Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 23 juin 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 23 juin 2015

Bac — Réformes — Enseignement supérieur


Actualité calme, ça sent les vacances... Donc quelques papiers sur le Bac bien sûr, mais aussi sur les réformes et l’enseignement supérieur.


Bac

Bac : le nombre de candidats handicapés a augmenté de 50% en trois ans
Malgré une amélioration des conditions d’examens depuis dix ans, associations et familles de lycéens handicapés appellent à assouplir davantage les épreuves.” par Hélène SERGENT

La philosophie et l’histoire ressuscitées au J.O.
L’éclipse de la philosophie et de l’histoire n’a duré que 24 heures. Le Journal officiel du 23 juin publie les rectificatifs aux horaires du lycée général et du CAP. En CAP, la rectification tient au déplacement d’une ligne dans les tableaux qui avait mélangé les horaires des PPCP et des horaires totaux. Pour le lycée général c’était plus grave avec la suppression de la philosophie en L et ES et de l’histoire en 1ère S. Cette fois ci tout a été relu ?

JPEG - 229.1 ko
Philo, Histoire et Couture dessin de Geneviève Brassaud

Ce qui permet à 20Minutes d’ironiser : La bourde de dimanche est corrigée… Les horaires du lycée corrigés au JO, avec philo et histoire-géo.

et encore un effort pour certains...

JPEG - 161.7 ko
Allez ! Courage dessin de JiMo

Réformes

Le Ministère a demandé une évaluation de la réforme des rythmes scolaires et publie un document de 20 pages : Rythmes éducatifs : point d’étape Lundi 22 juin 2015.
L’information est reprise par divers médias. Sud-Ouest : Rythmes scolaires. L’impact sur les apprentissages évalués à la rentrée. “ Le ministère de l’éducation lancera à la rentrée 2015 deux études pour déterminer les effets des modes d’organisation des rythmes scolaires sur les apprentissages.
La première portera sur un panel des élèves entrés au CP en 2011 (15 000 élèves sur près de 4 000 écoles) « en intégrant des évaluations cognitives en français et en mathématiques en fin de CM2 et un questionnaire adressé aux familles, aux maîtres, aux élèves portant sur les manières d’apprendre ou de faire classe ».
Une deuxième étude, « sur un échantillon de 5 000 élèves répartis sur cinq villes ou territoires », devra déterminer « si la différence d’organisation dans les rythmes a eu un impact sur les apprentissages », précise le bilan d’étape de la réforme.
” Mais aussi Les Echos : Le ministère de l’Education va lancer deux enquêtes pour évaluer l’impact de la réforme sur les apprentissages. “Cela permettra à l’exécutif de présenter la réforme des rythmes tant combattue comme suscitant finalement l’adhésion, en vue de 2017. « Y a-t-il encore des contestations sur les rythmes scolaires ? » interrogeait d’ailleurs François Hollande, le 7 mai. La réforme ne fait pourtant toujours pas l’unanimité. L’enquête récente de l’association Villes de France ou les propos du syndicat d’inspecteurs SNPI FSU, qui pointent des difficultés de financement et d’organisation, sont bien plus nuancés que le bilan du ministère.

Contribution de Michel Guénaire, avocat, écrivain (dernier livre paru : Le retour des Etats, Grasset, 2013) et président de SOCIETECIVILE2017 dans une tribune intitulée Collèges de France. Elle se termine ainsi : “Sur la base des choix en faveur d’un collège unique, mais limitant le collège autonome et refusant la création ad hoc d’enseignements interdisciplinaires, il faut lancer la vraie réforme, celle de la continuité des apprentissages de 6 à 16 ans.
Les collèges de France doivent réunir toute la jeunesse du pays, être les mêmes dans les territoires de la communauté nationale, reposer sur la force des apprentissages qui préparent à la maîtrise des sens communs. Il faut lancer sur ces bases le parcours suivi de nos enfants qui réconcilie nos établissements d’enseignement avec notre jeunesse.

Et Jean-Claude Dupas sur son blog d’Educpros s’interroge : Qui a eu cette idée folle, un jour, de vouloir réformer l’école ?

On trouvera quelques réactions de lecteurs de La Croix (des enseignants en retraite) choisies par Carine Fritel à la Réforme du collège.

Et Gwen Quintaes s’interroge sur son blog : Education : Faut-il supprimer les notes à l’école ?Le système éducatif français remis en question : peut-on encore faire confiance au système de notation français ?”
L’article s’ouvre sur cette interrogation : “La tradition française a voulu que nous passions tous par la note à l’école, ainsi la réaction de la plupart des français face au débat est souvent réduite à "nous ne pouvons pas nous passer des notes". Mais on ne songe peut-être pas assez à se demander si la note à l’école est vraiment fiable.” et se termine ainsi : “Faut-il un autre système d’évaluation ?
D’après PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), la Finlande possède un système de notation des plus efficaces en matière de résultats. En effet, les résultats scolaires sont « jugés exemplaires » dans ce pays. Tout se joue dès le primaire. De l’âge de 7 ans à 13 ans, les élèves sont évalués avec des appréciations et non par des notes. À partir de 11 ans minimum ou 15 ans maximum, l’enseignant commence à noter les élèves afin de les habituer. En outre, les classes finlandaises se constituent de petits groupes d’élèves. Ils sont entourés d’une équipe de professeur et d’assistants, solidaires et coopérant tous ensembles, dans une seule classe. En d’autres termes, les élèves finlandais sont très encadrés. D’ailleurs, pour faire évoluer le niveau des leurs élèves, les professeurs repèrent les erreurs de chacun et leur fixent des objectifs personnels.
Le système finlandais est l’un des plus avantageux de toute l’Europe. La France ne devrait-elle pas suivre cet exemple ?

Enfin, L’UNESCO promeut l’enseignement des TIC à l’école, Lors de la Conférence internationale sur les TIC et sur l’Éducation post-2015 tenue en mai dernier.


Enseignement supérieur

Le Monde se propose un rappel : Enseignement supérieur : ce qui attend Thierry Mandon. “Le nouveau secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, Thierry Mandon, nommé mercredi 17 juin, est très attendu, notamment par la communauté universitaire où l’inquiétude est grande. A peine nommé, il a affirmé qu’une baisse du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche « n’est pas souhaitable et pas imaginable » en 2016, et qu’un effort doit être fait « d’abord sur le monde universitaire, qui a un potentiel extraordinaire qui n’est pas considéré en France comme il convient ».

Villes et Universités : comment réussir ensemble ? La question était au centre d’un colloque réunissant élus locaux et présidents de facultés…“On retiendra de cette rencontre un message fort : la qualité d’une université n’est pas proportionnelle à sa taille ! Emboîtant le pas de la constitution des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) à partir de 2006, la loi Fioraso de 2013 a accéléré le phénomène de regroupement. Alors que l’on comptait 85 Universités en 2007, on n’en dénombre plus que 75 aujourd’hui. Et les plus petites d’entre elles redoutent l’engrenage infernal. Denis Varaschin, qui préside l’Université Savoie Mont-Blanc, évoque un contre-sens et parle même, dans les colonnes de notre confrère « La Croix », de « perte d’identité »."

Les grandes écoles développent la formation. Mais c’est un article réservé aux abonnés du Figaro.

Enfin un petit regard ailleurs. En Algérie : Une conférence nationale avant la fin 2015 pour évaluer le système LMD. “Après avoir reconnu que le système licence-master-doctorat (LMD) n’a pas atteint les objectifs escomptés, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Tahar Hadjar, a annoncé depuis Ain Defla, qu’une conférence nationale pour l’évaluation de ce système sera organisée avant la fin de l’année en cours.

Je vous souhaite de belles vacances et passe la main à Ostiane Mathon peut-être.


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 521 - Croiser des disciplines, partager des savoirs
Coordonné par Francis Blanquart et Céline Walkowiak
avril 2015
Les pratiques communes, croisées, mises en synergie et en résonance, aident-elles les élèves à entrer dans la complexité des savoirs scolaires et dans les différentes cultures à construire à l’école ? Ce dossier montre à travers différentes pratiques de dispositifs comment entrer dans l’interdisciplinarité sans sacrifier aucunement les disciplines.

L’évaluation en classe
Hors-série n°39 - avril 2015

Publication disponible uniquement au format numérique (PDF - epub), en téléchargement depuis notre site.

Dossier coordonné par Richard Etienne et Raoul Pantanella