Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 3 septembre 2012


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 3 septembre 2012

Entre impatience et pragmatisme – Vocations et pénuries – Morale laïque : la dire ou la vivre ? – Fausses notes

Entre impatience et pragmatisme
C’est traditionnel. Dans les médias, à la rentrée, on parle de l’École. On a droit chaque année aux reportages sur les fournitures scolaires, à la rentrée des tout-petits ou encore aux premiers pas des nouveaux enseignants. Mais cette année, si l’École est au premier rang ” comme le titre Libération, ce n’est pas uniquement par facilité journalistique. Car l’École et la jeunesse ont été au cœur de la campagne de François Hollande. Et aujourd’hui, c’est dans ce secteur qu’on va éprouver la méthode Hollande-Ayrault fondée sur la concertation face aux impatiences et à l’héritage laissé par l’ancien gouvernement. Et la capacité du gouvernement et du chef de l’État à tenir à tenir leurs engagements.
La rentrée 2012 est une rentrée Chatel par contumace. Même s’il déclare qu’il y a des changements à l’œuvre, Vincent Peillon peut s’abriter, pour cette rentrée, sur le fait qu’elle était largement “dans les tuyaux” lors de sa prise de fonctions. Les enseignants savent cela et les positions syndicales semblent marquées par un certain pragmatisme. Mais, cela n’empêche pas certains d’être impatients et tous d’attendre beaucoup de la rentrée 2013 et de la loi d’orientation et de programmation. Car, en effet, l’été était studieux pour les syndicalistes et l’ensemble des partenaires de l’École. Lancée le 5 juillet, la concertation pour la refondation de l’École a occupé une bonne partie des vacances avec des réunions très régulières jusqu’au 20 juillet, puis une reprise à partir du 20 août et des travaux qui se poursuivent jusqu’à la fin septembre. Un rapport rédigé par le groupe de pilotage à partir des débats et des contributions écrites doit être publié à la mi octobre. A partir de ce texte, le ministre doit faire un projet de loi d’orientation et de programmation qui sera soumis au parlement dès novembre. L’enjeu est donc d’aboutir à une loi qui puisse avoir ses premiers effets à la rentrée 2013 qui sera alors la première rentrée ”Peillon”.
Mais parlons d’abord de la rentrée 2012. Le budget de cette rentrée scolaire « particulière », reste marqué les 1400 suppressions de postes qui étaient initialement prévues pour la sixième année consécutive. Face à cela, Vincent Peillon a surtout proposé des mesures de réparation votées cet été, dans le cadre du collectif budgétaire, afin d’“atténuer les tensions” ; le recrutement de 1 000 professeurs des écoles (baissant ainsi les suppressions à 13 000), celui de 280 profs du secondaire, de 100 conseillers pédagogiques d’éducation (CPE) ou encore de 2 000 assistants d’éducation. Autre “réparation” : la mise en place, pour cette rentrée, d’une formation transitoire (trois heures de décharge) pour les professeurs stagiaires, en attendant l’arrivée, en septembre 2013, des “écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPÉ)”. On doit évoquer aussi l’annonce des “emplois d’avenir-éducation” qui consiste en une forme de pré-recutement où on propose à des étudiants de licence des heures de travail dans l’éducation nationale et une rémunération en échange d’un engagement à passer les concours.
Est ce que toutes ces mesures seront suffisantes ? Vincent Peillon l’a reconnu lui même, les tensions demeurent notamment dans le secondaire. Et tout cela n’empêchera pas les revendications. L’École impatiente, était le titre donné à l’émission matinale de France Culture. Et il est vrai que cela résume assez bien la situation d’une bonne partie de l’École. Sans en rester à la question des moyens, plusieurs acteurs de l’École attendaient des actes symboliques qui marquent déjà une rupture avec la période précédente. C’est ainsi le cas de Pierre Frackowiak. Dans une tribune sur Éducavox , il dénonce la permanence des blocages qui empêchent d’avancer et la “peur des ruptures y compris dans la concertation pour la refondation : “A la rentrée, on a pris quelques mesures d’urgence sur les postes, sur la formation, sur l’évaluation des enseignants mais on n’a pas suspendu les programmes affligeants de 2008, les pratiques autoritaristes des cadres formatés, l’aide individualisée unanimement condamnée y compris dans les milieux qui soutenaient le pouvoir précédent. La souffrance des enseignants, l’ennui des élèves, la perte de sens de l’école par rapport à l’évolution du monde s’effacent devant l’exigence de faire des propositions, celles là même que l’on entend depuis trente ans et qui ne mettent pas en cause les « fondations » pourtant chancelantes, du système.… ”.
Autre agacement, celui de Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES, lors de la conférence de rentrée de son syndicat "Aujourd’hui, le point de tension majeur concerne la réforme des lycées professionnels : l’évolution du nombre d’élèves est plus qu’inquiétant et les programmes sont infaisables. Il y a une urgence absolue et on ne comprend pas l’attentisme du ministre sur cette question-là.". Le syndicat s’est aussi montré déçu de la gestion de plusieurs autres dossiers : la réforme du lycée, le livret personnel de compétences, que V. Peillon a condamné mais conservé, et le dispositif ECLAIR, "que le ministre aurait dû supprimer". Sur toutes ces questions, des signaux forts ont manqué. "On ne veut pas tout tout de suite, mais on souhaite au moins qu’une évolution soit programmée, et ce n’est pas le cas pour le moment".
C’est peut-être pour contrer toutes ces impatiences et rassurer les enseignants que le président François Hollande a adressé lundi 3 septembre un message de “confianceaux enseignants qu’il a placés au cœur de son projet de “refondation” de l’école, lors d’une visite au collège Youri Gagarine de Trappes. Citant en exemple les innovations pédagogiques de ce collège, le président de la République a insisté sur le “rapprochement entre l’école et le collège” dont il entend faire “un objectif national” et qui doit permettre aux élèves de parvenir en 3ème avec un niveau “suffisant”. Il a aussi déclaré que l’Education nationale “a fait trop souvent l’objet d’attaques, pas simplement budgétaires, idéologiques aussi. Il a été tant demandé à l’école et il a été si peu rendu à l’Education nationale”. “Ce ne sera pas une réforme de plus, vous en avez déjà connu tellement, mais une refondation”, a-t-il ajouté en parlant de la future loi d’orientation et de programmation.
Le changement c’est pas encore pour maintenant et si l’heure est encore à l’enthousiasme des débats et à une attente bienveillante, le moment des arbitrages risque d’être plus délicat.
Vocations et pénuries
C’est le moment ou jamais de passer les concours ! Comme nous l’évoquions plus haut 22.100 postes seront inscrits aux concours externes des premier et second degrés pour la rentrée 2013, pour le public et le privé. Outre ces 22.100 postes, entre 8.000 et 10.000 devraient aussi être créés pour cette même rentrée. On ne connaîtra que fin septembre le détail de ces 8.000 créations de postes, mais elles devraient s’effectuer en partie par la titularisation de certains enseignants contractuels. Mais il ne suffit pas de décréter des créations pour que les postes soient pourvus et que le métier soit attirant.
Pour la session 2012, 706 postes – soit 15% – de professeurs du second degré n’ont même pas trouvé preneur à l’issue des concours. Il y avait déjà 826 postes manquants en 2011. Une application proposée par le site Rue89 présente de façon ludique les disciplines les plus touchées par ces manques. Il faut déjà le rappeler, les jurys des concours sont souverains. Et ceux ci peuvent décider de ne pas pourvoir tous les postes en fonction du niveau des candidats. La question dans les années à venir risque d’être moins celle de la nature des concours de recrutement qui agite aujourd’hui beaucoup les débats de la “concertation” que celle des moyens d’attirer les candidats vers ces concours.
Inévitablement la question de la revalorisation salariale est mise sur la table. Ce peut être un levier pour attirer davantage de candidats aux concours. Vincent Peillon a laissé entendre qu’un coup de pouce salarial n’était pas exclu dans le moyen terme avec cette formule qui n’engage à rien : “ Il serait digne de mieux payer les enseignants si nous en avions les moyens et, lorsque nous les aurons, nous le ferons. ”. Un moyen de faire patienter…
Mais dans la même interview il a ajouté que "les gens qui choisissent ce métier ne le choisissent pas d’abord pour l’argent", "ce qu’ils veulent, c’est qu’on leur donne les moyens de faire réussir les élèves. Ce n’est plus le cas dans ce pays". Reconstruire une école efficace qui fait réussir tous les élèves serait ainsi un moyen de rendre attractif et valorisant le métier d’enseignant.
Et si on cessait aussi de parler de vocationsà propos du métier d’enseignant ? Car n’oublions pas que quand on a la vocation, souvent on fait vœu de pauvreté… ! Et si plutôt que d’être face à un “sacerdoce” hérité du 19ème siècle, l’enjeu du 21ème était de construire une professionnalité qui fasse des enseignants des experts du “faire apprendre” ? Si l’on créait les conditions de l’autonomie des équipes enseignantes au service d’objectifs clairement définis plutôt qu’un maquis de procédures, peut-être cela serait-il une source de motivation et d’attrait pour ce métier ?
Morale laïque : la dire ou la vivre ?
Lors de sa conférence de rentrée du 29 août, Vincent Peillon a annoncé qu’il souhaitait développer un enseignement de morale laïque “du plus jeune âge au lycée”. Il avait déjà évoqué ce projet le 11 juillet dernier, devant la commission des affaires culturelles de l’assemblée nationale.
Il y a eu beaucoup de petits dispositifs. Je veux créer un consensus car cela va très au delà du clivage gauche-droite”, a-t-il expliqué mercredi lors de sa conférence de presse de rentrée. « La laïcité, ce n’est pas la simple tolérance, ce n’est pas "tout se vaut", c’est un ensemble de valeurs que nous devons partager », a dit M. Peillon. « Pour les partager, il faut qu’elles nous soient enseignées et qu’elles soient apprises [...] Il faut reconstruire entre les enfants de France du commun », a ajouté l’agrégé de philosophie, disciple du positivisme et grand admirateur de l’œuvre de Ferdinand Buisson. On va donc créer et installer une commission pour travailler sur ce sujet.
Ces annonces ont donné lieu à un dérapage de l’ancien ministre UMP de l’Education Luc Chatel . Celui-ci écrit en effet «  Effarante interview de Peillon dans le JDD  : redressement intellectuel et moral, mot pour mot l’appel du maréchal Pétain le 25 juin 1940  », a écrit Luc Chatel sur son compte Twitter. Passées les bornes, il n’y a plus de limite…
Mais revenons sur cette annonce. Car les médias ont la mémoire courte. Car, parler de “retour” est un peu abusif. Il y a un an tout juste, le prédécesseur de Vincent Peillon, Luc Chatel annonçait lui aussi le “retour” des cours de morale à l’école primaire. Alors que celle-ci n’avait jamais vraiment disparu. Mais, me direz vous, ici il ne s’agit pas de la même chose puisqu’il s’agit de morale “laïque”… Ou alors il faudrait parler en paraphrasant Cocteau d’ “éternel retour” .
Sur le fond, sans vouloir remettre en cause les intentions de M. Peillon, on a quand même l’impression qu’il cherche ainsi à séduire un électorat conservateur. A se demander s’il n’a pas Jean-Pierre Chevenement comme conseiller occulte... Et sur la forme on a l’impression qu’on réemploie les mêmes recettes que sous Chatel tant ce procédé qui consiste à faire des annonces pour détourner l’attention semble éculé tellement il a été utilisé.
Et puis on peut aussi s’interroger sur les raisons qui poussent à proposer cet enseignement et les meilleurs moyens d’apprendre cette “morale”. On peut en effet considérer que la société perd ses repères et qu’il importe d’en redonner. C’est probablement la mission de l’école que de former des citoyens mais on peut avoir des réserves sur ce discours de déploration nostalgique. Et puis surtout, on peut se demander s’il est plus efficace de créer des cours de “morale” ou au contraire de faire vivre ces valeurs à travers des pratiques. C’est peut-être en faisant des établissements scolaires des lieux d’apprentissage de la démocratie et de la tolérance qu’on développera cette “morale laïque” et ses valeurs plutôt qu’à travers des cours qui risquent d’en donner une vision désincarnée et au final peu propice à un réel apprentissage.
Fausses notes
Selon un sondage paru lundi dans le quotidien gratuit Métro 80 % des Français interrogés (1007 personnes) sont opposés à la suppression des notes à l’école ( on peut consulter le sondage complet ici). 77 % des personnes interrogées pour cette enquête sont des parents d’élèves de moins de 18 ans. Frédéric Dabi, directeur-général de l’Ifop qui a réalisé cette étude précise que “les 50-64 ans, c’est-à-dire la génération 68, sont les plus opposés à une réforme du système de notation, à 85 %”.
On peut évidemment questionner le sondage lui même. Il s’agit d’un questionnaire auto-administré en ligne dont la question est “Vous personnellement, êtes-vous favorable ou pas favorable à la suppression des notes à l’école ?”. La question laisse peu d’alternative. En 2011, un sondage commandé par l’AFEV (une association d’étudiants faisant du soutien scolaire) montrait en revanche que 53% des Français étaient favorables à la mise en place d’un autre système d’évaluation des élèves.
Vincent Peillon a pris position dans ce débat en se disant opposé à la suppression des notes et en déclarant “Je trouve que le débat est toujours intéressant quand il n’est pas manichéen, pour ou contre les notes, et d’ailleurs ce n’est jamais comme cela qu’il a été posé, y compris par moi". Selon lui, il faut "qu’il y ait une évolution de la façon dont nous notons, parce que la note doit pouvoir être aussi un encouragement et pas un découragement parce que les élèves de France, à part les petits Japonais, sont les plus malheureux au monde
La question des notes est un débat intéressant et clivant dans l’opinion publique. Et cela illustre assez bien les tensions qui traversent l’école. Si les notes ont été inventées, ne l’oublions pas, c’est d’abord pour classer et trier. Quand Jules Ferry promulgue un décret le 5 juin 1890 qui stipule que “dans les compositions, chaque copie aura sa note chiffrée de 0 à 20”, c’est sous la pression des grandes écoles et des concours administratifs. Comme le souligne l’historien de l’éducation Claude Lelièvre “le classement précède la note” . La France est depuis cette époque un pays de concours et la note est d’abord l’outil de cette sélection. C’est, d’une certaine manière, inscrit dans le code génétique de la société française. L’évaluation est d’abord définie en France comme une évaluation normative où l’on se compare aux autres (ce qui n’est pas vrai dans d’autres pays). Mais cette conception est productrice d’échec et de perte d’estime de soi. Elle est aussi néfaste pour les apprentissages puisqu’elle transforme l’erreur en faute et conçoit l’évaluation comme une fin et non une partie du processus. Il ne s’agit pas de dire que cette conception de l’évaluation doit être abandonnée. Qu’on le veuille ou non, à un moment l’École sélectionne. Mais on peut faire en sorte que cela se fasse le plus tard possible. Et l’enjeu est alors de développer avant une autre conception de l’éducation qui soit une évaluation au service des apprentissages. Où il ne s’agit pas forcément de se comparer aux autres mais de mesurer ses propres progrès par rapport à des critères et des objectifs d’apprentissage.
La remise en cause des notes est en fait un débat majeur qui touche aux valeurs mêmes de notre société. Une société fondée sur la sélection et les inégalités plutôt qu’une société bienveillante et égalitaire. Un autre enjeu réside dans la nécessité pour les évaluations alternatives à être aussi “lisibles” que les notes le sont en apparence. Car, on peut déjà rappeler que les notes sont loin d’être fiables. Les travaux de la docimologie (l’étude des biais de la notation) l’ont montré depuis les années 30. Mais, alors que cela devrait faire partie de leurs connaissances de base, ces travaux sont très peu connus et peu diffusés dans la formation des enseignants. Face aux notes, pour l’instant, l’évaluation par compétences a souvent pris la forme de “grilles” relativement complexes et peu lisibles pour les parents et les élèves. Les enseignants qui innovent dans ce domaine doivent poursuivre leurs efforts de communication dans ce sens. Pour éviter les usines à cases et évaluer sans fausses notes…
C’est donc le retour de la revue de presse pour la huitième année consécutive après la coupure des vacances. Certaines sources d’information ont disparu, comme par exemple France Soir. D’autres sont intégrées comme par exemple le site Éducavox ou le Huffington Post On ne sait pas encore quel sera le rythme cette année mais au minimum on peut espérer une revue de presse chaque semaine. Et plus si affinités…
Bonne rentrée et Bonne Lecture...


