Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 15 décembre 2004


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 15 décembre 2004

Emmanuel Davidenkoff, un des meilleurs journalistes spécialisés dans l’éducation, signe une tribune dans son journal pour dire ce qu’il pense de la future loi d’orientation (présentée demain au CSE) et de son manque d’ambitions. C’est le principal élément à retenir dans la presse du jour, en attendant demain la présentation du projet de loi au vote du CSE (Conseil Supérieur de l’Éducation)
Bonne Lecture...


Libération du 15/12/04

Du conformisme éducatif
L’idée de passer outre les organisations enseignantes et les fédérations de parents d’élèves pour « réformer » l’école est tentante. Allègre avait essayé, Ferry aussi ; François Fillon, dont le texte vient jeudi 16 devant le Conseil supérieur de l’Education, pourrait réussir.
Nul n’ignore, y compris au sein de ces organisations, les décalages qui existent entre les discours officiels et les pratiques individuelles. C’est ainsi qu’un système éducatif prévu _ sur le papier et dans ses structures _ pour être attentif à chacun se transforme en machine à entériner les inégalités. Le coût social et humain de ce gâchis est considérable. Il n’épargne pas les personnels d’éducation : leur conscience professionnelle et leur sens du service public sont rudement éprouvés par l’impossibilité de remplir le cahier des charges que leur fixe la société _ faire réussir tous les élèves.
Faut-il, pour les y aider, conforter l’organisation actuelle du système tout en ménageant des espaces spécifiques pour les élèves en échec ? C’est le choix de François Fillon.[...]
L’école du XXIe siècle se construira donc sur des références bâties à la fin du XIXe. Pourquoi pas. Ce fragile équilibre survit. Confrontée à de formidables mutations depuis trente ans, l’institution scolaire a « résisté ». Contre les tentations du zapping et de l’immédiateté, elle maintient l’exigence de la durée et de la réflexion. Contre le prêt-à-consommer des industries culturelles de masse, elle plaide pour la permanence du patrimoine, le génie de l’oeuvre. Contre l’image omniprésente, elle veut offrir les outils pour déceler l’indicible. Contre la dégradation du marché de l’emploi, elle continue à délivrer des formations et des diplômes qui, toutes les études le montrent, demeurent les meilleurs remparts contre le chômage ou l’exclusion. On pourrait tourner chacune de ces victoires en défaite ? Soit. Mais le mythe tient, le récit se prolonge, la geste s’interprète.
A tout prendre, mieux vaut pourtant ce combat sincère, mis en mots parfois plus qu’en actes, que pas de combat du tout. Or le plus inquiétant est peut-être que la future loi méprise jusqu’à cette sincérité. Laquelle aurait mérité mieux qu’un texte qui, pour l’essentiel, ne légifère pas, au sens où il n’établit pas de mécanisme juridique qui permettrait à un quelconque « juge » de dire si elle est ou non respectée. Loi « politique », donc. Pendant ce temps, la vraie politique, celle qui incarne des paroles en actions, se joue ailleurs, dans le désengagement financier de l’Etat, qui supprime postes et crédits à tour de bras au nom d’une démographie en berne. Qu’il justifie suppressions ou créations de postes, cet argument demeure stérile tant qu’il n’est pas accompagné de propositions sur la façon dont la richesse nationale est investie dans l’éducation. Elles appelleraient imagination, générosité et courage politique, imposeraient des ruptures, des remises en cause de modèles apparemment évidents, une vision prospective audacieuse. Mais présenteraient l’inconvénient de risquer de bousculer l’opinion. Inconvénient apparemment rédhibitoire aujourd’hui.
Lire la suite de l’article

Portrait : Alain Connes, 57 ans, mathématicien.
Son compte est bon

Sous des dehors de premier de la classe, il dessine les contours d’une science nouvelle et reçoit aujourd’hui la médaille d’or du CNRS.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 15/12/04

Police : Villepin est contre « tout comptage ethnique »
Comment assurer l’égalité des chances d’embauche dans la fonction publique sans en passer par les quotas ? Le débat rebondit de ministère en ministère et, hier, c’était au tour de l’Intérieur de présenter le rapport ad hoc rédigé par le sociologue Azouz Begag.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 15/12/04

Rien vu...


Le Parisien du 15/12/04

« L’art à l’école n’est pas une matière mineure »
DE MULTIPLES personnalités du monde du spectacle lancent ce matin, depuis le théâtre du Rond-Point à Paris, un appel national pour « la présence régulière des arts et des artistes dans l’école ». Restrictions budgétaires obligent, les classes à PAC (projet artistique et culturel) qui étaient 25 000 en 2001 (un million d’élèves) ne sont plus que 8 000 aujourd’hui. Le comédien Robin Renucci, qui anime des stages de formation pour les futurs enseignants et s’occupe d’élèves à Pantin (Seine-Saint-Denis) lors d’ateliers théâtre, nous explique son engagement.
Lire la suite de l’article

« Des élèves se sont excusés »
LA REUNION de sensibilisation a duré plus de deux heures hier matin. Autorités scolaires, civiles, politiques et religieuses, les 60 délégués de classe, tous ont eu la parole pour s’expliquer sur les incidents du jeudi 2 décembre au collège Bourtzwiller de Mulhouse. Ce jour-là, Elie Hayoun participe dans cet établissement à un atelier découverte des trois religions monothéistes.
Lire la suite de l’article

Des « cadets de la République » vont devenir policiers
« LE MELTING-POT à la française ne peut pas s’accommoder d’une rigidité comme celle de la discrimination positive ou de l’imposition de quotas », a déclaré hier matin le sociologue et écrivain Azouz Begag en remettant à Dominique de Villepin, ministre de l’Intérieur, son rapport sur la promotion de l’égalité des chances. Tout en rappelant que « l’égalité est le ciment de notre République », le ministre s’est prononcé contre la discrimination positive que défendait son prédécesseur, Nicolas Sarkozy : « On ne peut pas corriger une inégalité par une autre inégalité. Les effets pervers seraient pis encore.
Cela nous conduirait à renforcer le communautarisme et aboutirait à une République à plusieurs vitesses. » Pour faciliter l’accès des jeunes des quartiers aux métiers de la police et de la gendarmerie, Dominique de Villepin a annoncé le développement du dispositif des « cadets de la République » qui permet aux jeunes issus de l’immigration de suivre une formation en alternance lycée professionnel-école de police sur une année scolaire afin de préparer le concours de gardien de la paix. De 550 en 2004, le nombre de « cadets » passera à un millier en 2005.
Lire la suite de l’article


La Croix du 15/12/04

Aider les ados en aidant leurs parents
Les ados déstabilisent de plus en plus les adultes qui doivent faire face sans pouvoir s’abriter derrière des normes sociales préétablies
Lire la suite de l’article


20 minutes du 15/12/04

Rien vu...


Le Monde daté du 16/12/04

L’inauguration d’un amphi à Corte fait tousser deux préfets
Un amphithéâtre de l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Corte portera-t-il le nom d’un militant fameux du FLNC ? Vingt-sept ans presque jour pour jour après la mort de Jean-Baptiste Acquaviva, tué le 15 novembre 1987 au cours d’une tentative d’attentat - et devenu depuis un symbole pour une génération de militants nationalistes -, les préfets des deux départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse ont annoncé, mardi 14 décembre, leur refus d’assister à l’inauguration de l’IUT, le lendemain.
Lire la suite de l’article