Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 10 mai 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 10 mai 2017

Macron — Pédagogie ou pas — Etat des lieux —

Les interrogations autour du programme éducatif de Macron se poursuivent (et ne sont pas prêtes à s’arrêter sans doute). Il sera également question ou pas de pédagogie, et de divers états des lieux.


Macron

Education : à quoi ressemblera l’école d’Emmanuel Macron à la rentrée prochaine ?Une rentrée se prépare des mois à l’avance et celle de septembre 2017 est déjà pratiquement bouclée. La marge de manœuvre est donc restreinte mais possible pour François de Rugy, soutien d’Emmanuel Macron. "Il y a des choses qui sont faisables dès la rentrée, notamment le dédoublement des classes de CP dans les écoles qui relèvent de l’éducation prioritaire, donc avoir des groupes de 12 élèves maximum en CP. On veut aussi le faire en CE1, ça, ce sera à la rentrée suivante", explique François de Rugy.

Dédoubler des classes implique la création de classes supplémentaires avec parfois des travaux pour agrandir les établissements. Impossible à réaliser en un été mais en attendant, "on en passera temporairement par des groupes constitués dans la même salle de classe" prévoit François de Rugy. Emmanuel Macron s’est engagé à débloquer un budget de 150 millions d’euros pour aider les communes à réaliser les travaux.”

Présidentielle. Le programme enseignement supérieur et recherche d’Emmanuel Macron. “Instaurer des prérequis à l’entrée de l’université, franchir une nouvelle étape dans l’autonomie des universités, sanctuariser le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche : ce sont quelques-unes des mesures du programme du nouveau président de la République, Emmanuel Macron.”

BRIGITTE MACRON, UNE PREMIÈRE NOUVELLE DAME QUI VEUT TRAVAILLER SUR L’ÉDUCATION. "Elle poussait les élèves dans leur capacité à grandir", se souvient une ancienne collègue de travail de Brigitte Macron. Des propos qui font écho à ceux d’Emmanuel Macron qui expliquait il y a quelques semaines : "sans elle, rien n’aurait été possible". A 63 ans, celle qui était professeur de lettres classiques va être la nouvelle Première dame. Et se fixe à ce titre un objectif : "mon combat sera sur l’éducation"".

Une 7ème mission pour Macron : Les profs stagiaires se rebiffent à Paris. “Qui a dit qu’Emmanuel Macron n’aurait pas de période de grâce ? Alors que l’on parie sur l’identité du prochain ministre de l’Education, les chantiers sont, eux, bien identifiés. A commencer par la formation des enseignants, une réforme plutôt ratée du quinquennat Hollande. Après Grenoble, un collectif de profs stagiaires s’est créé à Paris pour réclamer des améliorations.”

Le Sgen Cfdt prend ses distances avec Macron. ”Premier syndicat à avoir clairement appelé à voter pour E Macron, le Sgen Cfdt prend ses distances avec son programme éducatif, notamment en ce qui concerne l’avenir des maitres surnuméraires. "Certains chantiers ont été ouverts par la loi de Refondation pour permettre la réussite de tous les élèves, et rien ne serait plus préjudiciable au système éducatif que leur remise en cause complète et brutale... Ainsi la suppression brutale des dispositifs « Plus de Maîtres Que De Classes », dont l’efficacité est avérée, serait incompréhensible et néfaste. C’est aussi le cas pour la réforme du collège et pour les projets éducatifs territoriaux mis en œuvre dans le cadre de la réforme des rythmes". Le syndicat rappelle aussi qu’il souhaite une "autonomie des équipes pédagogiques" et non celles du seul chef d’établissement.


Pédagogie ou pas

Éducation : la musique pour mieux parler. “La musique participe à l’éveil des plus jeunes. Une pédagogie innovante autour des sons est appliquée dans certaines crèches en France. La Corée du Sud et le Canada s’y intéressent.”

Le jugement de l’école à l’ancienne au tribunal du Puy-en-Velay. “Deux professeurs des écoles d’une cinquantaine d’année ont été jugé pour des violences à l’encontre d’enfants de leur école de Vieille-Brioude en Haute-Loire. Le tribunal va rendre sa décision ce mardi 9 mai 2017.” Le Parisien en parle également : Tapes et cheveux tirés à l’école : deux institutrices relaxées dans le Puy-de-Dôme.

Apprentissage d’une langue : « Au-dessous de trois heures, c’est peu efficace ». “INTERVIEW - Selon Jean-Marc Delagneau, président de l’Association des professeurs de langues vivantes (APLV), le temps d’apprentissage d’une langue est insuffisant au primaire et au collège. En cause : le manque de formation des professeurs.”

L’apprentissage de l’anglais en primaire ne serait pas si efficace. “Soutenu par les pouvoirs publics dans tous les pays européens - dont la France depuis les années 2000 -, l’apprentissage précoce d’une langue étrangère est beaucoup moins efficace que ce que l’on imagine. « Il est souvent recommandé de commencer des cours de langue étrangère à un âge précoce, même si presque aucune recherche ne soutient ce mythe », souligne Nils Jäkel, de la chaire d’enseignement de l’anglais à la Ruhr-Universität Bochum. Avec son collègue Markus Ritter, il a évalué les données recueillies auprès de 5130 collégiens allemands entre 2010 et 2014.”

EDUCATION NUMÉRIQUE : LE NOUVEAU CHEVAL DE BATAILLE DES GÉANTS DU HIGH-TECH. “S’inviter dans les salles de classe, dans les ordinateurs des étudiants, devenir un outil indispensable pour les professeurs, tout cela semble devenu une priorité pour les géants des technologies. De Google à Apple en passant par Microsoft, HP, Lenovo et de multiples startups, ils sont désormais nombreux à faire les yeux doux aux enseignants, aux élèves comme à leurs parents, afin de jouer les premiers rôles dans l’école de demain.”

