Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 28 novembre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 28 novembre 2017

Blanquer — Divers —

Monsieur Partout est omniprésent dans notre revue du jour ! "Non, non, je ne changerai rien !"


Blanquer

Rythmes scolaires : L’ORTEJ et l’argumentaire de JM Blanquer..."Les études démontrent le non fondé de la semaine de 4 jours". Pour François Testu, président de l’ORTEJ, qui tenait colloque le 27 novembre, il n’y a pas de débat sur la nocivité du retour à la semaine de 4 jours, particulièrement pour les enfants des familles défavorisées. Pourtant JM Blanquer avance qu’il n’y a pas d’études prouvant la supériorité de la semaine de 4 jours et demi sur celle de 4 jours, voire que des études affirment que la seconde est supérieure en terme de réussite scolaire à la première. D’où le ministre tire-t-il cela ? Doit-il revoir son argumentaire ?

Médecine scolaire : Blanquer et la disparition. “"La politique de santé scolaire va désormais s’inscrire dans le cadre de la politique de santé publique. Les conventions entre les agences régionales de santé et les rectorats seront actualisées pour qu’elles mettent l’accent sur le parcours de santé des enfants âgés de zéro à six ans. Dans le même sens, les comités académiques d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CAESC) verront leur action renforcée", annoncent les ministres de la Santé et de l’éducation nationale. Ces mesures sont-elles à la hauteur ?

Ateliers en « non-mixité raciale » : Jean-Michel Blanquer, le hussard noir de la Ve République. “Dimitri Casali et Olivier Gracia encensent l’attitude républicaine du ministre de l’Education nationale, qui a condamné les stages en « non-mixité raciale ». Ils plaident pour un enseignement de l’histoire, dans sa complexité et sa diversité.”

Fabrice Dhume : Le ministre ignorant. Cinq leçons sur la polémique à propos du racisme et de l’antiracisme à l’école. “L’actuelle polémique visant l’initiative du syndicat Sud Education 93 d’organiser un stage intitulé « Au croisement des oppressions – Où en est-on de l’antiracisme à l’école ? », transforme cette importante et légitime question en champ de bataille. Sommé par des entrepreneurs de polémique (LICRA, Comité laïcité république, Printemps républicain et Grand Orient de France, notamment) de se positionner, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a jugé via Twitter « le projet d’une réunion syndicale triant les membres sur la base de leur origine » « inconstitutionnel & inacceptable », et il a déclaré vouloir porter plainte en « diffamation » contre le syndicat pour avoir parlé de « racisme d’Etat ». Fondée sur une manipulation de l’information, cette mise en polémique a pour objet de chercher à régenter ce qu’il faut dire et penser en France du racisme et de l’antiracisme à l’école... au mépris des savoirs sociaux comme des connaissances sociologiques du phénomène.” Fabrice Dhume, sociologue, Enseignant-chercheur à l’Université Paris Diderot/URMIS

Égalité filles-garçons à l’école : Blanquer déçoit les syndicats. “Le ministre de l’Éducation prône le « respect d’autrui » comme base de l’enseignement, deux ans après la polémique des « ABCD de l’égalité ».”

Pour un « module » qui ne soit pas en retrait : un nouveau paradigme. Par Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires. “Un « module d’enseignement » consacré « à la prévention et à la lutte contre le sexisme, le harcèlement et les violence » va être mis en place pour toutes les écoles. On peut exiger un nouveau paradigme pour qu’il soit à la hauteur du défi permis par la situation actuelle, et que ne se reproduise pas ce que Farida Belghoul a appelé « la victoire de la convergence islamo-catholique ».”

Et encore une réaction à une déclaration : Droits des femmes... Le sujet a été pris, dans un passé récent, bien plus qu’à bras-le-corps…En réponse à cette déclaration du Ministre de l’Education Nationale sur France Inter ce 27/11 : "C’est la première fois qu’une S.E aux droits des femmes et un ministre prennent le sujet à bras le corps."” sur le blog Vivement l’Ecole !


Divers

Alain Rey : « Faire changer une langue, c’est un sacré travail ! »Le linguiste et lexicographe revient sur les récentes controverses autour de la place ­du féminin dans le français. En fin de compte, rappelle ­cet amoureux des mots, « c’est l’usage qui a raison ».“­ réservé aux abonnés.

Dans ce collège alsacien, les portables font partie intégrante de l’enseignement. “À contre-pied des desseins du ministère de l’Éducation Nationale, un collège alsacien a démocratisé l’utilisation des tablettes et des smartphones pendant les heures de cours. Les enseignants donnent désormais cours avec l’aide d’internet.”

Un enseignant condamné à 18 mois avec sursis pour une liaison avec une collégienne. “Il avait l’impression que c’était « juste » sa « copine », pas son élève « ni une fille de 14 ans » : un enseignant de 31 ans a été condamné lundi à 18 mois de prison avec sursis pour avoir entretenu une liaison avec une collégienne.”

Condamné pour une relation avec son élève de 14 ans : « J’ai complètement dérapé ». “Le professeur de maths de 31 ans, jugé lundi à Fontainebleau pour avoir eu des relations sexuelles avec une élève de 14 ans dont il était amoureux, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Il n’enseignera plus.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.