Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 3 octobre 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 3 octobre 2016

Inégalités — Complot — Pédagogie — Histoire — Ailleurs


Le débat et les réactions suite à la publication du rapport du CNESCO se poursuivent encore. Le pape se prend les pieds dans sa robe et tombe dans... une théorie du complot. Il y aura quelques idées "pédagogiques" et la question de l’histoire se repointe sans doute en réaction à la dernière gauloiserie, On terminera cette revue par quelques infos venues d’ailleurs.


Inégalités

Médiapart propose un interview de Nathalie Mons : « Le débat public sur l’éducation est très pauvre ». “Un rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) sur les inégalités sociales en France dénonce des politiques publiques mal pensées et mal évaluées pour l’école. La présidente du Cnesco, Nathalie Mons, décrypte les conclusions de cette étude inédite.” Malheureusement l’article est réservé aux abonnés...

Luc Cédelle dans sa Lettre de l’éducation donne son analyse : Inégalités scolaires : le Cnesco met les pieds dans le plat. “Mesurer le degré d’équité ou de défaut d’équité d’un système scolaire fait appel à des données statistiques complexes, mais, par quelque bout qu’on les prenne, deux certitudes émergent  : non seulement notre système fabrique de l’inégalité mais la tendance est à l’aggravation.”

Et le Café pédagogique interviewe François Dubet : La déségrégation face à la logique du système. “Le sociologue François Dubet, spécialiste des questions d’éducation, revient sur le dernier rapport du CNESCO (1) portant sur les inégalités scolaires et migratoires, ainsi que sur l’électrochoc qu’il a suscité. Il s’inquiète du climat autour de l’école avec notamment des candidats à la primaire de la droite qui défendent des visions passéistes et qui pourraient utiliser ce rapport pour appeler à revenir en arrière.”

Le Café pédagoique signale également la publication de la DEPP, Ségrégation sociale au collège : La Depp pointe le privé. “Qui est responsable de la ségrégation sociale à l’Ecole ? Alors que la question des inégalités sociales dans le système éducatif français s’est enfin imposée dans le débat public depuis la publication du Cnesco, la Depp, division des études du ministère de l’Education nationale, publie une nouvelle étude, dans la revue Education et formations, qui pointe principalement le rôle de la ségrégation résidentielle et du privé dans la ségrégation sociale à l’Ecole. Plus d’un an après une conférence internationale tenue par le Cnesco sur ce sujet, l’étude de la Depp s’appuie sur un nouvel indicateur et atténue la responsabilité de l’école publique…

Et tout ça donne des idées à certains.
Le Figaro relaie “un entretien fleuve, deux professeurs de lycée, Margaux Merand et Hélène Parent, décrivent le cadre général d’une grande réforme de l’Éducation nationale fondée sur le mérite, l’excellence et l’autorité.” Et si l’Education Nationale était réformée par des professeurs ?

Y a bien sûr Brighelli qui s’en mêle : Pourquoi il faut supprimer l’enseignement prioritaire. “Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a analysé quinze ans d’aides à l’enseignement prioritaire. On applaudit bien fort !” Attention, c’est lui qui applaudit !


Complotisme

Les médias reprennent les dernière déclarations du pape.
Théorie du genre : le pape dénonce la "colonisation idéologique" des manuels scolaires français. “Samedi, à Tbilissi, le pape avait dénoncé la théorie du genre, qualifiée comme l’un des aspects majeurs d’une "guerre mondiale pour détruire le mariage".”

Le pape François s’en prend à l’enseignement français : "Un sournois endoctrinement de la théorie du genre". “Le pape François a accusé dimanche les manuels scolaires français de propager un "sournois endoctrinement de la théorie du genre", tout en rappelant la nécessité d’accueillir avec miséricorde les personnes homosexuelles et transsexuelles.”

Théorie du genre : Najat Vallaud-Belkacem "très en colère" contre le pape. “La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem regrette la "parole pour le moins légère et infondée" du pape François, qui a accusé les manuels scolaires français de propager un "sournois endoctrinement de la théorie du genre".
"Je vois qu’il aura été lui aussi victime de la campagne de désinformation massive conduite par les intégristes", a-t-elle affirmé sur France Inter
.”

Et la réaction de Claude Lelièvre : Le choeur des papes. “Le pape François, généralement mieux inspiré, vient de reprendre malencontreusement à son compte une »appréhension » de type » intégriste » de manuels scolaires français. Mais cette »appréhension » (dans tous les sens du terme) n’est peut-être pas si circonstancielle que cela.”

JPEG - 166.2 ko
Pape et théorie du genre par JiMo

Pédagogie

Luc Cédelle interviewe Roland Goigoux : « On ne peut pas se prévaloir de résultats probants à l’issue d’une expérience singulière » à propos du livre de Céline Alvarez, « Les Lois naturelles de l’enfant ». Roland Goigoux est professeur à l’université Blaise-Pascal-Clermont-II, Roland Goigoux a dirigé l’étude «  Lire-Ecrire au CP  », issue de l’observation de 131 classes pendant un an.

Sur le site Nonfiction.fr, on trouvera dans les CHRONIQUES SCOLAIRES – Qu’est-ce qu’un bon prof ?Chaque mois les « chroniques scolaires » passent l’éducation au crible des sciences sociales. Aujourd’hui, elles posent une question qui taraude tous les enseignants, et à laquelle nombre de commentateurs pensent avoir la réponse : « Qu’est-ce qu’un bon prof ? » Car la littérature scientifique elle-même s’escrime à identifier ce qu’il faut pour être « bon ».”


L’histoire

L’histoire nationale racontée… par les élèves. “Le débat public s’enflamme régulièrement en France sur la question de la transmission de l’histoire nationale aux élèves. Pour les uns, l’histoire de France ne serait plus enseignée ou bien son enseignement oublierait des pans entiers de l’histoire forgeant une identité nationale en danger. D’autres critiques portent sur une reconnaissance insuffisante de certains groupes dans une histoire nationale qui ne leur ferait guère de place.
Ces critiques correspondent à des références idéologiques, à des projets politiques et à des conceptions de l’enseignement de l’histoire qui, pour légitimes qu’ils soient, ont le défaut de ne reposer sur aucune donnée empirique. Ce constat a présidé à l’enquête qui a donné lieu à un ouvrage collectif, Le récit du commun : l’histoire nationale racontée par les élèves, dont certains éléments seront relayés par The Conversation
.”

Annonce : L’enseignement scolaire de l’histoire. Les usages sociaux de l’histoire. Séminaire Sciences Po 2016-2017. “Ayant successivement réfléchi à l’histoire de la discipline scolaire « histoire », à ses manuels, à ses finalités, aux autres canaux de diffusion des connaissances historiques, tout en invitant quand c’était possible des collègues étrangers à parler de l’enseignement de l’histoire dans leur pays à des fins de comparaison, ce séminaire s’intéressera cette année aux relations entre l’enseignement scolaire de l’histoire et les usages de l’histoire dans la société.”


Ailleurs

Olga Vassilieva : « Enseignant, tout comme médecin ou prêtre, c’est un office, une vocation ». “Depuis son entrée en fonctions le 19 août dernier, Olga Vassilieva ne cesse d’étonner. La nouvelle ministre a déjà proposé de remettre l’astronomie au programme et de faire participer les jeunes au nettoyage de leurs salles de classe. Elle clame haut et fort que la priorité doit être accordée à l’enseignant, et que le rôle de celui-ci n’est pas seulement de transmettre des connaissances, mais aussi de former des personnalités qui « ne seront pas indifférentes » aux notions d’amour et de bonté et sauront respecter et prendre soin des aînés. Le Courrier de Russie a dressé un inventaire des nouveautés qu’elle compte introduire à l’école dans un avenir proche.”

L’Angleterre revient au double système éducatif. “De nouvelles Grammar Schools seront ouvertes , a annoncé la première ministre britannique Theresa May le 2 octobre. Les Grammar Schools sont des écoles sélectives où on entre sur examen à l’âge de 11 ans. En fait ces écoles scolarisent, dans un système d’enseignement qui rappelle les grandes cités scolaires de centre ville français, les enfants des familles les plus privilégiées pour les préparer aux filière d’élite. Le gouvernement a annoncé vouloir lever l’interdiction de développer ces écoles qui accueillent actuellement 167 000 jeunes. De nouvelles écoles pourront s’ouvrir officialisant l’abandon de l’idéee d’un système unique d’enseignement en Angleterre et en Irlande du Nord.”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Quelle éducation prioritaire ?

Revue n°499 - septembre 2012
Où va l’éducation prioritaire, après les dispositifs « Ambition réussite », puis « Éclair » ? Quelles évolutions des pratiques professionnelles, dans la classe, dans l’établissement, dans le réseau ? De ces établissements trop souvent lieux de relégation sociale et scolaire, peut-on faire une école commune ?

N° 524 - Le pari du collectif

Coordonné par Nicole Priou
novembre 2015
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?