Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 4 septembre 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 4 septembre 2006

Cette fois ci c’est la rentrée...
12,4 millions d’élèves reprennent le chemin de l’école, du collège ou du lycée aujourd’hui.

Selon un sondage du Parisien , 35% des personnes interrogées estiment que l’enseignement se dégrade dans les collèges et les lycées. 56.% cependant considèrent que l’école assure l’égalité des chances.
Comme le dit justement le Parisien
, une chose est sure : cette année ne sera pas comme les autres. D’abord parce que les candidats à l’élection présidentielle pourront difficilement faire l’impasse sur l’éducation.. (Nicolas Sarkozy en a fourni la preuve ce week-end, tout comme Ségolène Royal ...).
Ensuite parce que de nombreux changements vont se mettre en place des cette année... Gilles de Robien les détaille dans Le Figaro et promet une «  rentrée tranquille » tout en déclarant vouloir s’attaquer à l’apprentissage du calcul et de la grammaire. Ce qui ne va pas forcément calmer les esprits...
Dans le même journal, on pourra aussi parcourir la tribune de Rachel Boutonnet qui a quitté la “clandestinité” pour les pages du Figaro et qui se réjouit du retour des méthodes alpahabétiques tout en se réclamant de la liberté pédagogique.

La bataille est-elle seulement sur les moyens, comme le titre Le Monde ?. Certainement pas, les enjeux sont bien plus importants et touchent aux fondements mêmes de la république (l’école est-elle encore un bon ascenseur social demande l’éditorialiste d’Ouest France ?).
Quand Nicolas Sarkozy déclare vouloir une école débarrassée de l’héritage de 68, ce n’est pas qu’une question de moyens mais bien une question de valeurs et de choix de société.
Quant à Ségolène Royal, elle propose rien moins que de supprimer la carte scolaire et ralllonger le temps de présence des enseignants.
Comme nous le disions plus haut, la question scolaire risque d’être au cœur de la campagne... mais de sentir l’odeur de la blouse grise un peu moisie...

Pour finir sur un ton plus léger, citons Libération qui s’intéresse au trac de la rentrée mais du côté des parents. Soucieux de la réussite scolaire de leurs enfants, l’enjeu est important et beaucoup s’avouent ... bien plus stressés que leurs enfants
Alors, souhaitons une bonne rentrée aux enseignants, aux enfants et aux jeunes et aussi... à leurs parents !

Bonne Lecture...


Libération du 04/09/06

Robien fait un crochet pour consoler le collège Condorcet
Visite dans l’établissement classé en tête des violences scolaires par « le Point » .
Lire la suite de l’article

Drancy s’affaire pour la rentrée
Laver les classes, gérer les inscriptions... Emploi du temps chargé pour la mairie.
Lire la suite de l’article

Travail, jeunesse, patrie selon Sarkozy
A Marseille, le patron de l’UMP a conclu l’université d’été du parti en s’adressant aux jeunes générations dans un discours droitier.
Lire la suite de l’article

Un service civique comme au... PS
Sarkozy propose de créer « un service civique par lequel chaque jeune français entre 18 et 30 ans donnera aux autres six mois de son temps ».
Lire la suite de l’article

Sylvia, 4 ans, sans-papiers au ban de l’école
A Chalon-sur-Saône, une fillette doit rester cachée avec sa mère clandestine.
Lire la suite de l’article

Pour RESF, 50 000 élèves menacés
« Nous ne tolérons aucune chaise vide, s’il faut cacher des enfants, on prendra ce risque. » Voilà la formule de Richard Moyon, le porte-parole du Réseau éducation sans frontières (RESF), pour refuser les expulsions de 50 000 sans-papiers scolarisés, qui reprennent l’école ce matin.
Lire la suite de l’article

Dans le sac des enfants, le trac des parents
La rentrée est redoutée par les adultes, soucieux de réussite scolaire.
Lire la suite de l’article

« Je suis la plus stressée de la famille »
Agnès, 40 ans, ne laisse rien au hasard pour la rentrée de ses quatre fils.
Lire la suite de l’article

« C’est très difficile de reprendre le rythme »
Catherine, 36 ans, divorcée, gère seule le quotidien de sa fille de 5 ans
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 04/09/06

Violence à l’école : Robien en mission d’apaisement
Le ministre est venu rassurer les enseignants du collège Condorcet, à Nîmes, après le classement publié par « Le Point ».
Lire la suite de l’article

Une rentrée scolaire pleine de nouveautés
Socle commun de connaissances, établissements « ambition réussite », réforme de la lecture, apprentissage à 15 ans : le millésime 2006 est marqué par les changements.
Lire la suite de l’article

Gilles de Robien : « Modifier l’apprentissage du calcul et de la grammaire »
Alors que les syndicats dénoncent une pénurie de postes d’enseignants dans le budget 2007, le ministre de l’Éducation promet une « rentrée tranquille ».
Lire la suite de l’article

Royal veut "l’ordre juste" à l’école
Face à Sarkozy, candidat de la « rupture », la favorite socialiste pour 2007 se pose en candidate de la « transmission ».
Lire la suite de l’article

L’école à deux ans attaquée par de prestigieux détracteurs
LE DOUDOU, le biberon et les couches-culottes ont-ils leur place à l’école ? L’éternelle polémique sur l’école à deux ans rebondit cette semaine avec la publication du livre de Claire Brisset *, l’ancienne défenseure des droits de l’enfant, et de Bernard Golse, professeur de pédopsychiatrie. Ils ont travaillé avec des chercheurs comme le linguiste Alain Bentolila, le psychiatre Boris Cyrulnik ou le pédiatre Julien Cohen-Solal.
Lire la suite de l’article

Méthodes de lecture : halte aux intimidations idéologiques !
Par Rachel Boutonnet, professeur des écoles, membre du groupement de réflexion interdisciplinaire sur les programmes, et auteur du Journal d’une institutrice clandestine et de Pourquoi et comment j’enseigne le b.a.ba (Ramsay)..

[...]Car c’est bien parce que l’apprentissage de la lecture est devenu une question idéologique aux mains de théoriciens dogmatiques que la méthode alphabétique a pratiquement disparu des classes de l’école primaire et que l’école produit tant de non-lecteurs tous les ans. On peut parier que si le principe de la liberté pédagogique était respecté, et que si discuter des méthodes était possible, on verrait refleurir dans les classes des méthodes efficaces.
Je me prononce donc beaucoup moins contre les méthodes à départ global qui peuvent rester efficaces si les enseignants font un travail précis et intensif sur la lecture alphabétique - que pour que les méthodes alphabétiques, et pour qu’elles soient effectivement et non seulement théoriquement, comme c’est le cas aujourd’hui, autorisées.
Lire la suite de l’article

L’école, les parents et une « idée certaine de l’homme »,
par Frédéric Gautier, directeur diocésain de l’Enseignement catholique de Paris.

Qu’attendons-nous des établissements scolaires ? Qu’ils contribuent, en dialogue et en partenariat avec les parents, à donner aux élèves des compétences et des convictions : des compétences de culture générale et de formation professionnelle, sans doute, mais aussi des convictions sur ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire pour devenir progressivement un citoyen libre et responsable, acteur dans la cité. Or, dans le contexte d’une société qui se présente aux jeunes comme un libre marché de valeurs et de références, cette éducation à la liberté et à la responsabilité passe nécessairement par la formation du jugement critique et l’apprentissage du discernement. Car le problème éducatif d’aujourd’hui n’est pas le manque de repères mais leur prolifération anarchique. Il ne s’agit donc pas seulement d’apprendre ou de comprendre. Encore faut-il arriver à distinguer, à discerner, à évaluer... c’est-à-dire à « donner de la valeur » à ce qui, pour l’élève, deviendra une conviction et pourra inspirer un comportement personnel et social progressivement assumé.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 02/09/06 (un jour de retard)

Robien fantasme sa rentrée
À quatre jours de la reprise des cours, le ministre s’autocongratule. Les syndicats appellent à la grève le 28 septembre.
Lire la suite de l’article

Le Point convoque la violence scolaire...
L’hebdomadaire publie une liste des établissements qualifiés de « plus dangereux ».
Lire la suite de l’article

École primaire occupée en Gironde
Une cinquantaine de parents d’élèves occupaient hier l’école primaire Gambetta, à Bègles (Gironde), pour protester contre la fermeture d’une classe.
Lire la suite de l’article

Une rentrée sans chaise vide ?
Sans connaître précisément le sort réservé à leur famille, des dizaines de milliers d’élèves vont retourner à l’école avec la peur d’être arrêtés puis expulsés de France
Lire la suite de l’article

Heureux de retrouver les copains
Aniss et Saïd ne parlent que le français. Ils ignorent encore la menace...
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 04/09/06 ( payant)

Tout ce qui change à l’école
Ecoliers, collégiens, lycéens, tous reprennent les cours aujourd’hui. Selon notre sondage, 56 %des Français estiment que l’école assure l’égalité des chances. Les nouveautés de cette rentrée tentent surtout d’aider les élèves les plus en difficulté.
Lire la suite de l’article

Un tiers des Français jugent que l’enseignement se dégrade
PLUS DE SEPT Français sur dix estiment que la qualité de l’enseignement se dégrade ou, au mieux, ne change pas. Amer constat, certes, mais peut-être pas si noir que cela. D’abord parce qu’il existe encore 15 % d’irrésistibles optimistes.
Lire la suite de l’article

L’APPRENTISSAGE JUNIOR
« Je vais découvrir des métiers »
Lire la suite de l’article

DES ENSEIGNANTS CHEVRONNÉS POUR LES COLLÈGES DIFFICILES
« Ma mission : aider ceux qui décrochent »
Lire la suite de l’article

DES AIDES POUR LES ÉLÈVES DE BANLIEUE
« J’ai soif d’apprendre » (la classe préparatoire aux études supérieures du Lycée Henri IV)
Lire la suite de l’article

Les nouveautés classe par classe
Pour tous les élèves Le socle commun. Prévu par la loi Fillon sur l’école de 2005, il entre en application pour la première fois à cette rentrée. Ce socle commun de connaissances fixe ce qui doit être acquis - au minimum - par chaque jeune
Lire la suite de l’article


La Croix du 04/09/06

Rien vu...


20 minutes du 04/09/06

Rentrée de 12,4 millions d’élèves, sous le signe de l’égalité des chances
La rentrée des classes lundi pour 12,4 millions d’élèves s’est déroulée sous le signe de l’égalité des chances avec l’application de nouvelles mesures contre l’échec scolaire, un thème repris par les futurs candidats à la présidentielle dans leurs propositions sur l’Education
Lire la suite de l’article

Le collège, dernier de la classe
De toutes les réformes qui entrent en vigueur ce matin, jour de la rentrée scolaire pour 12,4 millions d’élèves, celle du « socle commun » de connaissances est probablement la plus ambitieuse. Son principe : faire en sorte que tous les adolescents arrivés en fin de scolarité obligatoire, en général en fin de 3e, maîtrisent sept « compétences ». Parmi elles, la langue française, la pratique d’une langue étrangère, les principaux éléments de mathématiques et de culture scientifique. Des évaluations en fin de CE1, en fin de CM2, puis en fin de 3e seront progressivement mises en place d’ici à juin 2008.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 04/09/06

Soutien, discipline, lecture : ça bouge à la rentrée
Mine de rien, à force de « réformettes », l’école n’est plus tout à fait la même. Soutien individuel, retour aux « fondamentaux » côté lecture et discipline... Revue de détail, à l’heure où toute l’Éducation nationale reprend le travail
Lire la suite de l’article

Un ascenseur scolaire bancal
Douze millions d’élèves ont repris le chemin de l’école ce matin. Particularité du moment : rarement on aura vu autant d’hommes politiques se préoccuper des questions d’éducation. Ils n’ont pas oublié les émeutes de novembre et les manifestations anti-CPE du printemps. La jeunesse est inquiète, le système éducatif se retrouve en question. Quand un pays est fier de son école, dit-on, il est confiant en son avenir. La France, elle, est en proie au doute.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 05/09/06

Rentrée scolaire : la bataille sur les moyens
Ambiance morose pour la rentrée scolaire. Le gouvernement, qui s’est fixé pour objectif de réduire de 15 000 les effectifs nets de la fonction publique d’Etat en 2007, mise sur la suppression de 8 500 postes d’enseignants (sur 880 000), principalement dans le second degré. Cette perspective a mis les syndicats en ébullition et cinq fédérations de l’éducation nationale (FSU, UNSA-éducation, SGEN-CFDT, FERC-GCT et FAEN) ont lancé pour le jeudi 28 septembre un mot d’ordre de grève.
Lire la suite de l’article

Les doutes d’un prof de collège "Ambition réussite"
interview audio
Lire la suite de l’article

Le système éducatif français comparé à ses voisins
Infographie
Lire la suite de l’article

Mme Royal souhaite supprimer la carte scolaire et allonger le temps de présence des enseignants
Sur son programme figurait, dimanche 3 septembre, la "révolution scolaire". Désireuse d’effacer le sentiment mitigé laissé par ses dernières interventions, Ségolène Royal a voulu mettre l’accent, à la veille de la rentrée des classes, sur ce dossier "concret". Devant un millier de militants et sympathisants réunis à Florac, en Lozère, par la plus petite fédération du PS (291 adhérents), la candidate à l’investiture de son parti pour 2007 a plaidé pour le rétablissement de "tous les moyens que la droite a retirés à l’école publique et laïque" non "sans regarder un certain nombre de problèmes en face".
[...]Mme Royal souhaite ainsi "rallonger le temps de présence des enseignants" dans les écoles. "Je vais négocier ça avec les présidents de conseils généraux, ajoutait-elle. On peut demander aux enseignants de rester sur place s’il y a des bureaux, des ordinateurs et des endroits pour recevoir les parents". "L’idéal" serait de "supprimer la carte scolaire" ou à tout le moins de "desserrer ses contraintes" afin de "mettre en place une forme de choix entre deux ou trois établissements, à condition que les établissements les plus délaissés soient renforcés avec des activités culturelles de haut niveau". "Arrêtons les hypocrisies, il n’y a plus de mixité sociale", assurait-elle.[...]
Lire la suite de l’article

M. Sarkozy veut une école débarrassée de l’héritage de 68
La "France d’après" proposée par Nicolas Sarkozy a pris, le temps d’un long discours du futur candidat à l’élection présidentielle prononcé dimanche 3 septembre à Marseille, les teintes un peu sépias de la France d’avant. La France d’avant quoi ? D’avant Mai-68, a-t-il répondu, ouvrant le procès de la génération des "trente glorieuses" (1945-1973), en clôture de l’université d’été de l’UMP.[...]
Derrière cette diatribe, il y a une cible : l’éducation nationale. M. Sarkozy entend amener la rupture jusque dans ses rangs. A une école ouverte sur le monde et sur l’enfant, il préfère une école concentrée sur la "transmission du savoir" : "La mission des enseignants, selon lui, n’est pas l’intégration à une société qui est de toute façon la leur, mais la préparation dans la vie dans cette société."
Lire la suite de l’article

"Que les élèves se lèvent quand le professeur arrive"(verbatim)
L’école dans le primaire et dans le secondaire, ce n’est pas la délibération, le colloque permanent. L’école, c’est la transmission des savoirs, des normes et des valeurs et au premier rang d’entre elles celle du respect. Je veux une école du respect où les élèves se lèvent quand le professeur arrive, où l’élève différent n’est pas victime de la vindicte des autres (...). La mission des enseignants n’est pas l’intégration à une société qui est de toute façon la leur, mais la préparation de la vie dans cette société (...). Je veux dire aux pédagogues que s’il ne faut pas écraser la personnalité de l’enfant (...), il ne faut pas pour autant renoncer à l’instruire (...).
Lire la suite de l’article

Nicolas Sarkozy prône la rupture avec le "jeunisme" hérité de Mai 68
M. Sarkozy a proposé d’"en finir avec le passage en 6e d’enfants qui ne savent ni lire ni écrire, car c’est les condamner à un échec certain".
Lire la suite de l’article

Souriez ! C’est la rentrée !, par Jean-Michel Dumay
Pour "renforcer la qualité et la sérénité" de la vie à l’école, gage, disent les textes de l’administration, d’un "bon déroulement des apprentissages", le ministère de l’éducation nationale réactive en collège, à la présente rentrée, une bonne vieille recette : la note de conduite. En jargon plus moderne : une note de "vie scolaire", décernée chaque trimestre, de la 6e à la 3e, et qui - gare pour les collégiens ! - sera prise en compte dans les calculs d’obtention du brevet, dès la session 2007.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs permanent du 04/09/06

10 millions d’élèves font leur rentrée ?
10 millions d’élèves retrouvaient lundi matin le chemin de l’école. Deux journées d’actions syndicales sont déjà prévues pour protester contre les réductions d’effectifs.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 04/09/06

Tous à l’école !
Finies les vacances : de la maternelle à la terminale, 10,4 millions d’élèves font leur rentrée ce matin. Sur fond de coupes budgétaires et de défense des sans-papiers.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 04/09/06

La discrimination positive à la mode pour la rentrée 2006
La promotion de la discrimination positive et de l’ouverture des "voies d’excellence" aux élèves défavorisés ont été au coeur de la rentrée lundi, avec l’apparition de 4 lycées expérimentaux en banlieue et la possibilité donnée, pour la première fois, à de bons élèves de ZEP de déroger à la carte scolaire.
Lire la suite de l’article

"Elèves sans papiers : restons vigilants" disent des syndicats de l’éducation
Plusieurs syndicats de l’éducation ont lancé lundi, jour de rentrée scolaire, un appel à la vigilance pour les enfants de familles sans papiers.
Lire la suite de l’article

Nouvelle enquête basée sur l’origine ethnique, un procédé controversé
Le ministère de l’Education nationale a autorisé une nouvelle étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined) basée sur l’origine ethnique, un type d’enquêtes qui se multiplie et suscite la controverse en France.
Lire la suite de l’article

Robien : carte scolaire a "un petit côté privatif de liberté", à "assouplir"
Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a estimé lundi, lors d’une visite au lycée Hoche de Versailles pour la rentrée scolaire, que la carte scolaire avait "un petit côté privatif de liberté, qu’il faut, le cas échéant, assouplir".
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !