Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 21 janvier


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 21 janvier

Révolution pour le collège ? - Egalité entre enseignants ? - Mal partis les Espe


Aujourd’hui, c’est la journée mondiale des câlins, l’auteur de la revue de presse s’abstiendra (presque) de polémiquer. Mais comme on est aussi le 21 janvier, on parlera révolution et égalité.

Révolution ?

Dans sa Question d’éducation d’hier, Emamnuel Davidenkoff a commenté un récent rapport de l’Inspection générale sur la grande difficulté scolaire. Pour le chroniqueur de France Info ce rapport invite à une révolution copernicienne du collège puisqu’il affirme que«  la réduction de la grande difficulté passe inévitablement par un changement profond de l’organisation et du fonctionnement du collège ». La méthode préconisée ? « adapter le collège aux élèves en difficulté, au lieu de continuer à tenter d’adapter les élèves, en difficulté ou pas, à l’organisation du collège. » Quiconque connaît le monde enseignant sait que beaucoup y souscriraient mais que beaucoup s’y opposeraient également. Ce qui rend la conclusion d’Emmanuel Davidenkoff pessimiste (réaliste ?) « C’est le genre de changement à peu près impossible à tenter sans une légitimité politique et démocratique extrêmement forte, or comme il n’a jamais été question de cela dans le programme de François Hollande et qu’en outre la présidentielle est bien loin, on voit mal comment une telle réforme pourrait être lancée aujourd’hui. ». Soyons plus optimistes (utopistes ?). Pour cela il faudrait peut-être que ce genre de rapports ne se contente pas d’une liste de préconisation, si utiles soient-elles, mais présente et propose aussi des exemples concrets de mises en oeuvre sur lesquels s’appuyer.
Et si le collège réussissait déjà à rendre les élèves plus heureux ? C’est l’interrogation de Nicolas Anoto dans un court et joli billet sur son blog. Réflexion qui lui est venue après qu’un élève lui ait demandé : « Monsieur, vous aimiez le collège à notre âge ? ». Force est de reconnaître que non et que ce serait bien que ça change un jour car pour le prof blogueur « le collège tel qu’il est construit a aussi sa part de responsabilité ». « L’épanouissement des enfants et des adolescents doit devenir un objectif majeur des établissements scolaires. Au service de la citoyenneté et de leur projet de vie d’ailleurs. Mettre en avant leurs capacités, leur talent, leur donner l’envie de s’impliquer, d’être curieux, de donner leur avis. Leur apprendre à travailler ensemble, à faire passer l’intérêt général avant l’intérêt particulier. »
En voilà déjà un de prêt à s’engager pour la révolution copernicienne du collège.

JPEG - 44.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Egalité ?

L’Express nous apprend que le SGEN-CFDT envisage une grève nationale pour réduire l’écart de rémunération entre les professeurs des écoles et les professeurs certifiés. L’article nous rappelle que s« ’ils sont recrutés à niveau de diplôme égal depuis 1990, l’écart entre ces deux catégories d’enseignants reste important du fait de la différence des primes touchées. Selon le syndicat, il est de 1700 à 2400 euros pour la prime ISAE/ISOE (l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves). »
On ne sait pas si la société des agrégés soutiendra l’initiative.
Celle-ci lance un autre combat qui vise plutôt à conforter la différence de statut entre les enseignants. C’est Libération qui nous le présente : les agrégés demandent à être tous affectés au lycée. Ce n’est pas nouveau et ne correspond pas du reste à la volonté de l’ensemble des agrégés. On s’étonnera une fois de plus de la maladresse avec laquelle certains corps argumentent autour de leur spécificité. Après les propos qui avaient été récemment tenus par certains représentants des professeurs de classes prépa, c’est au tour de Mme Lochman, présidente de la société des agrégés : « Les raisons pour demander l’affectation prioritaire des agrégés en lycée sont évidentes : leur confier « les contenus d’une plus grande technicité pour les années de spécialisation plus forte, leur attribuer les tâches de correction et de préparation les plus lourdes et les plus exigeantes, optimiser leurs compétences en utilisant leur très haut niveau de qualification ».. On est loin de l’égalité entre les personnels souhaitée par d’autres ...


Mal parti ...

Et si finalement, la solution à tout cela passait par la formation des enseignants ?
Si c’est le cas, il faudra visiblement attendre si on en croit deux nouvelles du jour apportées par Les Echos et Ouest France.
Marie-Christine Corbier s’appuie sur l’exemple de l’Aquitaine pour nous proposer un bilan de la mise en place des Espe. Préoccupant. Au cours d’une série d’auditions menées par le Sénat dans le cadre d’une mission d’information sur les écoles supérieures du professorat et de l’éducation , l’administratrice provisoire de l’Espe d’Aquitaine, Martine Jaubert, a évoqué les « résistances » et les « obstacles » à la mise en place de son école perçue, selon elle, comme « un enjeu de pouvoir et très peu comme un objet de formation ». Elle y a évoqué aussi l’attitude de ses « collègues universitaires », pour qui « la priorité pour eux, c’est la réussite aux concours pour devenir enseignant, ce n’est pas de les former au métier. ».
Le même article nous informe que plusieurs écoles estiment que leurs moyens sont pillés par l’université.
Celle du Mans fait sans doute partie de celles-là puisque selon Ouest France les cours n’y sont plus assurés depuis hier. En effet, « les étudiants ont décidé de bloquer l’école située sur le campus de l’université du Maine, pour protester contre « la formation au rabais » qui leur est, selon eux, proposée. [...] Faute de moyens, les heures de cours ont été réduites. »

Demain la revue de presse sera proposée par Christine Vallin

Laurent Fillion

Dans la librairie du CRAP

JPEG - 151.6 ko

Décrocheurs : comment raccrocher ?
Revue n°444 - juin 2006
Des descriptions et analyses de démarches et de structures pour les élèves en rupture d’école. Les fonctionnements, les résultats de ces établissements attestent qu’il existe des alternatives pour les floués de l’offre scolaire traditionnelle.

L’esprit d’équipe
Revue n°452 - avril 2007
Au quotidien, à l’école, au collège, au lycée, les adultes, même englués dans la multiplicité des tâches et le manque de temps, travaillent ensemble, par nécessité et par envie. C’est cette dimension collective du métier que ce dossier voudrait montrer pour en partager l’expérience.

Enseigner, un métier qui s’apprend
Revue n°435 - septembre 2005
L’enjeu politique de ce dossier apparaît primordial. Le dispositif de formation initiale et continue va-t-il confier aux enseignants un espace qui leur permettra d’améliorer leurs compétences professionnelles ou servira-t-il à leur transmettre les directives venant de leur hiérarchie et les savoirs descendant de l’université ?

Quelle formation pour les enseignants ?
Hors-série n°17 - aout 2010
Ce dossier propose des réflexions de chercheurs et de nombreux témoignages de praticiens. Il s’adresse aux formateurs aussi bien qu’à ceux qui se destinent à devenir enseignants, de manière à ce que chacun puisse interroger ses pratiques. Il ouvre également sur ce qui se fait dans d’autres pays.