La directrice d’une école marseillaise se dit prête à accueillir une famille de roms dans son établissement. “Corine Lefort, directrice de l’école des Accoules dans le 2e arrondissement de Marseille, lance un appel ce mercredi matin sur France Bleu Provence. Elle réclame une solution d’urgence pour héberger une famille rom expulsée d’un squat il y a un mois. Des dizaines d’habitants se sont déjà mobilisés.”


Etat des lieux

Lille : Pourquoi Martine Aubry est en train de plier sur l’école le samedi.La maire de Lille a renoncé à demander une nouvelle dérogation de trois ans pour le samedi matin… L’abandon d’une nouvelle dérogation fait suite à une consultation des conseils d’écoles qui « se sont majoritairement exprimés en faveur d’un positionnement de la 5e matinée le mercredi », déclare Martine Aubry dans sa lettre, précisant qu’elle se prendrait une décision « pour la rentrée de septembre 2018 ».
Aucune garantie pour 2018
Ce qui pourrait ressembler à une marche arrière de la maire de Lille n’en est finalement pas une pour Ingrid Brulant, porte-parole du Collectif de parents lillois : « Ce n’est ni une grande, ni une petite victoire car nous n’avons obtenu aucune garantie d’un passage au mercredi matin en 2018. » Le point positif, pour elle, c’est « la libération de la parole dans les conseils d’écoles, qui ont enfin pu donner leur avis »
.”

Macron élu, les difficultés de l’école continuent, Qui en a (vraiment) parlé pendant la campagne ? par Iannis Roder. “L’école accusée puis ignorée. Ceci ne laisse de me surprendre, notamment parce que j’ai en mémoire combien l’école a été interrogée, pointée du doigt, voire mise en accusation après les attentats de janvier 2015 ; mais aussi parce que régulièrement depuis, par les voix du ministère, de politiques de tous bords ou d’intervenants venus de tous horizons, l’école n’a cessé d’être présentée comme un outil essentiel de la lutte contre la radicalisation et, au-delà, de la défense du socle qui fonde notre République. Soit dit en passant, les réactions diverses de l’entre-deux tours me laissent penser que l’école doit quand même faillir quelque part… Que beaucoup doivent dormir en cours d’histoire ou bien que l’histoire enseignée doit être questionnée…

L’université au bord de la saturation. “L’hypothèse d’un enseignement supérieur qui ne pourra plus, demain, offrir une place à chaque bachelier n’a plus rien d’une élucubration fantaisiste.”

Les dépenses sociales pèsent plus que celles de l’enseignement. “Elles ont progressé de 12% entre 2010 et 2014, à 69 milliards d’euros. La moitié est versée par les départements.
Un président (élu) averti en vaut deux… « Les Français dépensent trop et ils dépensent beaucoup dans des domaines qui ne sont pas bons », a déclaré lundi Jean-Claude Juncker. Dans la ligne de mire du président de la Commission européenne ? Les dépenses sociales, surtout, dont la France est la championne incontestée au sein de l’OCDE, avec 31% de son PIB qui leur sont consacrés
.”

Les conseils de classe dans tous leurs états : fonctions officielles et face cachée, par Bruno Magliulo, Formateur/conférencier/auteur Orientation scolaire et professionnelle. “Le mois de mai est généralement celui du dernier conseil de classe de l’année scolaire. C’est sans nul doute le plus important puisque c’est celui qui, pour chaque élève, inscrit "dans le marbre" (ou plus exactement dans le bulletin scolaire) un bilan quantitatif (notes) et qualitatif (appréciations) qui aura un fort impact sur la suite des études. C’est en outre (et surtout) à son issue que s’exprime la proposition d’orientation. Il est donc très compréhensible qu’il soit fort redouté par nombre de familles. Tout ceci est important, mais ne représente que la partie "officielle" des fonctions remplies par les conseils de classe, sorte de partie émergée de l’iceberg.”

Et pour ceux qui ne l’ont pas reçu : La lettre d’adieu de N Vallaud-Belkacem. ”A la veille du dernier conseil des ministres de F Hollande, N Vallaud Belkacem a envoyé aux enseignants une lettre d’adieu. "Par-delà les alternances, c’est vous qui, au quotidien, avec les personnels de direction et d’inspection, avec les personnels éducatifs aussi, continuerez d’accueillir les élèves, de les accompagner, de les écouter, de leur transmettre savoirs, savoir être et savoir-faire avec la volonté, à chaque rentrée scolaire renouvelée, de les faire réussir tous, de les rendre autonomes et responsables, pour eux-mêmes mais aussi pour les autres", écrit la ministre. "Parce que je sais chacun.e d’entre vous attaché.e à faire vivre au quotidien une école exigeante, bienveillante, inclusive et ouverte ; parce que je sais que malgré l’immensité des défis, l’Ecole grâce à vous est entre les meilleures mains pour les relever, je partirai le cœur gros mais l’esprit toujours optimiste."

Bernard Desclaux sur une récolte d’Emilie Kochert


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

N° 535 - Arts et culture : quels parcours ?

Dossier coordonné par Jean-Charles Léon

Février 2017
Pour donner aux jeunes un égal accès à l’art et à la culture, les derniers textes officiels concernant l’Éducation artistique et culturelle mettent l’accent sur la notion de «  parcours  », qui doit permettre à l’élève de se constituer une culture personnelle, développer son habileté artistique et rencontrer des artistes, des œuvres, des lieux.

N° 530 - Former les futurs citoyens

Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016

Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?