2010, pour réfléchir à leur avenir. « Deux jours de débats passionnés », de l’aveu du président de la CDIUFM, Gilles Baillat, qui ont permis de dégager un projet pour les IUFM : la structuration de la recherche en éducation.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 01/12/10

Chatel veut "rassurer" sur la réforme de la formation des enseignants
Le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, a voulu "rassurer" mercredi sur la mise en place de la réforme de la formation des enseignants et sur la scolarisation des élèves han­dicapés, tout en faisant état d’une "montée en puissance" de la réforme du lycée en seconde.
Lire la suite de l’article

"Masterisation" : la directrice de l’IUFM du Limousin démissionne
La directrice de l’IUFM du Limousin depuis 2008, Valérie Legros, a démissionné de son poste pour protester contre la réforme de la formation des enseignants, la "mastérisation", a-t-elle indiqué mercredi au quotidien régional Le Populaire du Centre.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !