Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 17 octobre 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 17 octobre 2006

Décidemment, l’école est au cœur de cette (pré ?) campagne présidentielle.
Aujourd’hui c’est Le Figaro qui, en s’appuyant sur deux rapports d’audit du Ministère du Budget (pas encore disponible sur Internet) , conclut que L’école est à la dérive.
Pour ce journal le constat, est forcément accablant. Le coût moyen d’un collégien a augmenté de 33 % en quinze ans, celui d’un lycéen de 50 %. Dans le même temps, les performances enregistrées n’ont pas progressé ; le taux d’accès au baccalauréat a, bon an mal an, stagné. Bref, notre système coûterait cher pour des résultats médiocres.
Histoire d’en rajouter dans ce tableau déjà très sombre, on pourra lire aussi les résultats d’un sondage Ipsos mené auprès de 402 principaux de collèges à l’appui des audits de Bercy et qui n’est pas tendre envers les enseignants et leurs horaires de travail . Les rigidités des obligations de service hebdomadaire des enseignants constitueraient un obstacle pour 96 % des chefs d’établissement. Il est intéressant de constater que ce sondage sort opportunément quelques jours après l’annonce du projet de réforme des décharges horaires.
Cela dit, en dehors de l’aspect tactique de la sortie de tous ces rapports, ils posent malgré tout des questions intéressantes : Peut-on faire mieux en faisant différemment ?

La colère monte chez les enseignants face à la manipulation politicienne autour de la lecture.
Dans Ouest France, on pourra lire un entretien avec Roland Goigoux, spécialiste de la lecture évincé de la formation des inspecteurs pour « manque de loyauté » envers le ministre. Il déplore notamment qu’“On jette la défiance sur les maîtres” et que certaines officines incitent à la délation.
A lire dans 20 minutes, la réplique des enseignants du primaire aux propos du ministre.
Le syndicat SNUipp-FSU a annoncé, en effet, hier le lancement d’une campagne d’affichage pour protester contre « les propos caricaturaux du ministre de l’Education sur la lecture ». L’affiche présente Gilles de Robien avec une boule de cristal...
Si il essaye d’y lire ce que pensent les enseignants, il pourra y entendre : « marre, à bout...  »

Bonne Lecture...


Libération du 17/10/06

Le chemin de l’école reste bloqué pour beaucoup de handicapés
« Affirmer le droit à l’école pour tous sans mettre le dispositif adéquat, c’est comme de dire à quelqu’un : vous avez accès au deuxième étage sans qu’il y ait d’escalier. » Jean-Paul Champeaux, responsable de l’association Trisomie 21, a ainsi parfaitement résumé le bilan de la rentrée fait par un collectif d’associations. La loi du 11 février 2005, garantissant le droit à la scolarité des enfants handicapés, est certes louable. Mais trop souvent les moyens ne suivent pas sur le terrain.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 17/10/06

Éducation : la facture flambe, les notes stagnent
En quinze ans, le coût annuel moyen d’un collégien a grimpé de 33 %, et celui d’un lycéen de 50 %, indiquent les deux rapports des audits de modernisation consacrés aux grilles horaires du collège et du lycée, dévoilés en exclusivité par « Le Figaro ». Mais le niveau des élèves patine.
Lire la suite de l’article

L’école à la dérive
L’Éducation nationale va mal. Il est urgent de la réformer. Hélas, le récent débat sur la carte scolaire a montré que les résistances sont grandes. Souhaitons pourtant que les deux rapports d’audit que doit présenter aujourd’hui le ministre du Budget aident à mettre la France face à ses responsabilités.
Le constat, accablant, tient en quelques statis­tiques. Le coût moyen d’un collégien a augmenté de 33 % en quinze ans, celui d’un lycéen de 50 %. Dans le même temps, les performances enregistrées n’ont pas progressé ; le taux d’accès au baccalauréat a, bon an mal an, stagné. Bref, notre système coûte cher pour des résultats médiocres.
Lire la suite de l’article

En images
Coût annuel moyen d’un lycéen et d’un collégien (infographie)
Lire la suite de l’article

Les chefs d’établissement fustigent la rigidité des enseignants
Le sondage Ipsos mené auprès de 402 principaux de collèges à l’appui des audits de Bercy n’est pas tendre envers les enseignants et leurs horaires immuables. Les rigidités des obligations de service hebdomadaire des enseignants constituent un obstacle pour 96 % des chefs d’établissement.
Lire la suite de l’article

Sus au redoublement, aux classes dédoublées et aux options sur mesure
On peut « faire mieux en faisant différemment », assurent les auteurs des rapports. Voici leurs principales propositions.
Lire la suite de l’article

Le ’’consumérisme’’ des parents d’élève fait grimper les coûts
Tous les partenaires sont responsables de la dérive du système éducatif. Y compris les parents qui ont multiplié les demandes sans se préoccuper des budgets.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 16/10/06 (un jour de retard)

Attention, rupture...
Une voiture de police bloquée par deux véhicules et une trentaine d’individus qui caillassent les fonctionnaires, des coups de feu tirés... Si les faits sont avérés - l’expérience incite à prendre les versions de Nicolas Sarkozy avec des pincettes - et qu’un guet-apens a été tendu, on a là un nouveau témoignage de l’impasse dans laquelle nous jette la politique du ministre de l’Intérieur. À force de « répondre à la violence par la violence », ainsi que s’en inquiète le PCF, toutes les tensions sont exacerbées.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 17/10/06 ( payant)

