Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 18 octobre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 18 octobre 2017

Idéologies - Lycée - Enseigner - Supérieur - Divers

Beaucoup d’idéologies et de polémiques scolaires dans l’actualité. On parle aussi de dyslexie, d’écriture inclusive, d’enseignement supérieur...


Idéologies

Pour commencer, une analyse par François Dubet de la nouvelle idéologie scolaire du ministre de l’éducation. “Le nouveau ministre de l’Éducation nationale paraît incarner une politique conservatrice en matière scolaire. Pourtant, un examen approfondi de ses propositions signale un changement profond de méthode et d’orientation, fondé sur l’expertise. Ceci appelle un déplacement de la critique sur le terrain de la recherche.”

“Dubet : Avec Blanquer une nouvelle idéologie. " Si on prend au sérieux les livres de Jean-Michel Blanquer, il ne faut pas voir dans sa philosophie scolaire une série de « mesurettes », mais une rupture profonde. Si ses propositions en venaient à s’appliquer, c’est le cœur de l’institution lui-même qui en serait bouleversé. À la tradition scolaire française d’un pilotage par les normes édictées par le centre auxquelles les acteurs doivent se conformer, Jean-Michel Blanquer propose de substituer un pilotage par les résultats : l’évaluation et l’audit à la place de l’inspection", explique François Dubet dans La vie des idées.” (Le Café pédagogique)

Une mise à plat de la fausse querelle du pédagogisme qu’on peut retrouver à longueur d’articles sur l’éducation.
"Que cherche Jean-Michel Blanquer en réactivant la vieille polémique contre le pédagogisme ? Sans doute à donner des gages à l’aile la plus conservatrice du monde éducatif. Cela veut-il dire que le ministre a renoncé à la véritable réforme, évoquée par Emmanuel Macron pendant sa campagne, celle qui donnerait une large autonomie aux établissements et les laisserait adapter leur pédagogie au profil de leur population d’élèves ?"


Lycée

Au lycée, la polémique du moment concerne les SES, l’autre matière (avec l’histoire) qui se retrouve régulièrement dans les médias. D’ailleurs un rapport plaide pour des sciences éco obligatoires pour tous en seconde.
"Un avis commandé en 2016, en pleine polémique sur les programmes de sciences économiques et sociales, vient d’être présenté au Conseil supérieur des programmes. Il plaide pour un enseignement plus ouvert des SES. Un sujet sensible."

Philippe Watrelot (membre de la commission chargée de rendre un avis sur cet enseignement) revient sur la fabrique des programmes de Sciences économiques et sociales. "Comprendre comment les polémiques médiatiques et le travail des groupes de pression interférent sur la fabrication des programmes. Les ingrédients sont à peu près toujours les mêmes. On a d’abord une lecture partielle et partiale des manuels qu’on confond avec les programmes. On a même une double illusion d’optique puisqu’on confond aussi les manuels avec les pratiques réelles des enseignants en classe. Ensuite, on s’appuie sur des réseaux et des institutions qui permettent de médiatiser le débat. On peut faire appel, selon les cas et les disciplines, au « bon sens » ou à la déconnexion avec la réalité pour justifier la critique des programmes."

Claude Lelièvre aborde la réforme du bac, pour éviter le bis repetita.
“A l’adresse d’abord du redoublant Jean-Michel Blanquer, afin qu’il n’échoue pas sur les obstacles qui ont mis François Fillon à genoux. La répétition est généralement mortifère. On n’y échappe pas en ignorant le passé (ce qui est souvent de l’ordre de la dénégation plus ou moins apeurée), mais au contraire en le connaissant au mieux.”


Enseigner

Utiliser les jeux vidéo grand public en classe
"Les sciences de l’éducation, lorsqu’il est question de mettre les jeux vidéo au service des apprentissages, convoquent plus souvent les serious games que les jeux grand public, alors même que ces derniers suscitent massivement l’engouement des élèves. Atouts, limites et modalités de l’utilisation en classe de ces productions issues de l’industrie culturelle."

Serait-ce une découverte révolutionnaire ? En tout cas, si cela pouvait inciter le ministère à former tous les enseignants à la prise en charge des dys...
"Physiciens à l’université de Rennes 1, Albert Le Floch et Guy Ropars ont découvert le secret de la dyslexie ou plutôt pourquoi des gens sont dyslexiques. Leur étude est publiée mercredi, dans la prestigieuse revue de référence The Royal Society. Et si vous êtes dyslexiques, c’est d’abord une question de symétrie trop parfaite de vos tâches de Maxwell qui se trouvent dans vos yeux."

"Le système éducatif est à l’origine du pessimisme des Français. Selon deux professeurs de la Grenoble Ecole de Management, le pessimisme français puise en partie ses sources dans notre système éducatif. Découragés petits, nous ne parviendrions plus à avoir confiance en l’avenir de notre pays.”
Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas rendu les professeurs responsable d’un nouveau mal de la société. A quand l’étude montrant l’école responsable du réchauffement climatique ?

Jean-Michel Zakhartchouk revient avec raison sur la polémique de l’écriture inclusive. On peut y être opposé et être féministe. Ce n’est pas incompatible.
"Quand on plaide pour une diminution des accents circonflexes ou une réduction drastique des trémas, voire, ô crime de lèse-orthographe, une simplification radicale des accords des participes passés, comment pourrait-on défendre un mode d’écriture qui d’une part va ralentir le rythme d’écriture, va gêner la lecture et d’autre part éloigne l’écrit de l’oral (« les parisien.ne.s –où mettre le second « n » ?- à l’écrit, parisiens/parisiennes à l’oral) ?
Il y a plus. Sous prétexte de défendre les droits des femmes, on succombe à une idéologie aberrante de la langue, qui serait productrice de la pensée et qu’il faudrait corriger."


Supérieur

Supérieur : Le Sgen dénonce la baisse des moyens
"Madame Frédérique Vidal a annoncé, le 14 septembre 2017, que le budget de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation augmentera de 700 millions d’euros en 2018 par rapport au budget initial de 2017. Cette augmentation est largement présentée comme devant permettre de faire face notamment à l’accueil d’étudiants toujours plus nombreux dans les universités", écrit le Sgen Cfdt. Mais voilà : "En 2018, les universités, les grands établissements et les écoles disposeront de 128,5 M€ de plus pour assurer leurs dépenses de masse salariale et de fonctionnement, soit une augmentation d’environ 1%. Seulement, avec plus de 30 000 étudiants supplémentaires à la rentrée, les universités ne verront donc pas leurs moyens augmenter. Au contraire, ils baisseront." Et les universités seront bien incapables d’accueillir le flot croissant des étudiants."

Plus de bac pros en BTS : une expérimentation réussie
"L’académie de Lille expérimente depuis la rentrée 2016 un dispositif visant à augmenter le nombre de bacs pros acceptés en STS. Le bilan est positif."

Formation : “le mode actuel de recrutement des enseignants est catastrophique
"Pour Raymond-Philippe Garry, vice-président du RIFEFF, ex-président de la CDIUFM, il est temps de mettre en place un système de formation "réellement" opérationnel. En revoyant d’abord la place des concours de recrutement dans le cursus des futurs profs."


Divers

Les vacances de la Toussaint sont-elles utiles ?
"Sept semaines après la rentrée scolaire, voilà déjà les vacances de la Toussaint qui comment ce samedi pour deux semaines. Pour plus de 4 Français sur 10, ces congés d’automne arrivent trop tôt et sont les moins utiles de l’année."
Encore une fois, on demande leur avis aux personnes qui ne sont pas directement concernées. Comme si l’on me demandait mon avis sur les conditions de travail des boulangers...

Les départements veulent une autre gestion du numérique avec l’Etat. Un sujet brûlant d’actualité quand on voit les disparités entre les départements, les dysfonctionnement de la répartition des responsabilités entre rectorats et collectivité territoriale.
" De nombreux départements souhaitent qu’un modèle de gouvernance soit précisé pour faciliter leurs échanges avec les rectorats, dépositaires de la compétence pédagogique, afin que les investissements menés par ces départements touchent réellement leur cible en termes d’usages". C’est une des conclusions, peut-être pas la plus nouvelle, d’une vaste étude que le Café pédagogique s’est procurée, réalisée pour l’Association des départements de France (ADF) sur "les politiques départementales sur le numérique éducatif". L’intérêt de cette étude c’est qu’elle est autant un bilan des plans numérique précédents tels que les départements le sont vécu, qu’un exercice de prospective amenant les départements à définir un modèle numérique pour leurs collèges. Et force est de dire que les départements ont beaucoup appris..."

Les pérégrinations de 3 enseignants en Finlande : quelles pédagogies ?

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.