Home > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 8 novembre 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 8 novembre 2016

Rab - Attirer - Enseigner - réformer


Aujourd’hui, le mot du jour c’est avoir la frite ou pas. Quand j’entends parler de République fritière, je la perds un peu quand même. D’autres éléments sont en avant, comme l’attractivité du métier ou ce qu’enseigner veut dire au quotidien...


Rab

Aujourd’hui, tous les enfants de France en cycle 3 (et 4 d’ailleurs) veulent être "sans porc" car dans ce cas la République leur donne double ration de frites ! C’est la République MacDo ? Sur LCI on remarque que Twitter a la nausée en entendant parler de cette double ration de frites à la cantine.
Louise Tourret remarque qu’en fait jambon frite, à la cantine ça n’existe pas et rappelle que les menus sont établis avec des diététiciens ou des médecins scolaires. mais y a-t-il des pains au chocolat en dessert à Meaux ?
Challenge rappelle quetout cela est stupide. Il n’existe pas de tables de juifs et de musulmans assignées dans les cantines scolaires, l’enseignement dispensé par l’école laïque et gratuite est indépendant de ce que les enfants peuvent avoir mangé, ou pas, lors du repas de midi, la nourriture physique n’est pas la question de l’Education nationale, qui a pour seul devoir la nourriture de l’esprit par l’émancipation laïque, l’obligation laïque n’incombe qu’à l’Etat et ses services publics, ses fonctionnaires et agents liés à l’exécution du service public… Bref, tout ce que dit Nicolas Sarkozy, au regard de l’édifice politique et juridique associé à la République laïque est faux et archi-faux.
Du coup, sur Europe1, on entend queBruno Le Maire moque Nicolas Sarkozy qui veut "être Président pour régler les problèmes de frites"”. Si même Bruno Le Maire se moque...


Attirer

La Croix rend compte du rapport du Cnesco en se demandant “Comment rendre plus attractif le métier d’enseignant ?”. En effet, “le rapport conclut à l’absence de « crise d’attractivité », mais avance tout de même des pistes pour combler les carences observées par endroits.
http://www.la-croix.com/Famille/Education/Comment-rendre-plus-attractif-le-metier-d-enseignant-2016-11-07-1200801398
20 Minutes propose de "susciter des vocations chez les enseignants en cinq leçons ?". “Mais non, le métier de prof n’est pas devenu un repoussoir. Comme le montre un rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) rendu public ce lundi, il n’y a pas de pénurie globale d’enseignants en France, mais des problèmes de recrutement dans certaines disciplines (mathématiques, lettres, anglais) et dans certaines académies (Créteil ou Versailles, par exemple). Des solutions existent d’ailleurs pour renforcer l’attractivité du métier selon le Cnesco, dont certaines ont été mises en œuvre avec brio dans d’autres pays. 20 Minutes a sélectionné les cinq leviers d’action les plus intéressants.”
Le Parisien revient sur la question des salaires. “Le métier attire davantage de femmes que d’hommes, et de plus en plus de personnes en reconversion professionnelle. En 2015, un quart des admis au concours des écoles avaient eu une première vie active, contre 8% il y a dix ans. Pourtant, le niveau de salaire d’un professeur reste, en fin de carrière, inférieur de 1000 euros net par mois à celui d’un salarié non-enseignant, à âge, sexe, et niveau de qualifications équivalents.”


Enseigner

Vocation ? Est-ce à dire qu’il s’agit d’un sacerdoce ? Vousnousils semble le confirmer malheureusement car "60 % des professeurs des écoles débutants ne s’attendaient pas aux empiètements du métier d’enseignant sur leur vie privée, selon une enquête du Snuipp." du secondaire sans doute aussi. Un manque de préparation initiale apparemment... "C’est « la connaissance de la réalité d’une classe », qui a le plus fait défaut aux profs des écoles débutants (39 % des répondants). Il estiment également avoir manqué de connaissances pédagogiques (30 %) et d’accompagnement pédagogique (28 %). 17 % déplorent en outre le manque de « soutien psychologique », un chiffre en hausse de 4 points par rapport à 2013."
Et pourtant, Claude Lelièvre le note, "Les enseignants ne sont plus ce qu’ils étaient" mais pas pour les raisons que vous croyez...
Et donc, ces enseignants ils doutent. Du moins certains. Comme celui qui tient le blog confort intellectuel qui évoque ses doutes professionnels et ses questionnements de "pédagogiste". Rappelons toutefois que l’équité est nécessaire pour l’égalité réelle.


Réformer

Georges Herve propose sur son blog continue son rappel des précédentes réformes touchant le collège et en particulier sur le lien entre primaire et collège tout en débouchant sur une réflexion sur le cycle 3 actuel.
Dans Telerama, Lucie Martin a compilé des brèves de salle des professeurs, retour de vacances.

Emilie Kochert


JPEG - 20.3 kb

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les parents et l’école, trente ans de réflexion


Hors série numérique 41
Coordonné par Guy Lavrilleux
La question des relations entre les parents d’élèves et l’école n’est pas nouvelle. Les Cahiers pédagogiques en parlent et y réfléchissent depuis plus de quarante ans. Ce nouveau hors-série numérique est constitué d’articles tirés de nos archives des trente dernières années, pour mettre en perspective enjeux et débats d’hier et d’aujourd’hui, pointer les problématiques qui perdurent mais aussi des pistes pour aller vers plus de dialogue et de coéducation.

N° 532 - Justice et injustices à l’école

Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter