Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 15 novembre 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 15 novembre 2016

Réformes — Autres acteurs — Questions — Supérieur —


L’actualité se porte sur les réformes, les réformes en cours et éventuellement à venir, des acteurs extérieurs à l’éducation nationale se positionnent, et des questions sont posées. Quelques infos sur le supérieur pour clôturer cette revue.


Réformes

Concernant les langues anciennes, Sophie Coignard dans Le Point : La grande hypocrisie du "latin pour tous". “Une étude de terrain permet de mesurer les conséquences de la réforme du collège sur l’enseignement des langues anciennes : en un mot, c’est une catastrophe.” Article réservé aux abonnés.
Et Vousnousils présente la même enquête : “Arrête Ton Char a sondé 556 collèges, à propos de la mise en place des EPI. Selon le collectif, la réforme du collège a "dégradé" l’enseignement du latin et du grec.”

Éducation nationale : la réforme tranquille de Jean-Michel Blanquer. "Pour sortir l’école de l’ornière, l’ancien directeur de la Direction de l’enseignement scolaire sous Luc Chatel préconise un "changement de cap"." Interview et propos recueillis par Jean-Paul Brighelli pour Le Point.

Pour que le numérique soit au service de l’éducation. “La Ligue de l’enseignement organise le 17 septembre la première conférence de consensus sur le numérique en éducation. Un temps fort de la Semaine de l’éducation 2016 et du salon correspondant, au centre d’exposition de la porte de Versailles.”

Réforme annoncée du baccalauréat : simples ajustements ou réforme en profondeur ? Publié le 12 novembre 2016, par Bruno Magliulo, Formateur/conférencier. “Depuis quelques mois, de petites phrases en rapports officiels ou officieux, de "notes techniques" en conférences de presse, de réunions officielles en groupes de travail officieux... il est de plus en plus fréquemment évoqué l’hypothèse d’une réforme du baccalauréat.” Et il présente trois scénarios.

Et pour son état actuel, Le Café pédagogique fait le lien avec le Décrochage : L’impact de la conservation des notes. “La conservation des notes peut-elle être un moyen efficace de lutte contre le décrochage ? Cette mesure technique, appliquée depuis la rentrée 2016, entraîne des changements pédagogiques inattendus selon Mme Lamoureux, proviseure du lycée Bourdan de Guéret.”


Autres acteurs

Education : les entreprises s’engagent contre le décrochage scolaire par Marie-Christine Corbier pour Les Echos. "La ministre de l’Education voit le verre à moitié plein. Najat Vallaud-Belkacem s’est réjouie, ce lundi, d’avoir fait baisser le nombre de décrocheurs à 98.000 par an, contre 140.000 en 2012. « Le taux de 18-24 ans sortants précoces (du système scolaire) a considérablement diminué, a-t-elle déclaré. La France s’était fixé l’objectif de passer sous les 9,5 % en 2020. Nous l’avons atteint et dépassé depuis l’an dernier, avec 9,3 %. »

Marie-Christine Corbier poursuit avec un autre article : De nouveaux patrons impliqués dans l’école. “C’est une nouvelle équipe de patrons qui entre au Conseil national éducation-économie (CNEE) avec la publication, le 13 novembre, de l’arrêté qui scelle leur nomination. Le boulanger Eric Kayser, le directeur des ressources humaines de la RATP, Jean Agulhon, le directeur général de Nestlé France, Richard Girardot, ou encore l’ex-président du Crédit Lyonnais Jean Peyrelevade arrivent au sein de l’emblématique CNEE, créé en 2013 pour rapprocher l’école de l’entreprise.”

Et si on en finissait avec l’échec scolaire se demande Denis Peiron, dans La Croix.ÉDUQUER, L’AFFAIRE DE TOUS. SEMAINE 2/3 TRANSMETTRE. Et si l’échec scolaire n’était pas une fatalité ? S’inspirant des territoires « zéro chômage de longue durée » créés il y a près d’un an par ATD Quart Monde, avec le soutien des pouvoirs publics, « La Croix » se demande quelles expérimentations pourraient être menées ou étendues pour doper la réussite des élèves.”

