Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 21 février 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 21 février 2006

Il y a trois mois, les banlieues brûlaient... Où en est-on aujourd’hui ? Qu’a t-on fait ? Est-ce que ça risque de repartir ?
Ce sont les questions que posent plusieurs de vos journaux et en particulier Libération. Quand le quotidien va en Seine Saint-Denis les élus répondent que rien n’a changé depuis les émeutes. La réponse principale semble avoir été une réponse sécuritaire.
C’est ce que disait aussi un texte paru dans le Monde durant les vacances et que je n’ai pas assez mis en avant hier. On y trouve notamment cette remarque qui me semble, malheureusement, parfaitement résumer la situation. Erwann Lecoeur, directeur de l’observatoire du débat public y affirmait «  Désormais, on a à la fois peur pour nos enfants et peur de nos enfants.  »
Une société qui a peur de sa jeunesse est une société bien malade...

Si on a peur pour nos enfants, c’est aussi parce que l’avenir n’est pas rose et risque d’être marqué par plus de précarité (voir l’enquête de la JOC dans L’Humanité). Sur ce sujet aussi , la protestation contre le CPE se poursuit à l’assemblée avec la motion de censure. Parallèlement, la manifestation du 7 mars se prépare et s’oriente vers un mouvement interprofessionnel.
Cependant, quand on dit que tous les jeunes sont concernés par la précarité, ce n’est pas tout à fait vrai. Le Monde nous rappelle, à juste titre, que dans les grandes écoles, le CPE semble bien loin des préoccupations...

Bonne Lecture...


Libération du 21/02/06

En Seine Saint-Denis, les maires désespèrent
Rien n’a changé depuis les émeutes, assurent les élus, stigmatisant l’absence de mobilisation de l’Etat. Retour dans un département encore meurtri
Lire la suite de l’article

Editorial
Nouvelle alerte

Trois mois après les émeutes, les maires de Seine-Saint-Denis remontent au créneau. En novembre, déjà, ils étaient en première ligne, à tirer la sonnette d’alarme, à essayer de jouer les médiateurs entre la rue et le pouvoir. Même si beaucoup d’entre eux avaient été pris de court par les événements et leur violence, ils avaient tenté de trouver des solutions pour empêcher qu’ils dégénèrent. Déjà à l’époque, ils ne réclamaient pas tant l’instauration de l’état d’urgence que la mise en oeuvre de politiques de la ville enfin dignes de ce nom. Ils dénonçaient notamment le manque de moyens en matière de sécurité et la suppression par le gouvernement Raffarin de la majorité des subventions jusque-là accordées aux associations, dont le rôle de régulateur social dans les quartiers difficiles n’est pourtant plus à démontrer. Aujourd’hui, ces mêmes maires se plaignent que rien n’ait changé.
Lire la suite de l’article

Les « sans gymnase Þxe » du Blanc-Mesnil
Après l’incendie de sa salle, le club de gym tente de survivre en squattant les villes voisines.
Lire la suite de l’article

Le lycée musulman fait des adeptes à Lyon
Après Lille, projet d’un nouvel établissement privé, « ouvert à tous ».
Lire la suite de l’article

L’Ecole des loisirs change de cartable
L’éditeur jeunesse quitte le service de distribution du Seuil pour celui de Gallimard.
Lire la suite de l’article

Une pierre dans l’internat vitrine de Sarkozy à Nanterre (20/02/06)
Un « jeu » entre collégiens tourne mal dans cette structure pour élèves en difficulté sociale ouverte au débotté en septembre et qui fermera en juin.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 21/02/06

Rien vu...


L’Humanité du 20/02/06 (un jour de retard)

La grande solitude de la jeunesse face à l’embauche
Quatre sur cinq, voilà la proportion exacte des jeunes ayant fait part de leur empressement à entrer dans la vie active. «  Cela remet en question les idées reçues, selon lesquelles ils ne veulent pas travailler  », explique Hugo Vandamme, responsable d’une enquête qualitative réalisée par la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et dont les résultats viennent d’être publiés. Pas moins de 31 000 jeunes de quinze à trente ans ont été interrogés dans toute la France par les militants de la JOC, qui vont organiser, à partir de ce sondage, quelque 200 tables rondes, afin d’élaborer des propositions qui serviront de base à la préparation d’états généraux.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 21/02/06 ( payant)

Medecine : Le gouvernement veut rendre le concours moins sélectif
GÂCHIS HUMAIN, esprit malsain de compétition... Chaque année, huit étudiants sur dix (7 000 reçus sur 42 743 candidats en 2005) se cassent les dents au cours de la première année de médecine. Une hécatombe
Lire la suite de l’article


La Croix du 21/02/06

Rien vu...


20 minutes du 21/02/06

Le CPE contesté à l’Assemblée aujourd’hui, et dans la rue en mars
Alors que la politique sociale du gouvernement Villepin sera au coeur de la motion de censure discutée aujourd’hui à l’Assemblée, Force ouvrière a appelé hier les salariés du public et du privé à une grève interprofessionnelle le 7 mars. C’est à cette date qu’aura lieu la journée nationale de mobilisation des syndicats étudiants et lycéens contre le contrat première embauche.
Lire la suite de l’article

Tous les savoirs, pour tous les publics
L’Université de tous les savoirs lance demain un cycle de conférences pour les lycéens
Lire la suite de l’article

« Faire rêver les lycéens et susciter des vocations »
Yves Michaud, Professeur de philosophie à l’Institut universitaire de France et à l’université de Rouen, concepteur de l’Université de tous les savoirs.

L’Université de tous les savoirs (UTLS) inaugure demain une session de conférences pour les lycéens franciliens. Pourquoi avoir ciblé ce public ?
Dans un contexte marqué par la désaffection des jeunes pour les études scientifiques, je veux favoriser le contact direct entre lycéens et scientifiques afin de stimuler leur curiosité, les faire rêver et, dans le meilleur des cas, susciter des vocations.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 21/02/06

Rien vu...


Le Monde daté du 22/02/06

CPE : Les grandes écoles ne se sentent pas concernées
« LE CPE ? Attendez, ça me dit quelque chose... Ce n’est pas le nouveau contrat proposé par Villepin ?" Au bureau des élèves de l’Ecole centrale de Paris, le contrat première embauche ne suscite guère d’intérêt. Et pour cause : même si la plupart des étudiants des grandes écoles se retrouveront sur le marché du travail à 23 ans, un âge qui, théoriquement, leur ouvre les portes du CPE, ce contrat comportant une période d’essai de deux ans destiné aux moins de 26 ans, ils jugent peu probable qu’ils y goûtent. En raison du prestige encore intact de leurs diplômes.[...]
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 21/02/06

L’instituteur d’"Etre et avoir" ?toujours en procès
L’instituteur invoque, à l’appui de ses prétentions financières, la reconnaissance d’un "droit d’auteur" sur son cours, d’un statut de "coauteur" du film, ainsi que "d’artiste-interprète", et affirme n’avoir pas permis l’exploitation illimitée de son image et de sa voix.[...] Le procès relance le débat autour de l’indemnisation des personnes filmées dans le cadre d’un documentaire.
"Ce film n’est pas la reproduction du cours de M. Lopez", a souligné Me Rappaport, qui y voit "une fable puisée dans la réalité".
Lire la suite de l’article


L’Express quotidien du 21/02/06

Amende et prison avec sursis pour bris de bornes biométriques
Le tribunal correctionnel d’Evry a condamné, vendredi 17 février, les trois lycéens à trois mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende chacun.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 21/02/06

La défense récuse les demandes de l’instituteur d’"Etre et avoir"
Les avocats de la défense ont accusé lundi la télé-réalité de brouiller la frontière entre réalité et fiction, au procès intenté par Georges Lopez, l’instituteur au centre du documentaire "Etre et avoir", sur une école dans un village rural. M. Lopez poursuit le réalisateur Nicolas Philibert, les sociétés de production et de diffusion, pour "contrefaçon" et "violation des droits de la personne".
Lire la suite de l’article

"La Fée des Mots" : des romans pour les enfants n’aimant pas lire
S’imaginer batifoler avec une panthère, humilier un fantôme, sillonner les mers ou chasser le trésor des pirates et se passionner pour une aventure dont on est personnellement le héros, c’est possible même si on déteste lire grâce à "La Fée des Mots".
Maison d’édition pas comme les autres, fondée il y a trois ans, "La Fée des Mots" s’est attachée à susciter l’envie de lire chez des enfants ayant des problèmes, notamment les dyslexiques, ou n’aimant tout simplement pas lire.
Lire la suite de l’article

La région PACA jugée responsable de la mort accidentelle d’un lycéen en 99
Le tribunal administratif de Marseille a condamné le Conseil régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), en tant que gestionnaire des lycées, à indemniser la famille d’un lycéen décédé en 1999 après la chute d’un auvent dans un établissement marseillais, a-t-on appris mardi auprès de l’avocat de la famille.
Lire la suite de l’article

974 actes racistes et antisémites en 2005 en France, en baisse d’un tiers
Les actes ou menaces racistes et antisémites comptabilisés par les forces de l’ordre ont diminué de plus d’un tiers en France entre 2004 (1.574) et 2005 (974), selon les chiffres de la Direction générale de la police nationale (DGPN) publiés en janvier.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

La maison des enseignants

L’indispensable café pédagogique