Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 30 septembre 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 30 septembre 2013

Moins pénible au soleil ? - Qu’on se le dise - Palmarès


Moins pénible au soleil ?

Il y a déjà été fait référence, mais il est bon d’y revenir car le sujet demande de poser toutes les précautions possibles, devant les égarements des uns et des autres : George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, s’est exprimée lors du colloque de la mission relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites, à l’Assemblée nationale, vendredi 27 septembre 2013. Ses affirmations sonnaient juste à tous les sens du terme : "Ensemble, faisons que la situation des familles Roms échappe à la pure et simple instrumentalisation politique, pour trouver au contraire des solutions puisées dans les principes et valeurs de la République. Notre pays a su, au fil du temps, intégrer des populations variées, souvent marquées à leur arrivée par la précarité et la marginalité."

JPEG - 119.9 ko
Le dessin de Fabien Crégut

A propos de précarité et des familles Roms, signalons la Campagne contre les idées reçues sur la pauvreté d’ATD Quart Monde et d’un petit livre qui démonte ce que l’on trouve parfois (mais si...) dans sa propre tête.

Et parce que non, elle n’est pas moi pénible au soleil, annonçons la journée mondiale du refus de la misère d’ATD Quart Monde. Le message proclamé tous les 17 octobre est le suivant : " Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les Droits de l’Homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. "

Et à propos de priorité signalons le lancement de la refondation de l’éducation prioritaire. "La démarche retenue par le ministre de l’éducation nationale est fortement participative, afin de disposer d’une réflexion collective solide pour améliorer la justice et l’efficacité de notre système éducatif."


Qu’on se le dise

Il n’y aura pas de théorie du Genre

Jean-Marc Ayrault l’a annoncé, net et précis, dans La Croix : "il n’est pas question d’introduire je ne sais quelle idéologie à l’école ! Il n’est pas question d’un temps d’enseignement sur la théorie du genre, pas plus dans les programmes scolaires que dans la formation des enseignants."

L’université n’est pas en crise

C’est la thèse du livre de Romuald Bodin, Sophie Orange, "L’université n’est pas en crise elle détourne l’attention de ce qui est vraiment en question : les objectifs politiques et sociaux assignés à l’enseignement supérieur, les désordres actuels du marché du travail et le désengagement progressif de l’État." lit-on dans la fiche du livre.

Culpabiliser n’aide pas à éduquer

Sur France Info, Question d’éducation d’Emmanuel Davidenkoff est revenu le 27 octobre sur un livre qui va faire respirer beaucoup de parents, d’enseignants, et peut-être par ricochet d’enfants ou d’adolescents. Il est signé du pédopsychiatre Daniel Bailly et vient de sortir chez Odile Jacob. Son titre : Déculpabilisons les parents.

L’art contemporain n’est pas hermétique

Les écoliers partent à la découverte de l’art contemporain puisque Vincent Peillon et Aurélie Filipetti ont lancé l’opération "un établissement une oeuvre". Une œuvre choisie parmi les collections des fonds régionaux d’art contemporain (FRAC), autour de laquelle on tourne, écrit, parle, et l’art contemporain s’éclaire.


Palmarès

A quoi rêvent les étudiants des grandes écoles ? Ils ne rêvent plus vraiment :"Seulement 24 % estiment qu’il leur sera facile de trouver un job. Ils étaient 32 % il y a un an et 51 % en 2011. Leurs exigences salariales tombent au niveau de l’an 2000, avec un ­salaire annuel de 29.500 euros brut en moyenne, contre 33.800 euros en 2011 et 32.000 euros en 2012.", ils savent. "Les futurs jeunes cadres savent qu’ils ne peuvent plus obtenir les rémunérations très élevées de la finance des années 2000", résume Éric Chauvet dans Le Figaro.fr. Ce n’est peut-être pas ce qu’on regrettera le plus...

Consolez-vous mesdemoiselles et mesdames à la beauté ordinaire, devenir Miss France est une voie de garage, puisque même étudiantes et diplomées nos lauréates préfèrent devenir des comètes de la télé que des stars de l’université. “Les Miss France reprennent rarement leurs études” apprend-on dans le même Figaro.fr Étudiant.

Et ne comptez pas sur moi pour vous donner le lien télé qui vous mènerait aux palmes du “pensionnat de Chavagnes” rebaptisé “Pensionnat de campagne”. Vous pourriez avoir envie de retourner au bon vieux temps de l’odeur de craie et du poêle à bois… Pourtant le blog du Monde nous apprend qu’en France le climat de discipline dans les écoles s’est dégradé ces dernières années. Laurent Fillion vous en parlera peut-être demain dans sa revue de presse...

Christine Vallin et l’équipe de la revue de presse