Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 10 mars


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 10 mars

Enseignement prioritaire - Réforme - Le métier - Enseigner


Aujourd’hui l’on parle de l’enseignement prioritaire, on s’inquiète de la réforme du collège annoncée demain. Quelques informations sur le métier, mais aussi sur l’enseignement.


Enseignement prioritaire

300 euros, c’est la prime qu’envisage Manuel Valls pour les enseignants de l’éducation prioritaire, nous apprend l’Express qui reprend une info de RTL. "Le premier ministre veut offrir une augmentation des salaires à ceux qui travaillent dans des établissements difficiles. Le bonus pourrait aller jusqu’à 300 euros par mois selon la radio s’ils restent longtemps dans l’établissement."
Une information que reprend Emilie Lanöé sur Mediapart. Elle fait aussi le bilan des mesures prises pour l’enseignement prioritaire et s’inquiète pour les élèves pas si prioritaires que ça : "Au final, si récompenser les enseignants, même modestement semble être une bonne chose, qu’en est-il des élèves ? Et bien c’est là que le bas blesse. Même parmi les établissements les plus difficiles, nombreux sont ceux qui voient leurs heures d’enseignements baisser. Dans les établissements REP+, soit les nouvelles super ZEP, les équipes sont actuellement en train de choisir quels dispositifs ils vont devoir sacrifier pour la rentrée prochaine." Elle s’inquiète aussi des mutations dans les établissements sortis de ZEP, mutations qui risquent de faire exploser les équipes éducatives. Elle fait d’ailleurs le rappel de toutes les dénominations qu’on pu connaitre les enseignants dans ces établissements : "ZEP, PEPIV, prévention violence, RAR, ECLAIR ou RRS puis REP."

JPEG - 79.5 ko
Le dessin de JiMo

Réforme

En attendant l’annonce par la ministre demain, on continue de parler de la future réforme du collège. Sur Europe1, c’est Christian Chevalier, secrétaire du syndicat SE-UNSA, qui dresse un bilan du collège actuel et propose des pistes pour la réforme. Pour lui, "on aurait besoin de stabilité dans l’éducation nationale".
Le Monde rappelle que l’annonce demain en conseil des ministres sera suivie de "trois semaines de négociations avec les syndicats d’enseignants, censées déboucher, mi-avril, sur la « grille horaire » du nouveau collège. Celle-ci aurait dû être soumise au vote (consultatif) du Conseil supérieur de l’éducation le 9 avril… avant que la fédération FSU ne dépose un préavis de grève. Il faudra donc attendre le 10 pour connaître, dans le détail, la nouvelle organisation du collège." Mais "Sur le fond, cette réforme que la droite a pris soin d’éviter − pour se concentrer sur le primaire et le lycée − reste l’une des plus délicates. Cela revient à trancher une question laissée en suspens depuis la création du collège unique (1975) : celui-ci doit-il être le prolongement de l’école ou la préfiguration du lycée ?".


Le métier

Dans le Café pédagogique, une interview de Christine Focquenoy permet de faire l’historique du métier de CPE. Elle revient sur l’image du surveillant général, le passage de mai 68 en sonnant le glas : "le surveillant général était un gardien de l’ordre aux ordres. Le conseiller principal d’éducation dans ses attributions conserve une part de l’héritage (encadrement de l’équipe des assistants d’éducation, gestion des absences, par exemples) mais s’inscrit dans un cadre beaucoup plus large, de collaboration éducative et pédagogique avec les enseignants et les autres acteurs de l’établissement."
C’est à la formation des enseignants que s’intéresse VousNousIls aujourd’hui en s’inquiétant de la surcharge de travail des étudiants des ESPE. Plusieurs étudiants sont interrogés : " La surcharge de travail en première année de master est importante. Nous avons beaucoup de matières, d’évaluations, de devoirs à rendre. En parallèle, nous devons nous préparer pour le concours et cela exige du travail personnel, car ce que l’on apprend en ESPE n’est pas suffisant." Tous trouvent le temps de stage insuffisant.


Enseigner

France Culture s’arrête cette semaine sur "la difficulté d’enseigner que nous sommes des primates". Il explique que cette difficulté vient surtout de la présence sur internet de nombreux sites créationnistes. " Pour certains élèves, c’est l’occasion de mettre en concurrence le savoir enseigné au sein de l’école et ce qui se dit hors de l’école. Cette confrontation conduit certains élèves - religieux ou pas - à interroger la validité de l’enseignement dispensé ou à préconiser le droit de chacun à croire ou non en l’évolution. Du point de vue de la laïcité il y a là un enjeu éducatif important."

JPEG - 117.8 ko
Le dessin de JiMo

Par contre, l’on apprend grâce à VousNousIls, et une étude de l’OCDE, que jouer aux jeux vidéos peut avoir des effets positifs sur l’apprentissage. Cela dépend des compétences, mais "l’usage “modéré” des jeux vidéo est en revanche très utile : “un tel usage peut être associé au développement de certains compétences, comme l’orientation spatiale dans un espace abstrait, qui permet de résoudre des problèmes plus efficacement”". Par contre “Pour que les jeux vidéo soient vraiment profitables aux élèves, il faut qu’ils soient utilisés de façon modérée”.

JPEG - 154.3 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

Géraldine Duboz. Demain vous retrouvez Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseignant, un métier qui bouge
Coordonné par Michèle Amiel et Yannick Mével
juin 2014

Tous les enseignants expérimentés le disent : ce n’est plus comme avant, le métier change. Allons voir de plus près ce qui évolue, comment le métier change, comment ces évolutions pourraient être accompagnées par l’institution, à toutes les échelles, en quoi elles vont dans le sens de l’essentiel : mieux faire apprendre les élèves.

Quand la classe est difficile
Coordonné par Xavier Dejemeppe et Alexandra Rayzal
décembre 2012

Comment comprendre ce qui se joue entre l’enseignant et ses élèves quand une classe devient « difficile » ? Que peut-on faire dans la classe, ou bien avec des ressources extérieures ? Comment tenir bon sur l’essentiel, les apprentissages ? Rien de simple, ni dans le diagnostic, ni dans les solutions, d’autant que c’est peut-être en remettant en question l’organisation de l’enseignement en classe que l’on pourra avancer vraiment.