Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 27 janvier 2009


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 27 janvier 2009

Chiche !
Une vingtaine d’organisations (dont le CRAP-Cahiers Pédagogiques) rassemblées sous le titre “de l’ambition pour la réforme du lycée” publie une tribune dans Ouest France. Ils partent d’un constat et d’une conviction : “le lycée français doit et peut faire mieux réussir les élèves. Ses voies et séries sont trop hiérarchisées. Les inégalités sociales y sont trop souvent reproduites, les jeunes insuffisamment préparés à l’autonomie. La continuité avec les études supérieures est insuffisante. Bref, s’il permet évidemment des réussites, il ne parvient ni à réduire un nombre d’échecs encore trop grand ni à préparer efficacement les jeunes à la poursuite d’études”. Les propositions s’articulent autour de l’idée d’autonomie : “ Les lycéens ont besoin d’être mieux préparés à l’autonomie ? Le lycée doit les y aider, résolument. Dans cette nouvelle architecture, les lycéens seront davantage acteurs de leurs parcours, avec une aide accrue des enseignants et du temps pour élaborer leurs choix. . A l’objection du contexte de la réforme, ils répondent “ Nous ne sommes dupes de rien, notamment pas du problème des moyens budgétaires et des moyens d’accompagnement des acteurs sans lesquels aucune réforme ne peut réussir. Rien n’aboutira non plus sans prendre le temps d’une concertation approfondie. Rien ne changera enfin sans information et formation des intéressés eux-mêmes, et notamment des personnels. C’est beaucoup demander ? Pas lorsque l’avenir de la jeunesse est en jeu.”.

Faire entendre un cri de colère.
Les syndicats français veulent faire entendre "un cri de colère" face à la crise et aux réformes gouvernementales De la maternelle à l’université en passant par le lycée, la grève s’annonce particulièrement suivie jeudi dans les établissements scolaires français. Face à ce qui s’annonce comme une journée de forte mobilisation, que dit le président ? "Je comprends vos difficultés, je comprends les questions de pouvoir d’achat, les cotisations pour les retraites, l’école des gosses (...) mais je dois voir ça avec sang froid, avec calme, réfléchir, ne pas décider en fonction de qui est écrit dans le journal ou de ce que dit celui qui crie le plus fort", a déclaré Nicolas Sarkozy devant les salariés d’une usine proche de Châteauroux.

Ils sont aujourd’hui près de 2000 professeurs des écoles à entrer officiellement en "résistance pédagogique" contre les réformes du ministère de l’éducation nationale.
Ils interpellent le ministre dans une lettre où ils lui demandent le retrait de son dispositif d’aide personnalisée aux élèves en difficulté ainsi que des nouveaux programmes du primaire mis en place à la rentrée dernière.
Véronique Soulé de Libération pose sur son blog une question pertinente ”Désobéir, est-ce bien syndical ?”. En effet, une nouvelle contestation s’est développée, plus inventive, plus réactive et souvent plus radicale, avec des blogs et des réseaux. Les syndicats ne sont plus seuls sur leur terrain. Apprécient-ils ? Pour Alain Refalo, “désobéisseur” : "c’est complémentaire. Un mouvement de désobéissance ne remplacera pas un mouvement de grève ni des manifestations. En même temps, cela traduit une certaine faiblesse de l’action syndicale classique. La base attend autre chose que des journées ponctuelles de grève sans lendemain.”. La position des syndicats est mitigée. Pour Gilles Moindrot responsable du Snuipp : "La désobéissance individuelle s’inscrit tout de même dans une démarche collective. Elle n’est pas dirigée contre les syndicats. Elle traduit plutôt la gravité de la situation : les gens ont l’impression que le ministre ne les écoute pas. En même temps, on reconnait toujours l’efficacité de l’action collective : celle des manifestations que nous organisons. Le ministre a bien dû changer de ton. Mais nous, on ne peut évidemment pas emmener les gens sur ce terrain-là". Pour Luc Bérille secrétaire général du SE-Unsa : " On ne peut pas soutenir ce type d’action. C’est trop ambigu. On ne peut pas dire qu’on s’oppose au démantèlement du service public de l’Education, tout en adoptant l’attitude d’une profession libérale. En décidant ce que je vais enseigner ou non.
Montons d’un cran dans la critique avec
l’éditorial de Favilla dans Les Échos. Pour lui, les désobéisseurs donneraient une “leçon d’incivisme ”. “Passons sur la situation singulière de salariés qui, à titre individuel, n’appliquent pas les décisions de leur employeur. Le plus grave est le message qu’ils envoient ainsi à leurs propres élèves. Alors que tout processus éducatif a pour objectif l’apprentissage de valeurs communes qui permettent de vivre ensemble et la construction d’une raison capable de maîtriser les pulsions individuelles, l’attitude de ces enseignants délivre le message exactement inverse. C’est l’incitation à l’individualisme, au rejet des règles collectives, à la contestation individuelle de toute autorité. C’est le « moi-je » qui triomphe sur le « nous. ”.
Certes. Mais on doit rappeler quand même que cette critique aurait plus de sens s’il n’y avait eu d’autres cas de désobéissance en sens inverse. Rappelons que Marc le Bris, membre de « Sauver les lettres » s’est vanté publiquement à plusieurs reprises de ne pas avoir appliqué les programmes précédents. En décembre dernier, celui-ci a reçu des mains de Xavier Darcos, la médaille de l’Ordre national du mérite...
Quel exemple donnait t-on ainsi à la jeunesse et aux enseignants ?

