Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 17 mai 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 17 mai 2017

L’école de Macron encore -

En ce jour de lutte mondiale contre l’homophobie c’est malgré tout les questionnements autour des décisions du nouveau président qui emportent la majorité des articles. Viennent ensuite des luttes contre les discriminations et enfin quelques pratiques pédagogiques. Une actualité joliment éclectique donc.


L’école de Macron, encore

Sur son blog Claude Lelièvre semble certain que ce sera “Benoist Apparu nommé ministre de l’Education nationale. Enfin ?”. “S’il y a quelqu’un qui s’est préparé à ce poste et l’a souhaité ardemment de longue date, c’est bien lui. Il l’a même annoncé publiquement (et innocemment) dès le 20 mai....2009.” et si c’est le cas, voici le projet qu’il portait avec Alain Juppé “d’abord l’autonomie des établissements. Là où la réforme actuelle prévoit 20 % d’autonomie, nous voulons 100 % pour la gestion de la DGH (dotation horaire globale). Elle sera annualisée et globalisée. Le principal et le "Conseil éducatif d’établissement" pourront par exemple décider que les 6ème auront 7h de maths pendant un semestre, et trois seulement ensuite, ou que seront prélevés les moyens d’aider une quinzaine d’élèves en difficulté qui sont en groupes de 5 pendant 5h par semaine, quitte à ce que les autres groupes comptent 35 élèves... L’établissement fait ce qu’il veut de ses moyens.”
Finalement ce sera Jean-Michel Blanquer qui a publié récemment un article qui effectivement ressemblait à une candidature.

Libération se demande « Que change la déclaration de Macron sur les classes bilangues ? »
Lors de sa visite à Berlin, lundi, le nouveau président annonçait via Twitter qu’ « à partir de septembre prochain, les classes bilangues (deux langues dès la sixième, ndlr) rouvriront en France ». Il remet sur le tapis une vieille polémique, faisant des raccourcis : les classes bilangues n’ont pas disparu, loin de là.

Même questionnement sur les délais pour le Courrier Picard. “L’école voulue par Emmanuel Macron déjà à marche forcée ?
Le candidat d’En Marche s’est engagé lors de la campagne à réduire à 12 élèves les classes de CP en éducation prioritaire, dès septembre. Le délai est jugé trop court par les syndicats enseignants.

Le Café pédagogique évoqueLe Snes et le Snuipp face aux réformes Macron
Un futur ministre sous pression. C’est ce que préparent le Snes et le Snuipp Fsu. Les deux syndicats annoncent déjà vouloir porter des revendications devant le futur titulaire de la rue de Grenelle. Les deux syndicats sont eux mêmes portés par leurs militants hostiles aux premières mesures décidées par E Macron.”


Lutte contre les discriminations

Francebleu nous signale queLes lycéens [sont] appelés à porter une jupe vendredi pour promouvoir l’égalité hommes-femmes
Cette Journée de la jupe vise à dénoncer les inégalités salariales, d’accès aux postes de direction ou de partage des tâches domestiques, mais aussi des phénomènes comme le harcèlement de rue, les inégalités d’orientation entre les filles et les garçons à niveau égal, a expliqué à l’AFP Coline Mayaudon, déléguée à la communication au Syndicat Général des Lycéens (SGL).

Le Café pédagogique met en lumière le blog d’uneProfesseure des écoles maître formateur, Sylvie Maillard anime un blog tourné vers l’accompagnement des stagiaires à l’école primaire, notamment en maternelle. Particularité : le blog nous plonge directement dans la classe et les pratiques de classe et d’équipe pédagogique. Il faut lire par exemple les propos recueillis en classe par S Maillard sur les stéréotypes de genre exprimés par les petits élèves. Elle propose des pistes concrètes pour y faire face.

Ce même média s’interroge : “L’Ecole combat-elle l’homophobie ?
La Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie est célébrée tous les 17 mai. Sauf à l’Ecole en France ? L’association SOS Homophobie a publié son rapport annuel : elle a reçu 1575 témoignages, soit 19,5% de plus qu’en 2016 ! Parmi les constats : une nette augmentation de la haine envers les personnes trans, une parole qui sur internet exprime, anonymement, ouvertement, de plus en plus fréquemment, insultes et rejet, une homophobie qui reste importante au quotidien, en famille ou au travail. A l’Ecole en particulier, l’homophobie est hélas présente et, en témoignent beaucoup, très destructrice : chacun.e, enseignant.e, personnel de direction, ministre, en prendra-t-il la mesure pour enfin agir ?

En écho, on peut lire ce communiqué de l’UNSA éducation : “Le 17 mai : Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie


Pédagogies

France TV info s’intéresse à l’éducation bienveillante.
Se sentir bien en classe pour apprendre mieux, c’est l’objectif d’enseignants dans les Yvelines qui ont mis en place une méthode pour canaliser la violence et les émotions à Trappes.”

Sur son blog, Adrien Guinemer évoque sa séance du matin, “Prof du XXIeme siècle ?” où il a tenté une expérience d’autonomie plutôt réussie.


Brèves

La Croix a rencontré Cédric Villani : « Plus personne ne me demande à quoi servent les mathématiques.  »
En matière d’éducation, on y trouve l’un des plus grands écarts de tout l’OCDE, avec un énorme fossé entre ceux qui se débrouillent le mieux et ceux qui souffrent le plus. Nos mauvais scores PISA sont certainement dus au malaise du monde enseignant, tiraillé entre de multiples sons de cloche contraires, confrontés à une gestion des ressources humaines extrêmement frustrante, et à la séduction tout à fait légitime de l’industrie, à une époque où les enseignants de mathématique peuvent saisir quantité d’opportunités dans l’industrie, plus rémunératrices et moins compliquées. Cela sera un gros travail de toute la société pour reprendre les choses en main.”

Le Monde annonce queL’engagement citoyen des étudiants va les aider à obtenir leur diplôme”.
A partir de la rentrée 2017, les activités associatives, professionnelles, militaires et le service civique pourront faire gagner des points ou permettre d’aménager son cursus.

LCI mentionne un souvenir émouvant queLes parents les conservent précieusement dans le tiroir : la photo de classe est chaque année l’événement immanquable. Le moyen de garder un souvenir de son enfant.

AtlanticoComment la surexposition aux écrans génère de graves difficultés pour apprendre à parler.
De plus en plus d’orthophonistes reçoivent des enfants de deux / trois ans ne sachant pas du tout ou très mal parler, ce qui témoigne d’un retard très préoccupant dans leur développement global.
” ou n’est-ce pas le manque de temps des parents pour leur parler ?

Émilie Kochert avec une récolte de Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 537 - Classes inversées

Dossier coordonné par Françoise Colsaët et Héloïse Dufour
mai 2017

La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s’opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l’amorce d’un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s’attache à mieux cerner ce qu’est la classe inversée.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

N° 532 - Justice et injustices à l’école
Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
novembre 2016