Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 6 février 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 6 février 2018

Politique et polémiques - Conseils et neurosciences - Divers et ailleurs

Grève et polémiques sont toujours d’actualité. On continue avec de la réflexion de fond et une actualité pédagogique variée entre Afrique, Corse et ski à la sauce Montessori.


Politique et polémiques

Aujourd’hui est un jour de grève dans l’éducation nationale et le supérieur.
« Syndicats lycéens, étudiants et enseignants appellent à la grève ce mardi pour demander les retraits de la réforme sur l’accès à l’université et du projet d’un nouveau baccalauréat. »
Selon le ministère, la grève a mobilisé 5,5% des enseignants.

Le mouvement de jeudi avait peu mobilisé. « Les défilés du 1er février, qui dénonçaient surtout les futures règles d’accès à la fac, ont peu mobilisé. Cette fois, le SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, appelle les enseignants à la grève. »

Suite à l’annonce choc du premier ministre sur les fonctionnaires, certains membres de la majorité cherchent à rassurer.
« Éducation, santé, sécurité : pas de suppressions de postes de fonctionnaires, promet Aurélien Taché (LREM) ». On attend de voir...

Un numerus clausus à la fac ?
« Lors de l’examen de la loi au Sénat, Jacques Grosperrin, sénateur (LR) du Doubs, a déposé l’amendement 37 au projet de loi « Orientation et réussite des étudiants ». Il propose que les facs puissent réduire leurs capacités d’accueil en fonction des « taux de réussite et d’insertion professionnelle observés pour chacune des formations ».
« Ce ne sont pas les vœux des candidats qui doivent guider les choix d’ouvertures de places dans les filières de l’enseignement supérieur mais les débouchés professionnels réels qui s’offrent aux diplômés. » précise le texte d’explication de l’amendement. En clair, comme en médecine où le nombre de places est contingenté par un numerus clausus fixé par l’Etat, on pourrait voir les amphis de licence de psychologie ou de droit rétrécir ou augmenter selon les besoins du pays en psychologues, en juristes, etc. »
Un amendement qui risque encore d’envenimer le dialogue...

Le mouvement étudiant, lycéen et enseignant est ausculté à l’étranger. Critics take aim at Macron’s reforms of French baccalaureate
« Union fears changes will increase selectivity in university system. Unions and students have launched strikes and erected blockades on French campuses in protest against reforms of France’s high school baccalaureate, which they fear will lead to increased selectivity in the university system. »

Le nouveau système pour l’accès à l’enseignement supérieur est entré en fonction. Apparemment cela ne se passe pas très bien.
Une prof principale : « Je n’ai jamais vu de telles tensions entre familles et enseignants »

Des nouvelles d’Aurore Bergé qui ne comprend pas les réactions hostiles des enseignants à son rapport sur leur origine sociale. « "Je ne m’attendais pas à ça" : critiquée par des profs, la députée LREM Aurore Bergé défend son rapport sur l’éducation. »


Conseils et neurosciences

N’hésitez pas à lire chaque mois la RE-vue de presse qui cherche à mettre en perspective d’un temps plus long une thématique de l’actualité éducative. Ce mois-ci, les neurosciences à la rescousse ?

Jean-Michel Zakhartchouk s’intéresse quant à lui au conseil scientifique mis en place par le ministre. « De nombreuses craintes se sont fait jour au moment de la nomination du conseil scientifique de l’Éducation nationale, présidé par Stanislas Dehaene. Et si c’était moins inquiétant que cela ? Et si la question était plutôt l’utilisation politique faite des travaux de la recherche, en particulier dans le domaine des neurosciences » ?

Education : un « Conseil des sages » sur la laïcité
« Le "Conseil des sages" mis en place pour aider l’Éducation nationale à répondre aux problèmes de laïcité comporte 13 membres représentant les sensibilités les plus diverses, de l’ancien ministre Jean-Louis Bianco au politologue Laurent Bouvet, a indiqué le ministère lundi à l’AFP. Jean-Michel Blanquer avait annoncé en décembre la mise en place de ce conseil "composé d’experts issus de tous les horizons pour préciser la position de l’institution scolaire en matière de laïcité et de fait religieux". Ce "Conseil des sages", présidé par la sociologue Dominique Schnapper, "donnera la règle du jeu" quand les enseignants soulèvent des questions auxquelles ils sont confrontés, avait précisé le ministre de l’Éducation nationale. »


Divers et ailleurs

Entretien avec Laurence De Cock sur l’éducation, l’histoire et le postcolonialisme
« Depuis son expérience de prof à Nanterre, Laurence De Cock mène une réflexion critique sur la manière dont sont décidés les programmes d’histoire à l’école. Comment parle-t-on de la colonisation ? L’histoire est-elle une matière d’endoctrinement ou d’émancipation ? Le récit des événements doit-il servir les dominant·es ou les minorités opprimées ? Faut-il brûler l’école publique ou peut-on encore y insuffler un vent de liberté ? »

Corse : retour sur un passé qui ne passe pas par Claude Lelièvre.
« La question de la place du corse et de son enseignement a été source de très vives tensions politiques et d’embarras constitutionnels jusqu’ici insurmontables. Peut-on éviter un bis repétita ? »

Apprendre à comprendre, une des priorités de l’école
« L’étude Pirls révèle que beaucoup trop d’enfants de 10 ans environ (CM1) ne comprennent pas ce qu’ils lisent. Ce n’est donc pas tant la difficulté d’identifier les mots d’un texte qui est ici en cause, mais bien l’incapacité d’interpréter le sens d’un texte, de prendre la distance nécessaire au questionnement et à la critique. Cette enquête, dont la méthodologie n’est pas critiquable, met en évidence une des failles essentielles de notre système éducatif : nous sommes incapables de former des lecteurs responsables, capables de résister à la manipulation et à l’illogisme. Nous les condamnons à la soumission. » Une tribune d’Alain Bentolila malheureusement réservée aux abonnés.

Pisa : La discipline force principale de l’Ecole ?
« Qu’est ce qui fait que , dans certains pays, les élèves pauvres s’en sortent mieux ? L’OCDE publie une nouvelle analyse des résultats de Pisa 2015 qui se focalise sur les élèves défavorisés. Certains pays ont réussi à augmenter fortement leur taux de réussite alors qu’ailleurs il décline. Pour l’expliquer, l’OCDE met, une nouvelle fois, en avant le climat scolaire et particulièrement la discipline. » On y aurait jamais pensé tout seuls !

Vosges : Une école de ski façon Montessori est née cet hiver sur la station de La Bresse ou quand on surfe sur la vague Montessori...
« Tandis que la neige continue de tomber depuis cinq jours, la nouvelle école de ski Moon Shot, dans les Vosges, attend avec impatience le début des vacances d’hiver pour partager ses cours façon Montessori... »

Allemagne : Une étude souligne les heures de travail excessives des enseignants
« L’étude révèle que les enseignants travaillent une heure et 40 minutes en plus par semaine que les autres fonctionnaires équivalents, en tenant compte des vacances scolaires.Il en ressort qu’entre 14 et 19 pour cent des enseignants travaillent un nombre excessif d’heures ou plus de 48 heures pendant la semaine d’école. »

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger
« Le gouvernement a adopté un décret visant à protéger, soutenir et accompagner les jeunes filles en cours de scolarité. »

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.