Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 24 octobre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 24 octobre 2017

France- International

Ce mardi, l’actualité éducative française est assez clairsemée et tourne essentiellement autour des vacances. L’actualité éducative internationale est en revanche très riche et certaines problématiques font tout à fait écho aux nôtres.


France

VousNousIls fait le point sur le marronnier un peu lassant de la longueur des vacances de la Toussaint :« Rue de Grenelle, on s’interroge sur la possibilité de réduire la durée des vacances de la Toussaint. Mais pour ses partisans, il s’agit d’un repos "nécessaire" pour l’enfant. » Rappelons que si la durée de nos vacances de la Toussaint est plus ou moins unique en Europe, la durée d’une journée de cours des élèves français aussi, et que, jusqu’ici, personne n’a pu faire quoi que ce soit pour les raccourcir durablement sans soulever une levée de boucliers...
RTL donne des conseils aux parents sur l’attitude à adopter avec leurs enfants pendant les vacances : « Douze millions d’élèves entament leurs premières vacances de l’année. Quinze jours de repos après la ferveur de la rentrée, une durée qui fait d’ailleurs débat. "Les vacances arrivent pour se reposer, recharger les batteries et vivre peut-être aussi autre chose en famille pour casser ce quotidien de travail", explique Audrey Akoun, pédopsychiatre à la tête du site La Fabrique à Bonheurs »
Enfin, saluons la solidarité du lycée Le Château de Sedan (article réservé aux abonnés) : « Quand le camion de livraison de la banque alimentaire arrive dans les locaux du secours populaire, c’est une dizaine de lycéens du Château qui se tient prêt à réceptionner les colis. Les secondes « opérateur logistique » allient ainsi l’apprentissage acquis en classe et la générosité auprès de personnes dans le besoin. »


International

Vousnousils rapporte un projet de décret du ministère danois, qui autoriserait les professeurs à contrôler ordinateurs et smartphones des élèves, le BYOD étant autorisé pour les épreuves de bac : « Au Danemark, l’Education nationale veut permettre aux profs de fouiller les ordinateurs et les smartphones des élèves pour empêcher toute fraude lors des examens.
Selon le site Information, la ministre Merete Riisager souhaite ainsi, dans un projet de décret, autoriser les examinateurs à consulter l’historique des sites visités, sur les ordinateurs portables et smartphones personnels. L’activité des jeunes sur leurs comptes Facebook pourrait également être scrutée. »
Le caractère intrusif de ces fouilles interpelle d’autant plus que le ministère ne semble pas s’interroger sur l’utilité de mettre à disposition des élèves des ordinateurs dans les écoles, comme le souligne la fin de l’article.
Au Sénégal, il est actuellement question de lutte contre la marchandisation de l’école. Diverses organisations de pays francophones, dont des syndicats, se rencontrent durant quatre jours pour promouvoir l’éducation publique. Le Quotidien, journal sénégalais, en fait un compte rendu assez complet.
Rewmi.com se penche également sur le sujet : « Le CSFEF s’est réuni hier à Dakar autour d’une conférence sur « la privatisation et la marchandisation de l’éducation ». À cette occasion, son représentant, Luc Allaire, a relevé que leur ambition est de travailler à des réponses spécifiques pouvant approfondir cette problématique, en vue de promouvoir sur cette question un meilleur portage au niveau international. « L’idée est de promouvoir la réflexion, le débat et quand c’est nécessaire, la mobilisation contre la marchandisation de l’éducation afin de garantir que les systèmes éducatifs promeuvent la réalisation du droit à l’éducation », a fait savoir Luc Allaire. »
Enfin, Homeviewsenegal relaie aussi ce large désir de régulation de la privatisation de l’éducation : « La coalition des organisations pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) a organisé une conférence internationale sur “la marchandisation de l’éducation” ce lundi 23 octobre 2017 avec le ministère de l’Education et les autres acteurs nationaux et internationaux de l’éducation. « A travers cette consultation, nous réfléchissons sur les principes directeurs qui doivent encadrer l’intervention du secteur privé dans l’éducation.Nous comptons discuter et proposer une charte dans ce sens qui contiendra tous les éléments de référence parce que les pays sont déjà engagés. »
Et pour terminer, Maliactu.net nous rappelle tristement que le droit à l’instruction et à la scolarisation ne va pas de soi, et qu’il faut se battre sans relâche pour qu’il demeure un droit pour tous les enfants : « Comme chaque année au Mali, depuis le début de la crise de 2012, la rentrée scolaire du 9 octobre dernier n’a pas été effective sur toute l’étendue du territoire. Des centaines d’écoles sont restées fermées dans le Nord et le Centre du pays, en raison de l’insécurité. Selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, elles étaient 500 écoles fermées à la fin de l’année scolaire 2016 – 2017, dont plus de la moitié dans la région de Mopti. Dans le Nord, cette tendance résulte du climat d’insécurité entretenu par les actions des groupes armés politiques et terroristes. Dans le Centre, elle est non seulement liée à l’insécurité, mais aussi à l’hostilité des groupes armés terroristes vis-à-vis de cette offre éducative dite « formelle ». »
Aurélie Gascon


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.