Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 5 septembre 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 5 septembre 2005

Le Figaro s’intéresse aux lycées français à l’étranger. On pourra y lire une interview du Proviseur du lycée français de New York. Si je n’en connaissais pas les nombreux aspects négatifs, ça me donnerait presque envie d’y retourner !
Toujours dans le Figaro on peut lire tout un dossier assez complet sur le prix de la rentrée. Enfin, dans le Monde, une enquête sur les conditions de vie des étudiants.
Bonne Lecture...


Libération du 03/08/05

Rien vu...


Le Figaro du 03/08/05

La belle vitalité des lycées français de l’étranger
A plusieurs fuseaux de décalage de l’heure à laquelle sonnaient les cloches de la rentrée scolaire en France, quelque 250 000 privilégiés empruntaient un chemin des écoliers différent : celui, séculaire et prestigieux, des lycées français de l’étranger, dont le plus ancien a été fondé à Berlin en 1689. Aujourd’hui, d’Addis-Abeba à Beyrouth, du Caire à Los Angeles, de Phnom-Penh à Bogota, il en existe 430 dans plus de 125 pays, accueillant chaque année 60% d’étrangers. Certains, comme ceux de Kaboul - un pour les filles, un pour les garçons réouverts en 2002 - n’accueillent même aucun Français.
Outre prolonger à l’extérieur des frontières de l’Hexagone le service public d’éducation au bénéfice de ses nationaux, l’ambition est de contribuer par la scolarisation d’élèves étrangers, au rayonnement de la France. Et de son excellence. De Ricardo Bofill à Jodie Foster ou Boutros Boutros Ghali, ils ont « éduqué » les grands de ce monde.
Avec un taux moyen de réussite au baccalauréat de 93%, le réseau jouit d’une réputation qui contraint souvent les proviseurs à refuser nombre d’inscriptions - elles ont déjà augmenté d’environ 10 000 en dix ans. Un succès qui contredit tous les discours sur le déclin supposé de la France dans le monde
Lire la suite de l’article

La bourgeoisie de Rio préfère la langue de Molière
Situé dans le Rio typique du quartier de Laranjeiras, le lycée français est niché à flanc de colline, le long d’une petite rue pavée bordée de maisons et entouré de forêt tropicale. Dans la cour de récréation, on entend plus le parler carioca que la langue de Molière. Sur 650 élèves, les enfants brésiliens ou franco-brésiliens représentent 74% contre 22% issus de familles françaises. « Et la proportion tend à diminuer car les cadres expatriés sont peu à peu remplacés par des contrats locaux », constate le proviseur René Michon.
Lire la suite de l’article

Les guerres des prix de la rentrée scolaire
Alors que les prix des fournitures sont restés plutôt sages, la bataille se concentre notamment sur les mobiles et les assurances
Lire la suite de l’article

Tempête dans un bol de céréales
« La rentrée scolaire est une période stratégique où les fabricants lancent des nouveaux produits », indique Cécile Rauzy, responsable du Syndicat français des céréales prêtes à consommer ou à préparer. C’est à ce moment de l’année que dans chaque famille, on prend des habitudes et des rythmes de vie que l’on conservera pendant des mois. Chocapic, Coco Pops, Frosties et autres Smacks déploient des trésors d’imagination pour séduire les enfants et rassurer les parents à l’aide de tigres souriants, de singes espiègles ou de grenouilles complices sur les emballages et dans les publicités matinales.
Lire la suite de l’article

Concurrence exacerbée sur les mobiles
Les enfants en rêvent, les adolescents ne savent pas s’en passer dans la cour de récré. Cette année, les opérateurs de téléphonie les attendent à la sortie des cours avec des offres alléchantes. Chez Orange, on promet que les petits forfaits de la rentrée ont été concoctés pour des adolescents, pas pour des enfants. Déontologie oblige. Mais rien n’interdit aux parents d’abonner leur enfant de 10 ans à Orange Zap, la nouvelle offre de France Télécom destinée aux mineurs.
Lire la suite de l’article

Assurance scolaire : choisir ses garanties
Faut-il ou non souscrire une assurance scolaire ? Difficile pour les parents d’échapper à la question. Dès les premiers jours de la rentrée, les enfants reçoivent les brochures ad hoc ! Elles sont distribuées par l’établissement qu’ils fréquentent et émanent des compagnies qui ont noué des partenariats avec les associations de parents d’élèves : la Peep avec les MMA et la FCPE avec la MAE. Celle-ci revendique près de quatre millions d’adhérents...
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 03/08/05

Profs en moins, précarité en plus
Confiance et enthousiasme : Gilles de Robien ne tarit plus d’éloges à l’égard des profs, ni d’optimisme concernant l’année à venir. Dans son discours de rentrée, mercredi, ainsi que dans une lettre qu’ont reçue, jeudi, à leur domicile, l’ensemble des 880 000 enseignants, le ministre de l’Éducation a rappelé combien ces derniers sont compétents et l’école efficace. Ce qu’il faut, c’est améliorer un système satisfaisant, assène-t-il en substance, listant ses objectifs prioritaires : l’égalité des chances, « pilier de notre système », et l’insertion professionnelle, « porte supplémentaire ouverte vers l’emploi ». Confirmant la création de 45 000 postes d’« emplois vie scolaire », qui auront pour missions d’encadrer et d’aider les élèves, il le jure : 2005 sera une bonne rentrée et, si accrocs il y a, ils seront rapidement
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 03/08/05 ( payant)

Elle n’est pas dans la classe de sa copine
ELLES SE SONT SERRÉ la main avec l’énergie du désespoir tout au long de l’appel sous le préau... Et vous avez vu le visage de votre fille se décomposer quand ses deux meilleures copines ont rejoint les rangs de la 6 e B... et pas elle.
Lire la suite de l’article

Les Français en faveur de la mixité scolaire
A l’heure où l’Education nationale subit les assauts des communautarismes et doit parfois lutter pour préserver son caractère égalitaire et républicain, un sondage apporte de l’eau au moulin de ses défenseurs.
Lire la suite de l’article

Semaine d’espoir pour les enfants en danger
Dans un rapport rendu ce matin, l’Observatoire de l’enfance en danger appelle à mieux protéger les enfants victimes de maltraitances. Jeudi, cent personnalités signent un appel national dans ce sens.
Lire la suite de l’article


La Croix du 03/08/05

Les protestants invités à résister
Centenaire oblige, la loi de 1905 était cette année au cœur de l’Assemblée du Désert, réunie dimanche 4 septembre dans un hameau reculé des Cévennes. Ils étaient des milliers à ce rendez-vous annuel
Lire la suite de l’article


20 minutes du 03/08/05

Lyon Un élève manque et...
Tollé à Vénissieux. L’inspection académique envisage sérieusement la fermeture d’une des quatre classes de maternelle à l’école de Parilly. Motif : selon ses comptages, il manque... un élève. Au lieu d’être 94 comme prévu, ils ne sont que 93 en cette rentrée. Fermer serait «  une décision aberrante et mettrait en danger les conditions d’éducation et d’apprentissage de l’ensemble des enfants, assurent André Gerin, maire PCF de Vénissieux, et Christian falconnet, son adjoint à l’éducation. Cela fairait passer les effectifs à 31 enfants par classe. De plus, 14 enfants de 2 ans resteraient sur la touche. » Une décision doit être prise aujourd’hui lors d’un comité technique paritaire.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 03/08/05

Rien vu...


Le Monde daté du 03/08/05

Les capacités financières des étudiants se sont fortement dégradées
Le pouvoir d’achat des étudiants, leurs capacités financières, s’effritent année après année. A cause de la hausse des loyers et des droits d’inscription, leurs dépenses obligatoires ont fortement augmenté depuis dix ans sans que les montants des aides publiques aient suivi. A quelques semaines de la rentrée universitaire, l’UNEF, le principal syndicat étudiant, décrit une "situation sociale de plus en plus difficile" . Il devait rendre publique, lundi 5 septembre, une étude décrivant la "précarisation accrue" du monde étudiant.
Lire la suite de l’article

De plus en plus d’universités facturent lourdement des prestations censées être facultatives
A l’université, le coût des "droits spécifiques", qui doivent correspondre à des prestations pédagogiques supplémentaires, vient s’ajouter à celui des droits d’inscription qui pèse déjà sur les étudiants. Théoriquement facultatives, ces prestations peuvent atteindre des sommes élevées.
Lire la suite de l’article

"Cette vie est épuisante. J’ai souvent envie de lâcher"
Juliette, 24 ans, étudiante en master d’histoire à Lyon-II. "C’est une longue galère." Cette étudiante (qui a requis l’anonymat) à la silhouette longiligne est au bord du découragement. Les revenus de sa mère étant très faibles, la jeune femme bénéficie depuis trois ans d’une bourse "échelon 5", le maximum, soit 3 200 euros pour l’année. Une aide indispensable mais insuffisante, et versée avec huit mois de retard. Juliette a été exemptée des droits d’inscription. Pour se loger et se nourrir, elle travaille toute l’année. Elle a d’abord gardé des enfants après l’école, pour 300 euros par mois, puis elle a décroché un contrat de neuf mois à La Poste, treize heures par semaine, pour un salaire de 380 euros. Au total, Juliette parvient à réunir environ 600 euros par mois.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Quotidien du 03/08/05

Rien vu...


Une sélection dans les dépèches du 03/08/05

Ecole et handicap : cas non-réglés "minoritaires" (Bas), parents sceptiques
Les cas non-réglés en matière d’aide à la scolarisation d’enfants handicapés après la rentrée sont "minoritaires", a assuré lundi le ministre délégué aux Personnes handicapées Philippe Bas, lors d’un débat sur LCI face à deux mères très sceptiques."Il se peut qu’ici où là un auxiliaire de vie scolaire (AVS, pour accompagner les enfants handicapés, ndlr) ne soit pas arrivé. Il y a un certain nombre de cas où les choses n’ont pas été réglées. Mais ces cas sont minoritaires", a-t-il affirmé, s’engageant à "réduire ce nombre de cas non résolus".
Lire la suite de l’article

Rentrée lundi pour des enfants autistes : apprendre à structurer le chaos
Apprendre à structurer le chaos de leur cerveau, à maîtriser les angoisses, briser les rituels, parvenir à rester dans une pièce : tels étaient lundi les défis de la rentrée pour Benjamin, Victor, Pierre et Apolline, enfants autistes.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

La maison des enseignants

L’indispensable café pédagogique