Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 8 octobre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 8 octobre

Un vrai besoin de pédagogie - On a dit Pédagogie ! - Changer sa façon d’enseigner - Des élèves heureux

Le défi du jour : consacrer une revue de presse à la pédagogie ! Impossible me direz-vous. Détrompez-vous ; nos médias s’intéressent (parfois) à la pédagogie (la vraie). Evidemment ça va nous obliger à passer sous silence l’émission Capital de dimanche soir sur lesprivilègesdesprofsquibloquentlaFrancemaispasautantqueceuxdeschauffeursdetaxi ou encore la tribune fort ambiguë de Brighelli dans Le Point à l’égard du Front National.

Un vrai besoin de pédagogie

Et patatras, encore une étude comparative ! Encore des chiffres à commenter ! Elle nous vient cette semaine de l’OCDE et de l’Union Européenne qui ont tenté de mesurer les compétences des adultes dans les Etats membres. [utiliser OCDE, Commission Européenne et compétences dans la même phrase, j’ai pris un risque !] Le communiqué de presse titre la conclusion : « L’étude sur les compétences des adultes souligne la nécessité d’améliorer l’éducation et la formation ». Chiche ? On peut y lire une phrase qui va faire débat :

  • « Les conclusions soulignent la nécessité d’investir dans une éducation et une formation de meilleure qualité [jusque là tout le monde acquiesce] afin d’améliorer les compétences et l’employabilité dans les pays européens. [aïe, on vient de perdre l’unanimité] ».

Mais nous avions dit pédagogie pour aujourd’hui ! Cherchons donc dans cette étude les leviers pour changer, pour améliorer nos pratiques.
Deux conclusions peuvent à ce titre retenir notre attention :
- « 25 % des adultes ne disposent pas des compétences numériques nécessaires pour exploiter efficacement les TIC. »

Développer le numérique à l’école semble donc bien nécessaire, mais avait-on besoin d’une étude pour s’en convaincre ?

- « Les compétences en lecture, écriture et calcul des jeunes de 25 à 34 ans sont nettement plus élevées que celles de la génération des 55 à 65 ans en Belgique (Flandre), en Espagne, en France et en Finlande. »

Voilà qui est autrement plus intéressant. Le bienfait d’un retour aux méthodes traditionnelles, à l’école couleur sépia est sérieusement remis en cause ! Tournons nous donc vers l’avenir.


On a dit pédagogie !

Améliorer les résultats de nos élèves ne doit toutefois pas passer par n’importe quel moyen. C’est le point de vue que défend Lucien Marboeuf dans son blog hébergé par Le Monde. Il y dissèque la nouvelle campagne de pub d’Acadomia qui fait la part belle à la pédagogie « nous sommes maintenant sous un gouvernement de gauche, le ministre de l’Education Nationale est pédagogue, Ferdinand Buisson est revenu sur le devant de la scène, il faut désormais montrer qu’on a compris les élèves pour de vrai. Alors Acadomia fait dans l’approche pédagogique et humaine. A première vue. » Mais c’est pour mieux s’en prendre à « l’école de la République ».
Du reste, le soutien est-il une solution ? L’article cite l’auteur d’une recherche sur cette question : « le soutien scolaire privé ne consiste pas tant à offrir un soutien à des élèves ayant réellement besoin d’une aide qu’ils ne peuvent pas trouver à l’école, que de maintenir les avantages concurrentiels des élèves privilégiés qui réussissent déjà »
L’avenir radieux est donc ailleurs.


Changer sa façon d’enseigner

Rue 89 publie une tribune qui nous remplit d’optimisme « Prof, je suis prêt à changer ma façon d’enseigner » L’auteur est suis enseignant et parent ce qui lui « donne deux bonnes raisons de vouloir réagir ». Entre un constat « notre école pense encore qu’il faut partiellement terroriser l’élève pour qu’il apprenne. Or l’élève ne reconnaît plus le droit aux maîtres d’agir ainsi puisque l’institution scolaire ne remplit plus son rôle fondateur. Elle n’est désormais plus le garant d’une insertion réussie dans la vie d’adulte. Nous devons en prendre acte et renoncer par la même occasion à la toute puissance du professeur. » et une conclusion sous forme d’interrogation : « Mais alors, si la contrainte n’est pas le moteur des apprentissages… Se pourrait-il que ce soit l’envie, la curiosité, le plaisir de s’émerveiller ? ». L’auteur, Bertrand Galliot, nous livre les pistes pédagogiques qu’il suit.
Certaines rejoignent celles adoptées par David Bouchillon dont la classe inversée a eu les honneurs du 20h de France 2 dimanche soir. Et on y voit des élèves qui "travaillent" et qui aiment ça ! « Ça fonctionne mieux que le système traditionnel ? Complètement mieux, ils y sont tous, tout le monde est au travail. A la fin, ils vont tous produire quelque chose, c’est souvent surprenant par rapport a ce qu’ils auraient pu faire. » Pour s’en convaincre on peut appronfondir le reportage en visitant son blog Classe130
Il y en a donc qui ont déjà changé leur façon d’enseigner ! Heureux de voir que les médias s’y intéressent. Que le site du CRAP en fasse autant est moins surprenant. Christine Vallin nous y présente aujourd’hui une classe de 6e à pédagogie Freinet. C’est à Mons-en-Baroeul. « Tous veulent avancer, mais avancer ensemble. Alors laisser un élève à la traine, pas question. » Un professeur de l’équipe conclut cet entretien « On est heureux, oui. Mais en plus on se rend compte qu’on ne reviendra plus jamais en arrière parce que l’on a trop avancé, ensemble, pour cela. »,
Des profs heureux !!!

JPEG - 105.7 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Des élèves heureux !!

Aussi. Mais c’est aux Pays-Bas que France 2 les a rencontrés. [à 45’45’’]. La raison ? Des rythmes scolaires qui laissent la place à des activités péri-éducatives de qualité pour lesquelles on a beaucoup investi ... et un temps de travail des parents qui leur permet de passer du temps avec leurs enfants. Tout un programme ! Mais j’avais dit pédagogie pour aujourd’hui...

Demain c’est Ostiane Mathon (pédagogue) qui vous proposera ses lectures médiatiques.

Laurent Fillion