Libération.fr du 03/09/12(certains articles payants)

« 50 % des profs contractuels en lettres et histoire n’ont pas de poste »
Ils sont près de 120 000 précaires à travailler pour l’Education nationale, en CDD ou en CDI, mais sans disposer du statut protecteur de fonctionnaire. Parmi eux, environ 23 000 enseignants et conseillers principaux d’éducation (CPE). A la veille de la rentrée des classes, ils sont encore nombreux à ne pas avoir signé de contrat.
Lire la suite de l’article

Profs : une prérentrée en sous-effectif
Après cinq années de sarkozysme et d’attaques contre le métier d’enseignants, le gouvernement tente d’inverser la tendance.
Lire la suite de l’article

« Il y a quelque chose d’utopique à enseigner »
Quatre jeunes professeurs racontent leur métier et leurs motivations.
Lire la suite de l’article

Hollande exprime sa confiance aux enseignants avant la « refondation »
Le chef de l’Etat visitait un collège des Yvelines en compagnie de trois ministres.
Lire la suite de l’article

L’école de retour au premier rang
Préparée par le gouvernement précédent, la rentrée reste marquée par des suppressions de postes massives. Mais l’annonce des réformes a détendu l’atmosphère entre l’Etat et le monde de l’éducation.
Lire la suite de l’article

Dans le primaire, « on ne demande pas la Lune »
Queue de comète du sarkozysme, la rentrée est difficile sur le terrain. De quoi former de grands espoirs dans les projets de réforme.
Lire la suite de l’article

Et pourtant, les profs ont été les premières victimes de Hollande…
Une des premières mesures du gouvernement Ayrault, votée en juillet, a été de… baisser de 20 euros par mois en moyenne le pouvoir d’achat des enseignants. Pour autant, ceux-ci ne devraient pas défiler dans la rue à la rentrée contre cette réduction de leurs revenus, qui résulte de la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires.
Lire la suite de l’article

A l’Elysée, une rentrée pour rentrer en grâce
Thème central de sa campagne, l’éducation semble être le va-tout de Hollande pour calmer les attentes.
Lire la suite de l’article

Education : ce qui va changer (ou pas) à la rentrée
Le ministre de l’Education, Vincent Peillon, a dû composer avec une rentrée 2012 encore fortement marquée par les décisions du précédent gouvernement.
Lire la suite de l’article

Pour Peillon, « il serait digne de mieux payer » les enseignants
Mais l’Etat n’en a pour le moment pas les moyens, a ajouté le ministre.
Lire la suite de l’article

Peillon assure qu’il y aura un enseignant dans chaque classe à la rentrée
Le ministre de l’Education dément par ailleurs toute « crise des vocations » dans l’enseignement.
Lire la suite de l’article

Peillon ne séduit pas encore totalement les syndicats
Le Snes-FSU, principal syndicat d’enseignants, dresse un « bilan mesuré » de l’action de Peillon.
Lire la suite de l’article

« On apprécie le retour du dialogue social »
Questions à Christian Chevalier Secrétaire général du syndicat enseignant SE-Unsa
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut plus de morale laïque à l’école
L’enseignement de la « morale laïque » doit être harmonisé pour enseigner aux enfants les principes et comportements du « vivre ensemble », à l’issue d’une réflexion engagée à la demande du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 03/09/12 (certains articles payants)

Vincent Peillon veut rétablir la carte scolaire
Le ministre de l’Éducation nationale juge l’assouplissement néfaste.
Lire la suite de l’article

Rentrée 2012 : ce qui attend les élèves
Les groupes de travail chargés de préparer la loi d’orientation sur l’école reprennent leurs réunions. Mais c’est en septembre 2013 que devraient intervenir les véritables réformes du nouveau gouvernement.
Lire la suite de l’article

Facture stable pour la rentrée scolaire
La plupart des consommateurs commenceront à cocher leurs listes à partir de la semaine prochaine, stimulés par les promotions des distributeurs.
Lire la suite de l’article

