Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 9 octobre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 9 octobre 2017

Silence — Réflexions — Supérieur — Apprentissage

Silence après le séminaire de dimanche… profitons en pour réfléchir. Quelques infos sur le supérieur et l’apprentissage.


Silence

Il a quand même fait un voyage à Nantes, mais incroyable, pour le moment, il n’y a pas de déclaration fracassante ! Profitons en.
Classe bilangues. Le ministre de l’Éducation dans un collège nantais. “Il a assisté à un cours d’allemand dans une classe bilangue, l’une des particularités de l’établissement.
Il a été accueilli par un chant allemand dans la classe de 6e bilangue du collège public Erdre-Porterie, au nord de Nantes. Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation, rend actuellement visite à l’établissement qui vient de faire sa première rentrée
.”

Lucien Marboeuf sur son blog l’InstitHumeurs nous propose de réfléchir à Comment Jean-Michel Blanquer est devenu intouchable en 4 mois. “JM Blanquer a gagné. En quatre mois le voici principale réussite du gouvernement, plébiscité par le grand public. Les médias l’adorent, lui offrent Une sur Une et sont à fond derrière lui, surtout ceux qui ne connaissent rien à l’école. Dès qu’on se rapproche de la sphère éducative, ça se couvre, nombre de journalistes spécialisés ne cachent pas leur scepticisme. Mais quand Le Monde ose faire la moue et se demande « à quoi joue Blanquer ? », d’autres médias s’insurgent illico et montent au créneau pour défendre le ministre. Blanquer est devenu intouchable. Et il le sait. Dans le long panégyrique que constitue le dossier de L’Express publié il y a quelques semaines, il y a cette phrase, prononcée par le ministre : « Tous ceux qui font un tableau caricatural des mesures que j’ai prises prennent le risque d’être incompris d’une partie de la population ». Ce qui est caricatural ? C’est un peu Blanquer qui décide. Il sait qu’il a le grand public, la plupart des médias et le Président Macron avec lui. Il a les coudées franches.”

"Suppression des contrats aidés, retour du jour de carence, gel du point d’indice… Depuis un mois, les profs se mobilisent contre les mesures du gouvernement. Ils sont appelés, comme tous les agents du service public, à débrayer mardi." L’école rumine sa rentrée colère.


Réflexions

École : les vrais défis, Vérité et neurosciences par Michel Develay pour les Cahiers pédagogiques. “Le ministre Jean-Michel Blanquer évoque souvent les pratiques pédagogiques et méthodes « validées par les neurosciences » et l’intérêt de ces neurosciences pour mieux savoir ce qui est bon dans l’enseignement. Glissement scientiste, dès lors qu’on semble aller de l’éclairage nuancé et prudent à la prescription et à la preuve ? Le point de vue de Michel Develay, dont on connait le travail sur la didactique des sciences notamment.”

Le Café pédagogique présente Le défi de la réussite de tous porté par l’AFAE, le dernier numéro de l’association que nous avions signalé ce vendredi. “" Il s’agit du plus grand défi pour l’avenir de l’éducation : conserver notre exigence universelle en y ajoutant une bonne dose de confiance et de bienveillance, d’attention à chacun, de moindre prégnance de la norme. Nous savons très bien trier, il nous faut aussi former chacun des élèves !" Présidente de l’AFAE, Catherine Moisan ouvre ce numéro 155 d’Administration et Education par une introduction où elle interroge le système éducatif. " Comment prendre en compte les « singularités », à l’école, au collège, au lycée, dans la classe, avec nos partenaires ? Comment conduire chaque élève sur le chemin des apprentissages, sur son propre chemin de progression ?.. Comment repenser une diversification du système qui ne soit pas hiérarchie, instrument de sélection, ségrégation ?" Voilà quelques unes des questions soulevées dans ce numéro qui va croiser les regards, multiplier les exemples, sans apporter de "recette" fallacieuse. Car pour améliorer la réussite , le système éducatif doit personnaliser mais aussi inventer et abandonner ses réflexes de tri. Une révolution ?

La forme scolaire « à la française » : un impensé largement partagé ? Par Jean-Pierre VERAN sur son blog. “Quels que soient l’entrée choisie et les responsables concernés, bien des propositions concernant l’éducation s’inscrivent implicitement dans la forme scolaire française traditionnelle, dont les grandes caractéristiques ne sont que rarement interrogées. Un exemple récent en est apporté avec l’opération « devoirs faits » qui doit être lancée après les vacances d’automne.”

La qualité de la vie à l’école ne suffit pas à garantir les résultats. “Personne n’est hostile au bien être à l’école. Et tout le monde est persuadé qu’il est un facteur favorable aux performances scolaires. Mais, entre ces deux objets complexes et évolutifs, les relations de causalité restent difficiles à établir scientifiquement.”
« Plus les élèves se sentent bien à l’école, plus ils se sentent compétents et cela a une incidence positive sur leurs performances scolaires », affirme quand même le rapport du Cnesco. Mais les chercheurs ajoutent que cette relation « doit être appréhendée à long terme, et sur un nombre d’enfants plus important ». Ils placent en effet leurs espoirs sur les futurs résultats du suivi, jusqu’à la 3e, des 15 000 élèves du panel CP 2011 de la DEPP, qui « constituera une opportunité pour approfondir cette question ».

50 projets innovateurs en éducation. “La Fédération des établissements d’enseignement privés (FEEP) lance le site innovereneducation.com qui présente 50 projets innovateurs implantés dans des écoles québécoises."


Supérieur

Libération publie la dépêche de l’AFP : Les deux principaux syndicats étudiants à Matignon pour parler de l’accès à l’université.

La chronique de Véronique Soulé : Du bac pro à Nantes au master à Shanghai. “Que faire des " bacs pros" ? La question est au coeur des consultations sur les pré requis pour entrer à l’université. Comme si les bacheliers professionnels - près de 30% du total des bacheliers - n’avaient pas grand-chose à faire dans le supérieur... Pourtant dans certaines filières, ils n’ont rien à envier à leurs camarades du " général ". Rencontre avec Gaëlle qui, après un CAP et un bac pro, commence un master à Shanghai, à l’antenne chinoise de l’école de design Nantes Atlantique.”

La suppression de la Manaa plonge lycées et universités dans le flou artistique. “Le DNMADE, qui remplace la Manaa, les DMA et les BTS en arts appliqués, doit être instauré entre les rentrées 2018 et 2019. Cette réforme, dont l’objectif est de conférer le grade de licence à ces formations artistiques, inquiète proviseurs et présidents d’université, qui attendent toujours des précisions concrètes sur ce nouveau diplôme.”


Apprentissage

Le décryptage éco. Apprentissage : pourquoi les précédentes réformes n’ont pas marché ?Le gouvernement prépare une réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Une démarche qui n’a rien d’inédit. Le décryptage de Fanny Guinochet.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.