Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 30 juin 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 30 juin 2014

L’ABCD DCD ? - DIVERS


L’ABCD DCD ?

Oui, je sais, c’est un peu facile comme titre, mais c’est bientôt les vacances !

La presse ne bruisse que de cela depuis deux jours : le gouvernement a annoncé l’abandon de l’expérimentation des ABCD de l’Egalité au profit d’un "programme « ambitieux »". C’est en tout les cas ainsi que Najat Vallaud-Belkacem a présenté les choses. Comme on peut le lire dans Le Monde "Le ministère de l’éducation avait indiqué samedi que l’enseignement de l’égalité filles-garçons s’inscrirait dans la formation des enseignants, avec des outils « améliorés ». Benoît Hamon souhaite également « inscrire la lutte contre les inégalités » entre hommes et femmes « dans le socle commun » de savoirs que tout élève doit maîtriser à 16 ans."
Mais on a beau faire, le sentiment général est celui d’une reculade devant les lobbys (qui de leur côté pavoisent et affirment avoir obtenu le "retrait de l’ABCD").

Petit tour d’horizon :
Toujours dans Le Monde on pourra lire la réaction de la sénatrice EELV Esther Benbassa qui trouve que le gouvernement "rogne le progrès" : "Je suis déçue qu’on ait reculé devant l’extrême droite, les catholiques et les musulmans. Le gouvernement fait de la cosmétique : il veut faire de la formation pour les enseignants mais recule sur les ABCD de l’égalité. C’est difficilement compréhensible.
Dans Le Nouvel Observateur, un article fait le tour de la presse régionale et nationale, titrant par une citation d’un article de Alexandra Schwartzbrod dans Libération : "ABCD : "Une reculade devant une poignée d’illuminés réactionnaires".
Dans La Voix du Nord,qui voit dans l’ABCD, le combat pour l’égalité : "La ministre du Droit des femmes a promis « un dispositif ambitieux », mais quand on se sent obligé de le répéter, c’est qu’on n’est pas tout à fait certain qu’il sera accueilli de cette manière. En clair, le gouvernement recule.".
Dans La Croix : "L’ABCD enterré, le gouvernement continuera à promouvoir l’égalité filles-garçons". Pour le journal chrétien remarque que, "c’est un drôle d’exercice que celui auquel a dû se prêter, lundi 30 juin, Benoît Hamon. Objectif, pour le ministre de l’éducation : enterrer officiellement « l’ABCD de l’égalité », tout en récusant le terme de « reculade » et en réaffirmant comme une priorité de l’école le principe qui sous-tendait ce dispositif expérimental, l’égalité entre filles et garçons."
L’éditorialiste des Dernières Nouvelles d’Alsace, Pascal Coquis ajoute le sacrifice des ABCD de l’égalité "lors d’une ’inhumation de première classe’" à la liste des reculades qui paralysent l’action du gouvernement (article payant).
Dans Libération, Véronique Soulé pense qu’il s’agit surtout pour Benoit Hamon "d’arrondir les angles". " Le ministre a assoupli la semaine des quatre jours et demi, mis fin à l’expérience de l’ABCD de l’égalité, et sa réforme de la notation se limitera à davantage de « bienveillance ».

JPEG - 81.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Le plan d’action annoncé sera-t-il réellement plus ambitieux que ne l’était cette expérimentation ?
Claude Lelièvre, sur son blog nous rappelle que l’ABCD de l’Égalité n’était qu’un des éléments de la volonté de l’Éducation Nationale de lutter contre les stéréotypes de genre. Et que la plupart des mesures qui ont été annoncées aujourd’hui figuraient déjà dans la dernière convention interministérielle de février 2013 :
"Certaines des orientations de la dernière convention interministérielle (signée en février 2013) allaient dans ce sens. Cette convention annonçait en particulier « la création d’un programme ’’ABCD de l’égalité’’ qui s’adresse à l’ensemble des élèves de la grande section de maternelle au CM2 et à leurs enseignants, et vise à déconstruire des stéréotypes de genre ». On a vu...
Mais il était aussi d’ores et déjà dûment prévu dans cette convention interministérielle (compte tenu en particulier du peu de progrès, en trente ans, dans les manuels scolaires quant aux stéréotypes véhiculés ) qu’ « une documentation pédagogique, coproduite par le ministère du droit des femmes et le ministère de l’éducation nationale sera mise à la disposition des enseignants sous forme physique et numérique ».
Il était aussi d’ores et déjà projeté (et c’était aussi indéniablement une nouveauté ), « une formation à l’égalité pour les enseignants : un module spécifique ’’lutte contre les stéréotypes de genre dans les pratiques professionnelles’’ sera prévu dans le cahier des charges des futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation ». Et la formation continue n’était d’ores et déjà pas oubliée : « cette thématique sera également déclinée dans la formation continue de l’ensemble des personnels de l’éducation nationale […]. Des outils de formation en ligne seront établis et mis à disposition sur les sites disciplinaires et généralistes du MEN »
.

Reculade ou pas, donc, à vous de vous faire votre opinion....


DIVERS

On découvre dans le blog Educpro que le nombre de contrats d’apprentissage a chuté de 19 % entre janvier 2013 et janvier 2014. Ce chiffre est issu d’un sondage de juin 2014 réalisé par l’Ifop pour l’Agefa-PME, une émanation de la CGPME pour l’enseignement professionnel. La raison avancée pour expliquer cette autre reculade est que l’apprentissage est un système efficace mais trop onéreux pour les PME.
"Quelles seront les mesures prises en mars 2014 pour favoriser cette voie de formation ? 73 % des patrons sondés estiment que la gratuité du contrat d’apprentissage pour l’entreprise les inciterait à recourir davantage à l’apprentissage. Une mesure suffisante pour permettre au gouvernement d’atteindre ses objectifs de 500.000 apprentis en 2017 ? Tout dépendra du niveau des carnets de commandes des entreprises."

Une nouvelle bourse de 1000 euros par an pour 77 500 étudiants peut on lire dans l’Express. Benoît Hamon a également annoncé aujourd’hui cette mesure qui vise à permettre aux boursiers les plus "riches", ceux de l’échelon 0 qui ne bénéficient que de l’exonération des droits d’inscription, de recevoir une petite aide financière. Cette mesure s’inscrit dans la mise en œuvre de la promesse de campagne de François Hollande de remettre à plat le système d’aides aux étudiants.

Ce sera tout pour aujourd’hui.
Bonnes lectures et rendez-vous demain pour la revue de presse de Laurent Fillion.

Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques


Filles et garçons à l’école - Revue n°487 - février 2011
L’école mixte est régulièrement mise en cause, accusée de desservir tour à tour les filles ou les garçons. La question des violences sexistes et homophobes préoccupe les acteurs de l’école. Ce dossier rend compte des débats, met en lumière l’inventivité de tous celles et ceux qui agissent en faveur de l’égalité entre filles et garçons.