Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 28 mai 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 28 mai 2019

Maîtres à penser — Pédagogie — Orientation — Métier

Actualité foisonnante. Les maîtres à penser sont toujours là et le voile retombe. Mais heureusement il sera question aussi de pédagogie, d’orientation et du métier.


Maîtres à penser

Création d’un comité d’histoire de l’éducation nationale NOR : MENA1900121S décision du 21-5-2019 MENJ - SAAM - MAPC
Article 1 - Il est créé auprès du ministre chargé de l’éducation un comité d’histoire de l’éducation, chargé de valoriser l’histoire des institutions et des politiques d’éducation dont il a la charge.
Le comité a pour missions :
- de proposer un soutien à la réalisation d’études et de recherches historiques ;
- de susciter des travaux historiques et de contribuer à leur diffusion ;
- de favoriser les échanges dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de promouvoir, en relation avec la communauté universitaire, l’organisation de colloques, séminaires ou autres manifestations ;
- de favoriser la mise en valeur du patrimoine et des archives de l’éducation
.”

Et Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires réagit : Blanquer craint-il que sa « mémoire » flanche (et ne soit guère valorisée) ?
Toujours est-il qu’il a créé le 21 mai dernier un « comité d’histoire de l’Education nationale ». Le Gellec dans L’obs et Goigoux dans plusieurs journaux viennent de montrer qu’il n’hésite pas à triturer les statistiques à sa convenance. Il a supprimé le CNESCO pour avoir un organisme d’évaluation à sa main. De là à penser qu’il en va de même en matière de « valorisation historique »…

À quelques jours du brevet des collèges, France 3 et France tv éducation s’associent pour vous proposer de réviser les classiques de l’orthographe et de la grammaire, en simultané avec des milliers de collégiens partout en France.”
Et qui y participe ???? Notre ministre !Avis aux amateurs d’orthographe, découvrez les conseils de Jean-Michel Blanquer pour réussir une #dictée et défiez les collégiens de #3e vendredi 7 juin, à 10h15, en direct sur France 3.”

Et du côté de la philosophie...
Souad Ayada : « Il faut former le jugement et préparer à l’exercice de la citoyenneté »
Pour Souad Ayada, la présidente du Conseil supérieur des programmes, la présentation alphabétique des notions de philosophie est celle qui « charrie le moins d’arbitraire ».”

Pierre Guenancia : “L’enseignement de la philosophie doit suivre une certaine logique”
Publié il y a dix jours, le projet pour les nouveaux programmes de philosophie en Terminale suscite bien des critiques. Y compris de la part des membres du groupe de travail chargé de leur élaboration, comme le philosophe Pierre Guenancia, spécialiste de Descartes.”

La philosophie au cœur d’une guerre des programmes scolaires Par Violaine Morin
Le projet de programme de terminale, mis en ligne le 17 mai sur le site du Conseil supérieur des programmes, divise la profession. Une partie du groupe d’experts chargé d’élaborer le projet dénonce sa réécriture par le CSP.”

Sourions, un peu… avec Fabrice Erre qui propose de S’orienter dans la réforme du lycée


Voile

Sorties scolaires : « Un nouveau coup de vent dans le voile » Tribune de Laurent Klein, Directeur d’école élémentaire
L’amendement adopté lors du passage au Sénat de la loi Blanquer qui prévoit d’interdire les sorties scolaires aux parents portants des signes religieux ostentatoires, méconnaît la laïcité vécue au quotidien dans les écoles explique Laurent Klein, directeur d’école publique.”

« Il serait plus intelligent et digne de la patrie des droits de l’homme d’accepter que les mères voilées accompagnent les sorties scolaires » Tribune par Elizabeth Cremieu, Agrégée de géographie, présidente d’ACORA, ancienne maîtresse de conférences à Sciences Po Paris. Elle s’exprime à titre personnel
Dans une tribune au « Monde » la géographe Elizabeth Cremieu considère qu’interdire les femmes voilées lors des sorties scolaires, c’est faire le jeu des salafistes et des islamistes. Pour elle, les autoriser, « ce serait un compromis intelligent, et compromis ne signifie pas forcément compromission ».”

