Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 17 janvier 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 17 janvier 2017

L’apprentissage et l’orientation — Le bac et sa réforme — Le Supérieur et Parcoursup — Ressources

Des polémiques bien sûr autour des réformes, de l’apprentissage, du bac, du supérieur. en bonus quelques ressources.


L’apprentissage et l’orientation

Hier, le Café pédagogique indiquait : Les régions emportent l’orientation scolaire et l’apprentissage. “" Les fils du dialogue sont renoués" a déclaré Hervé Morin, président de l’Association des régions de France (ARF) à la sortie d’une rencontre décisive avec le premier ministre le 15 janvier. Selon l’ARF, non seulement les régions restent pilotes pour l’apprentissage mais elles emportent l’orientation scolaire.”

Mais c’est pas si simple, et le Café pédagogique du jour remarque, Orientation : Recadrage entre régions et Etat. “Alors qu’au soir du 15 janvier l’Association des régions de France publiait un communiqué annonçant que " le Premier ministre et le ministre de l’Education nationale ont donné leur accord pour que l’orientation puisse être confiée aux Régions", le 16 janvier les propos de l’ARF sont plus prudents. S’il semble bien que l’Etat et les régions se sont mis d’accord pour que celles ci aient la main sur l’apprentissage, l’orientation scolaire reste visiblement un point sensible où l’Etat s’engage avec précaution. Pour F Bonneau, vice président de l’ARF, interrogée par le Café pédagogique, il est question maintenant de nouvelles discussions avec l’Etat.”

Débat : apprentissage, comment faire mieux ?En appelant à une « révolution copernicienne », la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a placé la réforme de l’apprentissage sur le terrain culturel et sociétal. Il s’agit d’imposer l’apprentissage, dans l’inconscient collectif, comme une « voie d’excellence » vers l’emploi.
Le souffle que l’exécutif ambitionne de donner à une de ses réformes clés inspirera-t-il les débats qui agitent les régions tout autant que l’ensemble des acteurs du système ?
” par Laurent Aléonard, Directeur académique de l’EMLV, Pôle Léonard de Vinci – UGEI. Réflexions surtout centrées sur l’apprentissage dans le supérieur.


Le bac et sa réforme

Réforme du bac : Tout ça pour ça…. ? Philippe Watrelot sur son blog. “Les auditions de la commission Mathiot concernant la réforme du bac sont maintenant terminées et le rapport devrait être rendu public, nous dit-on, à la fin du mois de janvier ou au début du mois de février.
Il sera temps alors de réagir à ses propositions et plus encore de voir ce que le Ministre en fera.
Mais, dans l’attente, la lecture des informations émanant de ces dernières auditions me font, pour l’instant, m’interroger : “tout ça pour ça ?”
.”

La réforme du BAC en période de soldes : la casse du lycée public et du BAC en marche !Dans le plus grand secret et le silence des médias des milliardaires, le régime Macron s’attaque au lycée et à la réforme du BAC. Une réforme du BAC et du Lycée dont les détails devraient être finalisés d’ici la fin du mois de janvier, mais en réalité une réforme écrite de longue date. Une réforme du BAC en période de soldes qui prépare de fait la casse du lycée et est la poursuite au niveau de l’enseignement secondaire de l’entreprise de casse sociale lancée avec les lois Macron, El Khomri et ordonnances loi travail d’une part et la mise en place de la sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur et de l’Université.” par le Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

Réformes du bac et du 1er cycle : la modularisation et l’individualisation sont-elles transposables au lycée ? (débat AEF) Par Julie Lanique. "Quel rôle pour le bac dans l’accès 1er cycle ? Quel calendrier des épreuves ? Vers un lycée modulaire et une individualisation des parcours des élèves ? Tels sont les thèmes qui ont été abordés lors de la table ronde organisée par le groupe AEF à l’occasion du salon Postbac le 12 janvier 2018, qui était intitulée "Comment la réforme du bac peut-elle répondre aux nouvelles conditions d’accès à l’enseignement supérieur ?" François Germinet (CPU), Thierry Terret, recteur de l’académie de Rennes, et Bénédicte Durand, doyenne du collège universitaire de Sciences Po, plaident pour des systèmes plus individualisés. A l’inverse, Philippe Tournier (SNPDEN-Unsa), estime qu’il s’agirait d’un "lycée des rêves", et Valérie Sipahimalani (Snes), pense qu’un enseignement par modules "éparpillerait" les élèves. Tous deux défendent le modèle pédagogique de la classe.”


Le Supérieur et Parcoursup

Parcoursup : ce qui change et pourquoi ? sur le site du gouvernement “himself”. “Parcoursup, la nouvelle plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur, a été lancée le 15 janvier par le Gouvernement. Tout ce qu’il faut savoir pour avoir les idées claires.”

Parcoursup : une start-up lance un cours en ligne pour s’y retrouver dans les nouvelles règles d’accès à l’université. "Comment s’y retrouver et choisir son orientation post-Bac sur Parcoursup, la nouvelle plateforme d’inscription dans l’enseignement supérieur ? Une start-up propose un mooc, un cours en ligne, Trouvetavoie.net, ouvert à tous et gratuit."

Présenté également par l’Etudiant TrouveTaVoie, un MOOC pour vous aider à réussir votre orientation. “Vous êtes en première ou en terminale ? Ce nouveau MOOC, produit par l’ESSEC Business School en partenariat avec Didask et l’Etudiant, et avec le soutien de la Région Île-de-France, vous aidera à construire, étape par étape, votre projet d’orientation. Visite guidée.” TrouveTaVoie.

La réforme APB va-t-elle priver les bacheliers pro et technologiques d’université ? Par Anthony Cortes. “La plateforme Admission-Post-Bac enterrée, c’est au tour de Parcoursup de prendre le relai. En place depuis ce lundi 15 janvier, elle est soupçonnée d’instituer une "sélection déguisée" à l’université. Et les premiers à en payer le prix pourraient être les bacheliers issus de filières professionnelles et technologiques.”

Avec Parcousup, le gouvernement instaure la sélection ! Grève le 1er Février !Par Jean-marc B sur son blog. “Dès lundi, une dizaine de lycées ont bloqué dans le pays pour protester contre la mise en place de cette réforme. Ils montrent la voie à suivre ! Le 1er février, une date de mobilisation est appelée par l’intersyndicale de l’enseignement supérieur. Alors, tous et toutes en grève le 1er février pour obtenir l’abrogation de cette réforme dévastatrice  !”

Une intersyndicale contre Parcoursup. “Neuf organisations, des syndicats enseignants comme la Fsu, la Ferc Cgt, la Fnec FO et la fédération Sud Education, des organisations lycéennes comme le SGL, l’UNL et l’UNL SD ainsi que l’UNEF, condamnent la nouvelle procédure d’orientation et dénoncent la sélection à l’entrée de l’université. Pour elles la mesure va engendrer "d’interminables listes d’attente".”

Olivier Rollot sur Le Monde : Toujours plus d’étudiants. Mais où s’inscrivent-ils ? Qui sont-ils ?C’est LE défi des années à venir et il dépasse de loin la question du fonctionnement d’APB. Comment recevoir toujours plus d’étudiants dans un système déjà largement dépassé ? Avec 44 800 nouveaux étudiants cette année (58 900 si on prend en compte les doubles inscriptions des élèves de CPGE) et 225 000 en cinq ans, l’enseignement supérieur français connaît un essor inégalé depuis maintenant dix ans. En ce début d’année 2018 profitons-en pour faire le point.”

Sélection à l’université : de la reproduction sociale à l’exclusion. Par Leïla Frouillou, Maître de conférences en sociologie, université Paris Nanterre et Julie Le Mazier, Docteure en science politique. "La nouvelle plate-forme « Parcoursup » pour l’orientation post-bac prétend assurer une place à tous les élèves dans l’enseignement supérieur. Une nouveauté qui cache le manque de moyens des universités et qui oblige les élèves à devenir les auto-entrepreneurs de leur avenir."


Ressources

Redoublement : Un choix politique plus que pédagogique ?"Bien que la littérature sur le redoublement soit plutôt pléthorique, nous considérons au terme de cette analyse que, contrairement à l’idée reçue, la recherche a encore beaucoup de progrès à faire. En attendant, il nous semble important d’arrêter de prétendre que la Science détient la vérité sur le sujet et qu’elle plaide de manière unanime pour le passage obligatoire plutôt que pour le redoublement... Le choix consistant à privilégier l’un ou l’autre doit donc fonder pour l’instant sa légitimité sur des bases autres que scientifiques, en l’occurrence des bases politiques". Quelques mois après la décision ministérielle d’autoriser le redoublement, Hugues Draelants livre une mise au point précieuse sur une question controversée dans une Note publiée par la FCPE. Pour lui les dernières recherches mettent à égalité redoublement et passage automatique en ce qui concerne leur (in)efficacité. La question devient politique entre le choix de l’école sélective ou d’une école qui abandonne la logique méritocratique.”

Sur eduveille de l’IFE, Olivier Rey présente deux documents :
Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans
Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années.
Et La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident… pour Olivier Rey. “En Angleterre comme un peu partout, on estime dans les communautés scientifiques et éducatives que l’on dispose aujourd’hui d’un certain nombre de résultats suffisamment robustes pour améliorer l’apprentissage. On se rend compte, en revanche, que la plus grande partie des enseignants connaissent mal ces résultats et rencontrent des obstacles pour se les approprier.
C’est pour surmonter ce problème que l’Education Endowment Foundation a lancé depuis trois ans une série d’études visant à expérimenter les différentes façons de partager les résultats de la recherche avec les enseignants. Différents degrés de dissémination de ces résultats ont été testés, de la familiarisation la plus superficielle jusqu’à l’engagement d’enseignants dans des séminaires de travail visant explicitement le transfert de résultats de recherches dans les pratiques d’enseignement. Ces études ont été menées avec l’objectif de mesurer l’efficacité de ces différents processus : les résultats scolaires des élèves (en fin d’école primaire) provenant d’écoles avec intervention des chercheurs ont été comparés avec ceux d’écoles sans intervention (groupe contrôle).
” Mais petite déception…. à lire la suite dans ce texte.

Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale de la France à propos de l’interdiction des téléphones par Marc-André Girard (@magirard), Directeur du secondaire au Collège Beaubois. Doctorant en administration de l’éducation. Conférencier et auteur du livre : « Le changement en milieu scolaire québécois »

Education : Blanquer brandit la science contre l’idéologie par Jacques Billard. "La désignation par Jean-Michel Blanquer de Stanislas Dehaene, chercheur en sciences cognitives, à la tête du Conseil scientifique consultatif fait partie, on peut le supposer, d’un vaste plan de rétablissement de l’Éducation nationale à partir de l’enseignement primaire. La méthode ? On en appelle à des experts ayant pignon sur rue, comme Cédric Villani pour les mathématiques ou Boris Cyrulnik pour les écoles maternelles."

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en
cours

Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou
novembre 2017
La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?