Michel Charasse, vous vous rappelez ?
Le toujours sénateur du Puy-de-Dôme, a envoyé une carte de vœux à Paul Busuttil, directeur de l’IUFM de Clermont-Ferrand, avec un style très particulier. “ "En espérant que les enseignants seront enfin formés car pour l’instant ça laisse beaucoup à désirer. Quand un enseignant m’écrit, je trouve toujours une ou plusieurs fautes d’orthographe et quand il me parle c’est souvent du balbutiement approximatif sauf pour les revendications. Les IUFM ont été un désastre, mais vous n’y êtes pour rien.”. Cet autre bel exemple de muflerie est à lire sur le site de Rue 89...

Bonne Lecture...


Libération.fr du 27/01/09

Wikipédia : Vers la modération de certains articles ?
Suite à divers couacs sur des biographies, Jimmy Wales milite pour un durcissement des règles de publications.
Lire la suite de l’article

L’Université Paris-3 (Censier) a commencé la grève
L’Université Paris-3 - Sorbonne nouvelle, centre principal à Censier - a commencé le mouvement de grève d’après nos informations.
Lire la suite de l’article

Désobéir, est-ce bien syndical ?
J-2. L’Education va constituer le gros des troupes jeudi. Mais attention : derrière les bannières syndicales, une nouvelle contestation s’est fait jour, plus inventive, plus réactive et souvent plus radicale, avec des blogs et des réseaux. Les syndicats ne sont plus seuls sur leur terrain. Apprécient-ils ?
Lire la suite de l’article

Facs : de l’agitation invisible à la manif du 29
J-3 : les universitaires seront nombreux jeudi dans la rue. Pourtant on ne les a guère vus défiler ces derniers temps dans les grandes manifs autour de l’Education. Et pour cause : ils étaient dans leurs facs, protestant à leur façon. Retour sur une agitation invisible qui cache une vraie colère.
Lire la suite de l’article

Service minimum d’accueil dans les écoles de Strasbourg
A l’occasion du mouvement de grève national prévu jeudi, la ville de Strasbourg organisera un service d’accueil minimum dans les écoles où plus de 25 % des enseignants se seront déclarés grévistes. "Un simple service de garde sera assuré de 8h à 12h et de 14h à 16h15, à raison d’un adulte pour 20 enfants", indique la municipalité, en précisant que "priorité sera donnée aux enfants dont les deux parents exercent une activité professionnelle ou qui sont élevés par un seul parent". Les inscriptions doivent être effectuées ce mardi de 15h à 19h. En novembre, le maire PS Roland Ries avait estimé trop compliquée la mise en place de ce service d’accueil et il s’en était plaint au ministre de l’education. Depuis, "Xavier Darcos a écrit à l’Association des maires des grandes villes de France pour admettre qu’il était nécessaire de faire une évaluation anticipée du dispositif de service minimum d’accueil des enfants grâce à la création d’un comité de suivi et d’évaluation", souligne la municipalité socialiste.
Lire la suite de l’article

Ce que je veux dire aux enseignants-chercheurs
Valérie pécresse ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