Loi Blanquer : Des collectifs contre l’interdiction des accompagnatrices voilées
" Qui peut croire que le vivre ensemble passe encore par l’exclusion d’une catégorie de la population, les mamans portant un foulard, en raison de la manière dont elles choisissent de se vêtir ? Qui peut encore croire que le traumatisme produit chez leurs enfants n’aura pas de conséquence sur l’idée qu’ils se font de la laïcité, qui n’inclut plus et ne permet plus le vivre ensemble, mais au contraire exclut et discrimine ? Accepterons-nous encore une fois de faire de ces enfants et de leurs familles des parias de notre société ?" Des collectifs et associations (Attac, Fasti, Sud Education 93, Alternative libertaire, Ensemble !, NPA, PIR etc.) protestent contre un article ajouté à la loi Blanquer par le Sénat qui interdit les accompagnatrices voilées. " Cette position établit deux catégories de mères aux yeux des enseignants et des enfants : les mères dignes et les mères indignes de s’intégrer dans la communauté scolaire. Elle est insupportable car elle établit une inégalité entre mères fondée sur la religion. Elle remet en cause les fondements de l’école publique en opposant deux catégories d’élèves en fonction de la religion de leur famille. En s’attaquant aux mères musulmanes portant un foulard, le vote sénatorial pousse les discriminations jusqu’à l’ignominie".”

Le Sénat s’acharne contre les mères qui portent un foulard Par Les Invités De Mediapart
« Par un amendement sénatorial au projet de loi Blanquer, projet qui va déjà à l’encontre de l’école pour toutes et tous que nous souhaitons pour nos enfants, les mamans portant un foulard risquent d’être interdites de sorties scolaires », ce qui revient à interdire tout court les sorties scolaires dans les quartiers populaires, rappelle un large regroupement de collectifs, associations et partis de gauche.”


Pédagogie

Nous inversons ensemble au lycée Eugène Ionesco ! par CLAUDE TRAN
Mais qui a dit que les classes inversées c’était des vidéos à la maison avec le cours et des exercices en classe ?
Au lycée Eugène Ionesco d’Issy-les-Moulineaux elles travaillent ensemble pour passer du face à face au côte à côte, construisent le même cours, Inversent leur classe mais n’utilisent pas - encore - le numérique pour mettre leurs élèves en activité. Séverine et Emilie sont toutes deux professeure de sciences physiques dans cet établissement pour la plus grande joie de leurs élèves qui apprennent en construisant le cours
.”

« La pédagogie et les modes d’apprentissage doivent évoluer avec le numérique » par Olivier Rollot
Il est le directeur de EdTech France, l’association de start up de l’éducation dont certaines, comme Open Classrooms, sont déjà à maturité quand beaucoup cherchent encore leur modèle économique. Le regard de Rémy Challe sur un secteur en plein essor.”

Education nationale : les enseignants, des acteurs essentiels de la digitalisation
Côté élèves, le numérique constitue à la fois un outil d’enseignement et un sujet d’étude. Côté enseignants, la digitalisation permet de mettre en oeuvre une pédagogie innovante, mais elle nécessite de la co-construction, de la formation et de l’appropriation.”

En Belgique 100.000 profs intègrent le smartphone en cours avec Wooclap
Wooclap, plate-forme interactive facilitant la participation des étudiants via leur smartphone, a franchi la barre des 100.000 professeurs et formateurs dans plus de 100 pays. La start-up fondée à Bruxelles et basée à Etterbeek a reçu le prix de la Jeune entreprise innovante.”


Orientation

Orientation scolaire : cadre national de référence entre l’État et Régions de France
Afin de préciser les compétences respectives de l’État et des Régions dans l’exercice de leurs missions en matière d’orientation et d’information et les principes communs de leur action, et ainsi permettre une meilleure cohérence de leurs interventions, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Hervé Morin, président de Régions de France, et François Bonneau, président délégué de Régions de France ont signé le Cadre national de référence relatif à la mise en œuvre des compétences de l’État et des Régions en matière d’information et d’orientation pour les publics scolaire, étudiant et apprenti, mardi 28 mai 2019.”

Je me permets de vous signaler la réaction à chaud :

Le régalien, le cadre et la conception

Ce mardi 28 mai 2019 le gouvernement et les régions signent un « cadre national de référence ». Suite à la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » il s’agit de définir les conditions dans lesquelles ils exercent leurs missions respectives dans les domaines de l’information et de l’orientation à destination des publics scolaire, étudiant et apprenti.
Le décret, Information sur les métiers et les formations. Nouvelles compétences des régions du 11 avril 2019 avait déjà modifié le Code de l’éducation préparant ainsi l’application de la loi[1]
.”

Ecoles d’infirmier : le fiasco de Parcoursup 2019 par Sébastien Grob
Les premiers résultats 2019 de Parcoursup ont provoqué un torrent de protestations parmi les candidats à l’entrée en institut de formation en soins infirmiers. Derrière une sélection hasardeuse se cachent les failles d’un système qui a submergé les Ifsi, arrivés en tête des formations ayant reçu le plus de vœux sur la plateforme.”

Orientation scolaire, Parcoursup : 3 jeunes du Centre-Val de Loire parlent de leurs études supérieures
Réunis autour de la youtubeuse Calie, nous avons interrogés des jeunes de la région Centre-Val de Loire pour parler des études et de l’orientation scolaire. A retrouver dans "T’en penses quoi ?", notre programme 100% Web.”

Le "boom"​ du privé dans l’enseignement supérieur français par Bruno Magliulo, Formateur/conférencier
Depuis une vingtaine d’année, on observe un phénomène de très forte croissance de la part de l’enseignement privé au sein de l’enseignement supérieur français. Nous ne sommes certes pas les seuls à connaître une telle évolution, mais force est de constater qu’en France, elle est d’une ampleur particulière. C’est d’autant plus surprenant que ce secteur de formation est plus ou moins fortement payant, alors que les "consommateurs d’enseignement supérieur" ont la possibilité de préférer l’offre publique gratuite ou quasi gratuite. Malgré cela, une proportion croissante des familles font le choix du privé, et on observe que ce phénomène concerne de plus en plus de familles n’appartenant pas aux catégories sociales les plus favorisées du pays. Dès lors, on est conduit à se demander quelles sont les raisons de ce phénomène qui ne semble pas près de s’atténuer, bien au contraire.”

Pour l’OCDE, le tri académique ou social des élèves fait baisser le niveau général
La ségrégation scolaire est nuisible à tous. On le savait depuis une récente conférence de consensus du Cnesco sur la mixité sociale. Mais c’est maintenant l’OCDE qui l’atteste en se basant sur 15 années de résultats de Pisa. Pour l’organisation internationale, l’affaiblissement de la carte scolaire et la montée de la sélection des élèves, soit sociale, soit par les résultats, fait baisser la performance des systèmes éducatif sans pour autant tirer les plus forts ou les plus favorisés vers le haut. Une analyse particulièrement intéressante au moment où le ministère renforce la concurrence entre les lycées et instaure avec la loi Blanquer l’école à deux vitesses.”


Le métier

Pourquoi les enseignants français se sentent-ils mal-aimés ? Par Séverin Graveleau
Une majorité d’enseignants dit souffrir d’une image dévalorisée dans la société française. Sondage après sondage, les Français rappellent pourtant leur attachement à la figure du professeur. Enquête sur ce paradoxe.”

Mais il y a une solution, ailleurs...
Profs : le Québec recrute !
“Pénurie oblige, le gouvernement québécois facilite l’embauche d’enseignants étrangers. Une campagne de recrutement aura lieu début juin à Paris.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 552 - Les dys dans la classe
Dossier coordonné par Nicole Bouin et Émilie Pradel
mars 2019
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les «  dys  », ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations…

N° 551 - Expliciter en classe
Dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Sylvie Grau
février 2019
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?