Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 10 mai 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 10 mai 2006

Comme on l’évoquait hier, la 1ère journée de commémoration de l’esclavage occupe une bonne partie de l’actualité. Celle ci n’est pas exempte de critiques et de polémiques.
Une de ces polémiques concerne la demande de 40 députés UMP favorables à l’abrogation d’un alinéa de la loi Taubira.
Cette disposition prévoit que « les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite des Noirs et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent ». Or, rappellent les signataires, c’est précisément cette intervention du législateur dans le domaine des historiens que Jacques Chirac avait condamnée en abrogeant l’article 4 de la loi sur les rapatriés, qui prévoyait que les manuels scolaires « reconnaissent en particulier le rôle positif » de la colonisation.

Sur cette question de la mémoire, Michel Wieworka est partout. Dans Ouest France et dans Le Figaro. Il y dit à peu près la même chose : soyons capables d’accepter la remise en cause du discours historique mais soyons vigilants et n’acceptons pas tout au nom des « mémoires »

Le Monde nous apprend que le ministère a rendu public son projet de décret sur le socle commun Comme l’avait préconisé le Haut Conseil de l’éducation, le socle commun devrait s’organiser en sept compétences. Cinq d’entre elles font l’objet des actuels programmes d’enseignement, : la maîtrise de la langue française, la pratique d’une langue vivante étrangère, les compétences de base en mathématiques et la culture scientifique et technologique, la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, ainsi que la culture humaniste. Les deux dernières compétences sont lees compétences sociales et civiques et l’autonomie et de l’initiative des élèves sur lesquelles le Ministre a mis particulièrement l’accent. Le texte devrait être mis en œuvre par paliers dès la rentrée 2006-2007.
Le projet suscite des réactions contrastées de la part des syndicats enseignants. « Renoncement » pour la FSU , pour le SE-UNSA , "Une mise en oeuvre défaillante pourrait hypothéquer la réussite de cette démarche, si ambitieuse soit-elle"

Bonne Lecture...


Libération du 10/05/06

10 mai : L’histoire ne se fait pas en un jour
Cette première journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage n’est qu’un point de départ pour la communauté noire.
Lire la suite de l’article

Un appel à réécrire la loi... et l’histoire
L’appel lancé le 5 mai à Jacques Chirac par 40 députés UMP favorables à l’abrogation d’un alinéa de la loi Taubira stipulant que « les programmes scolaires accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place qu’ils méritent » a suscité de vives réactions. « Tentative de révisionnisme historique » pour le PS, « provocation inutile » pour le député UDF Jean-Christophe Lagarde, opposition du ministre de l’Outre-Mer François Baroin.
Lire la suite de l’article

A Paris, la cérémonie n’abolit pas la discrimination
Inquiets du projet de loi sur l’immigration, certains Noirs s’indignent du double discours politique.
Lire la suite de l’article

« Ce n’est pas un cadeau de la République »
Elikia M’bokolo, historien, doute que la France soit prête à reconnaître l’importance de la traite dans son histoire
Lire la suite de l’article

Le travail sur l’histoire sera bloqué en Turquie
L’adoption de la loi pénalisant la négation du génocide arménien serait contre-productive.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 10/05/06

La France s’essaie à célébrer l’abolition de l’esclavage
Diverses manifestations sont organisées à Paris, Nantes et Bordeaux pour un 10 mai, accepté comme date anniversaire
Lire la suite de l’article

Quand le récit national est fragmenté par la mémoire de l’esclavage
Michel Wieviorka [Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, auteur de La Tentation antisémite (Robert Laffont) et de La Violence (Balland)]

Comme de nombreuses autres sociétés dans le monde, la nôtre est travaillée depuis la fin des années 60 par la poussée de toutes sortes d’identités particulières qui demandent à être reconnues dans l’espace public, et dont certaines - mais pas toutes - se constituent à partir de revendications mémorielles.[...]
Parmi les acteurs impliqués dans ces enjeux, examinons d’abord les groupes qui les soulèvent. Ils ont leurs idéologues, parfois capables de rigueur historique, mais pas nécessairement. La mémoire, en effet, n’en est pas toujours une, elle peut être adossée sur une argumentation mythique, lourde éventuellement de haine et de ressentiments, que quelques vagues références liées au passé viennent lester, pour finalement pervertir l’histoire, ou en tout cas la figer plutôt que de l’améliorer. C’est pourquoi, par contraste, il convient, par exemple, de prendre au sérieux l’action du Cran (Conseil représentatif des institutions noires de France), qui fédère plusieurs centaines d’associations et s’entoure de chercheurs, et notamment d’historiens professionnels.[...]
Deuxième acteur important : les historiens professionnels. Leur mobilisation actuelle, notamment pour que la vérité historique soit de leur ressort, et non de celui des politiques, est tout à fait utile. Mais comment se fait-il qu’il ait été possible à des gouvernements ou des Parlements de les déposséder de cette responsabilité ? [...]
Lire la suite de l’article

Quarante députés UMP contre un article de la « loi Taubira »
Les parlementaires s’insurgent contre un texte qui se mêle d’enseignement de l’Histoire.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 09/05/06 (un jour de retard)

La répression judiciaire des anti-CPE continue
Cédric et Tristan ont été condamnés à Paris à quinze jours de prison avec sursis. La procureure avait pourtant reconnu que le dossier était « mince ».
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 10/05/06 ( payant)

Le Collège de France va enseigner en banlieue
ANDRE MIQUEL ne raconte pas que les histoires des autres. Le spécialiste du monde musulman et de la littérature arabe a eu beau enseigner dans le monde entier devant les parterres les plus savants, il n’a jamais oublié sa conférence dans un collège..
Lire la suite de l’article

Direction d’école
Le Snuipp-FSU ne signera pas le protocole d’accord sur la direction d’écoles primaires du ministère de l’Education nationale. Le texte de ce protocole, qui doit être signé aujourd’hui, a été envoyé aux syndicats le 12 avril.
Lire la suite de l’article


La Croix du 10/05/06

Il n’y a pas d’éducation sans autorité
Sans doute plus difficile à exercer aujourd’hui, l’autorité des parents reste le levier principal de l’éducation
Lire la suite de l’article

Les nouveaux esclaves

Lire la suite de l’article


20 minutes du 10/05/06

La France commémore pour la 1ère fois l’abolition de l’esclavage
La commémoration nationale, pour la première fois en France, de l’abolition de l’esclavage, sera célébrée mercredi par le président Chirac lors d’une cérémonie au jardin du Luxembourg mais ne donnera lieu à aucune manifestation populaire d’envergure.
Lire la suite de l’article

Le souvenir de l’esclavage divise les mémoires
Derrière l’hommage, la polémique. Alors que la France commémore aujourd’hui, pour la première fois, mais sans manifestation d’envergure, l’abolition de l’esclavage et de la traite négrière, les esprits s’enflamment. Quarante députés UMP ont ouvert le bal de la discorde vendredi, en demandant dans une lettre adressée à Jacques Chirac d’abroger un article de la loi Taubira de 2001 sur l’enseignement de l’esclavage. Ils souhaitent que les programmes scolaires n’accordent plus une « place conséquente » à l’histoire de la traite des Noirs. En fait, ils veulent obtenir une contrepartie à la suppression, en décembre dernier sous la pression publique, de l’article qui soulignait le rôle positif de la colonisation française. Aujourd’hui, toutes les classes des collèges et lycées de métropole devraient néanmoins observer un moment de recueillement, en souvenir des 250 000 hommes capturés ou achetés en Afrique, et exploités dans les champs de canne à sucre des colonies.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 10/05/06

Les mémoires face à l’histoire
par Michel Wieviorka (Sociologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales)

Longtemps, l’histoire, telle qu’elle s’enseignait à l’école, revêtait l’apparence d’un récit national. Celui-ci n’ignorait pas les horreurs du passé. Ainsi, il suffit de consulter d’anciens manuels scolaires pour voir que la colonisation y est tout, sauf un long fleuve tranquille : massacres, brutalités en tous genres, politique de la canonnière, traite négrière, éradication des cultures particulières, rien n’y manque. Mais tout ceci était présenté, alors, comme le prix à payer pour faire entrer les peuples dominés dans le progrès, et leur offrir l’accès à la civilisation, c’est-à-dire aux valeurs universelles incarnées par la nation et la République. C’est pourquoi les petits Occitans ou les petits Bretons, et tous les élèves de l’Empire colonial français, apprenaient que, dans le passé, « notre pays s’appelait la Gaule et ses habitants les Gaulois  ».
Cette histoire est désormais battue en brèche. De toutes parts, des identités s’affirment, lourdes de mémoires qui n’acceptent plus le récit national classique. Dans certains cas, les blessures du passé sont récentes, portées par des survivants ou des témoins. Dans d’autres, ce qui reste du passé est comme un legs qui perpétuerait l’oppression ou l’exclusion : les descendants des victimes de la traite négrière, de l’esclavage et de la colonisation ne sont-ils pas, aujourd’hui, soumis au racisme et à la discrimination ?
Lire la suite de l’article

Christiane Taubira, sa négritude, son combat
Aujourd’hui,à Paris, se tient la première commémoration nationale de l’abolition de l’esclavage. Christiane Taubira y sera. Le président de la République a retenu le 10 mai comme date officielle. C’est le jour où le Sénat a adopté sa loi qui reconnaît la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité. Elle peut savourer sa victoire.
Lire la suite de l’article

« À 8 ans, je comprends très bien Picasso »
En livres ou sur Internet, d’amusants musées virtuels mettent l’art à la portée des enfants.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 11/05/06

Esclavage : commémorer et combattre ?
L’intégralité du débat avec Françoise Vergès, membre du Comité pour la mémoire de l’esclavage et auteure de "La mémoire enchaînée : Penser l’esclavage aujourd’hui" (Albin Michel, 2006), mercredi 10 mai 2006
Lire la suite de l’article

Le socle commun de connaissances entre à l’école
Prévu par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005, dite loi Fillon, le projet de décret établissant "un socle commun de connaissances et de compétences" devait être rendu public, mercredi 10 mai, par le ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien. Ce texte détermine "ce que nul n’est censé ignorer en fin de scolarité obligatoire sous peine de se trouver marginalisé ou handicapé".
Pour mettre la dernière main à son contenu, Gilles de Robien s’est appuyé sur les recommandations que lui avait transmises le Haut Conseil de l’éducation (Le Monde du 31 mars). De nouvelles concertations sont prévues mais le projet de décret ne devrait guère faire l’objet de modifications avant sa publication, prévue en juin.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 10/05/06

"Faire la lumière sur les pages ?sombres de notre histoire“
par Leïla Dixmier, ?présidente du collectif ?Devoirs de Mémoire

Accompagné de Joey Starr et Olivier Besancenot, le collectif Devoirs de Mémoires (DDM) est allé recouvrir d’un voile noir la statue de Colbert devant l’Assemblée nationale mardi 9 mai peu avant minuit. Quel message avez-vous voulu faire passer ?
Lire la suite de l’article


L’Express quotidien du 10/05/06

Entre souvenir et prise de conscience
A l’occasion de la première journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage, le président de la République a invité les Français à regarder leur passé "en face", "sans rougir" et "sans concession"
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 10/05/06

Robien présente son projet de socle commun de connaissances
Le contenu du socle commun de connaissances et de compétences à maîtriser en fin de scolarité obligatoire, mesure phare de la loi Fillon sur l’Ecole, a été détaillé mercredi, avec un nouvel accent mis sur les "capacités" d’application des savoirs, le "civisme" et l’"esprit d’initiative". Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a présenté son projet de décret (deux courts articles et de longues annexes explicatives) qui doit être soumis à consultation puis rédigé définitivement mi-juin pour commencer à s’appliquer à la prochaine rentrée et être bien en place d’ici 2008.
Lire la suite de l’article

La définition du socle commun : une "volonté de renoncement" selon la FSU
Le FSU, principale fédération de l’Education, a estimé mercredi que la définition par Gilles de Robien du socle commun de connaissances, que tout élève doit maîtriser en fin de 3e, traduisait "une volonté de renoncement".
Lire la suite de l’article

Socle : "apprentissages +utilitaires+ et forte exigence culturelle" (SE-Unsa)
Le Syndicat des enseignants de l’Unsa (SE-Unsa) a estimé que le projet de décret instaurant un socle commun de connaissances que tout élève doit maîtriser en fin de 3e, présenté mercredi par Gilles de Robien, "concilie apprentissages +utilitaires+ et forte exigence culturelle".
Lire la suite de l’article

Campagne "Pas d’école pas d’avenir" pour aider à la scolarité dans le monde
La Ligue de l’enseignement a annoncé mercredi dans un communiqué le lancement de sa campagne 2006 "Pas d’école pas d’avenir" destinée à aider à la scolarité des enfants à travers le monde. La campagne va durer jusqu’au 22 mai avec quête sur la voie publique dimanche 14 mai. Il s’agit de recueillir des fonds pour des projets précis : cette année, une soixantaine d’actions dans cinq pays d’Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), qui concentrent 40% des 110 millions d’enfants dans le monde n’ayant pas accès à l’enseignement primaire.
Lire la suite de l’article

Des enseignants d’un collège de Bobigny en grève depuis plus d’une semaine
Une majorité des enseignants et surveillants du collège République à Bobigny (Seine-Saint-Denis) poursuivaient mercredi leur grève entamée le 2 mai, pour protester contre la multiplication des agressions et demander des moyens supplémentaires, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article

Prison ferme pour deux manifestants anti-CPE qui avaient jeté des canettes
Deux manifestants anti-CPE qui avaient jeté des canettes sur des CRS lors d’une manifestation le 28 mars à Nantes ont été condamnés mardi à un mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nantes, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

La maison des enseignants

L’indispensable café pédagogique