Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 8 janvier 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 8 janvier 2018

Laïcité- Conseil des sages- menus sans porc- Cyrulnik à la maternelle

C’est la laïcité et ses différentes acceptions qui mènent le débat, aujourd’hui.


Laïcité

Sur France3, “Le ministre de l’Éducation nationale à Clermont-Ferrand pour parler laïcité
Jean-Michel Blanquer se rend à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, ce lundi 8 janvier. Une visite principalement consacrée aux questions de laïcité mais aussi à celles de l’éducation dans les territoires ruraux.

"Comment faire vivre et respecter la laïcité, principe fondateur de l’école républicaine ?" Ce n’est pas le sujet d’une épreuve du baccalauréat mais bien une question à laquelle le ministre de l’Éducation nationale ambitionne de répondre à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), lundi 8 janvier.

Dans Le Monde, “Laïcité à l’école : pas encore nommé, le Conseil des sages fait déjà débat
A la veille de sa première réunion, lundi 8 janvier, l’instance présidée par la sociologue Dominique Schnapper est déjà soumise à critique.

On n’en connaît encore ni la composition exacte ni la méthode de travail ; encore moins l’agenda, alors que trois ans, presque jour pour jour, après les attentats de janvier 2015, la France unie de Charlie semble ne plus tout à fait parler d’une même voix. Et pourtant, le « conseil des sages de la laïcité », nouvelle instance promise par le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, pour « préciser la position de l’institution scolaire en matière de laïcité et de fait religieux », expliquait-il en conseil des ministres, le 8 décembre 2017, fait déjà réagir la communauté éducative selon Le Monde.

Si l’on en juge par les noms qui circulent avant la réunion de présentation du « Conseil des sages de la laïcité » qui aura lieu ce lundi 8 janvier, il serait pour le moins incongru (voire grotesque) que certaines des personnalités évoquées siègent ensemble, “en même temps” comme on dit si bien en ce moment. En caricaturant un peu, on retrouve un philosophe catholique, un philosophe islamologue et un professeur de sciences politiques républicain.Dans son blog, Claude Lelièvre critique ces « experts issus de tous les horizons  » qui devront « préciser la position de l’institution scolaire en matière de laïcité et de fait religieux.  » Ils devront aussi répondre « aux sollicitations de l’équipe nationale “laïcité et fait religieux” qui apporte un soutien opérationnel à ses déclinaisons académiques : les équipes académiques “laïcité et fait religieux” qui sont placées sous l’autorité des recteurs  »

Pour sa part, la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal déclenche la polémique avec sa vision de la laïcité.

Laïcité. La religion doit rester « dans la sphère privée »titre sobrement Ouest France.
La ministre provoque la polémique après son passage dans l’émission « Dimanche en politique » en excluant la place de la religion de l’espace public. Elle a également redit son opposition à une loi interdisant le voile à l’université. »
La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal raconte n’importe quoi sur la laïcité
“La laïcité. Cette exception française que nombre de pays nous envient, mais qui fait toujours autant débat en France. On pourrait presque s’interroger : la laïcité, combien de divisions ?

Bien souvent, ce n’est pas tant l’application de la laïcité, ni même sa dimension historique ou philosophique qui sont au cœur des discussions politiques. Simplement sa définition.”Dans le Lab politique d’Europe1, Loïc Leclerc s’insurge de cette définition limitative, « Ce serait même la définition de l’exact inverse de la laïcité. Interdire tout signe ou symbole religieux dans l’espace public, à part le Front national, aucun parti ne propose une telle réforme. »


Le porc pour tous à la cantine

Toujours dans le Lab, Julien Chazeau rapporte que le maire FN de Beaucaire, Julien Sanchez impose le porc à la cantine tous les lundis et sans menu de substitution

“Julien Sanchez a une obsession en ce début d’année 2018 : il "refuse d’assister au grand-remplacement du porc à la cantine". Oui, le "grand remplacement", du nom de cette fameuse théorie complotiste très en vogue du côté de l’extrême droite et qui voudrait que la population européenne soit peu à peu remplacée par un autre, étrangère et plus particulièrement africaine. C’est donc cette idée développée notamment par Renaud Camus et partagée par plusieurs frontistes que le porte-parole du FN et maire de Beaucaire (Gard) reprend pour critiquer les menus de substitution dans les cantines.

De fait, les repas optionnels sans porc sont supprimés dans les six écoles primaires de Beaucaire depuis le 1er janvier. Julien Sanchez parle, pour sa part, de repas "antirépublicains", comme le rapportait BuzzFeed vendredi 5 janvier. Ce lundi, le porte-parole du FN va plus loin : du cochon sera servi tous les lundis. Interrogé par Valeurs Actuelles, il lance : « Je rappelle accessoirement que la cantine n’est pas un restaurant quatre étoiles. Si on retrouve demain les écrits d’un prophète qui demande de ne plus manger de bœuf ou qu’une nouvelle religion impose de ne pas manger de féculents ou de fraises, on ne s’en sort plus. […] Nous mettrons du porc chaque lundi dans nos cantines, tout le monde est prévenu et ceux qui refusent que leurs enfants en mangent peuvent donc s’organiser autrement.”
 »


Cyrulnik

Dans Ouest France, “Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik choisit pour penser la maternelle de demain
https://www.ouest-france.fr/education/ecole/entretien-blanquer-s-appuie-sur-un-neuropsychiatre-pour-penser-la-maternelle-de-demain-5484676
“ENTRETIEN. Blanquer s’appuie sur un neuropsychiatre pour « penser la maternelle de demain »
Jean-Michel Blanquer veut transformer l’école maternelle. Le ministre de l’Éducation nationale va s’appuyer sur l’expertise du neuropsychiatre Boris Cyrulnik, spécialiste de la petite enfance pour « penser la maternelle de demain ». Des assises réunissant les principaux acteurs de l’école maternelle se tiendront en mars prochain. Objectif : faire en sorte que la maternelle française soit, plus encore, l’école de l’épanouissement et de l’apprentissage du langage.”

Vousnousils reprend l’information : « Le ministre de l’éducation nationale souhaite transformer l’école maternelle. Un chantier qui va s’appuyer sur l’expertise du neuropsychiatre Boris Cyrulnik, spécialiste de la petite enfance. Dans un entretien exclusif accordé à Ouest-France, Jean-Michel Blanquer en dévoile les principaux aspects. »

Pour rappel, en 2015 dans Vousnousils, le neuropsychiatre disait, à propos de la maternelle :

L’enjeu est si grand, l’institution si lourde à manœuvrer qu’elle me semble impossible à réformer. Nous serions toutefois bien inspirés de prendre exemple sur les pays nordiques. Comme eux, il nous faudrait nous intéresser à la sécurisation des tout petits, retarder leur entrée à l’école, ne pas attribuer de notes en primaire, raccourcir la durée des cours, confier des activités éducatives à des tiers issus du monde de la culture ou du sport, etc.

Catherine Rossignol
Qui vous quitte avec cette chanson de France Gall qui me trotte dans la tête depuis ce matin.

https://www.youtube.com/watch?v=AH-a22xge-c


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017

Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en
cours

Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou
novembre 2017

La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?