Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 13 mai 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 13 mai 2015

Réformes — Apprentissage — Orientation — Divers


Actualité ? Essentiellement les réformes. Donc je reprends le “conte et le décompte” des pour et des contre. Et en tout cas ça “titre à vue”. Ce sera long, tenez bon. Il y aura tout de même des infos sur l’apprentissage et l’orientation. Et quelques divers pour terminer.


Réformes

La réforme explosive. Pour un nouveau collège. “Le collège est historiquement un sujet de conflit. C’est l’histoire inachevée du collège unique lancé par René Haby, il y a quarante ans.
Il faut inlassablement répéter que 140 000 élèves sortent chaque année du système scolaire sans diplôme. La querelle qui est permanente oppose les partisans de l’effort et de l’autorité et les pédagogues…qui ne font que reprendre la formule de Jules Ferry : « Il ne faut pas dicter la règle à l’enfant, il ne faut pas qu’il s’ennuie ». Les programmes sont soumis à consultation des professeurs et du public : http://eduscol.education.fr/

La conférence de presse du 11 mai des “réformistes” a eu des échos dans la presse. Ainsi pour le Café pédagogique : Collège : Les réformistes n’ont pas peur du 19 mai. “Fort du vote favorable du Conseil supérieur de l’éducation, le camp réformiste de l’éducation nationale ne croit pas dans une mobilisation massive contre la réforme du collège le 19 mai. Le Se-Unsa, le Sgen Cfdt, Education & Devenir, la Fcpe et le Crap ont scellé leur alliance pour la réforme le 11 mai. Ils ont vanté une réforme permettant une démocratisation du collège et promis que les langues vivantes et anciennes seraient mieux traitées qu’avant.

La Croix annonce que Les partisans de la réforme du collège veulent eux aussi occuper le terrain. “Face à la mobilisation des opposants à la réforme du collège, les partisans du projet du ministère de l’Education ont décidé de riposter. Avec pour objectif de "démolir les rumeurs", rappeler que cette réforme compte aussi des soutiens et qu’elle n’enlève rien aux élèves les mieux lotis.” Et la Croix continue : Collège, les partisans de la réforme donnent de la voix. “Parmi les pro-réforme figurent également le Secrétariat général de l’enseignement catholique et l’Apel (Association de parents d’élèves de l’enseignement libre).” “Principale fédération de parents d’élèves du public, la FCPE s’est ainsi associée à deux syndicats réputés « réformistes », le Sgen-CFDT et l’Unsa, pour saluer une réforme qui « constitue une étape indispensable dans la construction d’un collège pour tous, adapté à notre société complexe, plurielle, ouverte sur le monde d’aujourd’hui ».”

20Minutes en parle également : Les partisans de la réforme du collège veulent eux aussi occuper le terrain

Des intellectuels se sont exprimés au sujet de la réforme.
Dans Le Monde ils sont pour : « Halte à l’élitisme conservateur ! ». “La polémique ignore l’essentiel, la lutte contre l’échec scolaire, estime un collectif dans une tribune au « Monde ».” “Ce qu’il faudrait valoriser, c’est justement tout ce qui permet de combattre l’échec scolaire. Et cela passe de plus en plus par des programmes moins lourds et par des stratégies pédagogiques pensées à l’échelle de l’établissement. Les médiocres résultats du collège français dans les comparaisons internationales, mais aussi l’image dévalorisée des élèves et des enseignants qui s’y développe justifient largement qu’on cherche à rompre avec le mythe d’un traitement uniforme des collégiens et qu’on retrouve, derrière l’image abstraite de l’élève, des situations d’enseignement plus réalistes.
C’est le chemin qu’ouvrent les EPI. Ces débats sont certainement moins grandioses, mais sans aucun doute beaucoup plus utiles à l’intérêt général.
” Un texte signé par : Maya Akkari (responsable du pôle Education du think tank Terra Nova), Christian Baudelot (sociologue), Laurent Bigorgne (directeur du think tank Institut Montaigne), Anne-Marie Chartier (historienne), Roger Establet (sociologue), François Dubet (sociologue), Dominique Julia (historien), Marc-Olivier Padis (directeur de la rédaction de la revue « Esprit »), Antoine Prost (historien), Thierry Pech (directeur général de Terra Nova) et Benjamin Stora (historien).

Sur son blog, Jean-Michel Zakartchouk propose Pédagogistes et ministres destructeurs de la culture d’autrefois. Il y évoque évoque Jules Ferry.

Réforme du collège : « La réussite de tous ne peut plus passer par des règles uniformes ». "Pour Claude Thélot, ancien président de la Commission du débat national sur l’avenir de l’école (2003-2004), faute d’encourager l’expérimentation et de s’appuyer sur une vraie différenciation des moyens éducatifs, les réformes engagées depuis 2012 restent insuffisantes."
Mais on a bien sur Alain Finkielkraut dans le Figaro qui fait dans le léger… L’ouverture (sic) de son intervention titrée L’école de la thérapie par le mensonge remplace celle des savoirs commence ainsi : “Il n’appartient pas à l’école républicaine de combattre toutes les inégalités, mais d’assurer, autant que faire se peut, l’égalité des chances pour donner à chacun sa juste place selon ses aptitudes et son mérite. Mais il ne s’agit plus de cela : c’est au scandale ontologique d’un partage inégal de la pensée entre les hommes que s’attaque, depuis quelques décennies, l’Éducation nationale. Confondant l’ordre de l’esprit, où prévaut la hiérarchie la plus stricte, et l’ordre de la charité, où règne l’amour universel, elle promet la réussite pour tous et rabaisse continuellement le niveau d’exigence afin de ne pas déroger à son serment. Les sociologues lui ayant de surcroît révélé que les « héritiers » avaient accès par droit de naissance à la culture que l’école a pour mission de transmettre au plus grand nombre, l’institution a pris le taureau par les cornes et décidé de mettre l’essentiel de cette culture au rebut. L’école est devenue la nuit du 4 Août permanente de ce que Malraux appelait « l’héritage de la noblesse du monde ».

JPEG - 133.5 ko
Réforme : L’heure est grave Dessin de JiMo

Des politiques bien entendu s’y mettent. Julien Dray prophétise 1 million de manifestants le 19 mai. Il est comme “"Plusieurs ténors socialistes mettent en garde quant à l’éventualité d’une mobilisation massive contre la réforme de Najat Vallaud-Belkacem".”

Jérôme Dubus, Conseiller de Paris, Secrétaire national de l’UMP : Réforme du collège : la nouvelle fabrique des cancres.

Et le Gouvernement répond. Voir la vidéo : Manuel Valls à Bruno Le Maire : "Votre bilan sur l’éducation ? Moins de moyens, plus d’inégalités". Et sur France Info : Réforme du collège : Valls soutient sa "grande" ministre de l’Education.
Et Coignard dans Le Point, Éducation : l’hystérie gouvernementale. “Manuel Valls perd ses nerfs à l’Assemblée alors que le pouvoir se livre à une communication quasi stalinienne. Le plus court chemin vers la guerre scolaire.”

Et une petite pique…. Réforme du collège : un sénateur UMP félicite Macron pour sa pratique du latin....

Tout en nuances, un ex-ministre de l’EN Luc Ferry attaque Najat Vallaud-Belkacem : sa réforme va "décérébrer des innocents"

JPEG - 72.9 ko
Décérébration, Dessin de Geneviève Brassaud

Et, et, ... dans Le Point, Pour Sarkozy, "l’école de la République est en danger". “Jugeant la réforme de la ministre de l’Éducation nationale "désastreuse", le président de l’UMP assure que l’école va devenir "médiocre".

JPEG - 114.8 ko
Diviser c’est un boulot à plein temps Dessin de JiMo

Libération a fait un dossier qui titre à la Une “Et si elle avait raison ?” (décryptage + interviews). Réforme du collège : toujours la même baston par Alain AUFFRAY et Marie PIQUEMAL. Nicolas Offenstadt : « Des oppositions à la réforme pitoyables » INTERVIEW de Nicolas Offenstadt est historien, maître de conférences à Paris-I. François Durpaire : « Vers une nouvelle manière d’enseigner » par Marie PIQUEMAL, INTERVIEW de François Durpaire (maître de conférence en sciences de l’Education). Marie Duru-Bellat : « La sélection, oui, mais plus tard ». Sonya FAURE interviewe Marie Duru-Bellat, sociologue, spécialiste des inégalités dans le système scolaire. Paul Raoult « Un intérêt porté aux conditions de travail ». par Sylvain MOUILLARD. Intervew de Paul Raoult président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves).
La mixité sociale à l’école, idéal oublié par Jean-Pierre OBIN Ancien inspecteur général de l’Education nationale. La France est le pays le plus injuste, celui où le milieu d’origine des élèves a le plus d’influence sur leur destin scolaire. Repères. Collège. L’essentiel de la réforme. Et l’édito de Laurent Joffrin… intitulé Toupet commence par ce rappel : “La mauvaise foi outrancière avec laquelle la droite et une partie des intellectuels accueillent la réforme de Najat Vallaud-Belkacem a quelque chose d’accablant. Non que ces projets soient exempts de reproches, loin de là. Mais il arrive un moment où le dogmatisme à front bas des procureurs de la gauche passe les limites. D’où vient cette réforme ? D’une constatation attestée par plusieurs études internationales, à commencer par les enquêtes Pisa de l’OCDE, et dont le sens général ne fait pas de doute : depuis une quinzaine d’années, la performance globale du système scolaire français est en baisse. Avec un toupet hors du commun, l’opposition actuelle incrimine « l’idéologie égalitariste » en vigueur à gauche. Mais qui a géré le système scolaire pendant cette décennie funeste ? On croit se souvenir vaguement que de 2002 à 2012 la droite était au pouvoir. La voilà donc implacable avec les résultats de sa propre gestion…

L’Express fait le point : Réforme du collège, c’est quoi le problème ?. Et l’Humanité annonce : Un délégué ministériel nommé pour promouvoir l’allemand. “la ministre de l’Éducation nationale a annoncé la nomination d’un délégué ministériel en charge de veiller à la «  promotion  » de cette langue, chargé de veiller à l’application «  d’objectifs très ambitieux  » en la matière. Le nombre d’élèves apprenant l’allemand devra ainsi passer en 2016 de 178 000 à 200 000 en primaire et de 487 000 à 515 000 au collège.

Le Monde : Réforme du collège : les enseignants consultés. “La procédure est prévue dans les textes et le ministère de l’éducation nationale s’y tient, malgré les critiques qui, ces dernières semaines, se sont abattues sur les nouveautés prévues à la rentrée 2016 au collège. Du 11 mai au 12 juin 2015, les enseignants sont invités à donner leur avis et à émettre des suggestions sur les programmes du primaire et du collège. « À l’issue de cette consultation, une synthèse sera élaborée par la Direction générale de l’enseignement scolaire, rendue publique et transmise au Conseil supérieur des programmes », indique le ministère. Rappel des principales mesures qui, pour le collège, ont suscité colère, incompréhensions et critiques.

Sur le Bondyblog, Francois Dubet : "parler de la fin du modèle éducatif est exagéré". Une interview à lire. Par exemple à la question : Quelle est votre position sur la question de l’enseignement du latin ? il répond : “C’est une des question les plus folles qui soient. Il n’est pas prévu de supprimer l’enseignement du latin. L’enjeu, c’est de ne pas faire des langues anciennes le prétexte à la constitution de classes homogènes permettant de regrouper de “bons élèves”. Ces derniers vont en général faire du latin ou du grec pour être dans la bonne classe et l’abandonner dès le lycée. Je préfère un système qui dit : tout ceux qui veulent faire du latin en font. Mais dès lors que vous faites des classes de « bons » d’un coté, vous créez des classes de « mauvais « de l’autre. Ce genre de dispositif provoque une inégalité de l’offre scolaire véritablement choquante. Je suis pour le latin et le grec, mais il ne faut pas séparer les gamins, ceux qui le veulent resteront deux heures de plus pendant que les autres feront autre chose !

Le débat sur l’éducation nous rend schizophrènes Louise Tourret. “Nous avons assisté à une succession, assez rapide dans le temps, de deux débats scolaires qui semblent refléter des angoisses très fortes. Et qui se contredisent totalement.
D’un coté, en janvier, la peur panique que l’école ne réussisse pas, plus, à intégrer un certain nombre des enfants de la République au sein son modèle. Que cette école ne garantisse pas l’unité de la nation.
De l’autre, aujourd’hui, en mai, que cette même école soit un vrai collège unique, plus uniforme. Un collège qui donnerait moins de possibilités à certains de se distinguer par le jeu des options et tournerait le dos à l’élitisme républicain
.”

