Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 9 février 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 9 février 2016

Gaudin Tour - Réforme du collège - Déradicalisation - Progressisme


De la pédagogie Freinet à l’état des écoles marseillaises il y a tout un monde. Un monde que nous pouvons toutefois parcourir en quelques minutes, magie de la synthèse des revues de presse des Cahiers pédagogiques. Un parcours qui passe également par la réforme du collège (un peu) et par la lutte engagée par l’institution contre les phénomènes de radicalisation et de théorie du complot (beaucoup).


Gaudin Tour

Après les révélations de Libération sur l’état déplorable des écoles de Marseille, le maire tente une contre-attaque médiatique quelque peu originale. A retrouver par exemple dans l’article du Monde A Marseille, un "Gaudin Tour" pour vanter le bon état de l’école. "Pour tenter de prouver que les écoles primaires de Marseille ne sont pas, comme l’a titré Libération en « une » de son édition du mardi 2 février, une «  honte de la République  », la municipalité de Jean-Claude Gaudin (LR) a choisi une méthode étonnante : mettre une quarantaine de journalistes dans un bus et leur faire visiter, au débotté et sans laisser le choix du parcours, une série d’établissements scolaires."
Une méthode un peu particulière, qui n’empêche toutefois pas Jean-Claude Gaudin, derrière une volonté très politique de dédramatiser, d’admettre un certain malaise. C’est ce qu’évoque par exemple LeFigaro à la fin de son article intitulé Polémique sur les écoles : Gaudin dénonce le "Marseille Bashing" : "« Peut-être avons-nous commis des erreurs », a toutefois reconnu Jean-Claude Gaudin, alors que ses lieutenants avaient jusqu’alors rejeté toutes les critiques. Il a annoncé la mise en place d’un numéro de téléphone unique pour simplifier la vie des chefs d’établissement voulant alerter les services de la mairie sur des travaux à réaliser. Surtout, il a promis un plan d’investissement d’urgence de 9 millions d’euros « si l’État confirme bien sa décision de nous allouer la même somme au titre du soutien aux nouvelles activités périscolaires »". Une information que l’on retrouvera également dans Les Echos sous le titre Ecoles à Marseille : la mairie promet de nouveaux moyens.

JPEG - 97.5 ko

Réforme du collège

Le Monde affirme que la réforme du collège est entrée dans la phase de la bataille des moyens. "La question est au cœur de la polémique sur la réforme du collège : les établissements scolaires vont-ils ou non perdre des moyens à la rentrée ? Alors que leurs dotations (en heures) pour l’année scolaire 2016-2017 viennent de leur être attribuées, professeurs et parents d’élèves ont sorti les calculatrices.
Du côté des détracteurs de la réforme, cela ne fait aucun doute : les élèves verront leurs heures de cours grignotées, leurs options supprimées, leurs conditions d’enseignement se dégrader… Dans les cortèges du 26 janvier – cinquième jour de mobilisation depuis l’annonce de la réforme en mars 2015 –, il n’était pas rare de voir des manifestants dénoncer un « plan social déguisé ». Du côté des parents, quinze sections départementales de la FCPE ont appelé, dans une pétition parue le 1er février, à suspendre la réforme – pourtant soutenue par la direction nationale de la fédération –, estimant notamment que les moyens ne sont pas à la hauteur.
"


Lutte contre la déradicalisation et la théorie du complot"

Comment l’Education nationale a formé 200 cadres à la déradicalisation, demande France Info. " L’Education nationale a déjà formé près de 200 de ses cadres pour lutter contre la radicalisation. Il s’agit de proviseurs, d’inspecteurs ou de responsables affectés dans les rectorats. [...]
Ces formations sont presque confidentielles, en tout moins de 200 personnes en ont bénéficié. Mais elles sont primordiales, car les personnes formées devront ensuite délivrer les bons messages dans leurs académies. Le but c’est d’abord d’être très clair sur les processus de radicalisation. On distingue par exemple l’appel au djihad, global, et l’appel de Daech pour aller en Syrie."
Des formations qui, fort heureusement, ne concernent pas que les cadres, et qui sont également, ce matin, au sommaire du Figaro (L’Education nationale cherche la parade contre les théories du complot), de BFMTV (Radicalisation : de plus en plus de jeunes signalés par l’Education nationale) ou encore de 20 Minutes (comment l’Education nationale veut contrer les théories du complot). "Les attentats du 13 novembre 2015 ont été orchestrés par le gouvernement, avec l’aide des services de renseignement pour mettre en œuvre une politique sécuritaire renforcée en France. Voilà un exemple de théorie du complot circulant dans certains collèges et lycées. Pour tenter d’endiguer ce phénomène grandissant, Najat Vallaud-Belkacem organise ce mardi une journée d’étude avec des enseignants, des journalistes et des chercheurs sur le sujet.
Le but : créer des outils pédagogiques destinés aux enseignants pour les aider à répondre aux élèves véhiculant des contrevérités
".


Pour un bien être collectif dans nos écoles

Pour finir, précisons qu’aujourd’hui la presse éducation revient sur des thèmes que je qualifierais volontiers de "progressistes", englobant toutes ces pratiques, innovantes à défaut d’être nouvelles, vers lesquelles nos écoles et établissements scolaires seraient bien inspirés de regarder un peu plus souvent.

Ainsi du Café pédagogique qui aborde le sujet du "care" : Un levier pour changer la donne en pédagogie ? "Venue des Etats-Unis, l’éthique du "care" sera-t-elle l’avenir de l’éducation à la française ? La question semble osée pour un système éducatif fortement ancré dans une administration, une culture, des pratiques plus que centenaires. Mais le "care" a lui aussi sa cohérence. Surtout, bien loin d’être une molle bienveillance gentillette, le care est une éthique et une action avec une vraie capacité de subversion. C’est ce que montre un numéro pionnier de la revue Education et socialisation, publiée par le Cerfee. Le numéro analyse les rapports difficiles entre le care et la culture scolaire." Pour ceux qui ignoreraient de quoi il s’agit, le Café profite de cet article pour le rappeler : une éthique de travail fondée sur le respect de l’autre et la bienveillance, partant du principe que des gens heureux et considérés au travail sont toujours plus efficaces. Un dossier passionnant, que je recommande tout particulièrement à tous les cadres, supérieurs ou intermédiaires, qui lisent cette revue de presse.

Une éthique, sans doute, que Célestin Freinet n’aurait pas désavouée, lui dont nous revenons, avec Catherine Chabrun et sa chronique de Mediapart, sur le cinquantenaire de la mort, au travers de deux articles ces dernières heures : Les devoirs avant les droits, hier, et une lettre ouverte à la ministre de l’Education nationale aujourd’hui. Extrait de cette dernière : "Cette année 2016 verra les cinquante ans de la disparition de Célestin Freinet (1896-1966), ce grand pédagogue qui a non seulement entraîné des dizaines de milliers d’instituteurs et d’institutrices pendant sa vie consacrée à l’éducation des enfants du peuple, mais également nourri les différentes instructions ministérielles – notamment celle de Jean Zay en 1938 – et les programmes successifs de l’Éducation nationale [...] Madame la ministre, vous souhaitez que tous les enfants aient accès à l’excellence, aux connaissances et à la culture, les classes, les établissements qui pratiquent la pédagogie Freinet peuvent être pour vous des lieux d’observation et d’inspiration.
Alors juste cette question : Que prévoit l’Éducation nationale pour célébrer les travaux de Célestin Freinet et rendre hommage à la ténacité de ses militants pédagogiques qui enseignent au quotidien dans ses écoles publiques et souvent dans celles qui sont le plus en difficulté ?
". Une excellente question, tant en effet Freinet n’a jamais semblé à la fois si proche des grands principes qui président aux réformes scolaires, et si éloigné des préoccupations commémoratives de l’institution.

Lionel Jeanjeau


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Pédagogie : des utopies à la réalité

Revue n°525 - décembre 2015
Qu’est-ce qui fait qu’un enseignant, un éducateur, sort des sentiers battus et s’avance sur les chemins de l’expérimentation et de l’innovation ? Qu’est-ce qui le met, l’a mis en mouvement ? Quels sont les utopies, les projets, les rêves, les modèles peut-être qui font entrer dans un collectif, un mouvement pédagogique ?

Tout commence en maternelle


Revue n°517 - decembre 2014
Ils ont entre 2 et 6 ans et ils interpellent la communauté éducative pour qu’elle pense leur école, redéfinisse ses missions, entre épanouissement de l’enfant et apprentissages. Que sait-on aujourd’hui de l’école maternelle ? Quelles sont les attentes ? Qu’y apprend-on et pour quoi ? Avec qui ?