Les manuels d’histoire oublient les héros de 14-18
L’escamotage des maréchaux Foch et Joffre dans les manuels de troisième fâche les historiens.
Lire la suite de l’article

Qui veut casser l’histoire de France ?
L’absence de l’histoire en terminale scientifique est la manifestation la plus éclatante de la dégradation de cette matière dans le cursus scolaire. Mais le problème de l’histoire à l’école ne tient pas seulement au nombre d’heures de cours : l’orientation des programmes est en cause.
Lire la suite de l’article

L’internat d’excellence de Sourdun attire les candidats
Trois ans après son lancement, l’internat d’excellence de Sourdun, le premier du genre, affiche une belle réussite.
Lire la suite de l’article

Éducation : les ados séduits par la pension
Les pensionnats ont le vent en poupe. L’an dernier, plus de 220.000 élèves y ont fait leur entrée. Mais la formule ne convient pas à tous.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 03/09/12

Enseignement de la morale : "Une nostalgie de l’école de la IIIe République"
Patrick Cabanel, professeur d’histoire contemporaine à Toulouse-II-Le Mirail et auteur du Tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux, XIXe-XXe siècle (Belin, 2007), réagit à l’annonce, mercredi 29 août par le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, de la mise en place d’un enseignement d’une "morale laïque" "du plus jeune âge au lycée".
Lire la suite de l’article

A l’école maternelle d’Hautot-sur-Mer, la classe sauvée par le plan Peillon
La maternelle d’Hautot-sur-Mer, sur le littoral de la Manche près de Dieppe, est encore vide et le moindre bruit résonne, dans une atmosphère un peu trop calme et dans l’attente des enfants qui y feront pour certains, mardi 4 septembre, leurs premiers pas à l’école. "C’est un peu désert. Mais on remplit les murs avec les dessins et les collages au fur et à mesure de l’année", indique Coralie, institutrice, venue pour la réunion de pré-rentrée avec ses deux collègues. Seul vestige de l’année scolaire passée, une ribambelle de photographies accrochée dans la salle de jeux, montrant les anciens élèves de la classe de moyenne section. Cette classe qui a bien failli ne pas rouvrir ses portes le jour de la rentrée cette année, avant d’être finalement rescapée, en dernière minute.
Lire la suite de l’article

Le "message de confiance" de François Hollande aux enseignants
A la veille de la rentrée scolaire, le président François Hollande s’est adressé lundi 3 septembre aux enseignants, qu’il a placés au cœur de son projet de "refondation" de l’école, lors d’une visite au collège Youri-Gagarine de Trappes, dans les Yvelines.
Lire la suite de l’article

Il faudra attirer de nouveaux candidats pour créer 60 000 postes d’enseignants
Le 9 septembre 2011, alors que François Hollande n’est encore que candidat à la primaire socialiste, il promet de recréer les 60 000 postes que la droite a fait disparaître des établissements scolaires. Un vrai coup politique qui surprend tout le monde, même Vincent Peillon, son "M. Education". Depuis, le ministre a compris que si ces postes supplémentaires ne suffiront pas à changer l’école, ils pourront l’aider vis-à-vis des syndicats.
Lire la suite de l’article

La rentrée sous contraintes de Vincent Peillon
Le ton a changé. "Confiance", "réussite de tous", "refondation"... Les maîtres mots de Vincent Peillon sonnent plus agréablement aux oreilles des enseignants que ceux de son prédécesseur, Luc Chatel, qui parlait "autonomie", "ressources humaines", "personnalisation". La méthode elle aussi a évolué : le 5 juillet, le nouveau ministre a lancé une phase de concertation dont doit sortir, assure-t-il, le contenu de la loi d’orientation et de programmation sur l’école soumise au Parlement cet automne. Mais, concrètement, à quoi peuvent s’attendre les 12 millions d’élèves et le million d’enseignants et de personnels qui reprennent, les 3 et 4 septembre, le chemin de l’école ?
Lire la suite de l’article

Peillon souhaiterait "mieux payer" les enseignants mais reconnaît ne pas en avoir "les moyens"
Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a estimé jeudi 30 août qu’"il serait digne de mieux payer" les enseignants, promettant une revalorisation lorsque le "contexte budgétaire" le permettra, dans un entretien sur RTL.
Lire la suite de l’article

La morale laïque revient au programme
« Enseigner la morale laïque »… Ça aurait pu être du Chevènement mais c’est du Peillon ! Le ministre de l’éducation a profité de sa conférence de rentrée, mercredi 29 août, pour annoncer qu’il souhaitait développer cet enseignement, « du plus jeune âge au lycée ». Déjà, le 11 juillet, devant la commission des affaires culturelles de l’assemblée nationale, il avait évoqué la chose.
Lire la suite de l’article

Peillon contre la suppression des notes mais favorable à leur "évolution"
Vincent Peillon n’est pas favorable à la suppression des notes mais à une "évolution" de sorte que la note engendre "un encouragement et pas un découragement", a-t-il dit, mardi 28 août, sur i-Télé, en réaction à un sondage révélant que 39 % des enseignants réclamaient leur abandon.
Lire la suite de l’article

Deuxième semaine de la concertation : gouvernance et rythmes scolaires au programme
Au cœur des échanges de cette deuxième semaine de concertation - 16-20 juillet -, et avant un mois d’interruption, la gouvernance et les rythmes scolaires. Cette semaine, quatre témoignages : celui de Jacques Grosperrin, ancien député UMP, de Georges Fotinos, ancien chargé de mission d’inspection générale, de Roland Hubert, co-segrétaire général du SNES-FSU, principal syndicat du secondaire, et de François Testu, chronobiologiste de renom.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon promet le respect aux jeunes enseignants
L’an dernier, c’est à Marly-le-Roi, dans l’académie de Versailles, que l’ancien ministre de l’éducation Luc Chatel était venu souhaiter la bienvenue aux enseignants stagiaires, nouveaux entrants dans le métier. Changement de lieu, changement de ton cette année : c’est à Créteil, dans les locaux de l’université Paris-Est, que son successeur Vincent Peillon est venu saluer, lundi 27 août, quelque 400 enseignants débutants du second degré - la moitié des 850 enseignants stagiaires affectés dans les collèges et lycées de l’académie, contre un millier en primaire -, et partager leur toute première heure dans leurs nouveaux habits de professeur.
Lire la suite de l’article

Peillon promet une formation continue aux professeurs "sacrifiés" par la droite
Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a annoncé lundi 27 août que 22 000 postes seraient ouverts au prochain concours des professeurs, lors de l’accueil des professeurs stagiaires du second degré de l’académie de Créteil. Ces postes ouverts au concours externe, pour entrée en fonctions à la rentrée 2013, concernent le primaire et le secondaire, dans le public comme dans le privé sous contrat, et permettront de remplacer tous les enseignants partant à la retraite, a-t-on précisé dans l’entourage du ministre.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 03/09/12

Le Snes dresse un bilan « mesuré » de l’action de Peillon
Le Snes-FSU, premier syndicat d’enseignants du secondaire, a dressé, hier, un «  bilan mesuré  » de l’action de Vincent Peillon. En annonçant, mercredi, que la rentrée 2012 était la «  rentrée du changement  », le ministre de l’Éducation nationale a eu «  un jugement un peu optimiste et rapide  », estime Frédérique Rolet, co-secrétaire générale. «  Les collègues vont vivre cette rentrée sur l’héritage du gouvernement précédent  » et «  avec peu de signaux de rupture en termes de réformes  », a-t-elle souligné. Elle regrette, entre autres, que la suppression du dispositif éclair ou encore du livret personnel de compétences n’est pas été annoncée.
Lire la suite de l’article

Les parents divisés sur les rythmes scolaires
Si les Français approuvent le principe d’une réforme, un sondage montre qu’ils sont beaucoup plus nuancés sur les solutions à mettre en œuvre. Notamment chez les parents d’élèves.
Lire la suite de l’article

Pour aller 
à l’école, il va falloir payer
Alors que l’accès gratuit à l’éducation est inscrit dans la Constitution, plusieurs départements renoncent à financer en totalité les transports scolaires. L’exemple du Loiret.
Lire la suite de l’article

Peillon met en route le « changement »
Le ministre de l’Éducation a défendu hier ses premières mesures, en rupture avec le quinquennat Sarkozy. Tout en reconnaissant que l’essentiel de la « refondation » reste à faire.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 03/09/12

Rentrée scolaire : les entreprises invitées à offrir une heure de temps parental
La ministre de la Famille Dominique Bertinotti a souhaité à la veille de la rentrée scolaire que les entreprises offrent une heure à leurs salariés pour leur permettre d’accompagner ou d’aller chercher leur enfant à l’école.
Lire la suite de l’article

Chatel accuse Peillon de paraphraser Pétain sur la morale laïque
La comparaison ne risque pas de passer inaperçue ! L’ancien ministre UMP de l’Education Luc Chatel a accusé son successeur socialiste Vincent Peillon de paraphraser le maréchal Philippe Pétain dans un entretien où il défend un enseignement de la morale laïque. Et comme cela se fait maintenant quotidiennement, c’est sur twitter que les échanges d’amabilités ont lieu.
Lire la suite de l’article

Peillon annonce la « morale laïque » à l’école
L’enseignement de la « morale laïque » doit être harmonisé pour enseigner aux enfants les principes et comportements du « vivre ensemble ». C’est ce qui ressort d’une réflexion engagée à la demande du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon. La laïcité à l’école est régulièrement chahutée par diverses polémiques, comme celui des « mamans accompagnantes », voilées lors de sorties scolaires ou la question de la viande halal à la cantine.
Lire la suite de l’article

Oubliés de la cantine, témoignez !
Dominique Baudis, le défenseur des droits, lance aujourd’hui une enquête pour recenser les problèmes d’accès à la cantine. Chacun est appelé à remplir un questionnaire sur un site Internet.
Lire la suite de l’article

Peillon aimerait augmenter les salaires des profs mais... ne peut pas
Il souhaiterait mais il assure qu’il ne peut pas. A quelques jours de la rentrée, le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a expliqué jeudi qu’« il serait digne de mieux payer » les enseignants, promettant une revalorisation lorsque le « contexte budgétaire » le permettra, dans un entretien sur RTL.
Lire la suite de l’article

Education : ce qu’il faut résoudre
Les parents, les professeurs, ceux de droite, ceux de gauche, les ministres rêvent tous de réussite pour les enfants. Qu’ils maîtrisent les savoirs fondamentaux, qu’ils soient formés en sortant de l’école même s’ils quittent les bancs des établissements à 16 ans. Forts de ces constats, les gouvernements successifs ont tenté de trouver des parades.
Lire la suite de l’article

Des profs non évalués… et non récompensés
Souvent critiqués d’un bloc, plus rarement salués, comment sont traités les enseignants dans ce système scolaire aujourd’hui promis à refondation ? « Toutes les études internationales montrent qu’au cœur de l’éducation qui marche il y a la rencontre entre un prof et un élève. Et sa qualité dépend de sa formation », rappelait le ministre hier lors de sa conférence de presse de rentrée.
Lire la suite de l’article

Pourquoi l’école doit changer
Pour sa première rentrée, le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé hier ses priorités. Au-delà des postes en plus, il y a surtout urgence à faire évoluer le système.
Lire la suite de l’article


La Croix du 03/09/12

François Hollande reste flou sur les créations de postes
S’exprimant sur l’école, hier dans les Yvelines, le chef de l’État n’a pas précisé comment il entendait inverser la courbe des effectifs enseignants.
Lire la suite de l’article

François Hollande adresse un message de « confiance » aux enseignants
Le président François Hollande a adressé lundi 3 septembre un message de « confiance » aux enseignants qu’il a placés au cœur de son projet de « refondation » de l’école, lors d’une visite au collège Youri Gagarine de Trappes, à la veille de la rentrée scolaire.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut « un ministère de mission »
Influencé par les hussards noirs de la République, cet ancien professeur de philosophie veut être à la fois « celui qui respecte l’école et celui qui la fait bouger ».
Pour « refonder » l’école, le ministre a choisi d’engager une concertation tous azimuts. Cette démarche débouchera sur un rapport, puis sur une loi, qui sera soumise au Parlement avant la fin de l’année.
Lire la suite de l’article

La « morale laïque » à l’école, une question controversée
À 48 heures de la rentrée des classes, Vincent Peillon a annoncé dimanche 2 septembre au Journal du dimanche l’introduction de la « morale laïque » dans la formation des enseignants à compter de 2013.
Lire la suite de l’article

En Belgique, l’alternative entre cours de religion et cours de morale est critiquée
Les « cours de morale non confessionnelle » sont conçus comme une alternative aux cours de religion dès l’école primaire.
La ministre de l’enseignement francophone souhaite, dès la rentrée 2013, refondre le programme pour favoriser un enseignement de valeurs communes à tous.
Lire la suite de l’article

Les premières mesures éducatives de la présidence Hollande
Alors que la précédente majorité, qui avait préparé dans ses grandes lignes cette nouvelle année scolaire, souhaitait supprimer 14 000 postes, l’actuel gouvernement a décidé de limiter les coupes. Lundi 3 septembre, 1 000 professeurs des écoles de plus que prévu effectueront leur pré-rentrée.
Lire la suite de l’article

L’école de 1930 n’était pas meilleure
Face aux problèmes actuels de l’institution scolaire, certains idéalisent l’école d’antan. Les spécialistes de l’histoire de l’éducation refusent, eux, les comparaisons anachroniques
Lire la suite de l’article

« Inclure l’aide aux devoirs dans les missions des enseignants »
Pour Patrick Rayou, sociologue de l’éducation et professeur de l’Université Paris 8, l’accompagnement des élèves requiert une vraie stratégie collective.
Lire la suite de l’article

Rentrée en sixième : petites et grosses angoisses
Dans le courrier d’Astrapi (Bayard), une lectrice anonyme de 11 ans, qui s’inquiète pour son entrée en sixième demande l’avis des lecteurs. Ils sont nombreux à lui avoir répondu. Voici quelques réponses
Lire la suite de l’article

En Suède, l’école mise sur le dialogue
Des rencontres régulières avec les enfants, puis avec les parents, cherchent à cerner dès l’âge de 7 ans les difficultés rencontrées.
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 03/09/12

Rentrée scolaire : seulement l’amorce du changement
Le discours a changé et un cap est donné. Mais pour cette rentrée 2012, les nouveautés restent encore modestes au regard du défi que s’est lancé le chef de l’Etat de « refonder l’école ». Certaines mesures viennent cependant conforter le personnel enseignant.
Lire la suite de l’article

La douce musique de François Hollande sur le terrain
En déplacement ce matin dans un collège des Yvelines pour la pré-rentrée des enseignants, le chef de l’Etat a remis l’école au coeur de ses priorités.
Lire la suite de l’article

Ecole : les syndicats attendent un signal sur les salaires
Vincent Peillon a laissé entendre hier qu’un coup de pouce salarial n’était pas exclu dans le moyen terme. Un levier pour attirer davantage de candidats aux concours.
Lire la suite de l’article

Peillon affiche sa détermination à changer l’école
Le ministre de l’Education a insisté sur les premiers changements engagés dès cette rentrée à l’école, « priorité du quinquennat ». Et a pris soin de lier les moyens supplémentaires à la mise en place de réformes profondes.
Lire la suite de l’article

Peillon veut « changer le regard sur le métier d’enseignant »
Le ministre de l’Education nationale a annoncé hier que 22.100 postes seraient ouverts aux concours externes d’enseignement l’année prochaine, de manière à ce que tous les départs à la retraite soient remplacés.
Lire la suite de l’article

Rentrée : Peillon détaille les futures créations de postes
Au moment où le principal syndicat du primaire s’inquiète du pouvoir d’achat des enseignants, le ministre de l’Education a confirmé la création de 10.000 postes de professeur par an pour les quatre prochaines années.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 03/09/12

François Hollande veut donner à l’école des « raisons d’espérer »
François Hollande a exhorté ce lundi les enseignants à croire en sa volonté de faire de l’éducation la priorité de son quinquennat et indiqué que la loi d’orientation promise pour « refonder » l’école serait devant les parlementaires d’ici la fin 2012. En déplacement dans les Yvelines, le président a déclaré aux professeurs du collège Youri Gagarine de Trappes qu’ils avaient « des raisons d’espérer » en l’action du gouvernement.
Lire la suite de l’article

Malgré les obstacles, des enfants roms reprennent le chemin de l’école
Les inscrire relève du parcours du combattant et les parents sont parfois réticents : cette année encore, des milliers d’enfants roms seront privés de rentrée des classes mais d’autres vont quitter mardi leurs bidonvilles et campements pour prendre le chemin de l’école.
Lire la suite de l’article

Les enseignants font leur rentrée, un jour avant leurs élèves
Quelque 1.000 postes ont été créés dans le primaire pour cette rentrée...
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : l’exception toulousaine
Les petits écoliers de Toulouse vont reprendre la classe à raison de quatre jours et demi par semaine, sans attendre 2013 et la réforme annoncée des rythmes scolaires puisqu’eux ne sont jamais passés à la semaine de quatre jours.
Lire la suite de l’article

La réforme du lycée arrive en terminale et donc au bac
La réforme du lycée, introduite à partir de 2010 en seconde pour permettre une spécialisation progressive des élèves, arrive en terminale avec de nouvelles disciplines et des changements dans les épreuves du baccalauréat.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon revalorisera les salaires des enseignants, mais plus tard
Mieux payer les enseignants « serait digne » si « nous en avions les moyens », a affirmé ce jeudi Vincent Peillon, alors que le salaire des enseignants français débutants et en milieu de carrière, inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE, a reculé depuis une quinzaine d’années.
Lire la suite de l’article

Recrutement des enseignants : Luc Chatel dénonce la « mauvaise foi » de Vincent Peillon
Luc Chatel, ex-ministre de l’Education (UMP) a accusé ce jeudi son successeur socialiste Vincent Peillon d’être de « mauvaise foi » quand il dénonce un parcours d’obstacles mis en place par la droite dans le recrutement d’enseignants.
Lire la suite de l’article

Education : Vincent Peillon lance « la première rentrée du changement »
Le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a lancé ce mercredi « la première rentrée du changement », une rentrée « préparée par nos prédécesseurs », a-t-il souligné, et dans laquelle « nous voulions marquer la nouvelle orientation ».
Lire la suite de l’article


Rue89 du 03/09/12

Rentrées : « L’Instit », c’était du Peillon avant Peillon par Daniel Schneidermann
Au programme de la rentrée : introduire à l’école de la « morale laïque ». Attention, précise Vincent Peillon dans son interview au JDD : pas seulement de l’instruction civique. La « morale laïque », c’est de l’instruction civique, mais enrichie, si on ose dire. L’école devra donc enseigner « toutes les questions qu’on se pose sur le sens de l’existence humaine, ce qui fait une vie heureuse, ou une vie bonne ». Vaste programme.
Et la matière, précise le ministre, sera « évaluée », traduisez qu’elle sera notée, et comptera aux examens. T’as eu combien, à la question sur la vie heureuse ? Pff, pas la moyenne, je me suis planté, j’ai oublié le dévouement et l’attention aux autres, quelle galère. Vaste programme !
Lire la suite de l’article

Morale à l’école : Peillon copie sur Chatel, Darcos et Chevènement
Dans une interview pour Le Journal du dimanche, le ministre de l’Education Vincent Peillon a plaidé pour la tenue de leçons de « morale » à l’école.
Lire la suite de l’article

Au Brésil, une élève utilise Facebook pour réclamer le droit « à des écoles décentes »
En moins d’un mois, une élève d’une école publique de Florianopolis mobilise la communauté sociale en créant une page Facebook dans laquelle elle dénonce les carences des écoles publiques brésiliennes.
Lire la suite de l’article

Que faire des « mauvais » profs ?
On a tous croisé, dans sa scolarité, des profs incompétents ou « en difficulté ». Qu’en faire ? En France, la question est taboue et les situations, complexes.
Lire la suite de l’article

Appli : la pénurie de profs en chiffres
François Hollande a promis la création de 60 000 postes dans l’Education nationale pendant son quinquennat.
Pour le collège et le lycée, la partie s’annonce compliquée : 706 postes – soit 15% – de professeurs du second degré n’ont même pas trouvé preneur. Il y avait déjà 826 postes manquants en 2011. Une première depuis au moins dix ans.
Trois disciplines sont plus touchées que les autres.
Lire la suite de l’article

Monia, « prof passionnée » que l’Education ne « respecte pas »
Monia Baup est une prof de lettres qui part au lycée « en chantant » tout en songeant à une analyse de texte peaufinée la veille. Alors qu’on parle de crise des vocations, de déprime dans l’éducation, cette prof clame sa passion « intacte » d’enseigner. Elle est pourtant au bord de la grève de la faim : Monia conteste sa nouvelle affectation dans un collège du Rhône.
Lire la suite de l’article

Vacances, recrutements, rythmes scolaires : ce qui change à la rentrée
Depuis son arrivée en mai, le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon prépare sa rentrée scolaire. A de nombreuses reprises, il s’est engagé en faveur du changement : semaine de cinq jours ; allongement des vacances de la Toussaint ; création de 6 000 postes dès septembre ; révision du rythme scolaire...
A quelques jours de la rentrée, où en sont les engagements de Vincent Peillon ?
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 03/09/12

Les Français contre la suppression des notes à l’école
80 % des Français sont opposés à la suppression des notes à l’école, selon un sondage à paraître lundi dans le quotidien gratuit Métro.
Lire la suite de l’article

Morale laïque. Chatel accuse Peillon de paraphraser Pétain
Luc Chatel a accusé Vincent Peillon de reprendre des propos du maréchal Pétain pour défendre l’enseignement de la morale laïque.
Lire la suite de l’article

Conseils pour une meilleure réussite scolaire
L’année scolaire peut être éprouvante pour certains enfants. L’association de parents Apel nous donne quelques tuyaux pour optimiser les chances de réussite des enfants.
Lire la suite de l’article

Comment enseigner la morale laïque à l’école ?
L’enseignement de la « morale laïque » doit être harmonisé pour enseigner aux enfants les principes et comportements du « vivre ensemble », à l’issue d’une réflexion engagée à la demande du ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 03/09/12

L’éternel retour de la morale à l’école
Des cours de "morale laïque" à l’école, une innovation ? Pas vraiment. Instaurés dès la création de l’école publique, supprimés depuis 1968, la droite avait tenté de les remettre en place en 2008. Un dispositif souvent réclamé, jamais vraiment appliqué.
Lire la suite de l’article

Pour Chatel, Peillon paraphrase Pétain
La mise en place d’un cours de "morale laïque" dès la rentrée 2013, annoncée par Vincent Peillon dans le Journal du Dimanche, ne plaît pas à Luc Chatel. L’ancien ministre de l’Education nationale va même jusqu’à comparer la proposition de son successeur à un appel du maréchal Pétain.
Lire la suite de l’article

Peillon : "Je veux qu’on enseigne la morale laïque"
Interview de Vincent Peillon
Lire la suite de l’article

Les syndicats enseignants entre espoir et lucidité
Le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, l’a promis : le gouvernement a fait en sorte que cette rentrée scolaire se passe "le mieux possible". Les mesures d’urgences annoncées par le gouvernement permettent aux syndicats enseignants de garder un certain espoir. Mais pour l’heure, ils restent pragmatiques.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 03/09/12

Vincent Peillon veut des cours de "morale laïque" : pourquoi c’est une bonne idée par Jean Buaberot
C’est une nouvelle discipline que le ministre de l’Éducation voudrait introduire à la rentrée scolaire 2013 : la morale laïque. "Un enseignement qui inculquerait aux élèves des notions de morale universelle, fondée sur les idées d’humanité et de raison", détaille-t-il. Pour Jean Bauberot, historien et sociologue de la laïcité, l’idée est fidèle à la tradition républicaine française.
Lire la suite de l’article

Rentrée : 1.000 profs en plus, "un pansement sur une plaie béante"
Effectifs renforcés dès 2012, "refondation en 2013"... En cette journée de rentrée, les annonces du gouvernement ont-elles remonté le moral des enseignants ? Oui et non.
Lire la suite de l’article

Discours de Hollande sur l’école : un air de déjà-vu
En cette veille de rentrée scolaire, le président a tenu aux professeurs des propos consensuels axés sur la confiance et le rassemblement.
Lire la suite de l’article

Peillon : le "maximum" a été fait pour que la rentrée "se passe bien"
Le ministre de l’Education nationale souligne qu’il faudra "un peu de temps pour réparer les dégâts qui ont été faits".
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon lance la rentrée des (petits) changements
Tour d’horizon des modifications de la rentrée 2012 et des promesses qui restent à mettre en œuvre.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 03/09/12

"La laïcité est une belle idée mais ne peut devenir la colonne vertébrale de l’éducation"
Le ministre de l’Education Vincent Peillon plaide pour l’enseignement d’une "morale laïque" à l’école, qui ne doit pas s’apparenter à l’"ordre moral" ou à l’"instruction civique". Ce qui ne manque pas de faire réagir les internautes. Revue de commentaires.
Lire la suite de l’article

La morale, vieille rengaine des ministres de l’Education
Vincent Peillon veut instaurer dès 2013 une "morale laïque". Une innovation ? Ses prédécesseurs Luc Chatel et Xavier Darcos avait déjà tenté réinstaurer cet enseignement, supprimé des programmes en 1968. Rappel.
Lire la suite de l’article

"Hollande n’est pas attendu en priorité sur l’éducation"
Quel est l’enjeu de cette rentrée scolaire pour le nouveau gouvernement ? Selon Yves-Marie Cann, directeur d’études à l’institut CSA, les enjeux éducatifs ont été relégués au second plan à cause du contexte économique et social difficile.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire : ce qui change en 2012 et en 2013
Création de postes, durée des vacances, école le mercredi... Alors que les professeurs font leur rentrée des classes ce lundi et leurs élèves mardi, retour sur les grands changements de la rentrée et ceux à venir en 2013.
Lire la suite de l’article

François Hollande veut relever le "défi" de la rentrée scolaire
En marge de la rentrée scolaire, lors d’une allocution au collège Youri-Gagarine de Trappes, dans Yvelines, le président de la République a réaffirmé que l’éducation était la priorité de son mandat.
Lire la suite de l’article

Série : le jour où je suis devenu prof (Blog de Laurence Debril)
La rentrée, ça y est on y est. Pour traiter l’événement, toute la semaine, je vais vous livrer des témoignages d’enseignants. Thème de la rédaction : « Le jour où j’ai compris que j’étais prof ». Ce n’est pas forcément leur premier jour de cours, au contraire. C’est cet instant, où, face à leur classe, ils se sont sentis légitimes. Où ils ont cessé de se regarder essayer pour réaliser qu’ils étaient en train d’être. Pour certains, cela, a pris des années. Pour d’autres, quelques jours. Pour tous, c’est en tout cas un événement fondateur qui les a fait basculer. Ce jour-là, ils sont devenus profs. Laissons leur la parole.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 03/09/12

La Rentrée et ses valeurs - Éditorial
La journée de rentrée est celle où les communautés éducatives se ressoudent. Mais sur quelles valeurs ?
Lire la suite de l’article

Peillon prêche pour la "morale "laïque"
En annonçant dans Le Journal du Dimanche son intention d’instaurer des cours de "morale laïque", Vincent Peillon chausse les souliers de Darcos et de Chatel. Est-ce une façon de reconquérir l’électorat de droite au moment où les sondages sont en berne ?
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 03/09/12

Bilan de pré-rentrée : le SNES regrette "l’absence de signes forts" du ministère sur des questions clés
"Aujourd’hui, le point de tension majeur concerne la réforme des lycées professionnels : l’évolution du nombre d’élèves est plus qu’inquiétant et les programmes sont infaisables. Il y a une urgence absolue et on ne comprend pas l’attentisme du ministre sur cette question-là." L’agacement de Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES, illustre l’état d’esprit du syndicat quelques jours avant la rentrée 2012.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire : FO tire la sonnette d’alarme
"La mobilisation, nous y sommes prêts." Pour la FNEC-FP FO, "la rentrée s’annonce particulièrement difficile", et la fédération FO de l’enseignement attend les premiers échos du terrain, au soir de cette pré-rentrée, mais ne serait pas surprise de constater, ici ou là, à de réelles tensions dans certains établissements, susceptibles donc de déboucher sur des mobilisations. "Cette rentrée s’inscrit, hélas dans la continuité des précédentes, mais la responsabilité en incombe à Vincent Peillon."
Lire la suite de l’article


Éducavox du 00/00/12

Refonder n’est pas dissoudre par Michel Guillou
J’aime quand les réalités finissent par surgir et éclater au grand jour. J’avais, au début de l’été, dans cet article, tenté d’alerter sur les limites prévisibles du débat sur la refondation de l’école. Derrière les bonnes intentions liminaires, on devinait que la démarche retenue se limiterait aux entrechats ministériels et au saupoudrage de mesurettes.
Lire la suite de l’article

Refondation. La peur des ruptures par Pierre Frackowiak
Toujours cette impression générale décrite dans les chroniques précédentes, renforcée par le fait que les concepteurs des politiques éducatives et les responsables de leur mise en œuvre, le plus souvent techniciste et autoritariste, s’enhardissent et viennent faire l’apologie de ce qui a mis le système éducatif sur la voie de la catastrophe.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 03/09/12

La rentrée « par contumace » de Luc Chatel
Vincent Peillon a eu beau décréter que cette rentrée scolaire serait «  la première rentrée du changement  », le « changement » sera peu visible pour les 12 millions d’élèves qui reprennent mardi le chemin de l’école tant cette rentrée reste celle de son prédécesseur.
Lire la suite de l’article

François Hollande rend visite aux enseignants
En visite dans un collège de Trappes lundi 3 août, à la veille de la rentrée scolaire, François Hollande a souhaité adresser un «  message de confiance » à l’ensemble de la communauté éducative.
Lire la suite de l’article

Vers quel enseignement d’une morale laïque ? Par Claude Lelièvre
Beaucoup se demandent dans quelle filiation s’inscrit l’ambition renouvelée de Vincent Peillon en faveur d’un enseignement cohérent et progressif d’une morale laïque à l’Ecole. Chevènement ? Ferry ? Buisson ?

Lire la suite de l’article


Slate.fr du 03/09/12

La liste des prénoms pour avoir mention « Très Bien » au bac
La probabilité d’obtenir son bac avec mention « Très Bien » (TB) est-elle inscrite dans le prénom du candidat ? Depuis quelques années, le sociologue Baptiste Coulmont, auteur d’une Sociologie des prénoms (La Découverte, 2011), étudie les liens entre le prénom et la fréquence des mentions TB au bac, et propose sur son blog les résultats de ses découvertes.
Lire la suite de l’article


Huffington Post du 03/09/12

Rythmes scolaires : ces établissements qui pratiquent déjà la semaine de quatre jours et demi
Le changement, c’est pas pour maintenant. Seule évolution cette année, un jour de vacances en plus à la Toussaint. Le véritable événement de la rentrée 2012 se situe plutôt du côté de la reprise de la grande concertation autour de la réforme de l’école. Lancée par Vincent Peillon début juillet, elle réunit tous les acteurs de la vie scolaire. Son plus grand chantier : les rythmes scolaires.
Lire la suite de l’article

Echec scolaire : une dose de bienveillance par Emmanuel Davidenkoff
Le miracle se reproduit chaque année. Malgré les critiques au vitriol sur la crise de l’école, malgré l’épuisement qui menace des enseignants soumis à rude épreuve depuis quinze ans, malgré la pression croissante qui pèse sur les familles en ces temps de concurrence scolaire exacerbée, malgré tout, en somme, la rentrée se fera dans la majorité des cas sourire aux lèvres. Puis, de manière non moins immuable, les sourires s’éteindront au fil des jours, et les lèvres se pinceront parfois jusqu’à la grimace. C’est, peut-être, la seule question politique qui vaille en cette période de "concertation" sur l’avenir de l’école : comment ne pas décevoir le formidable espoir que chacun place ces jours-ci en l’école, en sa capacité à offrir non seulement un belle année mais à (se) construire une bonne vie.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire : Vincent Peillon face à la malédiction du salaire des profs
Du mieux pour les effectifs, mais les salaires attendront. Interrogé ce jeudi 30 août sur RTL, le ministre de l’Education, Vincent Peillon, a clairement écarté une revalorisation des salaires des professeurs à court et moyen terme, tout en estimant qu’il "serait digne de mieux payer" les enseignants.
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 03/09/12

Vincent Peillon : "Il n’y a pas de crise des vocations d’enseignants"
Lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée, mercredi 29 août 2012, le ministre de l’Education nationale a insisté sur la nécessité d’en finir avec la crise des recrutements d’enseignants. Pour en sortir, Vincent Peillon mise sur l’optimisme et la formation.
Lire la suite de l’article

La rentrée 2012 en direct de 5 lycées : les jeunes enseignants entre appréhensions et impatience
Lundi 3 et mardi 4 septembre, Educpros et L’Etudiant vous font vivre de l’intérieur la rentrée 2012 des enseignants et des lycéens. Pour cela, cinq journalistes s’installent pendant deux jours dans cinq établissements. Quel est l’état d’esprit des enseignants et proviseurs au moment de la rentrée ? Qu’attendent-ils de la concertation sur l’école ? Comment se passe l’entrée dans le métier des jeunes profs ? Réponses tout au long de ces deux journées.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 03/09/12

Vincent Peillon : "C’est la première rentrée du changement"
A l’occasion de la conférence de rentrée du ministère de l’Education nationale, Vincent Peillon est revenu sur les nombreux chantiers qui font de la rentrée 2012 une "rentrée du changement" : concertation sur la refondation de l’école, création de postes, emplois d’avenir, rythmes scolaires...
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !