Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 4 octobre 2004


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 4 octobre 2004

Un gros dossier bien documenté sur la déscolarisation dans Libération. Chaque année ce phénomène touche 160 00 élèves qui sortent du système scolaire sans qualification.A lire absolument et en particulier l’entretien avec Dominique Glasman qui vient de diriger un ouvrage collectif sur ce sujet
Et puis,ne soyons pas trop modestes,signalons aussi la recension du dernier numéro 426 des Cahiers Pédagogiques consacré à l’Autorité dans la rubrique "Kiosque" du journal le Monde.
Bonne Lecture...


Libération du 04/10/04

Ecole sans issue pour élèves hors-circuit
C’est une histoire de révolte, de découragement et d’impuissance combinés. Elle toucherait 1 % de la population du collège, soit 32 500 élèves qui, pour diverses raisons, sont déscolarisés. Au total, 160 000 élèves sortiraient chaque année du système éducatif sans aucune qualification, selon les plus récentes évaluations de l’Education nationale. Là commence le trompe-l’oeil. Car cette histoire se raconte sous le titre générique de « déscolarisation » alors qu’à écouter les acteurs de terrain comme à lire les chercheurs, le mot ne souffre que le pluriel.
C’est ce que nous voyons à Montreuil (lire page 6), dans ce département de Seine-Saint-Denis où se joue en cette rentrée un des ratés les plus ahurissants de l’Education nationale : 2000 élèves, sortant de collège, se sont retrouvés sans affectation. Comme un bras d’honneur que l’institution aurait autoadministré à tous ses discours sur l’équité du système, des élèves le plus souvent issus de catégories défavorisées et qui s’étaient vu reconnaître le niveau pour entrer au lycée ont été contraints au redoublement, faute de places, essentiellement en lycée professionnel. Faute aussi de prévisions assez fines des chefs d’établissement. C’est le cas à Grigny (lire page 5), où les professionnels de la jeunesse héritent d’autant de cas particuliers qu’il y a de jeunes déscolarisés.
C’est ce que décrit cette vaste enquête sociologique commandée il y a cinq ans, enfouie dans les tiroirs ministériels, qui sort enfin en librairie (lire page 5), et qui souligne l’hétérogénéité des processus qui mènent à la déscolarisation _ « Avant tout un symptôme qui ne parle pas seulement de l’école, mais surtout des familles et des trajectoires des individus », disait déjà le sociologue Hugues Lagrange en 2001, suite à une étude sur la déscolarisation dans le Mantois (Libération du 30 janvier 2001).
Lire la suite de l’article

L’exclusion scolaire, une punition aussi pour les profs
Ils en veulent à un système qui ne sait pas répondre à leurs élèves, pourtant motivés par des projets.
Lire la suite de l’article

Editorial : Décrochages
Naguère, on voulait amener 80% d’une classe d’âge au baccalauréat, voilà que le ministre de l’Education reprend l’objectif de 100% d’élèves obtenant une qualification. Pourtant, l’échec _ relatif _ de la précédente ambition aurait dû conduire à modérer cette exaltation statistique. La progression inquiétante des « déscolarisations », un mot qui, dans le contexte, suggère la délocalisation d’un enfant hors de l’école, devrait inciter à se fixer une autre contrainte, qui serait : 100% d’imagination pour résoudre 1% de cas apparemment désespérés de jeunes que le système exclut et qui s’en excluent en retour. Avec un tel slogan, on ne bat pas la campagne électorale. Mieux vaut faire de l’absentéisme scolaire une grande cause sécuritaire en rendant les parents responsables pénalement de cette « école de la rue » comme on disait avant, où se formeraient les « sauvageons » comme on dit maintenant.
Lire la suite de l’article

Dominique Glassman, l’un des directeurs de la longue étude commencée en 1999 :
« Perçu comme un chômeur juvénile »

Les situations de décrochage ont fait l’objet d’une longue étude, engagée en 1999, à laquelle une vingtaine de sociologues ont participé. Estimant que la déscolarisation est un processus social, ils se sont concentrés sur les jeunes des quartiers populaires, scolarisés en ZEP. Cette somme de recherches, menées au sein d’un programme interministériel, vient d’être publiée sous le titre la Déscolarisation (aux éditions La Dispute, août 2004)
Entretien avec Dominique Glasman, l’un des directeurs de l’étude.
Lire la suite de l’article

SOS Rentrée repêche les déscolarisés
A Grigny, une association aide au cas par cas de jeunes exclus pour leur trouver un établissement.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 04/10/04

Une super autorité pour assurer l’égalité des chances
Le projet de loi pour instituer la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) doit être examiné demain soir par les députés qui font leur rentrée parlementaire. Court et général, le texte s’avère plutôt consensuel.
Lire la suite de l’article

Un étudiant sur deux travaille
Même les jeunes aisés exercent des petits jobs pour s’aguerrir et améliorer l’ordinaire
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 04/10/04

Rien vu...


Le Parisien du du 04/10/04

Ils trouvent des solutions contre la violence scolaire
Ce matin, François Fillon et Dominique de Villepin signent à Dreux une charte contre les violences à l’école. Dans les zones sensibles, les chefs d’établissement, eux, doivent chaque jour inventer des solutions pour apaiser les tensions.
Portrait de Dominique Antonmattéi, 48 ans, chevelure rousse, caractère flamboyant et robes assorties, principale du collège Clemenceau, au coeur de la Goutte-d’Or dans le XVIII e arrondissement de Paris.
Lire la suite de l’article

A Blois, les vigiles remplacent les pions
A BLOIS, le lycée Augustin-Thierry est désormais placé sous la garde des vigiles d’une société privée. Cette mesure, prise à la suite de plusieurs agressions dont ont été victimes les jeunes, est en application depuis cette rentrée scolaire. Il y a une dizaine de jours, devant l’établissement, une élève a été menacée de viol par un garçon et plusieurs autres élèves, victimes de racket.
Vendredi matin, un lycéen a été roué de coups par cinq jeunes. Il a dû être hospitalisé. Face à ces actes de violence qui ne cessent de croître et à un manque de personnel, le proviseur a tenté de trouver une solution. Lors d’un conseil d’administration où étaient exposés les problèmes de sécurité, le chef d’établissement a fait voter le principe du recours à une société de gardiennage.
Lire la suite de l’article


La Croix du 04/10/04

Rien vu...


20 minutes du 04/10/04

Sciences-Po vient de mettre en place une section de journalisme
Interview de Richard Descoings
Lire la suite de l’article

Bientôt, un site Internet sur les violences scolaires
Alors que la campagne régionale sur les violences scolaires est reconduite pour la quatrième année, la région Ile-de-France vient d’annoncer le renforcement de son dispositif en lançant un site Internet. « Jeunes violence écoute  »
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 05/10/04

KIOSQUE L’autorité à l’école "ne se décrète pas" La revue "Cahiers pédagogiques" récuse toute nostalgie.La question de l’autorité à l’école est devenue un des passages obligés de toute réflexion sur l’éducation. C’est le cas des derniers ministres de l’éducation nationale (Xavier Darcos, Luc Ferry et, aujourd’hui, François Fillon) qui insistent sur l’urgente nécessité de restaurer l’autorité perdue des enseignants, clé supposée de toute réforme. C’est aussi le cas, chose plus étonnante, des Cahiers pédagogiques, revue mensuelle réalisée par des militants pédagogiques et se situant aux antipodes d’une approche nostalgique.
"Ce n’est pas parce que des ministres et des intellectuels posent mal la question du remède aux maux de l’école, et maintiennent la confusion entre l’autoritarisme et l’autorité, que cette dernière n’a pas à être examinée", explique Florence Castincaud, professeur de français et coordonnatrice du dossier. "Le courant novateur a mis, trop longtemps sans doute, la question de côté, dans son effort pour penser une école au service des apprentissages et de la formation, non de la soumission", écrit l’enseignante.[...]
L’analyse des Cahiers pédagogiques se place donc en opposition avec celle de l’actuel gouvernement : l’autorité ne peut être un préalable à l’enseignement mais doit se construire au quotidien.
Lire la suite de l’article

Les chefs d’établissement auront un policier ou un gendarme référent
Chaque chef d’établissement aura désormais un correspondant policier ou gendarme, identifié, avec qui il pourra traiter des problèmes de violence à l’école. Tel est le contenu du protocole d’accord qu’ont signé, lundi 4 octobre, Dominique de Villepin, ministre de l’intérieur, et François Fillon, son collègue de l’éducation, à l’occasion d’une visite à Dreux (Eure-et-Loir), au collège Pierre-et-Marie-Curie.
Lire la suite de l’article

Les jeunes consomment moins de tabac et de cannabis, mais plus d’alcool
Usage du tabac en baisse, infléchissement de la consommation de cannabis, mais hausse de la consommation régulière d’alcool : ce sont les principaux constats d’Escapad 2003. Les résultats de cette enquête régulière par questionnaires anonymes auprès des garçons et filles de 17-18 ans lors de la journée d’appel et de préparation à la défense devaient être rendus publics, lundi 4 octobre, par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et les toxicomanies (Mildt).
Lire la suite de l’article