Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 13 octobre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 13 octobre

Recalés - CP vs Classes prépas - Post bac (encore) - Insécurité (suite)


Il est une fois n’est pas coutume souvent question du post lycée dans cette revue de presse. Pour le meilleur et pour le pire.

Que deviennent les recalés du bac ?

Célia Quilleret sur France Info répond à cette question à partir d’une étude commandée par le ministère de l’Éducation nationale. Le constat est accablant : « dans un cas sur deux, un élève qui a raté son bac finit par décrocher complètement. Et les proportions sont plus importantes dans les filières professionnelles. »
L’étude montre en effet de grandes disparités en fonction des filières. « En filières générale et technologique, ils sont sept sur dix à repasser l’examen alors qu’en lycée professionnel, seulement trois sur dix retentent leur chance. »
Elle montre aussi que l’âge et la note sont des facteurs aggravants. « Plus les élèves sont âgés, plus ils décrochent. S’ils ont moins de 8 au bac la première fois, ils ne se représentent pas. »
S’il y en a pour qui la question du post bac ne se pose pas dans les mêmes termes, ce sont bien les étudiants/élèves de classe prépa.

Classe préparatoire VS classes préparatoires

Dans Le Grand Jury de RTL, l’ancien ministre de l’Éducation, Benoît Hamon, a annoncé qu’il souhaite déposer un amendement pour doubler l’indemnité des professeurs d’école, de 400 à 800 euros. Il répond ainsi à la demande du syndicat SE-Unsa, relayé ensuite par le Sgen-CFDT. Il a en effet annoncé avoir« déposé un amendement sur les professeurs du premier degré, qui reçoivent une indemnité de 400 euros par an pour l’accompagnement des élèves » car « les professeurs des écoles sont parmi les moins bien payés en Europe. L’équivalent de cette indemnité pour les professeurs de collège et de lycée, est de 1.200 euros. » « Pour financer cela, Benoît Hamon marche sur les pas de l’ancien ministre de l’Éducation, Vincent Peillon » précise la page internet de la radio. B. Hamon a en effet déclaré « Il faut revoir les conditions de rémunération des professeurs de classes préparatoires, très bien payés pour être devant quatre élèves » Si on ne peut qu’approuver la remarque sur les écarts flagrants de salaire et de moyens, il faudrait préciser que l’ancien ministre pensait certainement aux heures de khôlles ou encore à l’accompagnement éducatif, supprimé pour les collégiens mais pas en cpge.

JPEG - 120.1 ko
Le dessin de Jimo

Post bac (encore)

A quelques mois des élections régionales, le Monde publie un article intéressant sur les régions qui subventionnent plus ou moins leurs étudiants.
« Les régions aiment les étudiants backpackers : chaque année, elles sont plusieurs à leur proposer des coups de pouce financiers, notamment pour effectuer des stages ou des séjours d’étude à l’étranger. [...]
Les régions ne financent pas seulement les étudiants globe-trotters. Chaque territoire cible également ses aides en fonction de ses priorités.
 »

Insécurité, suite

Dans la revue de presse d’hier, Emilie Kochert relevait les articles qui abordaient la question de l’insécurité à l’école à travers le prisme des assurances contractées par les enseignants. Sur son blog Mediapart, Claude Lelièvre y revient en remettant quelques pendules à l’heure.
« « Le Parisien » d’hier titre : « insultes, menaces : plus d’un prof sur deux s’assure contre les agressions ». Une nouveauté signe d’une aggravation.
En revanche, si le nombre de contrats a bien augmenté (fort modestement d’ailleurs : +2,7%) de 2011 à 2014, ce n’est pas après une forte augmentation comme il est suggéré par l’article (« depuis quelques années... l’assurance cartonne auprès des profs ») mais au contraire après une forte baisse.
 » Il conclut en insistant à juste titre sur la différence à faire entre insécurité et sentiment d’insécurité.
« Il n’y a pas de raison (et ce ne devrait pas être de saison, il y en a déjà assez qui vont dans ce sens) de contribuer (éventuellement à son corps défendant) de renforcer le sentiment d’insécurité et d’agiter les peurs. Il suffit de s’en tenir à promouvoir le souci de prévoyance : s’assurer. »

JPEG - 225.5 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

Demain, mon voisin Pascal Thomas assurera la revue de presse.
Laurent Fillion


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Décrocheurs, décrochés
Revue n°496 - mars 2012
Qu’est-ce qui se joue et se noue pour l’enfant, qui peut aboutir à un refus de l’école et de ses apprentissages ? Comment repérer les premiers signes de la désaffection scolaire ? Que peut la pédagogie pour l’éviter ? Quelles actions à l’échelle des établissements et des équipes pour anticiper et gérer les processus de décrochage ?

Quelle pédagogie dans le supérieur ?
Hors-série n°25 - avril 2012
Publication disponible uniquement au format numérique (PDF - epub), en téléchargement depuis notre site.
Dans ce numéro, des témoignages, des articles de fond, des comptes rendus d’expériences, des « coups de gueule », qui dessinent un panorama de l’enseignement supérieur et ouvrent à la réflexion et à la discussion : comment améliorer la pédagogie universitaire ?

Le climat scolaire
Revue n°523 - septembre 2015
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.