Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 14 mars 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 14 mars 2006

CPE toujours. Plusieurs journaux utilisent les mêmes mots : le mouvement se durcit...
L’intervention du premier Ministre dimanche soir n’a pas eu l’effet escompté et on peut penser que les déclarations du président de la république soutenant l’action du chef du gouvernement ne calment pas non plus la situation.
Au delà des compte rendus des occupations et des manifestations, le petit plus est à aller chercher dans Le Parisien. Ce journal essaye de dresser le portrait des manifestants et plus encore celui des jeunes qui ont 20 ans en 2006. Plusieurs interviews donnent la parole à ces jeunes où ils expriment leur refus de la précarité.
Le Monde se livre à peu près au même exercice avec un assez long reportage dans les pages « Horizons » sur la « drôle de grève des universités ».
On lira aussi dans le journal du soir, la chronique télé de Dominique Dhombres qui débusque aujourd’hui un « geste qui ment ». Il s’agit de l’image, que je décrivais hier, où G. De Robien, visitait La Sorbonne avec un livre déchiré à la main...

Bonne Lecture...


Libération du 14/03/06

Mohamed, jeune des Tarterets, anti-CPE
Etudiant à Jussieu, il ne considère pas que la mesure aidera spécialement les jeunes des quartiers sensibles. Il pense que le contrat peut « créer de l’embauche" mais va augmenter la précarité.
Lire la suite de l’article

Les universités portées à ébullition
Dans les facs de Toulouse, Lyon, Bordeaux ou Paris, les AG se remplissent et préparent les futures manifestations.
Lire la suite de l’article

Les petits Américains en colonies de finances
Aux Etats-Unis, les Money Camps apprennent aux enfants à devenir d’habiles gestionnaires.
Lire la suite de l’article

Economes en culottes courtes
Selon une étude de l’association de comptables publics American Institute of Certified Public Accountants et le magazine Weekly Reader auprès de 1 260 Américains entre 9 et 12 ans, 56 % d’entre eux reçoivent une somme d’argent de poche fixe chaque semaine (7 à 8 dollars en moyenne), obtenue principalement en effectuant des petites tâches ménagères.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 14/03/06

Le mouvement anti-CPE se durcit
Deux jours après l’intervention du premier ministre à la télévision, la mobilisation anti-CPE se poursuit, touchant désormais 50 universités, selon l’UNEF. Lundi soir, le Collège de France, occupé par des manifestants, a été évacué par les CRS. Mardi, la Coordination nationale des étudiants a appelé à une nouvelle journée de manifestations. Le premier ministre, qui devait participait au Conseil des ministres franco-allemand à Berlin, a choisi de rester en France pour répondre aux questions des députés à l’Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article

Le mouvement anti-CPE se durcit
Deux jours après l’intervention du premier ministre à la télévision, la mobilisation anti-CPE se poursuit, touchant désormais 50 universités, selon l’UNEF. Lundi soir, le Collège de France, occupé par des manifestants, a été évacué par les CRS. Mardi, la Coordination nationale des étudiants a appelé à une nouvelle journée de manifestations. Le premier ministre, qui devait participait au Conseil des ministres franco-allemand à Berlin, a choisi de rester en France pour répondre aux questions des députés à l’Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article

A Rennes, un étudiant de 33 ans anime la contestation
Etudiant en breton, Gaël Roblin a purgé une peine de trois ans de prison après l’attentat contre le McDo de Quevert qui avait fait un mort.
Lire la suite de l’article

L’Etat puni pour non-scolarisation d’un jeune handicapé
Handicapé mental depuis l’âge de 8 ans, Nicolas, 16 ans, aurait dû être pris en charge par un établissement spécialisé.
Lire la suite de l’article

Des étudiants modèles séduits par le djihad en Irak
Des parents très bien intégrés, des cursus d’ingénieurs poussés : ces jeunes Marocains de Montpellier menaient une vie au-dessus de tout soupçon.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 13/03/06 (un jour de retard)

La matraque pour toute réponse
Les étudiants opposés au CPE ne seraient que de dangereux agitateurs minoritaires, et le gouvernement, garant de la paix intérieure, n’a d’autre choix que de les mater durement. Tel est le message sécuritaire que s’est échiné à faire passer tout au long du week-end Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale.
Manifestement chargé de discréditer les anti-CPE et de monter au front pour faire oublier l’ampleur de la contestation, il a commencé son travail de sape vendredi, sur les ondes de France-Inter, en affirmant qu’à Nanterre «  des gens qui dégradent la chose publique ont été jusqu’à précipiter une jeune handicapée dans l’escalier ». Dans la journée, un journaliste de la radio enquête et démonte l’information : le handicap de la jeune femme, étudiante en droit, n’était pas visible, et elle a été prise dans une bousculade. Qu’importe. Samedi, sur France-Info, Gilles de Robien remet ça. Il estime que la mobilisation prend « le tournant de la violence » et que «  celles et ceux qui lancent des mots d’ordre, qui sont encore très jeunes, qui n’ont pas d’expérience, qui sont tout juste des adultes et qui envoient comme ça des étudiants dans la rue  », devraient y réfléchir à deux fois. Pour lui, pas de doute : «  Les manifs dans les universités, c’est peu démocratique et ça peut être dangereux.  »
Lire la suite de l’article

Bruno Julliard : « On est loin d’être à l’apogée de la mobilisation »
Pour le président de l’UNEF, le gouvernement joue la provocation car il est dos au mur. Selon le dirigeant syndical, le mouvement a des réserves importantes.
Lire la suite de l’article

Les STAPS en raid contre Robien
Le 7 mars dernier, cinquante étudiants en sport partaient de Marseille à vélo pour rallier la manifestation étudiante du 16 mars. À mi-parcours, la grogne ne faiblit pas.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 14/03/06 ( payant)

Qui sont vraiment les manifestants
Alors que lycéens et étudiants sont appelés à manifester aujourd’hui, le mouvement anti-CPE s’est encore durci hier avec de nouveaux incidents au quartier Latin. Pourtant, dans les cités, certains jeunes disent préférer le CPE au chômage.
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« Ne pas laisser les syndicats seuls “

MAXIME FARDIN, 20 ans, 2 e année de socio-ethnologie REPRÉSENTANT de Nanterre à la Coordination nationale étudiante à Poitiers samedi dernier, Maxime n’est pas un pro des mobilisations, plutôt un novice même.
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« Je ne fais pas ma crise d’adolescence »

NICOLAS POURCEL, 21 ans Licence de droit « NE CROYEZ PAS que je participe à ce mouvement parce que je fais ma crise d’adolescence, affirme Nicolas. Cette bataille contre le CPE est le fruit d’une mûre réflexion.
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« On est tous concernés »

EMILIE COCHAUD, 21 ans 2 e année Staps DEVANT LE BÂTIMENT de formation des professeurs d’éducation physique, Céline court dans tous les sens pour tenter de sensibiliser ses congénères à la cause anti-CPE.
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« J’y vais à fond »

BLANDINE GLATIGNY, 19 ans 2 e année de psychologie C’EST EN AG que Blandine a décidé d’intégrer le mouvement. « Mon bâtiment était bloqué, alors j’ai voulu m’informer, se souvient-elle, et ce que j’ai entendu était édifiant !
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« On va refaire Nanterre la Rouge ! »

HOUDA BENHEBRI, 19 ans 1 r e année de psychologie ENGAGÉE dans le mouvement lycéen l’an dernier, Houda, qui n’est pas syndiquée, s’est lancée dans la bataille contre le CPE. Elle sort d’un CDD qu’elle compare à de « l’exploitation »...
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« On vivra moins bien que nos parents »

GABRIEL ROSENMAN, 24 ans Licence d’anglais « EN RÉVOLTE contre le système depuis le collège », Gabriel, membre de l’Unef et des JCR (Jeunesses communistes révolutionnaires), milite depuis « le choc du 21 avril 2002 ».
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« L’exploitation basée sur la peur »

CÉLINE ROUFFINEAU, 22 ans 1 r e année de psychologie INSTALLÉE sur un banc de l’amphi A1 où bat le coeur de la contestation, Céline fait partie de cette majorité d’étudiants qui sont contre le CPE mais pour la poursuite des cours.
Lire la suite de l’article

A la fac de Nanterre, les raisons de la colère
« C’est la rue qui gouverne »

DANIEL SIMBA, 25 ans 2 e année en AES « NIAH-AH ! » lance Daniel d’une voix tonitruante. « Niah-ah », un cri qui « veut tout dire et rien dire à la fois, ma rage et mon amour », explique-t-il. Un hurlement qui, au fil de la mobilisation, est devenu le...
Lire la suite de l’article

« Je préfère une mission d’intérim »
IL Y A TROIS JOURS, le banquier de Frédéric Rodrigues a été on ne peut plus clair avec lui. « Il n’accordera aucun crédit, même à la consommation, aux jeunes en CPE », fulmine ce jeune chômeur de 22 ans.
Lire la suite de l’article

« Le CPE ou le chômage, on a vite choisi... »
A QUELQUES dizaines de kilomètres des amphithéâtres de la Sorbonne, il y a Les Mureaux. Dans cette commune des Yvelines, l’absence de perspective ronge les espoirs de milliers de jeunes des quartiers sensibles.
Lire la suite de l’article


La Croix du 14/03/06

Des universités françaises sous tension
L’intervention télévisée de Dominique de Villepin n’a pas convaincu les étudiants hostiles au CPE. Ils manifesteront mardi 14 mars et jeudi à Paris ainsi que dans plusieurs villes de province
Lire la suite de l’article


20 minutes du 14/03/06

Jeune et non-diplômé ? Deviens policier
Intégrer la BAC (brigade anticriminalité) sans le bac, c’est désormais possible. Depuis le mois de septembre, la préfecture de police de Paris a mis en place une nouvelle voie d’accès au métier de gardien de la paix : les cadets de la République. L’idée est de donner une autre chance à des jeunes issus de « quartiers difficiles » et au « parcours scolaire chaotique » qui, faute de diplôme, n’auraient pu présenter le concours.
Lire la suite de l’article

CPE : Poursuite des blocages d’universités et journée d’action
La contestation du CPE par les étudiants et les lycéens se poursuivait mardi avec la reconduction de dizaines de blocages, plus ou moins partiels, d’universités tandis que l’appel à une "journée d’action" devait donner lieu à des manifestations et des "actions surprise".
Lire la suite de l’article

Un site Internet gratuit pour aider à réviser son bac
La dernière antisèche. Un nouveau site Internet* à l’accès gratuit, proposé par La Mutuelle des Etudiants (LMDE), vient d’être mis en place à l’intention des lycéens de première et de terminale, afin de les aider à réviser le bac et à s’orienter vers le supérieur. Ce site a été monté en partenariat avec la mutuelle, l’Onisep et Rue des écoles, une société d’édition jeunesse et parascolaire.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 14/03/06

CPE : la fronde des étudiants prend de l’ampleur
Le front de la contestation anti-CPE s’est plutôt renforcé et radicalisé. Un nouvel appel à manifestation est lançé pour ce mardi.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 15/03/06

La drôle de grève des universités
A Paris-XIII-Villetaneuse, des étudiants, les yeux ensommeillés, se pressent vers les amphis, un gobelet de café à la main. Cette apparente normalité est trompeuse : Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) est en grève, et les innombrables calicots qui ornent le hall central du campus témoignent de la grogne ambiante. Le contrat première embauche (CPE) y est conspué, ses initiales détournées à l’infini, et le premier ministre Dominique de Villepin brocardé.
Dans leur grande majorité, les étudiants oscillent entre crainte diffuse et franche hostilité à l’égard de la future disposition du code du travail. Celui-ci évoque la possibilité d’être "viré" du jour au lendemain, celui-là de ne pas pouvoir négocier un crédit avec son banquier, cette dernière s’interroge sur l’attitude du patron en cas de congé maternité. Mais tous s’interrogent également sur la façon de se faire entendre sans hypothéquer leur avenir personnel.
Lire la suite de l’article

Une étude de l’OCDE conclut à la nécessité de réformer les systèmes éducatifs européens
es pays européens doivent-ils révolutionner leurs systèmes éducatifs ? C’est ce que conclut une étude réalisée par Andreas Schleicher, du département de l’éducation de l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE), pour le compte du Lisbon Council, laboratoire d’idées bruxellois.
[...]Le premier constat de cette enquête est que la dépense d’éducation a un formidable rendement économique, bien supérieur aux taux d’intérêt réels, pour les individus concernés, mais aussi pour leur pays. Pour preuve, ce que l’étude qualifie de "miracle coréen". [...]
La France et l’Allemagne font figure de mauvais élève et tirent l’Europe vers le bas, selon l’OCDE. "La France et l’Allemagne (...), qui pèsent un tiers de l’économie de l’UE, ne sont plus parmi les leaders mondiaux dans le développement du savoir et du talent", résume l’étude. Economiquement médiocres, les systèmes éducatifs allemand et français sont aussi socialement injustes, relève également l’étude, qui dénonce le "préjugé de classe inhérent" de mécanismes qui "taxent les pauvres pour subventionner les opportunités d’éducation des riches".[...]
Lire la suite de l’article

Nombreuses occupations d’universités et manifestations contre le CPE
La contestation orchestrée autour du contrat première embauche (CPE) par les étudiants et les lycéens s’amplifiait au fil de la journée du mardi 14 mars, avec la reconduction de nombreux blocages d’universités, plus ou moins partiels, tandis que l’appel à une "journée d’action" devait donner lieu à des manifestations et des "actions surprises".
Lire la suite de l’article

Un Français sur deux est un internaute, selon une étude de Médiamétrie
Ca y est : plus d’un Français sur deux est un internaute. Le cap a été franchi en décembre 2005, si l’on en croit l’étude Médiamétrie dévoilée lundi 13 mars. Selon le bilan annuel Internet en France, publié par l’institut de mesure d’audiences, la France comptait 26 154 000 internautes au quatrième trimestre 2005, soit 50,5 % de la population âgée de 11 ans et plus. En janvier 2006, le compteur de l’Observatoire des usagers Internet, mis en place par Médiamétrie - une étude mensuelle réalisée par téléphone auprès de 1 000 individus âgés de 11 ans et plus -, comptabilisait même 26 716 000 internautes. Soit une augmentation de 11 % par rapport à janvier 2005.[...] Médiamétrie relève encore que le site Web qui a connu la plus forte progression en 2005 est Wikipédia. Wikipédia, (www.wikipedia.fr) est une encyclopédie en ligne à laquelle chacun peut participer en modifiant les articles. Classée en 145e position des sites les plus visités en janvier 2005, elle a terminé l’exercice à la 37e position du classement Médiamétrie, soit une progression de 256 %.[...]Une des autres tendances de l’étude : les applications de messagerie instantanée ont connu une croissance de 23 % en un an. Mais surtout, un Web plus jeune. Si 59,3 % de la population est équipée d’un micro-ordinateur, le chiffre passe à 77 % dès lors qu’un moins de 24 ans occupe le foyer. Et pour ce qui est de la blogosphère, c’est une véritable invasion de la Net génération. Selon les chiffres fournis par Médiamétrie, plus de 8 blogueurs sur 10 ont moins de 24 ans.
Lire la suite de l’article

Un geste de Gilles, par Dominique Dhombres
[...]le premier sujet du JT, qui occupe la place de choix et se taille la part du lion, c’est la grogne de l’étudiant, l’inquiétude du lycéen. Ils manifestent contre le CPE. Ils le détestent. Le CPE, c’est pas bien ! Là, on se moque. Est-ce que c’est grave docteur ? C’est très grave.[...]C’est que votre serviteur a voulu juger, sur pièces, de la réalité de l’image, diffusée partout, du ministre de l’éducation tenant à la main, dans la cour de la Sorbonne quelques livres anciens brûlés ou abîmés dans la nuit de vendredi à samedi. Visite faite, grâce à l’amabilité d’un des gardiens du temple, il en résulte qu’une poignée de livres seulement, assez chiants, pas très vieux, et pas rares du tout ont, de fait, servi de projectiles.Pas la peine de faire le malin, comme l’a fait cet inculte de Gilles de Robien. L’auteur de ces lignes n’a plus l’âge ni l’envie de faire le jeune homme, face aux CRS. Mais il a encore l’œil pour déceler le geste qui ment.
Lire la suite de l’article

Les jeunes, mais quels jeunes ?
par Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef de la revue Esprit

Lors de son intervention télévisée du dimanche 12 mars pour défendre son projet de contrat première embauche (CPE), le premier ministre, Dominique de Villepin, a adressé trois messages différents au sujet de la jeunesse. La combinaison approximative de ces trois messages, en rendant illisible la notion même de "jeunesse", omniprésente dans la justification du CPE, explique sans doute autant que le fond du projet lui-même la réception négative de ses explications auprès de la population concernée.[...]
Le premier ministre a donc composé un portrait en mosaïque de la jeunesse dont l’ajustement a de quoi laisser perplexe. L’analyse hésite entre le registre paternaliste (préparons l’avenir de nos enfants), social-intégrateur (il faut répondre à la crise des banlieues) et pragmatique (laissons-leur la chance de faire leurs preuves). Son idée implicite de la "jeunesse" est singulièrement confuse : elle associe la volonté de libérer l’inventivité des jeunes à celle de materner "nos enfants", à travers un dispositif à la fois particulier et universaliste, et qui vise à faire accéder les jeunes à la condition commune du salariat par un contrat dérogatoire !
Il faut bien, conclut le premier ministre, répondre aux "problèmes des jeunes". Mais pourquoi recourir à cette formule toute faite ? N’y a-t-il pas plutôt un problème de la formation, un problème du marché du travail, un problème de la promotion sociale ? La jeunesse est considérée comme un handicap, un sujet d’inquiétude, de stigmatisation, de différenciation. Il y a une incertitude fatale dans le discours qu’on veut adresser aux jeunes : parle-t-on aux exclus de l’école, aux lycéens, aux étudiants, aux jeunes actifs, aux diplômés, aux apprentis, aux chômeurs ? On ne peut tous les faire entrer dans la même catégorie qu’à la condition de ne parler qu’en termes très généraux. Depuis vingt ans exactement (manifestations contre la réforme de l’Université en 1986), ce type de discours ne produit rien d’autre qu’incompréhension et rejet. Personne ne peut se reconnaître dans le miroir brisé renvoyant trois images aussi négatives de la jeunesse : infantilisation, handicap social, précarité.
Lire la suite de l’article

Sous le CPE, la plage
par Bertrand Alliot, doctorant en science politique à l’université de Marne-la-Vallée,

A de multiples reprises durant les années que j’ai passées au lycée ou à l’université, j’ai participé à des manifestations, envahi des amphithéâtres, me suis assis sur la chaussée devant des rectorats. Je pense même que s’il m’avait été "donné" alors d’occuper la Sorbonne, je n’aurais pas hésité, et ce quelle qu’en soit la raison. Car je sais aujourd’hui - je pense en fait l’avoir toujours su - que mes motivations étaient étrangères à mes revendications. Celles-ci, je le crois, étaient un prétexte, même si je tentais de me persuader du contraire et que j’étais capable de les mettre en scène avec une apparente conviction.Quel but servait alors un tel prétexte ? Eh bien, je crois, celui de participer à l’histoire.[...]
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs permanent du 14/03/06

Chirac affirme son soutien "sans réserve" à Villepin ?
En déplacement en Allemagne, le président de la République devrait "réaffirmer son soutien" au CPE dans le cours de la semaine.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 14/03/06

Le mouvement anti-CPE prend de l’ampleur

Le mouvement de blocus des universités s’est amplifié hier, à l’orée d’une semaine décisive de mobilisation contre le contrat première embauche. L’Union nationale des étudiants de France (Unef), qui revendique 50 universités en grève sur 84, a de nouveau exigé de Dominique de Villepin le retrait du CPE et lui a demandé "d’écouter les voix chaque jour un peu plus nombreuses qui se font entendre". Le décompte du ministère de l’Education nationale, de son côté, ne fait état que de onze campus bloqués, trois de plus qu’en fin de semaine dernière, et de 26 autres "perturbés à des degrés divers".
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 14/03/06

Première "grosse" mobilisation contre le CPE à Paris-XII Val-de-Marne
Les étudiants de l’université Paris-XII Val-de-Marne ont commencé mardi à se mobiliser contre le Contrat première embauche (CPE), avec une assemblée générale qui a réuni à Créteil plusieurs centaines d’étudiants, a constaté une journaliste de l’AFP.
Lire la suite de l’article

CPE : Chirac soutient Villepin, la mobilisation monte d’un cran
Jacques Chirac a exprimé mardi son "soutien total et sans réserve" au Premier ministre Dominique de Villepin sur le dossier du CPE tandis que la contestation montait d’un cran, avec l’entrée en scène des lycéens et un plus grand nombre d’universités touchées.
Lire la suite de l’article

Dominique de Villepin s’est rendu à Sciences-Po Paris
Dominique de Villepin s’est rendu mardi matin à Sciences-Po Paris, où il s’est notamment entretenu avec le directeur de l’établissement, Richard Descoings, a-t-on appris dans l’entourage du Premier ministre.[...] Selon son entourage, M. de Villepin a rencontré M. Descoings, qui a récemment proposé la création d’un lycée expérimental dans la banlieue parisienne pour lutter contre l’échec scolaire, et croisé des étudiants.
A la suite de la crises des banlieues, en novembre, le Premier ministre a souhaité le 1er décembre que "l’ensemble des grandes écoles et des universités s’engagent avant la rentrée 2006 sur la mise en place de systèmes de tutorat en faveur des élèves les plus méritants des ZEP ou sur la mise en place d’un dispositif d’accès adapté".
Lire la suite de l’article

De 1.000 à 2.000 jeunes, surtout des lycéens, manifestent au Havre
Environ 1.000 jeunes selon la police, 2.000 selon les organisateurs, ont manifesté à nouveau mardi dans les rues du Havre contre le contrat premier embauche (CPE).
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

L’indispensable café pédagogique

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

La maison des enseignants

Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation