Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 18 mars 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 18 mars 2019

Chauffe et surchauffe — Climat — Et si ... — Ressources

Et bien ça commence à chauffer dans le système, et le climat s’en mêle. D’autre se demandent si on pouvait... Quelques ressources comme d’habitude.


Chauffe et surchauffe

Grève dans la Fonction publique : à quoi s’attendre pour les écoles et les transports à Paris et en Ile-de-France ?
Une grève est annoncée dans la fonction publique pour ce mardi 19 mars 2019 à l’appel notamment du syndicat CGT. A Paris et en Ile-de-France, les transports ne devraient pas être très perturbés, mais plusieurs écoles seront fermées.”

Loi Blanquer : pourquoi certaines écoles seront en grève mardi 19 mars ?
Dans le Doubs, plus d’une dizaine d’écoles seront fermées mardi 19 mars, d’autres fonctionneront à effectif réduit. En grève, les enseignants du premier degré dénoncent le projet de loi Blanquer et en particulier un amendement : l’article 6 quater. Il prévoit la création d’établissements publics d’enseignement des savoirs fondamentaux. Ce regroupement des écoles primaires avec un collège de rattachement à l’initiative des collectivités territoriales se ferait selon les syndicats au détriment de la qualité et de la proximité.”

Grève du 19 mars : 40 % des enseignants comptent suivre le mouvement
Les professeurs des écoles dénoncent l’absence de nouveaux moyens et veulent protester contre « l’orientation de la politique éducative ».” Source AFP

Hérault : Jean-Michel Blanquer évite les enseignants très mobilisés contre les réformes de l’Education Nationale
Alors que la grève nationale est très suivie par les enseignants, très mobilisés contre le projet d’école et la réforme du lycée voulus par le ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer est en visite dans l’Hérault, à la rencontre d’élèves pour la semaine de la presse à l’école.”

Les médias signalent de partout les actions d’enseignant dans les lycée contre la réforme. Quelques exemples...
Reims : les enseignants manifestent contre la réforme du lycée
Des réformes du lycée "massives", "brutales", "mensongères". Ces mots, écrits sur les tracts à destination des parents d’élèves, ne font pas dans la demi-mesure. Ils illustrent la forte opposition des enseignants aux réformes du lycée (bacs, programmes, conditions d’enseignement) portées par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.”

Sarcelles : les enseignants alertent les parents d’élève sur la réforme du bac
Les professeurs du lycée Jean-Jacques-Rousseau à Sarcelles ont commencé à se mobiliser contre la réforme du bac et du lycée. Ce samedi, lors de la journée portes ouvertes de l’établissement, ils ont profité de la présence des parents d’élèves pour les alerter sur les effets de ces changements qui seront appliqués dès la rentrée prochaine.”

Nanterre : les enseignants en colère corrigent leurs copies en public
« Les stylos rouges sont dans une colère noire ! » L’opération correction de copies en public ce dimanche matin place des Belles-Femmes à Nanterre attire l’œil de certains curieux. Et c’est bien le but recherché par cette dizaine d’enseignantes du collectif d’enseignants né du mouvement des gilets jaunes fin 2018.”

Des enseignants occupent le lycée Villaroy contre la loi Blanquer
La nuit tombe, et plus aucun élève n’est présent au lycée Villaroy de Guyancourt ce jeudi 14 mars aux alentours de 19 h, pourtant environ 25 enseignants sont rassemblés devant les portes de l’établissement pancartes en main. Ce soir-là, ils ont occupé le lycée jusqu’à 23 h, en opposition à la reforme du lycée qui doit entrer en vigueur cette année, portée par le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer. Les professeurs de Villaroy dénoncent des « mensonges autour de la communication du ministère » et « des conditions de mise en œuvre déplorables ».”

Dans l’Expresso du 18 mars 2019 du Café pédagogique trois articles sur l’atmosphère éducative...

Bernadette Groison : "On sent la colère et l’incompréhension qui montent chez les enseignants"
Menaces : Les syndicats du premier degré écrivent à JM Blanquer
Second degré : Le Snes Fsu contre les intimidations
« Lorsque les enseignants courent après le temps », une tribune de Fanny Capel, Professeur de lettres en lycée
A quoi ressemble la journée type d’une classe de lycée ? Dans une tribune au « Monde », la professeure de lettres et membre de l’association Sauver les lettres Fanny Capel raconte ce « fléau de l’école qu’est le manque de temps, le temps perdu, le temps mal employé »” pour les abonnés

Réforme Blanquer : vers un effacement de la voie royale « allemand, latin, maths » ? Par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
Cette voie royale scolaire empruntée par les initiés depuis un demi-siècle semble s’effriter via les valses hésitations qui ont eu lieu au niveau du collège et la nouvelle place dévolue aux mathématiques dans la réforme du lycée.”

Bac 2021 : le casse-tête des spécialités par Olivier Rollot
Plus que quelques semaines avant que les élèves de seconde choisissent leurs spécialités de première et tous s’interrogent : « en quoi nos choix vont-ils influer les choix des filières dans l’enseignement supérieur ? » Même question du côté des établissements postbac : « qu’attendons-nous de nos futurs étudiants ? ». Les directeurs d’IUT sont ceux qui sont allés le plus loin dans la démarche : pour chacun de leurs DUT ils ont défini en ce début d’année quels étaient les enseignements de spécialité « très adapté », « adapté » et « complémentaire ». Comme eux l’ensemble des filières réfléchit à informer les futurs bacheliers sans pour autant les enfermer dans un seul choix de spécialités. Casse-tête en vue face à des lycéens – et à leurs parents – qui attendent des réponses précises…


Climat

La marche des lycéens pour le climat à Paris a rassemblé au moins 29.000 personnes
Cette marche s’inscrit dans l’appel à la Grève mondiale pour le climat lancé par Greta Thunberg.”

Marche pour le climat : entre 29 000 et 40 000 jeunes manifestent à Paris
Collégiens, lycéens, étudiants... Partout dans le monde, les jeunes se mettent vendredi en grève pour le climat. Plus de cent pays, plus de 1 600 villes... Les jeunes du monde entier font grève, vendredi 15 mars, pour dénoncer l’inaction des politiques face au réchauffement climatique. L’initiative a été lancée par l’adolescente suédoise Greta Thunberg. "On fait grève parce qu’on veut un futur et on va continuer", a-t-elle déclaré à Stockholm.”

Grève pour le climat : Antoine Soulas, de l’Ecole normale supérieure à la désobéissance civile
L’un des leaders du mouvement parisien de grèves scolaires nous explique comment il s’éloigne de plus en plus de cette « société aliénante et basée sur la destruction de l’environnement ».”

Colombes : la manif pour le climat, c’est aussi en maternelle
Les 150 élèves de l’école Charles-Perrault ont appris le tri sélectif et planté des graines, ce vendredi à l’occasion de la grève internationale pour le climat.”


Et si...

Comment l’Etat compte recadrer la formation des profs
Pour les ministres Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, la formation des enseignants du primaire et du secondaire doit être revue. Entretien exclusif.” Par Carole Barjon et Pascal Riché

Une réflexion sur les futurs établissements publics locaux des savoirs fondamentaux Par Delahaye JP sur son blog : Le blog de Delahaye JP
L’amendement inséré dans le projet de loi pour une « école de la confiance » pose une question importante pour l’avenir de la démocratisation de la réussite scolaire. S’agit-il de concevoir un cursus scolaire mieux articulé en faisant mieux travailler ensemble les écoles et les collèges dans une école du socle pour tous préparant, pour tous, des formations ultérieures d’égale dignité ?

Mon idée pour la France : « Libérer l’expérimentation dans l’enseignement public »
Par Jean-François Boulagnon
« Le Monde » a demandé à des contributeurs de tous horizons de proposer, chaque jour, une idée pour changer la France. Selon Jean-François Boulagnon, principal de collège, Il faut promouvoir une vraie politique de l’innovation, en sécurisant les établissements expérimentaux publics.”

Contre le technicisme en pédagogie par Irène Pereira, enseignante en philosophie et chercheuse en sociologie, présidente de l’IRESMO, Paris
Bien souvent la pédagogie est réduite à un ensemble de techniques, alors que l’essence de la pédagogie n’est pas d’ordre technique.”

« La formation initiale des enseignants est de plus en plus nécessaire et de moins en moins suffisante »
A l’heure où le ministère lance une nouvelle refonte de la formation des enseignants, le professeur de sciences de l’éducation Pierre Périer analyse les évolutions de la professionnalisation et de l’identité des enseignants.” Propos recueillis par Séverin Graveleau. Réservé aux abonnés


Ressources

Les déterminants de la poursuite d’études en classe préparatoire aux grandes écoles : les enseignements de la procédure APB Note d’information n°4 - Mars 2019
À niveau scolaire égal, l’académie d’origine, la présence d’une C.P.G.E. dans le lycée mais aussi le sexe et l’origine sociale influencent sensiblement la décision des élèves de choisir une C.P.G.E. en premier voeu sur A.P.B. L’ampleur des effets étudiés est particulièrement grande chez les lycéens en série scientifique. Pour ces derniers, et à caractéristiques égales, il faut qu’une fille ait une moyenne supérieure de 1,5 points au baccalauréat pour qu’elle ait la même probabilité qu’un garçon de placer une C.P.G.E. en premier voeu. Parmi les élèves qui demandent une C.P.G.E. en premier voeu, les probabilités d’obtenir ce premier voeu, fortement corrélées à leur niveau scolaire, sont en revanche indépendantes du sexe et de l’origine sociale. Néanmoins, deux effets contraires semblent influencer le choix des lycées accueillant des C.P.G.E. À résultats scolaires égaux, les élèves postulants déjà présents en terminale dans ce lycée ont une probabilité plus forte d’être admis. Les élèves issus de lycées où le niveau scolaire est plus faible sont plus susceptibles d’être admis sur leur premier voeu en C.P.G.E.

La sensibilisation à l’esprit d’entreprendre dans l’enseignement secondaire du système éducatif. Quelques balises pour son évaluation tirées d’une revue de la littérature scientifique par Marcus Dejardin , Dans Dynamiques régionales 2019/1 (N° 7), pages 13 à 34

Jean Foucambert, un militant globalement inflexible de l’« école du peuple » Par Luc Cédelle
Il a été l’expert de ce que l’on a appelé la « méthode globale » de lecture. Ostracisé depuis trente ans, il défend malgré tout cette approche abandonnée par l’éducation nationale.” réservé aux abonnés

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

Hors-série numérique n° 50 - Le bac, hier et aujourd’hui

septembre 2018
Dans le contexte de la réforme du baccalauréat et de la mise en place des nouvelles procédures d’accès aux études supérieures, ce hors-série revient sur de nombreuses tentatives de réformes plus ou moins fructueuses. Bac + 3, bac - 3, orientation, bac pro… quels leviers pour offrir une école plus démocratique ?