Congrès CSEE : La voix des enseignant(e)s et personnels de l’éducation en Europe. “Avec pour thème général le rôle des syndicats de l’enseignement dans la promotion d’une éducation de qualité, le congrès du CSEE va réunir à Belgrade du 6 au 8 décembre près de 250 délégués. ”


Des questions

Pisa : Conférence virtuelle du Cnesco le 17 novembre. “La publication de Pisa 2015 début décembre sera un des événements éducatifs majeurs de l’année. Mais quelles sont les méthodologies utilisées par les enquêtes internationales PISA et TIMSS ? Leurs résultats sur le niveau des élèves sont-ils comparables ? Les mathématiques de PISA sont-elles les mêmes que celles de TIMSS ? En amont de la publication d’un rapport (le 21/11) de comparaisons entre PISA et TIMSS, le Cnesco propose une conférence virtuelle, le jeudi 17 novembre, de 13h à 15h. Antoine Bodin, co-auteur du rapport pour le Cnesco, et Nicolas Décamp, spécialiste de la didactique des sciences, présenteront les résultats de la recherche et apporteront un éclairage sur la lecture faite de ces enquêtes.”

Penser, en enseignant, à travailler avec les élèves comment penser le futur...Beaucoup trop d’élèves (collégiens principalement) sont sommés de « choisir » des voies de formation qui leur sont imposées par défaut. C’est le lot commun des élèves en échec scolaire parvenus en fin de 4ème et de 3ème. L’orientation doit être un choix offert à tous, pas une contrainte imposée à certains : ce qui suppose un travail collectif de tous les enseignants.”

Comment parler à la génération #NoBullshit ? 7 conseils Un très long article de Eric Scherer. "QUI SONT-ILS ?

Ils ont entre 18 et 35 ans.

Aux Etats-Unis, les milléniaux sont devenus majoritaires. Avec 80 millions de personnes ils représentent désormais une catégorie ethniquement et racialement très diverse de la population.

Volontiers audacieux, optimistes, pragmatiques, dotés d’une forte capacité d’étonnement, d’émerveillement, d’altruisme (réfugiés, figures du pape François et du Dalai Lama), voire de bienveillance (allocation universelle), ils sont avant tout soucieux d’authenticité et de transparence, de plus en plus difficile à simuler.

Une attitude souvent résumée par les hashtags #nobullshit et #nofilter

Assurant renifler le « fake » à 100 mètres, ces fans de culture urbaine aiment aussi la surprise, la découverte et sont très « orientés monde »."

L’école numérique : nouveau modèle ou fin de l’école. Un écrit de PEREZ Michel sur Educavox. “La transformation numérique n’est pas réductible à ses aspects techniques : elle bouleverse en effet l’ensemble des conditions de vie, de sociabilité, de travail, de communication, d’accès à l’information à la connaissance et au savoir. Le monde qui s’ouvre à nous est celui des réseaux, c’est « l’ âge de la multitude »[1], par opposition au monde construit de manière pyramidale : celui d’une société fondée à l’aube du XXème siècle sur un modèle industriel taylorien.”


Supérieur

Sciences humaines et nouvelles technologies : le cocktail gagnant des universités canadiennes. “Deux récentes études viennent conforter les projets et cursus associant humanités et sciences dures, nombreux au Canada.”

En Île-de-France, 1 étudiant sur 5 met plus d’une heure à se rendre en cours. “Selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France, les 645.000 étudiants franciliens - dont nombre vivent chez leurs parents - sont contraints de se rendre très mobiles pour suivre leurs études.”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Former les futurs citoyens

N° 530
Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?

N° 532 - Justice et injustices à l’école

Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter