Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 9 mai 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 9 mai 2016

Journées spéciales — Refondation — Enseignement supérieur — Ressources


Cette revue sera consacrée au bilan du "bilan de la refondation" de la semaine dernière, à des réflexions sur l’enseignement supérieur. Elle vous proposera également quelques documents pouvant alimenter notre réflexion. Mais avant, en Une, deux journées spéciales...


Journées spéciales

André de Peretti a 100 ans. Ce lundi est organisé un événement en son honneur, à cette occasion. Les cahiers pédagogiques publient un entretien avec lui, initialement publié dans notre numéro de septembre 2015. “A travers ses livres, ses interventions, et son rapport de 1982 sur la formation continue qui donna naissance aux MAFPEN puis aux IUFM, André de Peretti, jamais découragé ni décourageant, a grandement marqué les défenseurs d’une pédagogie innovante. Il est aussi membre du comité de parrainage des Cahiers pédagogiques.”

Non au harcèlement : découvrez les meilleures vidéos et affiches du prix 2016. “Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, a récompensé ce matin au siège de Google France les dix lauréats de la 3 ème édition du concours national Non au harcèlement, aux côtés de Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes et d’Edgard Mathias, président de la Mae (mutuelle assurance de l’Éducation), et de Marie Lopez (Enjoy Phoenix), célèbre youtubeuse.”


Refondation

Le Bloc-Notes de la semaine du 2 au 8 mai 2016 de Philippe Watrelot est “surtout consacré aux deux journées de la refondation organisées par le Ministère au début de la semaine. Coup de com’ ou bilan d’étape ? Les deux.
Il y rappelle la polémique qui s’est emparée des réseaux sociaux.
A propos d’une sortie de piste d’Antoine Prost par Amélie Hart-Hutasse. “Professeurs d’histoire-géographie dans l’Essonne et en Côte d’Or, il nous a semblé important de réagir aux propos tenus par le grand historien de l’éducation Antoine Prost lors d’un débat organisé pour les "Journées de la refondation de l’École" sur le thème "Les valeurs de la République à l’école", et d’argumenter au-delà des échanges parfois vifs que nous avons suivis sur les réseaux sociaux.”

Et Claude Lelièvre a répondu sur son blog de Médiapart : Par delà le ’’dérapage’’ d’Antoine Prost. “Certains ont cru voir dans l’intervention Antoine Prost lors des ’’Journées de la refondation’’ une attaque en règle contre le comportement dominant des enseignants (non collectif, non ’’républicain’’), même s’il a protesté qu’il ne s’en prenait pas à eux, mais au fonctionnement ordinaire de nos institutions scolaires (cf le billet du 6 mai).” Ce qui a déclenché à son tour un torrent de commentaires haineux.

A-t-on fait un bilan de la refondation les 2 et 3 mai ? se demande Jean-Michel Zakhartchouk et livre “quelques impressions et réflexions disons « contrastées » après avoir assisté à une grandepartie des conférences et ateliers qui étaient proposés aux centaines d’invités”. Il y étais au titre de membre des Cahiers pédagogiques, composante du collectif des associations partenaires de l’école-CAPE).

Journées de la Refondation : à nouveau le choix de la communication politique, par Paul DEVIN, Inspecteur de l’Education nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR). Mais retenons que “Les billets de ce blog n’engagent que moi”. “... à nouveau le choix de la communication politique plutôt que celui de l’analyse de la réalité. Les journées de la refondation ont renforcé la vision caricaturale qui voudrait faire croire que les oppositions aux réformes seraient portées par des conservatismes égoïstes et inconscients des enjeux de démocratisation de la réussite scolaire. Mais la réalité est tout autre.”

La ministre rappelle l’ Évolution 2013-2016 des effectifs d’élèves et des moyens d’enseignement.

Vousnousils interviewe le secrétaire national du SNEP : « Les programmes d’EPS ont été dévalorisés et vidés de leurs contenus ». “Christian Couturier, secrétaire national du SNEP, nous fait part de sa colère et de son inquiétude face à la situation actuelle de l’EPS. En cause, les nouveaux programmes prévus en septembre 2016 et la suppression de l’EPS au DNB.”

Collège : L’enseignement catholique publie son guide de mise en place. “Destiné visiblement en priorité aux chefs d’établissement , le guide de mise en place de la réforme du collège décrit les étapes du travail d’équipe à construire. En ce sens, il sera aussi utile aux principaux qui devront dialoguer avec les professeurs en fin d ’année…


Enseignement supérieur

Investir dans l’éducation sans grever les budgets publics. Thierry Weil, membre de l’Académie des technologies, Professeur au centre d’économie industrielle, Mines ParisTech – PSL présente une école “Créée il y a quelques mois par trois frenchies au cœur du district financier de San Francisco, la Holberton School est une expérience intéressante à plus d’un titre. La pédagogie est inspirée de celle des écoles françaises, l’École 42 de Xavier Niel (qui à ma connaissance n’est pas actionnaire à titre personnel de The Conversation ni de La Fabrique de l’industrie) ou Epitech.”

Enseignement supérieur : une stratégie illisible ? Le point de vue de Jean-Léonce Dupont, sénateur du Calvados. Sur Savoirs & connaissances.

Et puis il y a l’interrogation du moment à propos des PACES : serez-vous vraiment sélectionnés par tirage au sort ?

JPEG - 62 ko
Nouveau PACES par Geneviève Brassaud

Consternation, colère, déception... En quelques heures, les élèves franciliens de terminale qui ont choisi la PACES (première année commune aux études de santé) comme vœu sur APB ont dû passer par toute une palette d’émotions...Explications en trois actes.” Par Virginie Bertereau pour l’Etudiant.


Ressources

Commençons par les rôles et les pratiques.
Les Professeurs-documentalistes : quels modèles d’enseignement et d’enseignant ?. Par Jean-Pierre VERAN. “L’identité des professeurs-documentalistes est-elle à chercher du côté du modèle canonique du professeur de discipline ou du côté d’un modèle refondé d’enseignant, aux modes d’intervention adaptés à l’écosystème numérique ? Un sondage récent apporte un élément de réponse, venant des professionnels eux-mêmes.” Texte qu’il conclue ainsi : “Comme j’ai eu souvent l’occasion de le dire et l’écrire, le professeur-documentaliste est préfigurateur d’un modèle nouveau de professeur, en rupture avec la forme scolaire française traditionnelle, sans doute très précieux dans une école intégrée à un nouvel écosystème numérique.”

Mais que font les inspecteurs ?. “Pour les enseignants, le métier d’inspecteur est simple. En réalité, les inspecteurs remplissent bien d’autres missions, au point que leur identité est atteinte et que des "états d’âme" s’expriment. C’est ce que montre le dernier numéro d’Administration & Education, la revue de l’AFAE (n°2016-1). Cet excellent numéro, dirigé par Geneviève Gaillard (Inspection Générale) et Xavier Pons (Université Paris Est Créteil), où les chercheurs trouvent place à coté des cadres de l’Education nationale, montre une profession en évolution. Elle doit "faire avec" les changements de politiques locales ou nationales et en avec les hésitations de l’Education nationale sur son devenir. Pour Xavier Pons, cette situation tourne au "gâchis".”
Et même le rôle du ministre est interrogé dans La chronique de Véronique Soulé : Le ministre lettré et la ministre appliquée. “Que vaut-il mieux : un ministre lettré ou une ministre appliquée ? La question a surgi dans l’actualité. Penchons-nous sur cette grave question, toute ressemblance avec des personnages existants est plus ou moins fortuite…” Fortuite ? “Nous l’avons vu : l’appliquée ne fascine pas. Toutefois, par sa ténacité, son travail, sa volonté de servir celui qui l’a nommée, elle finit par percer. Et ceux qui, au début, la regardaient de haut rabattent leurs moqueries.
Le lettré n’a pas la constance de l’appliquée. Confronté à l’obstacle, il se bat tel un preu chevalier, portant haut ses idées. Mais il n’est pas Don Quichotte. Il se lasse et part se réfugier dans ce qu’il chérit profondément : l’écriture et la hauteur de vues
.”

Philippe Meirieu : Le partenariat : usine à gaz ou levier pour l’action ?. Un extrait un peu long mais qui vous donnera l’envie d’aller le lire. “Aussi est-il suicidaire de travailler sans chercher à coordonner nos actions réciproques. Mais « coordonner » n’est pas « additionner », c’est chercher, dans un système complexe de facteurs toujours profondément liés, celui ou ceux qui, à un moment donné, permettront à un sujet de reconstituer son écosystème et de retrouver son équilibre. La rencontre des différents partenaires, la connaissance réciproque de leurs actions spécifiques, l’analyse commune des mêmes situations sont alors éminemment nécessaires, mais dans la mesure où elles permettent d’identifier ce qui apparaît comme l’entrée ou les entrées à privilégier à un moment donné. Évidemment, il y aura toujours une forme de pari dans ce choix car un sujet n’est pas réductible à ce que nous savons de lui ; de plus, il continue à vivre en même temps que nous et des facteurs nouveaux peuvent apparaître dans son histoire toujours en mouvement. C’est pourquoi ce partenariat, que nous pouvons nommer « systémique », doit s’inscrire dans le temps : il faut pouvoir, régulièrement, observer avec les personnes concernées comment les choses évoluent et les ajuster si nécessaire. Cette « régulation au fil de l’eau » est la clé de la réussite : elle n’est en rien un « flicage » soupçonneux ou un « dépistage » systématique, elle s’apparente plutôt à une inventivité nourrie par la réflexion collective et qui ne cesse de prospecter de nouvelles médiations, d’identifier de nouveaux leviers pour l’action.” Et cela est sans doute pertinent aussi bien pour un partenariat extérieur que pour un partenariat interne (le fameux travail d’équipe !).

Il y a également des objectifs tel que le Développement économique : “il faut privilégier l’éducation”, selon Jean Tirole. “Alors que le gouvernement n’exclut pas d’utiliser l’article 49-3 pour faire passer en force la loi Travail, le prix Nobel d’économe Jean Tirole a livré son analyse sur cette nouvelle législation, à laquelle il avait apporté son soutien avant les négociations avec les syndicats qui a entraîné sa révision.” “A nouveau, l’expert explique que l’éducation est au cœur du développement économique. Car à terme, « les plus diplômés seront valorisés au détriment des autres ». Et d’ajouter : « Il faut privilégier l’éducation ».”

Autre objectif, l’Égalité hommes-femmes : « Il n’y a pas eu de révolution des mentalités ». INTERVIEW - “Pour Hervé Le Bras *, historien, démographe et directeur d’études à l’EHESS, la domination féminine du diplôme va permettre aux femmes d’« obtenir sur le marché de l’emploi des positions au moins analogues à celles des hommes ».” Réservé aux abonnés.

Polémique ? SOS École : ces sciences de l’éducation qu’ignore superbement la France en se noyant dans un pédagogisme stérile. “Coupée de la recherche scientifique internationale en matière de sciences éducatives, la France est à la traîne. Ceci se ressent d’ailleurs à travers ses mauvais résultats dans les différents classements évaluant ses performances éducatives. La conséquence notamment à une insuffisance de la formation des enseignants qui n’ont pas accès à toute cette littérature publiée en anglais.” interview de Franck Ramus directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, au département d’Etudes Cognitives, à l’Ecole normale supérieure à Paris qui avait affirmé “Lors d’une conférence organisée par l’université Paris Descartes, … que la France avait un profond retard en matière d’éducation fondée sur des preuves.”
Et pour finir, Une formation en ligne sur les données ouvertes. “Programme de formation du Portail européen de données qui vise à fournir une introduction simple et claire sur les données ouvertes.”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 529 - Des maths pour tous

Dossier coordonné par Guillaume Caron et Rémi Duvert
avril 2016
Plus que jamais, la question des «  mathématiques pour tous  » se pose. Elle implique qu’on cesse d’appliquer partout et à tous le même «  traitement  » mathématique, et qu’on prenne en compte le rapport spécifique aux maths que chaque élève a construit en fonction de son histoire scolaire, familiale, et personnelle.

Mettre en oeuvre les EPI

Revue n°528 - mars 2016
Les enseignements pratiques interdisciplinaires vont se mettre en place à la rentrée 2016. Dans certains collèges, on anticipe déjà. Dans d’autres, les pratiques interdisciplinaires existent depuis un certain temps. On ne part
donc pas de rien et les EPI peuvent s’appuyer sur l’existant.