Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 7 février 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 7 février 2017

Présidentielles - Pédagogie- Divers

Temps toujours aussi calme sur l’actualité éducative, en cette période de vacances pour la zone C. Les présidentielles sont toujours au centre des préoccupations, avec leur lot de propositions. Il sera également question de pédagogie et nous complèterons ce court tour d’horizon par quelques informations diverses.

Présidentielles

A l’occasion de son entrée en campagne, Najat Vallaud Belkacem a accordé un entretien à Libération, dans lequel elle confie aussi son envie de rester ministre de l’Éducation nationale : « Si Hamon l’emporte en mai, vous rempilez à l’Education nationale ?

Vous décidez rarement de ces choses-là, mais oui, le meilleur service à rendre à l’Education nationale, au-delà des personnes, serait de lui consacrer un ministre durable qui conduise une politique cohérente sur le long terme car l’école, c’est du long terme [lire ci-contre, ndlr]. Ce qui fait le plus de mal à ce ministère, ce sont les va-et-vient, les retournements de situation permanents, qui ont désespéré les professeurs eux-mêmes. Ils ne sont pas rétifs à la réforme, mais ils exècrent ces allers-retours où on leur fait faire des choses pour leur expliquer cinq ans plus tard que c’est exactement le contraire qu’il fallait faire. »
Les Décodeurs du Monde passent par ailleurs au crible quelques unes des affirmations de la ministre lors de son bilan du quinquennat : « « Le quinquennat va s’achever sur un bilan en matière d’éducation dont je suis éminemment fière ! », affiche sereinement la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Pourtant, lors de son passage à la matinale de France Inter, lundi 6 février, la secrétaire d’une association de parents d’élèves et un professeur membre du collectif Touche pas à ma ZEP ont soulevé des problèmes auxquels la ministre n’a pu répondre avec justesse. »
Et puisque les choses ne doivent pas toujours aller dans le même sens, le Café pédagogique signale que l’APHG (association des professeurs d’histoire et géographie) et son nouveau président font des propositions aux candidats à la présidence de la République : « Le document prend la forme d’une table des lois en 10 articles, parmi lesquels : " l’Histoire et la Géographie ne sont pas des matières instrumentalisables par le pouvoir politique", allusion assez claire aux amateurs de récit national, " toute réforme ne doit être pensée et appliquée qu’après une très large concertation avec le terrain" et enfin " l’enseignement de l’Histoire-Géographie doit reconnaître la primauté des connaissances sur les compétences". » On regrettera simplement que ce document oppose encore artificiellement connaissances et compétences, qui ont pourtant vocation à se compléter...


Pédagogie

Il est aujourd’hui brièvement question de pédagogie, avec des résultats de différentes recherches. Tout d’abord, Vousnousils relaie les résultats d’une étude sur les effets de l’intervention des RASED sur les enfants en difficulté. Et visiblement, ils seraient très décevants : « Créés pour répondre aux difficultés d’apprentissage et d’ »adaptation aux exigences scolaires » de certains élèves en primaire, les RASED ne rempliraient pas cette mission, selon une étude de l’Iredu, présentée fin janvier, et citée par l’AEF. Ce serait même le contraire : d’après Claire Bonnard, Céline Sauvageot et Jean-François Giret, les auteurs de l’étude, les RASED auraient un impact négatif sur certains apprentissages.
Un impact négatif « surtout auprès des moins faibles »

Pour en arriver à ces conclusions, les auteurs de l’étude ont évalué le niveau de 9 000 élèves du CP à la 5e, selon 3 critères : leurs « compétences sociales », leurs résultats à l’évaluation de CP, et leur maîtrise du langage. Ils ont ainsi pu constater que chez les élèves présentant des « caractéristiques comparables », ceux passés par les RASED redoublaient davantage que les autres.

En effet, si les élèves issus de RASED présentent une progression similaire aux autres en français, en mathématiques, l’impact des RASED « est fortement négatif, surtout auprès des moins faibles ». »
Le Figaro se consacre par ailleurs, dans un article réservé aux abonnés, aux résultats de la classe inversée, qui seraient eux aussi incertains : « Si cette méthode séduit de plus en plus d’enseignants, les chercheurs restent encore circonspects.

C’est la nouvelle pédagogie à la mode. Inventée par deux professeurs du Colorado en 2005, la « classe inversée » séduirait aujourd’hui 20.000 enseignants français, principalement au collège et au lycée, dont une majorité dans l’enseignement privé. C’est ce qu’estime Héloise Dufour, à la tête de l’association « Inversons la classe », créée en 2013 et seule existante dans ce domaine. Le premier congrès organisé par l’association accueillait « 4000 professeurs » lors de la « semaine de la classe inversée » organisée fin janvier 2017, contre 800 en 2016 et 200 en 2015, affirme cette chercheuse en biologie. Financée à la fois par l’Éducation nationale, la mairie de Paris, Microsoft et la Fondation Schlumberger pour l’éducation, son association vient d’entamer une levée de fonds. »


Divers

Terminons cette courte revue de presse par quelques informations diverses. Vousnousils nous apprend, peu après la condamnation de l’Etat pour la mort de Marion Fraisse, victime de harcèlement, que des collégiens interpellent les candidats à la présidentielle contre le cyberharcèlement : « Dans la vidéo des « ambassadeurs Respect Zone », destinée aux candidats à l’élection présidentielle d’avril-mai 2017, des messages de collégiens défilent : « sur les réseaux sociaux, on m’a traité de sale p… », « sur les réseaux sociaux, on a lancé des rumeurs sur nous, et tout le monde y a cru », « sur les réseaux sociaux, on a vu des images très violentes qu’on ne voulait pas voir », « sur les réseaux sociaux, une personne a créé un faux compte pour me faire croire qu’elle était amoureuse de moi ».

A la fin, cette question : « Mesdames et Messieurs les candidats à l’élection présidentielle, quelles sont vos propositions pour nous protéger sur les réseaux sociaux ? » Selon les ambassadeurs Respect Zone, cette vidéo est aussi un outil permettant « d’intéresser les collégiens au débat électoral ». »
Le Café pédagogique signale également l’ouverture du concours supplémentaire de Créteil pour les professeurs des écoles.
Aurélie Gascon


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd’hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd’hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies