Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 14 décembre 2010


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 14 décembre 2010

Va-t-on manquer de profs ?- profs alarmés ? Non à l’armée…- exclus mais présents -

Va-t-on manquer de profs (de maths) ?
Certains, au vu du titre du Café Pédagogique pourraient se dire “tant mieux” s’ils ne gardent pas un bon souvenir de cette discipline. Mais, au delà de la plaisanterie, ce que décrit le Café est inquiétant et surtout risque de se retrouver à terme dans d’autres matières. Car dans tous les Capes ou presque, les données fournies aujourd’hui par les IUFM montrent une diminution sensible du nombre d’inscrits aux concours. Par exemple avec le Capes de Lettres modernes : 3000 Candidats inscrits 
1491 Candidats ont composé 
1000 Admissibles environ pour 
920 Postes 
75 % des candidats présents à l’écrit sont admissibles, et plus de 90 % 
des admissibles seront admis. 
 Au CAPES d’anglais, le nombre de présents à l’écrit correspond au nombre 
de candidats admis d’habitude à l’oral, soit 2,1 fois le nombre de postes. 
Au Capes de maths, ce chiffre serait de 1,5 avec 3100 étudiants s’y sont inscrits, pour 950 places mais seulement 1500 candidats présents à l’écrit. Rappelons que selon les recommandations du ministère, il faut retenir comme candidats 
à l’oral 2,25 fois le nombre de postes. Selon Didier Missenard : “ Ainsi, cette année, le jury du CAPES de Mathématiques sera face à un dilemme : soit il pourvoit tous les postes, et on peut s’interroger sur le niveau des reçus (et pas seulement des derniers), soit il ne les pourvoit pas, et ce sont les recteurs qui pourront s’inquiéter, car les 1050 postes correspondent à des besoins réels calculés par les académies à partir des prévisions de départ à la retraite… (pour information, depuis 1997, tous les postes ont été systématiquement pourvus).”. Comme le note l’auteur de l’ article du Café Pédagogique en voulant hisser le niveau des futurs enseignants avec la masterisation, le gouvernement aboutit au phénomène inverse.
Comment en est-on arrivé là ? Bien sûr la réforme de la formation y est pour beaucoup et dissuade bon nombre de candidats. Les dégâts et les déboires des professeurs stagiaires (lire plus bas) ne vont faire que renforcer ces craintes. Et il semble clair, au regard de ce qui se dessine dans la plupart des universités, que les stages d’observation et de responsabilité dans les classes pour les “M2” ne suffisent pas pour constituer une formation… On peut penser aussi que la supposée “revalorisation” salariale n’ait pas vraiment séduit les futurs enseignants. Tout ça pour ça…

Profs alarmés ? Non à l’armée…
Dans L’Humanité, on lira deux témoignages d’enseignants stagiaires qui rendent compte d’une séance de formation pour les nouveaux profs à Bordeaux. Ceux-ci se sont vus proposer après une matinée très administrative sur les droits et les devoirs du fonctionnaire (qui a déjà pas mal agacé), à 14h une formation assurée par deux militaires. Les thèmes abordés ont été alors plus exotiques les uns que les autres, « l’enseignement de la défense », « la défense aujourd’hui : nouvelles menaces, nouvelles configurations, les enjeux », « un exemple de partenariat Défense/lycée », « le recensement et la JAPD etc. La stagiaire raconte la suite “évidemment beaucoup de nos collègues furieux que l’on se moque de leurs préoccupations quotidiennes (apprendre à construire des séquences de cours ou évaluer les élèves par exemple) ont déjà commencé à quitter massivement les lieux… l’IPR, irrité, alors lâche quelques remarques injurieuses allant jusqu’à remettre en doute notre posture professionnelle. Peut être aurait-il dû se féliciter d’avoir devant lui des enseignants avec un esprit critique !” Le commandant de réserve, visiblement en colère se permet alors une comparaison hasardeuse : « En salle des profs, on entend des conversations d’intellectuels qui ne servent à rien alors que nous dans l’armée on est dans l’action pour la nation » et enfin, un autre gradé de l’armée prend la suite en affirmant qu’il n’y a pas de déontologie dans l’éducation nationale.
Bonne ambiance à Bordeaux… Pour être précis, il faut rappeler que la prise en compte de la défense nationale est une très vieille exigence pour l’Éducation Nationale qui date de la fin du service militaire. Cela faisait partie de la négociation à l’époque. Il fallait intégrer dans la formation “l’esprit de défense... Ce qui est scandaleux ici, ce n’est pas en soi que cela soit proposé mais que ce soit fait dans ces conditions alors que le reste de la formation n’existe plus et qu’il y a bien d’autres urgences ! Ce qu’il faut noter aussi, c’est l’attitude de l’inspection (plus que des militaires plus vrais que nature) qui n’ont pas d’autres réponses que la culpabilisation et le rappel au règlement. On est dans le déni chez tous ces cadres (IPR, IA, recteurs, ...) qui ne parviennent pas, sauf en privé, à prendre de la distance par rapport à leur obligation de réserve et leur statut. Ce n’est pas ainsi qu’on parviendra à faire un vrai bilan de la formation.

exclus mais présents
Dans Libération, Véronique Soulé propose un reportage dans une association de soutien scolaire chargée d’accueillir les élèves exclus de cours pour éviter un décrochage scolaire. L’Association pour la promotion culturelle intercommunautaire stanoise (Apcis) est donc une association de quartier située à Stains à cent mètres du collège Maurice-Thorez. Dans le cadre d’un dispositif de prévention du décrochage scolaire qui va être étendu cette année à plusieurs villes de Seine-Saint-Denis, l’Apcis prend en charge les élèves exclus de ce collège et aussi parfois ceux des deux autres collèges de Stains, plus éloignés : Joliot-Curie et Pablo- Neruda. « Avant, les élèves exclus passaient la journée chez eux devant la télé, traînaient dans le quartier ou restaient devant la porte du collège à attendre les copains,explique la très dynamique directrice de l’Apcis dont la porte est toujours ouverte au fond du couloir avec café et gâteaux sur la table basse. Or nous sommes dans une cité où sévissent des trafics, de drogue notamment, qui ont besoin de main-d’œuvre. Et ces jeunes étaient une proie facile. Aujourd’hui, ils sont dans nos murs, encadrés par des éducateurs. Et tout le monde est gagnant : l’école, qui a l’obligation d’assurer une continuité scolaire, les parents, qui ont l’esprit tranquille, et les élèves, qui ne perdent pas leur temps. »
Véronique Soulé nous apprend que ce projet pourtant très intéressant a vu son financement initialement refusé par l’État avant d’être pris en charge par le conseil général puis le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse. Sur les 139 élèves passés l’an dernier par l’Apcis - dont 110 venant de Maurice-Thorez -, à peine 9 % ont de nouveau été exclus. Encouragé par ce succès, le Conseil général a lancé en juin un appel à projets pour des dispositifs antidécrochage, et un budget annuel de 200 000 euros a été voté. Dix-sept villes ont décidé de se lancer en s’inspirant notamment de Stains. Il s’agit donc d’insister sur la prévention et d’offrir ainsi aussi une alternative à la création des ERS (Établissement des Réinsertion scolaire) très critiqués.

Y aura t-il de la neige à Noël ? Peut-être.
Y aura t-il une autre revue de presse d’ici là ? Pas sûr…

Bonne Lecture...


Libération.fr du 14/12/10 (certains articles payants)

Elèves exclus mais pas perdus
Ils ont été renvoyés avec pour seul horizon la cité. A Stains, une association les prend charge pour éviter un décrochage scolaire. Une expérimentation qui va être étendue en Seine-Saint-Denis.
Lire la suite de l’article

Enquête sur le niveau scolaire : les cachotteries de la France
La France aime se distinguer. Or dans la dernière enquête Pisa de l’OCDE, les résultats de ses élèves sont désespérément moyens. Mais elle a quand même réussi à se faire remarquer : parmi les 65 pays ayant participé à l’étude, elle est en effet la seule à avoir refusé de répondre à une série de questions, celles sur les établissements scolaires. Ce qui explique que dans de nombreux tableaux du volume 4 (300 pages), la ligne en face de la France soit remplie de « w » (pour « withdraw », se retirer) alors que toutes les autres ont des chiffres.
Lire la suite de l’article

Chômage : les diplômes passent encore l’examen
Injonction aux allure d’image d’Epinal qui sont bon la France des années 60, celles où le bac avait tout d’un sésame et où les parents confrontés à la volonté d’affranchissement et d’aventure des ados leur passait ce message : « Passe ton bac d’abord ». Après, tu peux aller à Katmandou, faire le tour du monde sac au dos, essayer de monter un groupe de rock avec quelques autres chevelus. Au moins, une fois cette passade terminée, tu pourras à coup sûr trouver un boulot. Un vrai. Les années ont passé et ce sésame n’en est plus un. Si tout le monde n’a pas le bac (environ 2/3 d’une classe d’âge) et si ceux qui ne l’ont pas partent avec un vrai handicap, l’avoir n’apporte aucune garantie. Les dernières décennies ont connu une vraie course au diplôme, une accession massive de la population au savoir, à la connaissance, à la formation. On ne peut nier qu’il s’agit là d’un progrès. Et pourtant, de micro-trottoirs en « témoignages en marge des cortèges », une rengaine insistante se fait entendre : « faire cinq ans après le bac ? Et pourquoi ? Me retrouver au chômage derrière ? ». Un doute s’insinue sur les vertus des diplômes, sur leur aspect protecteur face au chômage... Pour en juger, penchons-nous sur les chiffres.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : maires de grandes villes contre maires de montagne
Les maires des grandes villes sont pour la semaine des quatre jours et demi, ceux des stations de ski préfèreraient garder les quatre jours... Et ce n’est qu’un début. La question des rythmes scolaires bouscule de multiples intérêts. Et celui qui s’y attaque comme Luc Chatel risque d’en fâcher plus d’un.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 14/12/10

Éducation : il faut remettre l’enseignant au cœur du système
Directeur associé senior en charge du secteur public chez ­McKinsey, François Bouvard réagit à l’étude Pisa sur l’éducation qui vient d’être rendue publique.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 14/12/10

Des manifestations étudiantes dégénèrent à Rome
Portfolio
Lire la suite de l’article

Une école italienne à deux vitesses
Les résultats de l’étude PISA (programme international pour l’évaluation des élèves de 15 ans réalisée par l’OCDE, ici en .pdf) 2009, publiés le 7 décembre, ont été une très agréable surprise pour les Italiens. L’Italie se situe à une modeste 23e place (sur 34 pays de l’OCDE), mais améliore ses performances de près de 20 points, et surtout certaines régions du Sud gagnent 25 à 30 points, une différence très significative et exceptionnelle dans un temps si court.
Lire la suite de l’article

Manifestations étudiantes en Grande-Bretagne : "un mouvement inattendu et nouveau"
Des étudiants britanniques manifestaient, jeudi 9 décembre à Londres, pour la quatrième fois en un mois. Ils contestaient, sur fond de violents affrontements avec la police, un projet de loi destiné à augmenter les droits universitaires.Pendant ce temps, la Chambre basse du Parlement adoptait ce projet qui relève les frais de scolarité de 3 290 livres (3 915 euros) à 6 000 voire 9 000 livres. La Grande-Bretagne voit naître un mouvement de la jeunesse "inattendu et nouveau" selon Sarah Pickard, maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle, spécialiste de la jeunesse britannique.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 14/12/10

Formation des professeurs : témoignage d’un stagiaire en colère
Témoignage d’un(e) stagiaire de Bordeaux racontant sa journée de formation interdisciplinaire du vendredi 3 décembre 2010
Lire la suite de l’article

Même formation, deuxième témoignage
Je vous adresse le présent courrier pour vous faire part du contenu discutable et du traitement intolérable qui a été réservé aux professeurs stagiaires hier, vendredi 03/12/10, au lycée Gustave Eiffel, à Bordeaux. Non contentes de nous avoir fait passer le matinée à écouter le détail des missions du recteur et du fonctionnement du système éducatif français, les autorités compétentes ont décidé de consacrer l’après midi au thème de l’enseignement de défense et à la présentation des différents types de coopération possibles entre l’armée et l’éducation nationale.

Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 14/12/10

Une maternelle saccagée à Bagnolet
Les classes de maternelle sont fermées à l’école Joliot-Curie de Bagnolet. Ce week-end, des portes ont été arrachées, des extincteurs vidés et le réfectoire a été vandalisé.
Lire la suite de l’article

LE PLESSIS-TRÉVISE : Coup de force des profs au collège Albert-Camus
Les élèves du collège Albert-Camus n’ont pas cours depuis hier.Des profs, soutenus par des parents, bloquent les portes de l’établissement pour obtenir un poste de conseiller principal d’éducation.
Lire la suite de l’article


France Soir du 14/12/10

Rien vu...


La Croix du 14/12/10

Un prénom pour la vie
Le choix d’un prénom est souvent un vrai casse-tête qui peut en dire long sur les attentes des parents, en quête d’un prénom « idéal »
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 14/12/10

Retour à l’école pour les élèves de Besançon pris en otages lundi
Emmitouflés sous des bonnets, gants aux mains et jouant dans la neige comme si de rien n’était, dix élèves étaient de retour mardi à l’école maternelle Charles-Fourier de Besançon en compagnie de leur institutrice au lendemain d’une prise d’otages de plus de quatre heures qui s’est bien terminée.
Lire la suite de l’article

Deux fois plus d’étudiants en écoles de commerce en dix ans
Au cours de la décennie écoulée, le nombre d’étudiants en écoles de management est passé de 42.000 à 87.800. Les hommes restent légèrement majoritaires, mais le nombre de femmes ne cesse d’augmenter, comme celui des ressortissants étrangers.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 14/12/10

Les jeunes jugent pénible le travail de leurs parents mais gardent espoir
Une majorité d’adolescents perçoivent le travail de leurs parents comme pénible, tout en espérant que leur propre métier occupera une place importante dans leur vie, selon une enquête de l’institut Viavoice publiée mardi pour l’Observatoire de la parentalité en entreprise.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 14/12/10

Rythme scolaire : quatre heures pas plus et pas touche aux vacances ! par Nestor Romero
Disons-le sans plus tarder : élèves et enseignants, anciens, actuels et futurs, n’ayons pas honte de nos vacances, au contraire revendiquons-les car nous disposons d’arguments.
Lire la suite de l’article

Le cahier de textes numérique, c’est Big Brother en classe Par Bernard Girard
Comment surveiller dans les moindres détails, à tout instant, le déroulement d’un cours, les supports pédagogiques, les activités des élèves, les contrôles et évaluations, tout au long de la semaine, du trimestre, de l’année ?
Ce vieux rêve inquisitorial est en train de prendre corps à partir d’une simple circulaire, parue au Bulletin officiel de l’Education nationale du 9 septembre, qui règlemente en quelques lignes le cahier de textes numérique dont chaque établissement scolaire devra se doter pour la rentrée 2011.
Lire la suite de l’article

Garde d’enfants : si on s’adaptait à la vraie vie des parents ?
Faire garder son enfant après l’école quand on a un budget limité et des horaires décalés est un vrai casse-tête. Môm’artre, un système de garde solidaire, tente de le résoudre.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 14/12/10

Rien vu...


Le Journal du Dimanche du 14/12/10

Chatel ne veut "pas d’écoles-bunkers"
Au lendemain de la prise d’otages dans une école maternelle de Besançon, Luc Chatel s’est montré rassurant, laissant entendre qu’il n’y aurait pas de nouvelles mesures de sécurité dans ces établissements. Le ministre de l’Education nationale s’en est expliqué sur France Inter : "Je ne veux pas d’écoles-bunkers, d’écoles-prisons".
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 14/12/10

Le preneur d’otages de Besançon, un jeune sans histoires
Scolarisé en CAP à Besançon, K., âgé de 17 ans, est décrit comme psychologiquement fragile. Il n’avait pas d’antécédents judiciaires.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 14/12/10

Les ados jugent le travail de leurs parents pénibles
Selon une étude de l’Observatoire de la parentalité, 56% des jeunes considèrent le travail de leurs parents comme stressant.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 14/12/10

Alerte sur le CAPES de Mathématiques…
Va-t-on manquer de profs de maths ? Tout le laisse croire au moins pour les deux prochaines années. Les données fournies par les IUFM montrent une érosion certaine. Finalement, en voulant hisser le niveau des futurs enseignants avec la masterisation, le gouvernement aboutit au phénomène inverse Rien ne dit que ce scénario catastrophe diffère dans les autres disciplines.
Lire la suite de l’article

Rythmes ou cadences ? Éditorial de Marcel Brun
A quelques jours de la pause la plus attendue de l’année, après un trimestre toujours long, les propositions sur les rythmes scolaires déchaînent les blogs d’enseignants. Le Café a déjà traité il y a quelques jours des questions de fond posées par le rapport Tabarot. Mais avant la publication de la synthèse de la commission présidée par le recteur Forestier, mi-janvier, l’appel de Martine Aubry à « travailler plus » va sans doute en remettre une couche. En effet, quiconque connaît le réel des écoles peut témoigner du sentiment très généralisé de fatigue, d’urgence et de course après le temps. Cette forte montée du risque d’épuisement professionnel se nourrit à plusieurs sources : passage en force par X. Darcos de la semaine à quatre jours et de l’aide personnalisée, souvent mise en œuvre sur le temps de midi ou juste après la classe, mais aussi inquiétude devant la montée de l’évaluation par compétence et des « usines à cases » à remplir sans toujours y trouver de sens, ou montée des difficultés sociales qui impactent souvent le cœur de la classe.
Lire la suite de l’article

Primaire : La FCPE veut de nouvelles évaluations dès cette année
"Il est temps de passer de la parole aux actes pour trouver une solution constructive à cette question". La première association de parents d’élèves attend de Luc CHatel une avancée rapide sur le dossier des évaluations de CE1 et CM2.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 14/12/10

Amendement Carle : encore une atteinte à la laïcité
Un amendement au projet de budget 2011, attribuant 4 millions d’euros à l’enseignement privé sous contrat, a été voté cette semaine par le Sénat.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 14/12/10

Rien vu...


ÉducPros du 14/12/10

Université, sélection, droits d’inscription : ce qu’en pensent les candidats à la CPU
Une CPU (Conférence des présidents d’université), deux candidats à la présidence. Louis Vogel, président de l’université Paris 2 (Assas), et Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg, s’affrontent lors des élections au bureau de l’instance, le 16 décembre 2010. Nous avons voulu savoir quelles mesures concrètes chacun défend pour l’université. Quels sont les points de divergence et de consensus ? Interview croisée.
Lire la suite de l’article

PISA, formation des enseignants, inégalités : la fin d’une époque, le billet de Michel Lussault
"Ce billet en deux temps me permettra de traiter de deux évènements en apparence sans grand lien mais qui me paraissent tous deux témoigner, chacun à leur manière, de la fin d’une époque", écrit Michel Lussault sur son blog. Le président du PRES lyonnais porte son regard sur l’enquête PISA 2009 et les inégalités au coeur du système français. "Aurons-nous le courage d’agir ?", se demande-t-il.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 14/12/10

Eric Barbazo : défendre un enseignement mathématique de qualité
Passionné tant par son métier que par la recherche, Eric Barbazo partage son temps entre les salles de classe et les centres universitaires. Le pré­sident de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public s’inquiète aujourd’hui de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !