Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 3 juillet 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 3 juillet 2018

Blanquer — Pédagogie — Professionnel — Supérieur — Divers

Une revue éclectique avec, bien sûr, beaucoup de Blanquer, du pédagogique, du professionnel et du supérieur et puis quelques divers !


Blanquer

Dans l’école de la confiance, il y a La paye au mérite dès septembre ?Après l’annonce, lors du Conseil des ministres du 12 juin, que le gouvernement instaurera la paye au mérite pour ses fonctionnaires, les choses s’accélèrent. Le 20 juin, le Café indiquait que la prime de 3000 € des Rep+ faisait partie de la négociation. Le 29 juin le gouvernement a précisé sa méthode. Dans un article du 30 juin, Les Echos apportent un nouvel éclairage. Si la prime de 3000€ est bien versée à partir de septembre , ce pourrait être en fonction des résultats des élèves ou de la participation au projet d’établissement.”

Luc Cédelle fait le point sur L’an 1 du ministère Blanquer : une mesure phare et des potentialités. “Au bout d’un an d’exercice et alors qu’il aborde des chantiers aussi risqués qu’une réforme du bac, ne pas être aux prises avec une fronde lancinante est déjà, pour le ministre de l’éducation, une forme de succès qui a fait cruellement défaut à ses prédécesseurs.”

Apparemment, ça réussit... le Cours préparatoire à 12 élèves : « Un gain de deux à trois mois d’avance » par Mattea Battaglia. “Le dispositif de dédoublement des classes, expérimenté depuis un an dans des écoles labellisées éducation prioritaire, est plébiscité par les enseignants.”

Billet du mois (N°459 - janvier 2008) Adieu samedi matin, je t’aimais bien par Dominique Moinard, professeur des écoles maternelles à Légé (44).

JM Blanquer promeut une ancienne vice présidente du Snalc. “Claire Mazeron, IPR d’histoire-géographie est nommée directrice académique adjointe des services de l’éducation nationale de Paris. Le Journal officiel du 3 juillet annonce ainsi la nomination d’une personnalité très médiatique.“


Pédagogie

La grammaire, les querelles idéologiques et le mépris des élèves… Par Paul DEVIN sur son blog. “La présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP), Souad Ayada, vient de remettre son projet de réajustement des programmes. On se souvient qu’elle avait annoncé ses intentions avec une détermination qui, pour le moins, ne pêchait pas par excès de subtilité : elle voulait, affirmait-elle, en finir avec les âneries…

L’absurde politisation du passé simple par Jean-Michel Zakhartchouk “Ne pas faire apprendre très tôt les conjugaisons complètes du passé simple (et j’espère bien avec les verbes « moudre » ou « convaincre ») semble être pour les pourfendeurs des programmes actuels de l’école et du collège un signe fort d’abandon de la Culture, de la Civilisation, de l’Identité nationale autour de notre langue et un « mépris » pour les élèves qui y ont droit, nous dit la présidente du Conseil supérieur des programmes dans un entretien au Point qui ne correspond pas vraiment à l’image que j’ai de la philosophie et des philosophes.”

Changer de posture pour apprendre par Cécile Blanchard et Laurence Cohen. “400 personnes ont participé aujourd’hui à la première journée du CLIC 2018 (Congrès de la classe inversée), sur le thème « Changer de posture pour apprendre », et plus de 600 participeront au total dans le week-end. L’occasion d’un retour sur expériences et d’une formation entre pairs à travers de très nombreux ateliers de pratiques.”

Le CLIC 2018 (Congrès de la classe inversée), organisé par l’association Inversons la classe !, se tient à Paris du 29 juin au 1er juillet. Jean-Michel Zakhartchouk y est intervenu vendredi 29 juin sur le thème des liens entre les classes inversées et l’éducation nouvelle. Voici le texte de sa conférence.


Professionnel

Enseignement professionnel : Un rapport interroge sur l’avenir des diplômes intermédiaires. “Rédigé en octobre 2017 par les inspecteurs généraux JP Collignon, JF Cuisinier et M Lugnier, le rapport sur les certifications intermédiaires du bac professionnel souligne la perte de valeur des diplômes intermédiaires. Ces diplômes, comme le BEP, ont longtemps été une référence professionnelle et une étape vers le bac professionnel qui se préparait en deux ans après le BEP. Lors de la réforme du bac professionnel en 3 ans de 2009, ils n’ont pas été supprimés mais transformés en une certification intermédiaire.“

Apprentissage : « On donne beaucoup plus de liberté aux acteurs de terrain », se défend Muriel Pénicaud. “Muriel Pénicaud, ministre du Travail, était l’invitée de Territoire d’Infos sur Public Sénat. Interrogée sur la réforme de l’apprentissage, elle rappelle qu’il y a « seulement 420 000 apprentis en France, alors que c’est une voie de réussite ». La loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » sera examinée au Sénat le 10 juillet prochain. Les présidents de région sont réticents, car ils considèrent qu’il y a un transfert de compétences sous-jacent.”


Supérieur

Inscription en universités et écoles : les recours de Parcoursup

APB, Parcoursup : comparaison n’est pas raison. “Des étudiants, bacheliers en 2017 et en réorientation, racontent « leur » Parcoursup après avoir expérimenté, il y a un an, les défauts d’APB.”

Après Parcoursup, le projet de réforme de la licence fait craindre une université à deux vitesses par Anthony Cortes. “Après les modalités d’entrée à l’université, le gouvernement s’attaque à la licence. Selon un projet d’arrêté, chaque établissement va pouvoir personnaliser le contenu, la durée du cursus et les règles d’évaluation à appliquer aux étudiants. Certains syndicats craignent de voir s’installer une concurrence entre établissements.”

« Paris-Dauphine est une université d’un type particulier » par Olivier Rollot. “A la fois universités et grande école, sélective, Paris-Dauphine incarne un modèle tout à fait particulier au sein de l’enseignement supérieur français. Un modèle sur lequel revient sa présidente, Isabelle Huault.”

Arrêté licence : les modifications apportées au projet peinent à rassurer par Laura Taillandier. “Le ministère de l’Enseignement supérieur a procédé aux derniers ajustements du projet d’arrêté licence qui sera examiné en Cneser le 9 juillet 2018. Verdict : quelques modifications et une nouvelle réécriture de l’article 22, sur l’habilitation des établissements à délivrer le diplôme, qui ne calme pas les inquiétudes de certains syndicats.”

Les bacheliers étrangers optent de moins en moins pour des études en France. “Plus de la moitié des bacheliers de nationalité étrangère issus d’un lycée français à l’étranger décident de poursuivre leurs études dans un autre pays que celui de leur bac, selon une enquête de Campus France.”


Divers

Bac 2018 : pourquoi des enseignants de philosophie appellent à la « rétention des notes ». "L’action, lancée par des enseignants correcteurs du baccalauréat dans une dizaine d’académies, est avant tout symbolique, mais elle dit l’inquiétude d’une frange de professeurs de philosophie face au « nouveau bac » promis pour 2021."

Les bacheliers de Mai 68 : le mauvais procès du « bac au rabais » par Sibylle Vincendon. “Passé à l’oral pour cause de Mai, ce diplôme a toujours été vu comme facile et sans valeur. Le vécu, et le parcours, des intéressés prouve que les deux sont faux.”

Eunice Mangado-Lunetta* : « La volonté d’engagement reste bien présente au sein de la jeunesse ». Eunice Mangado-Lunetta est directrice des programmes de l’AFEV (Association de la Fondation étudiante pour la ville).

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?