Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 18 avril


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 18 avril

Parcoursup - Divers

L’actualité éducative de ce mercredi est assez disparate, avec de nouveau un zoom sur Parcoursup, qui n’en finit pas de créer la polémique. Des informations diverses complèteront cette courte revue de presse.


Parcoursup

France Inter se demande si Parcoursup ne va pas finir par poser problème (dingue !) : « Les vœux des lycéens pour leur entrée dans l’enseignement supérieur commencent à être examinés par des commissions dans les universités et déjà certaines fac pointent l’impossibilité de classer tous les dossiers. Or ce classement est nécessaire pour la gestion et l’affectation des candidats par la plateforme Parcoursup ». L’ennui avec la communication politique du bouc émissaire, c’est qu’on finit toujours par en découvrir les mensonges et les non dits (en l’ocurrence le sous financement dramatique des universités) . Et comme on ne joue pas impunément avec le sort de centaines de milliers de lycéens, souhaitons que la malhonnêteté et le manque de réflexion des responsables de ce fiasco soient récompensés comme ils le méritent.
Le Figaro Etudiant consacre d’ailleurs un article aux universités qui refusent d’appliquer Parcoursup : « « Parcoursup soulève de nombreuses interrogations et critiques. » Pour Nathalie Dompnier, présidente de l’université Lyon-II, le nouvel outil de répartition des candidatures des lycéens dans l’enseignement supérieur rencontre des contestations légitimes. Opposée au principe du classement des élèves prévu sur la plateforme, elle propose « d’accepter sans condition toutes les candidatures, tous baccalauréats confondus, dans les filières qui ne sont pas sous tension ». Tous les vœux seront classés ex aequo. »


Divers

Commençons par un excellent article de Mediapart, qui fait le bilan du macronisme en matière d’éducation : « Emmanuel Macron s’était engagé à dédoubler les classes de CP en éducation prioritaire, ce qui a été fait. Son ministre, Jean-Michel Blanquer, s’est attaché durant cette année à afficher sa volonté de tout bouleverser de la maternelle au lycée. Sa collègue de l’enseignement supérieur s’est attelée pour sa part, avec quelques heurts, à la réforme d’accès à l’université en mettant en place une sélection. » Complet et nuancé, je recommande vivement.
VousNousIls se penche sur une initiative d’un collectif pour sauver l’école rurale, et c’est également très intéressant : « Dans le Lot, des "États Généraux de l’école rurale" ont réuni des centaines de profs, d’élus et de familles, pour "sécuriser les postes d’enseignants" et fermer moins de classes. Résultat : 30 propositions, remises hier à J-M Blanquer. »
Directfm s’intéresse à la mobilisation contre la fermeture des CIO :« Le ministère du travail a dévoilé récemment son nouveau projet de loi intitulé « Liberté de choisir son avenir professionnel ». Celui-ci a été annoncé en mars 2018 et vient compléter la réforme des lycées et le plan étudiant. Au programme : transfert des délégations de l’ONISEP aux régions et fermeture des Centres d’Informations et d’Orientation (CIO). Le collectif interorganisations de l’académie de Nancy-Metz se mobilise.
Alors que cette compétence a toujours été confiée à l’Éducation Nationale, ce sont désormais les Régions qui se chargeront de l’orientation des élèves du secondaire. Ce changement va alors entraîner une réorganisation des métiers de l’orientation. Les délégations de l’ONISEP seront transférées aux Régions et les Centre d’Information et d’Orientation (CIO) fermeront leurs portes progressivement d’ici à deux ans. Les psychologues de l’Éducation Nationale seront, quant à eux, affectés au sein même des établissements scolaires. »

Enfin, signalons une enquête intéressante réalisée dans des lycées populaires : « Dans le cadre d’une vaste enquête réalisée auprès de 7 000 lycéens visant à mesurer leur degré d’adhésion à des thèses et pratiques radicales, l’INJEP participe plus spécifiquement au volet portant sur le sentiment d’injustice et de discrimination. Les résultats font apparaître un puissant désir de réussite de la part de lycéens déclarant pourtant subir de multiples injustices et discriminations. La forte adhésion des jeunes des quartiers populaires au modèle d’intégration, qui est censé garantir l’égalité des chances à chacun quelle que soit sa place sur le territoire français, peut toutefois engendrer de profondes frustrations en cas de défaillance de ce principe d’égalité. » Certains feraient bien de la lire attentivement...
Aurélie Gascon


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.