[...] il appartient désormais aux conseils d’administration des universités d’assurer la promotion de l’ensemble des enseignants-chercheurs de l’établissement contre 50 % d’entre eux aujourd’hui. C’est une condition indispensable à une gestion des ressources humaines qui tient mieux compte à la fois de la qualité professionnelle et des attentes de chacun. Alors, j’ai entendu les interrogations ou les craintes qui s’expriment, celles du « localisme » ou de sous représentation de certaines disciplines. C’est pourquoi, j’ai tenu à ce que les promotions décidées par les conseils d’administration se fassent dans la plus complète transparence. Ainsi, leurs décisions devront être systématiquement motivées et les enseignants-chercheurs classés par le CNU et non promus par leur université pourront faire valoir leur dossier de promotion auprès d’une instance nationale de réexamen.
Nous prenons toutes les garanties pour qu’une nouvelle éthique fonde l’autonomie gagnée par la communauté universitaire dans la conduite de son propre destin. Les enseignants-chercheurs sont les principaux garants d’une université qui rayonne et remplit l’ensemble de ses missions de service public. « Professer, c’est s’engager », écrivait Jacques Derrida dans l’Université sans condition. L’heure est venue de reconnaître pleinement cet engagement à la fois individuel et collectif, de faire confiance à l’université et aux universitaires.
Lire la suite de l’article

Non, Madame la ministre
isabelle This Saint-Jean professeur à l’université Paris-XIII, présidente de Sauvons la recherche.

Madame la ministre, nous ne voulons pas du projet de modification du décret de 1984 qui régit le statut des enseignants-chercheurs et permettrait ainsi la modulation de leur service d’enseignement ! Ce refus n’est pas celui d’une communauté figée dans son conservatisme, récusant a priori toute réforme mais celui d’une communauté qui a organisé en 2004 des Etats généraux et dont vous avez systématiquement négligé ou dévoyé les propositions.
Non, Madame la ministre, vos réformes ne résoudront en rien les problèmes des universités, mais ne feront que les aggraver.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 27/01/09

Dans la crise, je m’oppose donc je suis
Par Yves Thréard

La crise économique frappe tous les pays. Elle a causé, dans la seule journée de lundi, la perte de quelque 70.000 emplois à travers le monde. Partout, les gouvernements réagissent, portent assistance aux acteurs économiques. Leurs mesures sont diversement appréciées, sans toutefois provoquer de manifestations géantes dans les rues
Il n’est qu’un endroit où la grève et la manif sont à l’ordre du jour : la France. Jeudi, les agents des services publics s’arrêteront en signe de mécontentement. Par la force des choses, le secteur privé en payera les pots cassés. Ce sont pourtant les salariés des PME, les plus exposés à la casse sociale, qui auraient des raisons de se faire entendre. Mais telle est l’étrangeté, la singularité française. La parole appartient au plus fort.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr du 27/01/09

Les universitaires dénoncent une dérive bureaucratique, par Dominique Rousseau
La fronde des professeurs peut surprendre. Parce qu’elle est rare. Parce qu’elle est partagée. Parce qu’elle est moderne. Il faut sans doute que la situation universitaire soit grave pour que des universitaires, plus habitués aux voies feutrées des réseaux personnels qu’à celles, bruyantes, des manifestations collectives, dépassent leurs différences politiques, syndicales et disciplinaires pour décliner au temps présent "une certaine idée de l’université". De quoi s’agit-il ? En apparence, d’une simple réforme de leur statut. En réalité, du destin européen et international de l’université française.
Lire la suite de l’article

Ecole : les "désobéisseurs pédagogiques" interpellent Xavier Darcos
Ils n’étaient qu’une poignée début novembre, ils sont aujourd’hui près de 2 000 professeurs des écoles à entrer officiellement en "résistance pédagogique" contre les réformes du ministère de l’éducation nationale, voire "plusieurs dizaines de milliers" à être en désobéissance "officieusement", précise Alain Refalo, professeur des écoles à Colomiers (Haute-Garonne), l’un des "meneurs" de cette fronde inédite au sein de l’éducation nationale.
Lire la suite de l’article

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE
[...] Notre désobéissance n’est pas seulement une démarche de contestation. Dans le même temps que nous refusons ce dispositif, nous montrons, par notre action quotidienne, que d’autres choix pédagogiques sont possibles. Nous ne voulons pas nous enfermer dans un refus parce que notre souci c’est d’abord la réussite des élèves. C’est pourquoi, malgré des conditions de travail difficiles que votre politique n’a pas prévu d’améliorer, nous mettons en oeuvre des dispositifs d’aide, de remédiation et de soutien aux élèves en difficulté dans le cadre de l’ensemble du groupe-classe, avec la participation de tous les élèves.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 27/01/09 (un jour de retard)

Jeudi 29 janvier, un jour à marquer d’une pierre blanche
La mobilisation s’annonce exceptionnelle pour la journée d’action de jeudi, avec l’appel des syndicats à refuser de payer la crise. Jeudi, la France va faire face à la crise avec de l’inquiétude peut-être, avec de la colère sans doute, mais surtout avec des idées.
Lire la suite de l’article

DARCOS TOMBE LA CRAVATE, EN VAIN...
Allure décontractée, Xavier Darcos s’est rendu aux journées de débats organisés ce week-end par la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL). Espérant renouer le dialogue, et face à des jeunes lycéens remontés et préoccupés, il a redit que la question des moyens était selon lui dépassée, qu’il s’agissait plutôt de « rationaliser », et que le taux d’encadrement avait été meilleur en 2008 qu’en 2007. Rien sur les suppressions de postes, rien sur les moyens, en somme, rien sur l’essentiel.
Lire la suite de l’article évaluations scolaires très contestées

évaluations scolaires très contestées
Face à la désobéissance pédagogique, l’État en appelle... aux gendarmes !
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 27/01/09

De plus en plus d’adolescents goûtent à la cocaïne
Depuis que son prix a baissé, le nombre d’adolescents tentés par la « poudre blanche » ne cesse d’augmenter. Après le cannabis et l’ecstasy, la cocaïne devient une des drogues qu’ils expérimentent le plus.
Lire la suite de l’article

« J’étais devenue une larve »
ALICE*, 16 ans, a arrêté depuis sept mois
Lire la suite de l’article

Soirée coke chez Romain
La soirée a lieu chez Romain*. Sa mère partie en voyage pour la semaine, Bruce et ses amis sont sûrs d’avoir le champ libre. Les premiers arrivent après dîner au bras de leur copine, d’autres les suivent, des packs de bière à la main. C’est une fête de lycéens comme il s’en improvise tant d’autres, le samedi soir, quand les parents s’éclipsent le week-end.
Lire la suite de l’article

« Cette drogue rend paranoïaque et agressif »
Dr WILLIAM LOWENSTEIN, médecin

Spécialiste des addictions et directeur de la clinique Montevideo à Boulogne (Hauts-de-Seine), le docteur Lowenstein s’inquiète d’une consommation de plus en plus précoce, qui accroît le risque de dépendance.

Lire la suite de l’article

Ces enseignants qui défient Darcos
On les appelle les « enseignants désobéisseurs ». 154 d’entre eux ont mis en ligne sur un blog une lettre ouverte au ministre de l’Education, Xavier Darcos, dont ils contestent les réformes. Dans ce courrier de quatre pages, ces professeurs d’une trentaine de départements, syndiqués ou non, argumentent notamment sur « les raisons profondes de leur refus d’appliquer réglementairement le dispositif de l’aide personnalisée » aux devoirs après les cours.
Lire la suite de l’article

Pourquoi 154 enseignants refusent d’obéir à Darcos
On les appelle les "enseignants désobéisseurs" : 154 d’entre eux ont décidé de mettre en ligne une lettre ouverte au ministre de l’Education, Xavier Darcos, dont ils contestent les réformes. Ils appellent à une désobéissance civile et refusent notamment de mettre en place les deux heures hebdomadaires d’aide personnalisée aux élèves en difficulté.
Lire la suite de l’article

LES MUREAUX : L’élève casse le nez d’un surveillant
Un lycéen de 16 ans a frappé le surveillant qui l’avait trouvé en train de fumer dans les toilettes. Il a créé une petite émeute au moment de son arrestation par la police.
Lire la suite de l’article


La Croix du 27/01/09

Grève du 29 janvier : La mobilisation syndicale par temps de crise fait débat
L’ensemble des organisations syndicales appelle à une journée d’action jeudi 29 janvier, qui va relayer les inquiétudes des Français face à la montée du chômage
Lire la suite de l’article

Ces étudiants qui changent de cap
L’orientation professionnelle ne fonctionne pas bien en France les jeunes choisissent des études et un métier sans bien connaître leurs contenus, dans un système complexe et opaque. D’où de fréquentes réorientations.
Lire la suite de l’article


