Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 6 octobre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 6 octobre

Évaluation - Absentéisme - Valorisation des enseignants - rythmes scolaires - Farida Belghoul


Une semaine qui reprend en douceur pour l’actualité éducation. Des thèmes récurrents, mais souvent abordés au travers d’un seul article. Sans doute plus de matière demain avec la décision du rectorat de Versailles concernant Farida Bleghoul ? On en parle quand même un peu dès aujourd’hui, rassurez vous !


Conférence nationale sur l’évaluation

La Croix annonce Une conférence nationale pour en finir avec "l’évaluation sanction" à l’école. Le quotidien catholique, qui rappelle que près de 8 français sur 10 seraient hostiles à une suppression pure et simple des notes, précise : "Si la principale fédération de parents d’élèves, la FCPE, appelle de ses vœux la fin des notes au primaire et au collège, si des expériences sont déjà menées en ce sens dans un certain nombre d’établissements, qui font une large place à l’évaluation des compétences, l’objectif de la conférence est loin d’être aussi radical. Il s’agit avant tout, en s’inspirant de ce qui se fait à l’étranger, de répondre aux cinq questions suivantes : « Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ? Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ? Quelle place et quelle forme de la notation dans l’évaluation des élèves ? Quels doivent être les moments de l’évaluation dans les parcours des élèves ? Comment mobiliser les évaluations dans la détermination des parcours des élèves, leurs choix d’orientation et les procédures d’affectation ? ». Questions, on le remarquera au passage, auxquelles la suppression de l’évaluation chiffrée pourrait fort bien apporter une réponse.

JPEG - 94.6 ko

Le dessin de Stéphane Du Crest


Retour sur l’absentéisme des enseignants

Comme souvent, une fois passée l’information spectaculaire, celle qui fait vendre et qui ne fait pas mal à la tête, voici le temps de la réflexion et de la rigueur scientifique. Claude Lelièvre rétablit ainsi quelques vérités sur son blog à propos de l’"absentéisme" des enseignants. Il démontre notamment que cette question est un marronnier régulièrement secoué par une certaine presse, et que ce n’est généralement ni désintéressé, ni à n’importe quel moment. Et l’actualité médiatique de l’absentéisme ces derniers jours ne fait pas exception. "La dernière notation de l’article du « Parisien » ( le rapport au’’ privé’’) donne sans doute tout son sens à l’affaire, surtout lorsqu’on remarque que (pure ’’coïncidence’’ ou ’’heureuse rencontre’’ ?) ce n’est pas en juin mais en octobre de cette année que Nicolas Sarkozy a renouvelé sa volonté de supprimer pour moitié le remplacement des fonctionnaires partant en retraite et indiqué qu’il était pour un contrat quinquennal (et non plus’’ à vie’’) pour les fonctionnaires ...
De fait, la réponse ne s’est pas faite attendre.Najat Vallaud-Belkacem blâme Sarkozy pour la pénurie de profs remplaçants, titre ainsi VousNousIls. "La ministre de l’Education natio­nale, de l’Enseignement supé­rieur et de la Recherche Najat Vallaud-Belkacem recon­naît que "660.000 jours d’absence, ce sont des chiffres impor­tants, par rap­port aux années pré­cé­dentes ou aux sui­vantes". Mais pour elle, c’est "la consé­quence des dif­fi­cul­tés dans laquelle l’Education natio­nale a été plon­gée après la sup­pres­sion de 80.000 postes d’enseignants ces der­nières années par la majo­rité de droite".
Un sujet plus que jamais idéologique, donc, qui ne devrait pas manquer de s’installer au cœur des débats politiques de ces prochains mois.


Valoriser les enseignants avec autre chose que de l’argent

Les Echos nous rappellent que s’achevait hier le dépôt de candidature pour le "Global Teacher Prize", sorte de Prix Nobel de l’éducation. L’objectif ? Valoriser l’innovation pédagogique, comme le titre l’article. Car si l’incitation, ici, est financière, le support évalué est tourné vers la capacité des enseignants à innover. Et l’article digresse alors quelque peu, pour une réflexion qui mérite largement qu’on s’y arrête : "Si une telle somme [1 million d’euros quand même] ne peut que changer la vie d’un individu, ne voir dans ce prix qu’un incitatif monétaire serait une erreur. [...] Le cerveau des profs a besoin d’autre chose. Les travaux de psychologie sur leur motivation montrent que la reconnaissance sociale et l’appréciation de leur travail sont un facteur primordial dans leur bien-être personnel, mais également dans la qualité de l’exercice de leur profession. Comme pour chacun de nous, leur circuit de récompense cérébral est stimulé par de nombreux facteurs qui ne sont pas seulement monétaires. Le plaisir au travail pour apprendre aux élèves le plaisir d’apprendre ? Ce n’est certainement pas aux lecteurs des Cahiers pédagogiques que cette proposition déplaira !


Rythmes scolaires

Le combat contre la neuvième demi-journée de classe était-il idéologique ? Il y a longtemps, et pas qu’ici, que beaucoup le pensent. Elément de réflexion supplémentaire ce lundi dans Le Parisien : Ces maires qui protestent contre le mercredi banalisé. Mécontents de la banalisation de ce mercredi qui pèsera, disent-ils, sur les finances de leurs communes, ces maires (ici dans l’Essonne) réclament le remboursement des frais de "garderie" (sic) engagés par les communes. Détail amusant relevé par le quotidien francilien : ces maires, Nicolas Dupont-Aignan en tête, sont les mêmes qui voici quatre semaines, voulaient cadenasser les portes de leurs écoles pour empêcher les enfants d’aller à l’école ... le mercredi.


Divers

Très en marge des questions d’éducation (encore que ...), je ne résiste pas au plaisir de mentionner aujourd’hui un article de L’Express à propos d’une enseignante atypique : Farida Belghoul, professeure de lycée professionnel dans le Val d’Oise, et qui doit aujourd’hui même répondre de ses propos devant le conseil de discipline du rectorat de Versailles, fait à nouveau parler d’elle. Egérie de la pensée réactionnaire, proche par conséquent de la Manif Pour Tous, la dame, nous apprend l’hebdomadaire, a été pacsée avec une autre femme (La militante de la "famille traditionnelle" Farida Belghoul a été pacsée à une femme). Non-événement en tant que tel, mais très significatif, là encore, des motivations profondes de cette militante, passée avec armes et bagages de l’extrême gauche à l’extrême droite.

Lionel Jeanjeau