Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 4 juin 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 4 juin 2018

Agitations — Parcoursup — Ressources

L’actualité s’agite autour d’hameçons dernièrement lancés pendant que le pavé Parcoursup poursuit ses ébats. Heureusement plusieurs documents en ressources permettent de nourrir notre réflexion.


Agitations

Et si on demandait des comptes au fabuleux Blanquer ? Par Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires. “Cette semaine il met en scène la quatrième des distributions du ’’Livre de l’été’’ effectuées sous sa houlette, à savoir 800000 recueils de Fables de La Fontaine destinés aux élèves de CM2. L’histoire ’’fabuleuse’’ de l’évolution de ces quatre distributions devrait dessiller les regards et aboutir à ce qu’on lui demande enfin des comptes.”

Et justement, La Cour des Comptes met en demeure JM Blanquer sur les ESPE. “La Cour des Comptes rend public le 4 juin un référé envoyé le 12 mars aux ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur sur les écoles de formation des enseignants (ESPE). La Cour demande une "rationalisation" de l’offre de formation avec mutualisation inter académique, le développement de la bivalence chez les enseignants et le report en L3 des épreuves d’admissibilité. Les ministres doivent faire connaître leur réponse avant le 12 juin…

La polémique du week-end, c’est aussi l’uniforme... Sur un livret de JM Blanquer, le maire de Provins l’a mis en musique !
Uniforme et égalité sociale dans les écoles de Provins. “Les écoliers de Provins porteront un uniforme dès octobre 2018. La mesure , souvent présentée comme un "retour" à la tradition est aussi mise en avant comme une mesure sociale, gommant les différences entre les familles. Deux affirmations complètement fausses.”

Retour de l’uniforme à l’école publique : "Un enjeu d’égalité", pour Jean-Michel Blanquer. “Dans cinq mois, au retour des vacances de la Toussaint, les élèves des six écoles élémentaires de la ville porteront un uniforme avec un polo bleu portant la devise républicaine. Au total, 759 élèves du CP au CM2 sont concernés par cette mesure qui ne revêt aucun caractère obligatoire. La mairie va lancer un appel d’offres pour la fabrication du trousseau de 10 pièces qui coûtera "au maximum" 145 euros. Le coût sera divisé par deux à partir du deuxième enfant et la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS) pourra subvenir aux familles qui en ont besoin, a précisé l’édile.”
“Aucun caractère obligatoire” ! La discrimination passera donc entre ceux qui l’ont et ceux qui ne l’ont pas ! Les conformes et les non-conformes !

Éducation : l’uniforme arrive dans les écoles de métropole. “Les parents d’élèves de Provins (Seine-et-Marne) ont voté pour l’uniforme à l’école. Pas de caractère obligatoire, se défend le maire LR, mais la volonté de rassembler.” “Ce sera la première fois en France métropolitaine que l’uniforme sera adopté dans six écoles publiques. Il est très répandu dans les Antilles, à la Réunion et en Guyane. Coût du trousseau de 10 pièces : 145 euros à la charge des parents.”

L’uniforme à l’école : un slogan insistant à droite ! Par Claude Lelièvre. “Contre-vérités historiques et perversité conceptuelle. Le referendum tenu à Provins ce dimanche sur le port de l’uniforme à l’école appelle quelques éclaircissements en le replaçant dans un passé à la fois proche et lointain.”

Sur France Culture, Frédéric Says nous dit Pourquoi tout glisse sur Emmanuel Macron. “Réforme de l’université, de l’ISF, du code du travail... Les prédécesseurs d’Emmanuel Macron n’avaient pas osé toucher - ou si peu - à ces dossiers explosifs. Pourquoi le gouvernement actuel y réussit-il ?


Parcoursup

Jubilation presque solitaire : Parcoursup : "73,5% des candidats ont eu une proposition", annonce Frédérique Vidal.

Parcoursup : la semaine d’après. Premier bilan de la phase de retour des réponses . “Le 22 Mai, la phase de "réception et acceptation des propositions" de Parcoursup s’est ouverte. Elle court jusqu’au ... 21 septembre. De quoi stresser ceux des lycéens qui pourraient être contraints d’attendre longuement l’arrivée d’une proposition d’affectation. On a beaucoup dit, tout au long des phases précédentes, que ce serait quelque chose d’insupportable pour les familles. Et de fait, durant la première semaine de retour des réponses, il a été beaucoup dit (par voie de presse, témoignages sur les réseaux sociaux...) que "des centaines de milliers" de familles seraient dans l’angoisse de devoir attendre une réponse qui tarde à venir. Pire, on aurait fait le constat que plusieurs milliers d’élèves n’auraient reçu que des réponses négatives (donc ni reponse "oui" ou "oui si", ni "en attente"), ce qui les obligera soit à chercher une formation "hors Parcoursup" qui disposerait de places vacantes, soit à se soumettre aux aléas de la phase complémentaire qui débutera le 26 juin. Qu’en est-il en vérité ?” Un bien curieux bilan par Bruno Magliulo !

Pendant que beaucoup d’autres s’interrogent...
« Parcoursup : un système opaque, injuste et discriminant ». “Dans une tribune au « Monde », les représentants de l’éducation nationale, des parents d’élèves et de la jeunesse dénoncent Parcoursup dont les ratés démontrent que le véritable problème est le manque de place à l’université.”

Parcoursup : une nouvelle étape dans le rapprochement entre l’université et le monde du travail ?En supprimant le recours au tirage au sort qui avait pu être pratiqué les années précédentes dans les formations les plus demandées, et en s’engageant contre la méconnaissance des débouchés, le nouveau dispositif national d’inscription à l’université, Parcoursup, se veut plus rationnel que l’ancienne plate-forme Admissions Post-Bac. Cela suffit-il pourtant à éliminer l’arbitraire des affectations dans l’enseignement supérieur ? Il semblerait plutôt que cet arbitraire ressurgisse sous une autre forme, mieux admise, car conforme au projet d’une société moderne. Le point à travers trois dimensions saillantes de Parcoursup.”

Parcoursup : l’appli mobile fait-elle disparaître les vœux des élèves ?Pour éviter tout problème, l’Académie de Versailles appelle à ne plus utiliser l’application Parcoursup.”

Et maintenant, comment on améliore Parcoursup ? Les profs avancent leurs solutions par Anthony Cortes. “Après la publication des premiers résultats de Parcoursup, les critiques contre le successeur d’APB sont nombreuses : inefficace, trop lent, hasardeux, stressant pour les candidats… Certains membres de la communauté éducative réfléchissent pour "Marianne" aux corrections à apporter en prévision de l’année prochaine.”


Ressources

Podcast : De l’innovation dans l’éducation. “Le 4 avril 2018 a eu lieu la 8e journée nationale de l’innovation qui met à l’honneur les initiatives de terrain menées par les enseignants et les responsables d’établissement partout en France. À cette occasion, débat autour de praticiennes de l’innovation à l’école : Isabelle Robin, Amélie Vacher et Nadia Lépinoux-Chambaud.”

Alain Bouvier sur son blog, Notre système scolaire va-t-il s’effondrer ?Certains pensent qu’il suffirait de ne pas évoquer ce qui se passe réellement au sein et autour de notre système éducatif pour que son statu quo soit préservé. Les autruches ne font pas mieux ! De la sorte, je crains que nous soyons face à l’un des futurs grands ratés dont l’Éducation nationale a le secret, mais qui sera le pire de tous.”

L’attention, une question politique ? Par Hubert Guillaud. “Le concepteur éthique Américain Tristan Harris (@tristanharris) était l’un des invités du sommet Tech for Good, réuni par Emmanuel Macron à l’Élysée. [...] Le propos de Tristan Harris depuis qu’il a commencé à faire parler de lui en mettant à jour la question de captation attentionnelle par le design est devenu clairement politique. On pourrait dire qu’il s’est radicalisé à mesure qu’il en a soulevé les enjeux. « L’enjeu ne consiste pas seulement à décrypter comment les enfants utilisent le numérique, mais à comprendre comment l’attention peut contrôler la société », explique-t-il avec aplomb. « Il y a aujourd’hui un problème dans les choix que l’industrie de la technologie fait pour nous ». La technologie capture notre attention pour tout contrôler : les croyances, les élections, l’éducation, la santé publique et mentale… Elle s’insère dans chaque aspect de notre société, de manière invisible. Et, contrairement à la question des données personnelles par exemple, le thème de l’attention, de notre fonctionnement cognitif et social pour l’intérêt général, lui, n’est défendu par personne, souligne Tristan Harris.”

Xavier Pons : le "populisme éducatif" n’est pas qu’un discours politique. “En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherchent à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?