Encore des critiques…
Le latin, une discipline en perte de vitesse qui concerne un demi million de collégiens.
L’état du débat
Collège, une réforme contre les élites ?. “Faut-il voir dans la réforme du collège un nivellement par le bas ou une lutte plus efficace contre les décrochages et les inégalités scolaires ? A l’approche de la journée de mobilisation contre la réforme du 19 mai, le débat s’envenime.
Réformes du collège et des programmes : le point sur les polémiques. “Le débat fait rage sur la suppression des options latin et grec ainsi que des classes bilangues, l’autonomie des établissements, la refonte des programmes d’histoire.

Michel Lussault préside le Conseil supérieur des programmes (CSP), à l’origine des projets de programmes scolaires qui nourrissent depuis quelques semaines un vif débat. « L’idée de vouloir faire de l’histoire un “roman national” est dérangeante ».

Le ministère sert Lavisse avec Pierre Nora. “A l’heure où nous publions ce texte, les contours de la situation sont encore incertains, mais un point est d’ores et déjà clair : Pierre Nora entend peser de tout son poids sur les programmes. Afin de mesurer à quoi l’on expose l’enseignement de l’histoire au collège dans les semaines à venir, Aggiornamento s’est livré à une lecture critique de l’entretien de Pierre Nora publié publié dans le Journal du dimanche le 3 mai dernier.


Apprentissage

Une autre réforme importante est en cours.
Apprentissage : la France doit-elle s’inspirer du modèle allemand ?. “Pour l’Institut Montaigne, la France devrait s’inspirer de sa voisine outre-Rhin. Le think tank libéral vient de publier une étude de Bertrand Martinot, économiste et ex-conseiller social de Nicolas Sarkozy. Son titre : l’apprentissage, un vaccin contre le chômage des jeunes : plan d’action pour la France tiré de la réussite allemande.

Réunion du 12 mai sur l’apprentissage : les idées fusent pendant que la baisse continue !. “Manuel Valls réunit ce 12 mai les partenaires sociaux et les présidents de région pour une nouvelle journée de mobilisation sur l’apprentissage. Du Medef à l’ARF en passant par les CCI, les idées ont fusé ces derniers jours. Sans compter l’Institut Montaigne qui propose quant à lui de créer un pacte national pour l’apprentissage, sur le modèle allemand.”

La prochaine grande réforme doit être celle de l’apprentissage par Bertrand Martinot / économiste. Encore un commentaire du rapport de l’Institut Montaigne.

Relance de l’apprentissage, le nécessaire changement de méthode


Orientation

« En finir avec la discrimination des élèves pauvres lors de l’orientation », entretien avec Marie-Aleth Grard, membre du Conseil économique, social et environnemental, la vice-présidente d’ATD Quart Monde a présenté mercredi 12 mai un projet d’avis pour « Une école de la réussite pour tous ».

Près d’un tiers des étudiants regrettent leur choix d’orientation. “C’est le résultat surprenant d’un sondage mené par le réseau social professionnel Linkedin. Trois étudiants sur dix auraient choisi avec le recul une autre orientation. Quelles sont les raisons de cette erreur ?

Trois étudiants sur dix regrettent leur choix d’orientation écrit Natacha Lefauconnier.

Mais… 86% des étudiants apprécient les études qu’ils ont choisies. “Une étude OpinionWay pour LinkedIn, démontre que les jeunes font leur choix d’orientation sur le tard. Un choix tardif mais satisfaisant, selon l’enquête. Les jeunes seraient aussi plutôt optimistes quant à leur avenir, tout en comprenant et en prenant en compte les difficultés du monde du travail.

Enseignement. Des lycéens découvrent l’entreprise en créant la leur

Les Régions planchent sur l’égalité scolaire. “Le séminaire "Les Régions pour l’égalité scolaire" est organisé le 21 mai 2015 à Bordeaux à l’initiative de la Région Aquitaine et en collaboration avec le Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO). Les Régions ont en charge la coordination du service public de l’orientation, mais aussi le développement économique du territoire. C’est pourquoi elles se doivent, par la mise en œuvre d’actions concrètes et en partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, de contribuer à la réduction de ces inégalités.”


Divers

La longue instrumentalisation de la laïcité par le FN par Claude Lelièvre.

Réforme de l’évaluation des élèves et des enseignants en préparation. “"Il y aura des propositions ministérielles sur l’évaluation des élèves et celle des enseignants". Durant la conférence de presse sur la réforme du collège, le secrétaire général du Se Unsa, Christian Chevalier, a confirmé les bruits d’une refonte de l’évaluation. Si l’évaluation des élèves est bien officiellement au calendrier ministériel, celle des enseignants serait un pas nouveau effectué par la rue de Grenelle.

Premier colloque international en sciences de l’éducation. "Les 4 et 5 juin 2015, le premier colloque international en sciences de l’éducation aura lieu, à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens, autour du thème « Adolescence contemporaine et environnement incertain ».“Ce colloque nous invite à renouveler la réflexion sur la manière dont les adolescents et les adolescentes d’aujourd’hui tentent de garantir la continuité de leur sentiment d’exister quand ils/elles sont confronté(e)s à un environnement qui vacille.”

Annie Feyfant de l’IFE propose une analyse du rapport de Jean-Paul Delahaye qu’elle titre : Le côté sombre de la méritocratie. “En juillet 2014, Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale, se voyait confier, par le ministre de l’éducation nationale (B. Hamon) et sur sollicitation du Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), la mission d’un « travail d’analyse des initiatives partenariales qui permettent la réussite de tous et favorisent l’émergence d’une école pleinement inclusive ». Le rapport de cette mission « grande pauvreté et réussite scolaire » vient d’être présenté publiquement, aujourd’hui, 12 mai.

Jean-Paul Delahaye : "Refonder l’école, c’est faire réussir les plus pauvres". “Faut-il concentrer les moyens sur des écoles spéciales pour les plus pauvres ? Faut il une pédagogie officielle pour ces enfants ? Doit-on transférer des moyens du lycée vers le primaire ? Jean-Paul Delahaye revient sur les points les plus importants de son rapport.

L’école française reste la championne européenne des fondamentaux. “L’Ecole française ne se perd pas en activités ou en amusements. Elle n’a pas perdu de vue les enseignements fondamentaux. De nouvelles statistiques européennes montrent que c’est en France que l’on consacre le plus de temps à l’enseignement des disciplines fondamentales comme le français ou les maths. Une réalité déjà connue, qui se maintient et qui devrait mettre un terme une bonne partie du débat actuel sur l’Ecole.
François Jarraud commente le Full-time Compulsory Education Instruction Time in Europe, Recommended Annual 2014/15 Eurydice – Facts and Figures.

Et puis ça, j’aime beaucoup : Le conservatisme du milieu de l’éducation. “Alors que des dizaines de programmes existent pour aider les enseignants à répondre aux besoins des élèves ayant des difficultés d’apprentissage ou de comportement, les enseignants continuent de produire du ­matériel pour leur classe dans leurs temps libres, c’est-à-dire les soirs de ­semaine et des fins de semaine. Ils ­dépensent des fortunes et beaucoup de temps pour s’assurer de produire du matériel adapté sans vraiment avoir l’assurance de la performance de leurs élèves suite à leurs efforts. Pendant ce temps, les programmes évalués, ­efficaces et bien pensés s’accumulent sur les tablettes des universités et des ­bibliothèques didactiques.” mais ça c’est au Québec et en Ontario...

Ouf !!!!!!
Repos demain et Géraldine Duboz reprendra le flambeau vendredi.

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Réussir l’école du socle - En faisant dialoguer et coopérer les disciplines
Ouvrage - 2013
Francis Blanquart, Céline Walkowiak - ESF, 2013
Organisé de manière très concrète autour des pratiques scolaires de classe au collège et en 2de de lycée, cet ouvrage s’attache à tous les aspects de la pédagogie ouverte et innovante nécessaire à la réussite de « l’école du socle commun ».

Mieux apprendre avec la coopération
Revue n°505 - mai 2013

Lorsque deux enfants, deux élèves ou deux adultes coopèrent, ils apprennent au travers des échanges. En même temps, ils se construisent des valeurs humanistes telles que la solidarité, le partage, le respect. Des témoignages pédagogiques, des repères précis pour oser l’aventure, dépasser les embuches.