Les échos du 27/01/09

Classes préparatoires : les universités se lancent
Fini le monopole des grands lycées sur les « khâgnes » et les « taupes » : le ministère de l’Enseignement supérieur veut que les 85 universités se lancent à leur tour dans la préparation des étudiants aux concours des grandes écoles. L’ouverture de classes prépa dans les campus n’a «  rien de révolutionnaire », mais elle «  présente beaucoup de vertus », selon la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. Elle permettrait peut-être aux universités de conjurer la baisse prévisible de leurs effectifs (- 5 % dans les dix prochaines années) et d’aider les grandes écoles à remplir leurs « milliers de places vacantes ». Elle sera à coup sûr un moyen de diversifier socialement le recrutement des prépas, très élitistes malgré leur succès croissant (+ 2,5 % d’effectifs).
Lire la suite de l’article

Le succès des filières sélectives
Double formation.
Lire la suite de l’article

Pleine saison pour l’orientation
Salons, publications, sites Web, journées portes ouvertes, services divers... Les initiatives se multiplient pour aider les jeunes à s’orienter.
Lire la suite de l’article

LA CHRONIQUE DE FAVILLA
Leçon d’incivisme

Le ministre de l’Education nationale a décidé la mise en oeuvre par les professeurs eux-mêmes d’une aide individualisée aux élèves en difficulté. Certains enseignants sont hostiles à cette mesure pour divers motifs. Les uns estiment qu’elle empiète sur la fonction initialement dévolue à leurs collègues spécialement dédiés à cette tâche, les fameux « Rased », d’autres jugent qu’elle est mal organisée concrètement, d’autres encore sont hostiles à son principe et pensent que ce n’est pas avec un soutien individuel que l’on résoudra un problème culturel et social aussi structurel.
Aucune de ces objections ou critiques n’est irrecevable en soi. Ce qui, en revanche, est fort critiquable dans l’attitude de certains enseignants, c’est la méthode par laquelle ils font valoir leur opposition. Ils ont choisi, en effet, non la voie classique d’une opposition collective de type syndical, mais la voie de la désobéissance individuelle : nombre d’entre eux ont écrit au ministre pour lui faire savoir qu’ils n’appliqueront pas ses directives. Passons sur la situation singulière de salariés qui, à titre individuel, n’appliquent pas les décisions de leur employeur. Le plus grave est le message qu’ils envoient ainsi à leurs propres élèves. Alors que tout processus éducatif a pour objectif l’apprentissage de valeurs communes qui permettent de vivre ensemble et la construction d’une raison capable de maîtriser les pulsions individuelles, l’attitude de ces enseignants délivre le message exactement inverse. C’est l’incitation à l’individualisme, au rejet des règles collectives, à la contestation individuelle de toute autorité. C’est le « moi-je » qui triomphe sur le « nous ».
Lire la suite de l’article

67% des professeurs des écoles en grève jeudi, assure un syndicat
Près de sept enseignants sur dix (67%) des écoles maternelles et élémentaires devraient être en grève jeudi, selon une première estimation du SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, effectuée à partir des remontées lundi de 54 départements, annonce-t-il dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 27/01/09

Grève du 29 janvier : les syndicalistes annoncent une participation « très impressionnante »
Ils assurent que le mobilisation sera massive pour défendre l’emploi, le pouvoir d’achat et le service public...
Lire la suite de l’article


Rue89 du 27/01/09

Charasse souhaite que les profs fassent moins de "fautes"
Michel Charasse, ancien ministre et toujours sénateur du Puy-de-Dôme, n’a pas adressé ses voeux de nouvelle année à Rue89, comme nombre de politiques l’ont fait, mais à Paul Busuttil, directeur de l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) de Clermont-Ferrand, avec un style très particulier...
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 27/01/09

Réformes : le monde de l’Éducation en ébullition
Jeudi, dans les manifestations, les enseignants, les étudiants et les parentsd’élèves devraient fournir quelques gros bataillons.
Lire la suite de l’article

Lycées : le point de vue d’un groupe d’associations et syndicats
réformer le lycée ? Chiche ! C’est dans cet esprit que nous soumettons au débat nos propositions, nourries d’une même conviction : le lycée français doit et peut faire mieux réussir les élèves. Ses voies et séries sont trop hiérarchisées. Les inégalités sociales y sont trop souvent reproduites, les jeunes insuffisamment préparés à l’autonomie. La continuité avec les études supérieures est insuffisante. Bref, s’il permet évidemment des réussites, il ne parvient ni à réduire un nombre d’échecs encore trop grand ni à préparer efficacement les jeunes à la poursuite d’études
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 27/01/09

Grève : L’école en rangs serrés
De la maternelle au lycée, la grève s’annonce particulièrement suivie jeudi dans les établissements scolaires français. Si Xavier Darcos a reculé sur la réforme du lycée, les suppressions de postes et la revalorisation des salaires fourniront aux cortèges d’enseignants un mot d’ordre simple. Avec en toile de fond, la polémique suscitée par le SMA, "inapplicable" selon les maires.
Lire la suite de l’article

"Le SMA, une loi inapplicable"
A Rodez, monsieur le maire a son idée bien arrêtée sur le SMA. Traîné par le préfet de l’Aveyron devant le tribunal administratif en octobre dernier pour n’avoir pas mis en place le dispositif d’accueil, Christian Teyssèdre (PS) a expliqué au JDD.fr comment il entend jeudi "démontrer que la loi est inapplicable dans les termes dans lesquels elle a été votée".
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 27/01/09

Nicolas Sarkozy refuse d’arrêter les réformes
Le chef de l’Etat a répété sa volonté de poursuivre le mouvement engagé depuis son élection, tout en affirmant comprendre les "difficultés" des Français.
Lire la suite de l’article

Grève du 29 janvier : faire entendre "un cri de colère"
C’est ainsi que les syndicats résument le mot d’ordre de la mobilisation générale prévue jeudi. L’UMP s’attend à "un mouvement important".
Lire la suite de l’article

15 villes sommées d’appliquer le service minimum
La justice ordonne à des communes de gauche de Seine-Saint-Denis de mettre en place jeudi le service minimum d’accueil dans les écoles. Le maire de Pantin indique qu’il ne dispose pas de personnel.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 27/01/09

Quinze villes contraintes d’appliquer le service minimum d’accueil
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a "enjoint" quinze villes de gauche de Seine-Saint-Denis de mettre en place le service minimum d’accueil (SMA) dans les écoles primaires lors de la grève de ce jeudi, a annoncé mardi le rectorat.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 27/01/09

Jeudi, une grève très suivie
Selon le Snuipp, 67% des enseignants du premier degré devraient faire grève jeudi 29 janvier. Les taux les plus importants se situent dans le sud et l’ouest. Rappelons que le mouvement concerne les salariés du public et du privé et que toutes les grandes confédérations y participent. On s’attend à des perturbations importantes dans les transports, la Poste.
Lire la suite de l’article

Des effets secondaires de l’évaluation
L’Education est un monde vivant, où le regard peut se poser, de près, de loin, selon la focale choisie. Et aujourd’hui, il y en a des choses à voir, à tous les niveaux, avec beaucoup d’acteurs. L’école a repris sa place, dans les débats et sur les unes, dans la société.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 27/01/09

150 enseignants "désobéisseurs" défient Darcos
On écrit beaucoup en ce moment dans l’éducation nationale. Selon le blog Résistance pédagogique, presque 2000 enseignants ont déjà signé une lettre de désobéissance et sont rentrés officiellement en résistance contre la réforme de l’école primaire de Xavier Darcos. Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation nationale mardi 27 janvier, 150 de ces « désobéisseurs pédagogiques », dont Alain Refalo et Bastien Cazals, demandent le retrait du dispositif d’aide personnalisée aux élèves en difficulté.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 27/01/09

Universités : des assemblées générales étudiantes fournies mardi (Unef)
Plusieurs assemblées générales ont réuni mardi dans les universités un grand nombre d’étudiants, un "signe encourageant" pour la journée de mobilisation de jeudi, a annoncé mardi dans un communiqué la première organisation étudiante, l’Unef.
Lire la suite de l’article

Ecoles : le service d’accueil risque encore une fois d’être mis à mal
La loi sur le service minimum d’accueil (SMA) en cas de grève en primaire, déjà mise à mal en décembre lors du dernier mouvement national, risque de connaître à nouveau de très grandes difficultés d’application jeudi.
Lire la suite de l’article

Elèves de terminale : déjà 100.000 inscrits sur Admission Post-bac
En une semaine, plus de 100.000 élèves de terminale se sont déjà inscrits dans l’enseignement supérieur via le site Admission Post-bac, en formulant en moyenne trois voeux, a annoncé mardi dans un communiqué le ministère de l’Enseignement supérieur.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.