Trop d’amphis saturés !
A peine rentrés, les étudiants se bousculent dans les salles de cours complètement bondées. Comme le délabrement des locaux (nos éditions d’hier), l’accueil des étudiants dans les facs est un vrai problème. Pourtant, il y a des solutions.
Lire la suite de l’article

Les solutions existent...
POUSSER LES MURS en créant de nouveaux bâtiments, favoriser l’enseignement virtuel, mieux orienter... Pour désengorger les amphis, les parades ne manquent pas, à commencer par la plus radicale d’entre toutes, vantée hier à Limoges par Nicolas Sarkozy
Lire la suite de l’article

Lecture : la polémique enfle
LE DEBAT sur la lecture à l’école n’en finit pas de s’enflammer. Hier, le principal syndicat des écoles primaires, le Snuipp-FSU, a annoncé qu’il lançait une campagne d’affichage pour protester contre « les propos caricaturaux du ministre
Lire la suite de l’article


La Croix du 17/10/06

Rien vu...


20 minutes du 17/10/06

Robien caricaturé par les syndicats
Le syndicat SNUipp-FSU a annoncé hier le lancement d’une campagne d’affichage pour protester contre « les propos caricaturaux du ministre de l’Education sur la lecture ». L’affiche présente Gilles de Robien avec une boule de cristal. Le SNUipp-FSU lui reproche d’avoir affirmé que seule la méthode syllabique d’apprentissage de la lecture doit être employée. Selon les syndicats, des enseignants sont dénoncés par des parents d’élèves et font l’objet d’inspection pour vérifier qu’ils n’utilisent pas les méthodes globale ou assimilées.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 17/10/06

Lecture : « On jette la défiance sur les maîtres »
Entretien. Roland Goigoux, universitaire et spécialiste de l’apprentissage de la lecture, s’oppose à Gilles de Robien, le ministre de l’Éducation nationale
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 18/10/06

Histoire : trois bonnes lois et une mauvaise, par Alain Policar, professeur agrégé de sciences sociales à l’université de Limoges.
a discussion du projet de loi visant à réprimer la contestation de l’existence du génocide arménien soulève deux questions de nature différente bien que liées. La première est celle de savoir si le négationnisme doit être légalement réprimé et, subsidiairement, s’il existe une raison de distinguer entre la négation de la Shoah et celle des massacres subis par les Arméniens. L’une des motivations en faveur du maintien de la distinction pourrait être que, précisément, ces massacres ne constituent pas un génocide. D’où la deuxième question, celle de la définition du génocide.
Sur le premier point, la pétition "Liberté pour l’histoire", en décembre 2005, a tranché radicalement en demandant l’abrogation des lois du 13 juillet 1990 (dite loi Gayssot), du 29 janvier 2001 (sur la reconnaissance du génocide arménien) et du 21 mai 2001 (sur l’esclavage désormais considéré comme crime contre l’humanité), en même temps que celle de la loi du 23 février 2005 consacrant le rôle positif de la colonisation. Près d’un an plus tard, j’ai réellement du mal à comprendre comment les signataires, dont je partage la plupart des engagements et dont j’admire les travaux, ont pu confondre la loi du 23 février 2005 et la loi Gayssot (celle votée le 12 octobre dernier ne me paraissant pas d’une nature différente de cette dernière).
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs permanent du 17/10/06

Happy slappers : le procès reporté
Les trois adolescents qui devaient comparaître pour avoir infligé une gifle à un camarade en filmant la scène ont vu leur audience reportée.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 17/10/06

La police et les jeunes face à face
Les altercations entre la police et les jeunes se multiplient en banlieue parisienne. A Ris-Orangis, à Epinay-sur-Seine ou à La Courneuve, des groupes de jeunes prennent les forces de l’ordre à partie et la colère monte chez les policiers.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 17/10/06

Le projet d’allonger le temps de travail des profs "inacceptable" (Snes-FSU)
Le Snes-FSU, principal syndicat des collèges-lycées, a estimé lundi "inacceptable" le projet de décret limitant le nombre d’enseignants travaillant statutairement une à trois heures de moins par semaine."Ce décret nie la réalité du métier, des évolutions de son exercice en ne proposant rien d’autre qu’un alourdissement inacceptable du temps et de la charge de travail des enseignants du second degré", a affirmé le syndicat dans un communiqué.
Lire la suite de l’article

Cours annulés dans un collège de l’Indre après l’agression de la principale
Les dix-huit professeurs du collège de Saint-Gaultier (Indre) ont décidé de ne pas assurer les cours mardi après l’agression dimanche de la principale de l’établissement par un ancien parent d’élève, a-t-on appris auprès d’un représentant des enseignants.
Lire la suite de l’article

Le Medef veut que chaque université adopte ses propres critères de sélection
La présidente du Medef (patronat), Laurence Parisot, souhaite que les universités "adoptent une méthode de sélection des étudiants" propre à chacune d’elle et instaurent une gouvernance plus "restreinte" en leur sein.
Lire la suite de l’article

Le comptage ethnique, une question controversée
Au nom de la lutte contre les discriminations, un certain nombre de voix s’élèvent, en France, pour que soit pris en compte l’élément ethnique dans les statistiques mais les tenants du "pacte républicain" y sont hostiles et l’opinion est réticente.[...]
En revanche, certains phénomènes gagneraient à un éclairage statistique. Ainsi, relève le Centre d’analyse, dans le système scolaire - où l’on se borne à distinguer élèves français et élèves étrangers -, pourrait-on identifier et analyser les phénomènes de ségrégation pour éventuellement tenter de les rectifier avec la carte scolaire. Un sociologue, Georges Felouzis, avait, en 2003, identifié le problème à partir du seul prénom des élèves.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !