Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 14 février 2012


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 14 février 2012

- Carte scolaire – Meirieu - Taylorisme pédagogique – “Extirper les filles du rose” – Photos de classe – Allons z’enfants… -

Bilan de la carte scolaire
Dans le Monde, on pourra lire un dossier sur la carte scolaire. Puisqu’on est à l’heure des bilans, (même si le bientôt candidat voudrait surtout qu’on parle de ses nouvelles promesses…) il faut parler de l’assouplissement de la carte scolaire. Ce fut, en effet, une des mesures emblématiques du quinquennat. On promettait le “libre choix” aux familles. On affirmait même que cela devait favoriser la mixité sociale. Comme le note, Le Monde qui parle d’une “réforme en trompe l’œil”, l’objectif d’une "suppression de la carte scolaire à l’horizon 2010" s’est vite transformé en "assouplissement" dans la bouche de Xavier Darcos, le prédécesseur de Luc Chatel rue de Grenelle. Et il a pris la forme de dérogations accordées par les inspecteurs d’académie dans le second degré.
Quoi qu’il en soit on peut constater avec Gabrielle Fack et Julien Grenet, chercheurs à l’Ecole d’économie de Paris et auteurs d’un "Rapport d’évaluation de l’assouplissement de la carte scolaire" publié fin janvier que “ni les effectifs ni la composition des collèges et lycées n’ont été bouleversés au niveau national ”. Mais cela a accentué des tendances déjà à l’œuvre comme l’évitement des établissements situés dans les zones d’éducation prioritaire. Toutefois, pour les deux économistes, si la réforme n’a ni augmenté la ségrégation sociale – déjà "très forte dans les établissements français", admettent-ils -, ni poussé davantage de familles vers l’école privée - dont les effectifs, en hausse, n’ont pas connu d’infléchissement particulier en 2007 d’autres analyses nuancent cela. Par exemple, en s’appuyant sur les statistiques de demande de dérogation, on voit qu’elles sont en baisse et qu’elles dissuadent les moins socialement favorisés. Le sociologue Choukri Ben Ayed constate “l’accroissement des processus ségrégatifs mais les conséquences sont surtout perceptibles dans les espaces déjà fragiles, où les collèges qui étaient déjà les plus fuis le sont davantage encore, attisant le sentiment de disqualification de certaines familles."”. Selon le SNPDEN (syndicat des chefs d’établissement), ce phénomène conduit à un processus de “ghettoïsation” : “sous l’effet d’une sorte de "prédiction autoréalisatrice", le consumérisme des familles débouchant sur de réelles inégalités, inexistantes jusqu’alors."
Interviewée par Le Monde, la chercheuse Nathalie Mons, qui vient de passer quatre ans à étudier cela pointe la dimension électoraliste d’une telle mesure. Il s’agit plus d’un discours performatif que d’une réalité : “L’Elysée comprend dès 2008 qu’il ne pourra pas remporter sur le terrain le pari de la suppression. En revanche, grâce à une communication offensive, il l’a peut-être remporté dans les esprits. Nombre de parents pensent que la carte scolaire a bel et bien été supprimée. ” . La communication plutôt que l’action. Le dire plutôt que le Faire… Une mesure finalement à l’image de tout le quinquennat.

Meirieu
Philippe Meirieu livre à L’Express sa vision de la nécessaire évolution du système éducatif. Pour lui face à une “école en grande dépression”, “L’Education nationale a besoin de retrouver confiance en elle en retrouvant le soutien de la nation. ” (c’est d’ailleurs le titre de la tribune).
Pour lui, il faut combiner deux ambitions : une ambition scolaire tout d’abord mais aussi une ambition éducative plus globale. “Une ambition scolaire d’abord : il faut enfin mettre en place une " école fondamentale " articulant l’école primaire et le collège, avec une vraie continuité pédagogique, des objectifs clairs et structurants permettant un enseignement modularisé, et un accompagnement personnalisé par des équipes d’enseignants cohérentes dans des unités pédagogiques à taille humaine... Il faut, grâce à une évaluation par " unités de valeur ", supprimer le redoublement, permettre des choix d’orientation positifs ; il faut valoriser systématiquement les réussites dans une pédagogie coopérative plutôt que de détecter de manière obsessionnelle tous les " dys " du monde afin de les dériver vers des officines spécialisées plus ou moins privées. Il faut mobiliser les enseignants autour d’un projet fort pour notre école et les former correctement afin qu’ils puissent le mener à bien..
Mais dit-il “Sans un projet éducatif pour notre société tout entière, la meilleure école du monde n’empêchera pas les professeurs d’avoir le sentiment de devoir vider l’océan avec une petite cuillère. ”. Pour le pédagogue, c’est le statut de l’enfant dans nos sociétés qu’il faut repenser . C’est donc l’aide à la parentalité qu’il faut promouvoir, les médias qu’il faut “interroger sur leur devoir d’éducation. ”. Mais c’est aussi la politique de la ville qui est impliquée ainsi que le partenariat et le développement du tissu associatif. Tout comme la nécessaire formation tout au long de la vie.
Les réformes scolaires sont indispensables. Mais un sursaut éducatif est essentiel nous dit Philippe Meirieu.

Taylorisme pédagogique
Une vision beaucoup plus pessimiste du système éducatif s’exprime dans une tribune de Libération . L’auteur, Sébastien Massonnat, enseignant et militant syndical SNES-FSU affirme que “le taylorisme entre dans l’école française”. Pour lui, au collège “ le Livret personnel de compétences (LPC) atomise les connaissances en quatre-vingt dix-huit savoir-faire parcellisés et souvent si transdisciplinaires qu’ils révèlent bien la logique du socle commun : peu y importent les contenus. Dans les documents ministériels, un « comment apprendre » désincarné vampirise le « quoi apprendre » ”. Par ailleurs, il considère que ce travail prescrit dépossède les enseignants “prolétarisés” de leur autonomie. Dans cette métaphore, il voit les chefs d’établissements comme des managers et des contremaitres. “La taylorisation rampante s’accélérant avec le recyclage des inspecteurs pédagogiques en « bureau des méthodes qui élabore des fiches d’instruction et détermine les temps et les mouvements, l’outillage, les vitesses »
Ce texte est assez emblématique d’un état d’esprit répandu dans les établissements. On y trouve pêle mêle des éléments objectifs de dérive managériale dans l’école d’aujourd’hui. Et, en effet, une “évaluationnite” produit d’une vulgate pédagogique mal digérée qui conduit à considérer des capacités ou des “habiletés” atomisées comme de réelles compétences. Dans son dernier livre d’entretiens, Philippe Meirieu revient d’ailleurs longuement sur ce mésusage et sur la perte de sens qui peut résulter de la mise en œuvre de grilles telles que le LPC. Mais le même Meirieu prône quant à lui un travail en équipe et une véritable autonomie des équipes. Alors que, derrière cette analyse du “taylorisme” (un peu limitée car par ailleurs on voit se développer la polyvalence des enseignants et non leur spécialisation), et l’ éternelle dénonciation du complot libéral, il y a trop souvent la volonté de préserver la “liberté” pédagogique (et non l’autonomie) comme un refus de questionner ses pratiques et de penser son métier autrement. Et si, on questionnait d’abord nos propres marges de manœuvre ?

Extirper les filles du rose
En ce jour de St Valentin, on pourra lire un long article dans Slate.fr sur les préjugés sexistes à l’École et les moyens de les combattre. On le sait pour la publicité, les séries TV, les stéréotypes sont fortement ancrés et contribuent à la reproduction des rôles sociaux masculins et féminins. Mais cela est vrai aussi pour de trop nombreux encore albums jeunesse où les jeunes filles attendent sagement que les garçons reviennent de la chasse au dragon (je simplifie…).
Plusieurs initiatives à l’école ou dans les associations complémentaires de l’École visent à débusquer et combattre ces préjugés quelquefois bien cachés. A Suresnes, des éducateurs, bibliothécaires, directeurs de centres aérés,… participent à des ateliers où il s’agit de compter le nombre de garçons et de filles présents dans les histoires, voir quel est leur caractère, s’ils/elles sont les héro(ïne)s ou pas, etc et “extirper les filles du rose”. Le résultat est bien sûr le constat d’un fort déséquilibre. Même si on voit aujourd’hui apparaître des livres pour enfants qui évitent tous les écueils des préjugés. Et vont même les tordre dans l’autre sens
Mais comme nous le disions, il est difficile de lutter contre le poids des médias et de tous les agents de socialisation qui perpétuent ces clichés. A cet égard, l’opération Cassons les clichés proposée par la Ligue de l’enseignement est intéressante. A des classes de CP et de CE1 (35000 élèves en tout), on proposait des images d’ours exactement semblables mais faisant différentes activités. Un ours lisant un journal, un autre faisant la cuisine, du bricolage, … Et on demandait aux élèves de dire s’il s’agissait d’une activité de “Maman Ours”, “Papa Ours” ou des deux. Les résultats sont édifiants. Les activités “masculines” et “féminines” sont identifiées avec force. Un exemple avec un élève de primaire du 18e arrondissement qui avait décidé que l’ours qui lisait était « Monsieur Ours » et, lors de la discussion, a “soutenu mordicus que seuls les papas lisaient le journal, alors que sa maman est journaliste”.
Il faut enfin rappeler que la loi du 9 juillet 2010 sur les violences faites aux femmes prévoit notamment “ une information consacrée à l’égalité entre les hommes et les femmes , à la lutte contre les préjugés sexistes » et ce « à tous les stades de la scolarité”.

Photo de classe.
Rituel à la fois immuable et renouvelé, la photo de classe est un objet symbolique de l’année scolaire et du temps qui passe. Qui ne s’est pas penché avec nostalgie sur de vieilles photos où des élèves plus ou moins souriants sont alignés au côté d’un-e enseignant-e l’air sévère ou bienveillant ? Sans compter les photos individuelles où les élèves bien peignés, sages comme des images ( !) sont assis à leur table, bras croisés…
Le journal La Croix consacre trois articles à ce sujet, pas si anecdotique que ça. Il y a une histoire mais aussi une anthropologie et une sociologie de la photo de classe à faire. Histoire tout d’abord car la photographie de classe est aussi vieille que la photographie et l’école républicaine. Et ces images en disent beaucoup sur l’époque et sur l’école. A commencer par les effectifs des classes ! La disposition des élèves, leur habillement, leur fantaisie ou non, en disent long aussi sur les normes sociales et leur évolution. La photo de classe est aussi un moyen de créer un sentiment d’appartenance au groupe. On sait enfin que la photo de classe est devenue une sorte d’objet transitionnel, qui nous raccroche à notre passé et nous permet de mesurer le chemin parcouru. Cette nostalgie s’est trouvée amplifiée ces dernières années avec le développement des sites tels que Copains d’avant ou trombi.com. Rappelons aussi que Facebook signifie “trombinoscope” et que c’était aussi sa vocation première.
La Croix rappelle aussi dans un autre article que cette image peut être le support de créations artistiques. Ainsi, depuis huit ans l’opération nationale « Des clics et des classes », pilotée par le réseau Scérén (CNDP-CRDP vise à sensibiliser les élèves – de la maternelle à l’enseignement supérieur – à la photographie contemporaine. Accompagnés par un photographe ou par un plasticien au long de plusieurs ateliers-rencontres, les jeunes sont incités à réinventer le traditionnel cliché scolaire. Et l’invention est au rendez vous avec des têtes dépassant derrière une haie ou bras en croix en file indienne dans la cour, des élèves assis sur des chaises retournées ou affalés dans des canapés, déguisés ou habillés en dégradé de couleurs…
Il faut noter d’ailleurs que dans un certain nombre d’établissements (dont le mien), la journée de la photo de classe est devenue une sorte de carnaval où les élèves se déguisent ou s’approprient la mise en scène. Ainsi, cette année, “mes” élèves de Terminale sont tous venus de leur propre initiative tenir des cadres de différentes tailles pour proposer une sorte de mise en abyme de la traditionnelle photo de classe. Tout en lui gardant sa fonction première d’image de mémoire.

Allons zenfants…
Mardi 7 février sur le parvis de la nouvelle mairie de Lavaur (Tarn), il y avait de nombreux enfants pour crier “Sarkozy, Sarkozy !” quand celui-ci est venu présenter les grandes lignes de sa politique familiale.
Mais La dépêche nous informe que ces enfants n’étaient pas tous “volontaires” (dans la mesure où en plus des enfants peuvent être volontaires. Une maman d’élève, assure à Rue89 que des consignes très précises ont été fournies aux enfants : « La veille, on leur a dit qu’on avait la grande chance de recevoir le Président dans notre petite ville, que c’était une aubaine. On leur a dit : “Le Président va peut-être nous donner des sous.” Chacun avait un petit drapeau. Ma fille, elle a 10 ans, m’en a parlé ; elle a refusé d’y aller. Mais d’autres parents n’ont pas été prévenus. Le papier, une “invitation à aller regarder le défilé” remis la veille aux enfants, n’a pas été mis dans tous les cartables. Toutes les autorisations n’ont donc pas été signées. C’est scandaleux de se servir ainsi d’enfants.  ».
Tous les parents n’ont pas signé l’autorisation, d’autres ne l’ont jamais reçue.Et beaucoup s’émeuvent d’autant plus que les enfants ne savaient pas qu’en croyant saluer le président, ils acclamaient le candidat…

Bonne Lecture...



Libération.fr du 13/02/12(certains articles payants)

Université : les mensonges de Sarkozy
Affichée comme une réforme phare de son mandat, la politique universitaire de Nicolas Sarkozy est plutôt le symbole de ses reniements, de ses mensonges et de ses échecs. Alors que le gouvernement se vante d’avoir sanctuarisé le budget de l’enseignement supérieur, la vérité doit être rétablie.
Lire la suite de l’article

Le taylorisme entre dans l’école française PAR SÉBASTIEN MASSONNAT ENSEIGNANT, MILITANT SYNDICAL SNES-FS
Au XXIe siècle, ce serait donc au tour du travail enseignant d’être mis, selon l’expression de Georges Friedmann, « en miettes », sa taylorisation rampante s’accélérant avec le recyclage des inspecteurs pédagogiques en « bureau des méthodes qui élabore des fiches d’instruction et détermine les temps et les mouvements, l’outillage, les vitesses » et avec le renforcement des pouvoirs des chefs d’établissement, évaluateurs étrangers au métier, « contremaîtres qui enserrent l’ouvrier dans un réseau de formation et de surveillance technique » (Taylor, 1912).
Lire la suite de l’article

Éducation : Luc Ferry met une bonne note à Hollande
L’ancien ministre de l’Education nationale du gouvernement Raffarin, Luc Ferry, a approuvé, vendredi sur France Inter, les propositions du candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, en matière d’éducation.
Lire la suite de l’article

Autisme : les psys réduits au silence
Dans un rapport à paraître que « Libération » s’est procuré, la Haute Autorité de santé retoque les pratiques psychanalytiques. Une première.
Lire la suite de l’article

« L’énigme de l’autisme a toujours suscité de violentes réactions »
Le réalisateur Daniel Karlin, auteur de la série « Un autre regard sur la folie », réagit après l’avis de la Haute Autorité de santé retoquant les psys.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 13/02/12 (certains articles payants)

Les propositions des grandes écoles pour la présidentielle
La conférence des grandes écoles a publié son livre blanc. Du primaire au supérieur, des questions de financements au contenu des enseignements, elle formule 20 propositions.
Lire la suite de l’article

Le boom des cours gratuits sur Internet à l’université
Retraités, salariés… Plus besoin d’aller sur les bancs de la fac pour s’instruire.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 13/02/12

Des enseignants dans la rue à Marseille pour dénoncer une "saignée sans précédent" dans les écoles
Plusieurs centaines d’enseignants (400 selon la préfecture, 2 000 selon les syndicats) ont manifesté mardi à Marseille pour dénoncer "une saignée sans précédent" dans les postes et les classes des écoles maternelles et primaires des Bouches-du-Rhône. Appelés à la grève par l’intersyndicale départementale du premier degré, les manifestants, rejoints par quelques collègues du secondaire, ont protesté devant l’inspection académique contre les 159 suppressions de poste et 188 fermetures de classe (pour 19 ouvertures) annoncées dans le département, avant de défiler dans le centre-ville.
Lire la suite de l’article

La carte scolaire, une réforme en trompe-l’oeil
La suppression de la carte scolaire devait consacrer le "libre choix" des familles, favoriser la mixité scolaire. Plus de cinq ans ont passé depuis l’engagement d’une réforme de la sectorisation pris par Nicolas Sarkozy, lancé dans la course à l’Elysée de 2007, et aucun bilan officiel n’a été communiqué. Les données statistiques, distillées au compte-gouttes, restent très parcellaires. Une certitude : l’objectif d’une "suppression de la carte scolaire à l’horizon 2010" s’est vite transformé en "assouplissement" dans la bouche de Xavier Darcos, le prédécesseur de Luc Chatel rue de Grenelle. Et il a pris la forme de dérogations accordées par les inspecteurs d’académie dans le second degré.
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : "Grâce à une communication offensive, la suppression a été remportée dans les esprits"
Nathalie Mons, sociologue, vient de soutenir son habilitation à diriger des recherches sur la carte scolaire. Quatre ans d’enquête, dans près de quarante départements, pour dresser un état des lieux de la réforme au collège.
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : pour les parents, trouver le bon stratagème... ou déménager
Pour faire inscrire son fils dans un collège hors secteur, Laetitia Satgé n’a pas eu d’autre choix que de déménager. Une décision difficile pour cette mère divorcée, architecte en Charente-Maritime. "Le père de mes enfants vivait à quelques minutes de chez moi, c’était très pratique. J’habitais aussi plus près de mon lieu de travail", raconte-t-elle.
Lire la suite de l’article

Stage de 3e : "Evitez le chewing-gum et oubliez la casquette"
Infographie
Lire la suite de l’article

Le stage de troisième en entreprise, ça sert à quoi ?
Le chahut s’entend de loin dans le couloir. Debouts, assis sur les tables... les élèves de 3e 1 sont au taquet avant le début du cours, salle 106 du collège Jean- Jaurès situé dans la cité des Courtillières, à Pantin (Seine-Saint-Denis).
Lire la suite de l’article

L’université s’interroge sur ses droits d’entrée
Le débat vient, une nouvelle fois, rappeler les difficultés financières des universités et les inégalités dans l’accès à l’enseignement supérieur en France.
Lire la suite de l’article

Les difficultés financières ont fait sauter le tabou des frais d’inscription
L’autonomie acquise, les universités cherchent aujourd’hui des moyens. Et c’est urgent. La compétition internationale de l’enseignement supérieur impose aujourd’hui son rythme. Investir dans la recherche, recruter des professeurs et des chercheurs de réputation internationale, rénover les locaux sans perdre de vue la réussite des étudiants... Le défi est énorme, et coûteux.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 13/02/12

Formation, emploi... non à la liquidation du CEREQ (CGT FERC)
A l’heure où le rapport du député Alain Joyandet met l’accent sur la question de l’accès à l’emploi des jeunes, allant jusqu’à suggérer la création d’un ministère dédié à ce problème, et que d’aucuns évoquent une nouvelle réforme de la formation continue pour faire face à la crise et à l’urgence sociale, le gouvernement, les directions des établissements poursuivent le démantèlement de l’ensemble des acteurs publics de la formation professionnelle continue mais aussi initiale.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 13/02/12

Rien vu...


France Soir du 13/02/12

Rien vu...


La Croix du 13/02/12

Une fenêtre sur l’art pour les enseignants et les curieux
Mine d’informations richement illustrées, le site « Panorama de l’art » initie à l’histoire de l’art
Lire la suite de l’article

Faut-il avoir (encore) peur des jeux vidéo ?
Les jeux vidéo font désormais partie du paysage familial. Or la question des risques liés à l’usage des jeux violents inquiète parents et éducateurs. Et elle mobilise les chercheurs.
Lire la suite de l’article

Une photo de classe qui en dit long
Depuis plus d’un siècle, la photo de classe est un document de plus en plus prisé, car plein d’enseignements sur la société d’une époque donnée, sans compter sa valeur affective
Lire la suite de l’article

Des clichés chahutés par l’art
À l’initiative d’enseignants, d’artistes ou via l’opération nationale « Des clics et des classes », les élèves sont sollicités pour réinventer leur photo de classe
Lire la suite de l’article

Les Scouts et guides de France lancent leur observatoire éducatif
Depuis un an, des experts se réunissent régulièrement au sein d’une cellule de veille mise en place par les Scouts et Guides de France, pour réfléchir aux questions éducatives.
Lire la suite de l’article

P. Jacques Gagey : « En France, les jeunes ne veulent pas se sentir enfermés »
Le P. Jacques Gagey, aumônier général des Scouts et guides de France, réagit aux évolutions récentes des mouvements scouts en Belgique.
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 13/02/12

Autisme : des psys s’inquiètent d’une offensive contre la psychanalyse
Des psychiatres s’insurgent contre une offensive contre la psychanalyse, soulignant notamment la "croisade" d’un député qui se fait le "relais du puissant lobby de quelques associations" pour l’écarter de la prise en charge de l’autisme.
Lire la suite de l’article

Sarkozy veut s’attaquer à la réforme du modèle social
Parmi les mesures-chocs annoncées pour sa campagne, le chef de l’Etat aurait envisagé de mettre fin au statut de la fonction publique pour les nouveaux recrutés, avant d’y renoncer.
Lire la suite de l’article

Contraception des étudiants : les garçons se protègent moins que les filles
Près de neuf étudiants sur dix déclarent avoir utilisé un préservatif lors de leur premier rapport sexuel, mais ils ne sont ensuite qu’à peine sept sur dix à garder le réflexe de la contraception dans leur vie étudiante, selon une enquête publiée lundi.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 13/02/12

Les grandes écoles prônent des frais de scolarité à payer après les études
La Conférence des grandes écoles (CGE) a présenté mardi ses propositions aux candidats à l’élection présidentielle, notamment des frais de scolarité de 3.000 euros par an à payer après les études supérieures et la création d’"Instituts Horizon-Métiers" pour les jeunes sans diplôme.
Lire la suite de l’article

Des écoles russes priées d’acheter un livre sur l’enfance de Poutine
Des écoles de la région russe de Tver ont été priées d’acheter des centaines d’exemplaires d’un livre consacré aux années d’écolier du Premier ministre Vladimir Poutine, favori de la présidentielle de mars, a appris l’AFP auprès d’une responsable de l’administration locale.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 13/02/12

Autisme : la psychanalyse à demi désavouée par les autorités
La fuite ce lundi dans Libération d’une version non définitive du rapport de la Haute autorité de santé (HAS) sur les recommandations de bonne pratique dans la prise en charge de l’autisme fait l’effet d’une bombe dans la « guerre » entre parents et psychanalystes.
Lire la suite de l’article

A Lavaur, « on s’est servi des enfants » pour accueillir Sarkozy
« Sarkozy, Sarkozy ! » Ils n’ont pas plus de 12 ans mais ils ont acclamé le président de la République comme les plus fervents des militants de l’UMP, mardi 7 février sur le parvis de la nouvelle mairie de Lavaur (Tarn), petite ville de 12 000 habitants que Nicolas Sarkozy a choisie pour présenter les grandes lignes de sa politique familiale.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 13/02/12

Financer les études supérieures : qui doit payer ?
L’État ? Les familles ? Les étudiants ? Les entreprises ? Tour d’horizon de ce qui se pratique en France et ailleurs. Les présidents d’universités font des propositions.
Lire la suite de l’article

Éducation. Un site pour consulter les absences des collégiens et lycéens
Un site internet, permettant de contrôler les absences « légitimes » des collégiens et lycéens, va être mis en ligne. La FCPE (parents d’élèves) s’est montrée réservée sur le projet.
Lire la suite de l’article

Bruxelles inquiète du manque de profs bien formés en Europe
Alors que le Snes en France, tire le signal d’alarme sur la crise du recrutement dans l’Education nationale, un rapport de la Commission européenne souligne que le cas français n’est absolument pas isolé.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 13/02/12

Polémique sur la présence d’enfants venus applaudir Sarkozy
Plusieurs parents d’élèves démentent avoir autorisé leurs enfants à venir saluer le président de la République lors de sa visite à Lavaur, dans le Tarn, le 7 février dernier. Certains accusent même la mairie de "manipulation".
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 13/02/12

Rien vu...


L’Express.fr du 13/02/12

"L’éducation nationale doit retrouver le soutien de la nation"
L’éducation sera l’un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle. Philippe Meirieu, professeur en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon 2 et auteur de Un pédagogue dans la cité, livre à L’Express sa vision de l’institution.
Lire la suite de l’article

Des profs occupent leur lycée contre les suppressions de postes
A Evry, une quarantaine de professeurs protestent contre la suppression de dix postes à la rentrée prochaine. Ils squatteront l’établissement jour et nuit "jusqu’à ce que leurs revendications soient entendues".
Lire la suite de l’article

Hollande et l’éducation : convaincre les enseignants sur fond de crise (L’instit’humeurs)
Il avait dit que ce serait l’un des thèmes phares de sa campagne. Jeudi à Orléans, François Hollande devait donc convaincre le monde de l’éducation de la pertinence de sa vision programmatique, du bienfondé de ses propositions, et esquisser les contours de sa méthode. Il y a beaucoup à dire, sur les mesures annoncées, ou pas, les non-dits, l’implicite de ce discours, les lignes de tensions qui se dégagent…
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 13/02/12

Clair 2012 : Déjà Pédago 3.0 ?
"On apprend en réseau, on apprend par le réseau, en en faisant partie, en y participant et en le créant". Du 9 au 11 février, Clair 2012 a réuni au Canada des enseignants et des cadres éducatifs particulièrement attentifs aux usages pédagogiques des nouvelles technologies. Particulièrement innovants aussi. Seuls francophones européens à assister à cet événement, Christophe Gremion et Samuel Heinzen, professeurs à la Haute Ecole Pédagogique de Fribourg (Suisse) réservent aux lecteurs du Café leurs réactions et leurs analyses sur un événement très en avance sur le quotidien des établissements francophones européens.
Lire la suite de l’article

Le lycée de demain
"Le lycée de demain ce sera surtout un autre état d’esprit". Stéphane Vincent, directeur du projet "la 27e Région", s’est attaché avec son équipe et le soutien de trois régions et d’une école de design, à l’imaginer. Aujourd’hui il propose 15 "visions" du lycée de demain et un jeu pour concevoir ensemble un projet, "L’échantillonneur". Signe particulier : réalisations concrètes et imaginaire s’entrecroisent...
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 13/02/12

Pour le Snes "le projet de loi Grosperrin balaierait dans les faits tous les IUFM"
Pour le Snes-FSU, le projet de loi Grosperrin "balaie tous les IUFM". Il l’a dit avec le Snep (syndicat FSU de l’éducation physique) quelques heures avant sa discussion ce mardi 14 février à l’Assemblée nationale. Le syndicat des enseignements de second degré milite pour la remise à plat de la formation et une mastérisation nouvelle, jugeant "catastrophique" la façon dont ont été "lâchés tout seuls et dans les pires conditions" les stagiaires enseignants depuis 2010.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 13/02/12

12. Le FN et l’éducation
Décryptage des propositions en matière d’éducation et d’enseignement supérieur de Marine Le Pen.
Lire la suite de l’article

Une mobilité professionnelle facilitée ? Par Claude Lelièvre
C’est ce qu’a prétendu la directrice des ressources humaines nommée en octobre 2009 au ministère de l’Education nationale. Mais, là comme le plus souvent, l’effet d’annonce l’a emporté de loin sur les réalités effectives.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 13/02/12

Raconte-moi une histoire non-sexiste
La loi prévoit d’informer les enfants sur les préjugés sexistes « à tous les stades de la scolarité ». Mais pour ça il faut déjà que leurs éducateurs soient formés à les déceler, par exemple dans la littérature enfantine.
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 13/02/12

Les grandes écoles dévoilent leur programme pour la présidentielle
Après la CPU et la CDEFI, c’est au tour de la CGE (conférence des grandes écoles) de présenter mardi 14 février 2012 ses propositions pour l’enseignement secondaire et supérieur, à destination des candidats à l’élection présidentielle.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 13/02/12

Bourges : un lycéen dans un état critique après une agression au couteau
Un lycéen de Bourges a été hospitalisé dans un état critique après avoir été frappé d’au moins un coup de couteau mardi par un autre élève de son établissement, a-t-on appris de source judiciaire.
Lire la suite de l’article

Stress au travail : "un enseignant lâché par sa hiérarchie, c’est le plus difficile"
Selon la dernière étude du Carrefour Santé Social, 24 % des personnels de l’Education Nationale s’estiment "en état de tension" au travail et 14 % "en épuisement professionnel". Eclairage du professeur Viviane Kovess-Masfety, directrice du département d’épidémiologie de l’Ecole des Hautes Etudes en santé publique, et d’une équipe de recherches de l’Université Paris-Descartes.
Lire la suite de l’article

Peut-on encore sauver l’orthographe à l’école ?
Le niveau en orthographe des élèves est régulièrement pointé du doigt. Qu’en est-il vraiment ? L’école a-t-elle renoncé à en faire son cheval de bataille ? Faut-il s’en inquiéter et comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ? Éléments de réponses avec deux spécialistes.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !